Aller au contenu

Filament ABS

Classement


Contenu populaire

Contenu avec la plus haute réputation depuis 23/11/2018 Dans tous les contenus

  1. 25 points
    Bonjour à toutes et à tous, Aujourd’hui nous allons faire un petit tour du côté de chez Triangle lab en examinant un de leur heatbreak full metal, ainsi qu’une buse de 0.25mm grâce à la participation de @AlfiQue (je lui ai d’ailleurs sous-traité la prise des clichés ). Alors commençons par la buse. C’est une buse laiton tout à fait classique, le fabricant dit respecter scrupuleusement les spécifications de E3D pour l’usinage. Celle-ci ne comporte aucun marquage, ce qui correspond à une taille de 0.25mm selon le tableau fourni. Photo publicitaire : On s’approche un peu pour voir ce qu’il en est, extérieur : Intérieur : De tout près : Premiers commentaires, franchement c’est propre, y’a pas à dire la qualité d’usinage est bien là, même à l’intérieur, pas de bavure ou de résidus d’usinage. Le perçage est rond et bien centré, aucun problème de ce côté-là. L’intérieur est tellement lisse qu’on peut voir le reflet du trou de perçage et son cône sur les parois interne lorsque l'on manipule la buse (non visible sur les photos). Mesurons : Ah ! On est plutôt sur une buse de 150µm, allons vérifier le tableau : Bon on a tourné deux fois autour de la buse, aucune trace des deux points sur une face. Soit c’est un oubli à l'usinage et une buse 0.15 s’est faite passer pour une 0.25, soit c’est un problème étonnant, étant donné la qualité du reste de la pièce. @AlfiQue va contacter le vendeur pour tenter d’en savoir plus. Photo bonus, pas très fidèle : Passons donc au heatbreak pour se donner une seconde opinion. C’est un heatbreak All Metal photo commerciale : Voyons en réalité, quelques photos en vrac : Alors si jamais ce n’est pas flagrant pour vous, pour moi ça l’est, on est sur le même niveau de qualité d’usinage que pour la buse. Les états de surface sont très propres et sans bavure ni résidus. On va maintenant mesurer pour voir ce qu’il en est, en bas : En haut : Et aussi la largeur de la gorge en bonus : Bref, on est parfaitement conforme à la spec de ce point de vue. Mais ce qui nous intéresse vraiment maintenant, c’est l’état de surface intérieur, alors zoomons un peu plus de ce côté : Alors oui on voit plein de stries, oui ce n’est pas un polissage miroir, mais tout de même, c’est très bon. Je vais vous expliquer pourquoi en images. BONUS : Comparaison avec un heatbreak chinois basique (version avec PTFE) : Et l’intérieur : Vous voyez maintenant ce que je veux dire ? Cerise sur le gâteau, regardons le PTFE qui était dedans : Le PTFE coupé de biais se passe de commentaire… J'espère que vous aimez toujours ces photo-flood et à bientôt j’espère pour de nouveaux photo-reportages.
  2. 8 points
    Bonjour, Je vais vous faire part de mon expérience avec Klipper et vous expliquer comment l'installer et le configurer sur votre imprimante. I - Introduction Klipper est un firmware pour imprimante 3D comparable à Repetier ou Marlin. Son rôle est d'interpréter le Gcode en provenance du slicer et de le convertir en commandes qui permettent de piloter individuellement le hardware de l'imprimante. Pour certaines machines, comme les CoreXY ou les Delta, la cinématique est très complèxe, ce qui demande des calculs importants. Malheureusement, avec une carte 8-bits, la puissance du microcontroleur n'est pas super adaptée à ces calculs. Du coup, la vitesse sera limitée par la puissance du processeur et les calculs seront moins précis. C'est ce qui pousse certains à vouloir passer à une carte 32 bits. Nous allons voir que Klipper permet de s'affranchir de ces limitations. 1) Les fonctionnalités de Klipper La particularité de Klipper est d'utiliser un ordinateur hôte pour faire tous ces calculs et de réserver le microcontroleur pour ce qu'il sait bien faire: gérer les entrées-sorties en temps réel. Ceci décharge le microcontroleur qui n'a plus que ça à faire, et l'hôte, qui est généralement un Raspberry Pi 3 avec un processeur ARM quad core, se charge des calculs, avec du multi-thread, plus de mémoire, et une interface graphique plus attrayante. Par ailleurs, Klipper s'interface avec Octoprint, ce qui permet d'utiliser sa partie graphique pour controler l'imprimante. On pourrait meme virer le LCD de l'imprimante et utiliser un écran tactile connecté au Raspberry. Le résultat, c'est un surcroit de performances important. Avec une carte 8-bits, on a des performances supérieures à celles d'une carte 32-bits. Klipper utilise cette puissance pour calculer les trajectoires de façon plus souple, ce qui permet de gagner en précision, en fluidité, en bruit, et en vitesse d'impression. Avec Klipper, j'imprime en 120mm/s sans problème sur une imprimante cartésienne. Il semblerait que les gains sont encore plus importants sur des CoreXY ou Delta. Et bien sûr, une carte 32-bits permettra d'aller encore plus vite, mais on se limite alors à l'énergie cinétique que la mécanique de la machine peut encaisser. Les firmware classiques ont aussi d'autres inconvénients: Ils se configurent en modifiant les fichiers de code source, ce qu'un utilisateur ne devrait jamais avoir à faire. Il faut ensuite les compiler et les flasher à chaque modification. Avec Klipper, on ne touche plus au firmware qui est sur le microcontroleur. Les modifications se font sur un fichier de configuration qui réside sur l'hôte, ce qui est instantané et beaucoup plus pratique. Jusqu'à l'année dernière, Klipper était plutôt expérimental, mais depuis la version de décembre et l'introduction du bed levelling, le support BL Touch, le "pressure advance", la calibration delta, les écrans LCD, les protections thermiques, etc... c'est devenu parfaitement utilisable tous les jours. Il y a deux étapes à l'installation de Klipper: L'installation. C'est la partie la plus facile et on ne la fait qu'une fois. La configuraton. Celle-ce se fait dans un fichier de config. Avec un plugin qui va bien dans Octoprint, on peut éditer ce fichier directement dans Octoprint. 2) Prérequis Avant d'installer Klipper, il vous faut: Une imprimante 3D. Ben oui, c'est pas pour les machines à laver. Il faut pouvoir flasher le firmware, donc on évitera les machines avec un hardware propriétaire. En principe, tout ce qui tourne avec Marlin peut tourner avec Klipper. Un firmware basé sur Marlin. C'est plus simple, parce qu'on pourra récupérer un certain nombre de paramètres. Il est possible de se débrouiller autrement, mais il faudra connaître ou calculer les mm/step etc... Un ordinateur hote sous Linux. Ici, on parlera de Raspberry, mais en théorie ça pourrait fonctionner avec n'importe quel PC sous Linux et Octoprint. Attention, il faut un Raspberry Pi 3 au minimum. Un Raspberry Zero ou un vieux Raspberry 1 vont trop ramer. Octoprint. Je ne vais pas détailler ici l'installation d'Octoprint. Il y a plein de tutos là dessus. On y installer un plugin OctoKlipper qui facilite la configuration de Klipper. Des connaissances (basiques) en Linux. On va utiliser une ligne de commande SSH pour télécharger et installer Klipper. Note importante: Avant de procéder à l'installation de Klipper, assurez-vous bien que tout l'ensemble Imprimante 3D + Octoprint Raspberry fonctionne correctement et est parfaitement maîtrisé. Sinon, si un truc ne marche pas après, on ne pourra pas savoir si ça vient de Klipper ou de la configuration matérielle. 2ème note: Je vous conseille d'avoir toujours une stratégie de repli, autrement dit les moyens de pouvoir reflasher Marlin avec une configuration qui marche si pour une raison ou une autre Klipper ne vous convient pas.
  3. 8 points
    Bonjour tout le monde ! Bon comme j'ai enfin reçu mes mosfets, j'ai donc entrepris hier le montage de la MKS SGEN sur ma petite U20. Pour accompagner cette très belle carte mère, j'ai opté pour un écran MKS TFT32, des drivers MKS TMC2208 ainsi que d'une paire de mosfets. Notez que je n'ai jamais reçu les mosfets en question, d'ailleurs ils ne sont plus dispo sur Ali, j'ai du en recommander une paire chez Amazon en express... Tout ce petit monde à la maison, il m'a fallu imprimer des adaptateurs pour l'écran, la carte et un support pour les mosfets, tous ces éléments sont facilement trouvables sur Thingiverse, je vous laisse le soin de choisir les modèles qui vous conviennent ! A savoir que de mon côté je n'avais pas la place de mettre les mosfets dans le boitier, il sont donc fixés à l'extérieur provisoirement, comme ça ils prennent l'air...! Une fois fait, ben il fallait bien se lancer...! Je précise pour ceux qui l'ignoreraient encore que je suis notoirement une superbe quiche en électronique (@CacaoTor peut en témoigner...!) et que je n'ai absolument aucunes compétences particulières en programmation, tout ça pour dire que c'est vraiment pas si compliqué qu'il n'y parait, il suffit d'être attentif et méthodique. La première chose à faire est de parcourir tous les menus de réglages de l'U20 pour noter tous les paramètres afin de pouvoir les recopier dans votre nouveau firmware (dans mon cas, SmoothiWare, qui est très simple à configurer tout en étant très performant et donc tout à fait indiqué pour un débutant). Quand tout est bien noté, on peut rentrer dans le vif du sujet, on éteint donc la machine et on débranche tous les câbles, surtout le secteur on s'installe confortablement avec tous nos outils à portée de main et on y va ! On commence donc par ouvrir le boitier de l'U20 en retirant toutes les vis qui jonchent le pourtour, quand c'est fait, on retourne le boitier pour avoir accès à la carte et à l'écran d'origine. Personnellement, j'ai commencé par enlever l'écran, pour cela il suffit de débrancher la nappe en soulevant le petit clip noir de son connecteur, puis de retirer les 4 vis qui le maintiennent. On met l'écran de côté, il ne nous sera plus utile. Ensuite, on prend sa petite MKS (qui en fait est presque deux fois plus grosse que la carte d'origine...!) ainsi que sa notice d'utilisation. On se munit également de ses drivers sur lesquels on colle les dissipateurs fournis (important, ne pas oublier !) et on place tout de suite les drivers sur la carte, c'est très simple, on ne peut pas se tromper de sens avec le code couleur, le coté vert va sur le connecteur vert, et le noir sur le noir ( si je tenais le con qu'a fait sauter le pont...!) . Si comme moi vous n'avez qu'un extrudeur il vous faudra brancher vos drivers en face des connecteurs moteurs X Y Z et E0, il vous restera donc un driver puisqu'ils sont vendus par 5, c'est bien, ça en fait un de secours, on sait jamais ! Maintenant on passe au câblage, moi j'ai du réfléchir un peu, mais c'est pas compliqué, et puis vous, de toutes façon maintenant vous aurez le super guide détaillé que voici, et en Français SVP...! ( Oui parce que j'ai hésité à le rédiger en Klingon, puis je me suis souvenu que de toute façon, j'aivais jamais regardé Star Trek...) Bref, commençons par le plus simple : Les moteurs. Leurs emplacements sont écrits clairement sur la carte, on branche donc bêtement sans réfléchir. Ensuite les Endstops, pas très difficile non plus car ils répondent au même code couleur que les moteurs et sont aussi repérés X+, X-, Y+, Y- Z+ et Z-, pour l'U20 nous n'auront pas besoin des connecteurs endstop +, seulement des -. En revanche une petite subtilité fait que sur la carte nous avons des connecteurs trois pins alors que nos endstops fonctionnent avec deux. Si vous regardez devant le connecteur rouge, vous verrez que les pins sont repérés S, G et 5V, il faudra prendre soin de brancher les endstops sur les pins S et G. C'est à ce moment là que vous remarquerez que les connecteurs des endstop ne rentrent pas dans les connecteurs de la carte, pour y remédier, un bon coup de cutter bien placé pour supprimer le détrompeur fera l'affaire. Pour la suite, inutile de détailler, une image sera bien plus parlante : Alors, en regardant attentivement cette image, vous remarquerez qu'il manque deux choses : Le ventilateur du hotend, ce dernier n'à aucune prise dédiée mais comme de toutes manières il tourne tout le temps, branchez le directement sur l'alimentation. Le capteur de fin de filament, je n'avais pas trouvé ou le brancher, mais d’après @pascal_lb, il se branche directement sur l'écran, je n'ai pas encore eu le temps de le faire. Pour le branchement du bed et du hotend, il faut passer par les mosfets qui se branchent de la manière suivante : Tout ce petit monde étant branché, on vire la carte mère d'origine et on le met en place dans le boitier. Nous pourrons donc passer ensuite à la partie firmware. Je ne détaillerais pas la configuration de SmoothieWare, d'une part parce qu'il est facile de trouver tout ce qu'il faut savoir dessus, notamment sur http://smoothieware.org/ et aussi parce que la mienne étant toute fraîche, elle n'est pas encore tout à fait au point, mais sachez qu'il n'y a rien de sorcier, je parlerais donc simplement de leur installation et pour cela il vous faudra 2 cartes SD : La première carte SD sera pour la carte mère, le firmware se trouve >>>ICI<<<, dedans vous trouverez plusieurs dossiers. Dans le dossier "config", copiez le fichier "config.txt" sur votre carte SD (c'est lui que vous éditerez pour paramétrer votre imprimante). Dans le dossier "firmware", copiez le fichier "frimware.bin" sur votre SD. Dans le dossier "drivers" double cliquez sur "smoothieware-usb-driver-v1.1" pour installer les pilotes de la MKS sur votre PC. ATTENTION, la carte SD de la carte mère doit être présente A CHAQUE DÉMARRAGE de cette dernière car le fichier config est lu à chaque fois. En revanche une fois la machine en route vous pouvez retirer la carte sans risque. Pour éditer le fichier config, vous pouvez utiliser le bloc notes Windows, il fait très bien le job. En revanche n'utilisez pas notepad++, il lui arrive de modifier de manière invisible le format du texte et par là même, le rendre illisible pour votre machine. La seconde carte SD sera pour l'écran, qui possède son propre firmware téléchargeable >>>ICI<<<. Comme pour la carte mère, plusieurs dossiers s'y trouvent et il faudra paramétrer via le fichier config. Dans le dossier "Config file", copiez le fichier "mks_config_EN" sur votre carte SD et renomez le en "mks_config". Dans le dossier "Firmware" allez dans "TFT28 32 firmware", puis dans le dossier du style graphique que vous voulez (classic, retro ou simple) et copiez le fichier "mkstft28" sur la carte SD. Dans le dossier "font", copiez le fichier "mks_font" sur la carte SD Dans le dossier "images", allez dans le dossier correspondant au couleurs d’icônes que vous souhaitez (blue, red ou win8) et copiez le dossier "mks_pic" sur votre carte SD. Pour cette carte en revanche, une fois l'installation terminée, les paramètres restent en mémoire, vous pouvez donc la retirer sans risque pour les prochains démarrages. Ensuite, il n'y a que quatre paramètres importants qu'il faut vérifier/modifier absolument avant de démarrer la machine : Dans le fichier config de la carte mère : vérifier que la valeur est bien 115200 à la ligne suivante : uart0.baud_rate 115200 # Baud rate for the default hardware serial port Et modifier à false la ligne suivante (car nos drivers ne sont pas pilotés électroniquement par le firmware mais physiquement par un potentiomètre ) : currentcontrol_module_enable true # Control stepper motor current via the configuration file Dans le fichier config de l'écran : Vérifier que le Baud rate est lui aussi bien sur 115200 : #baud rate (9600:1; 57600:2; 115200:3; 250000:4) >cfg_baud_rate:3 Et vérifier que l'écran est bien en anglais : #multi-language(enable:1, disable:0) >cfg_multiple_language:1 #languages setting #(simplified Chinese:1; traditional Chinese:2; English:3; Russian:4; Spanish:5). This configuration is valid when "cfg_multiple_language" is disabled. >cfg_language_type:3 Quand c'est fait, mettez les cartes SD dans leurs emplacements respectifs. Félicitation ! Votre machine est maintenant prête pour sa première mise sous tension ! Mais ne refermez pas le boitier pour autant, vous aurez besoin d’accéder aux drivers pour régler la Vref, donc dans un premier temps il vous faudra laisser vos moteurs débranchés, puis, en faisant bien attention ou traînent vos doigts brancher l'alimentation sur le secteur et mettre la machine en marche. Sur l'écran, vous aurez droit à une (ou deux ?) barres de progressions ainsi qu'au chargement de tout un tas de fichiers, laissez bien faire la machine jusqu’à ce que les icônes s'affichent, ce n'est pas très long. Après cela il faut donc régler les Vref, pour cela avec votre multimètre et un tout petit tournevis il faudra régler vos drivers à 1.06v. Ensuite éteignez la machine, branchez vos moteurs et refermez le boitier sans oublier de brancher votre câble usb auparavant car selon le placement de votre carte, vous n'aurez pas forcément accès à la prise par l’extérieur ! Et voilà, c'est terminé pour l'installation, z'avez vu c'était facile finalement ! Pour ce qui est de mes premières impressions (dans tous les sens du terme !) sur cette MKS, je dirais que... C'est énorme ! Rien que le passage aux TMC2208 vaut à lui tout seul son pesant de cacahuètes, les moteurs sont quasiment inaudibles à moins de 80mm/s et même au delà on reste très en dessous du bruit d'origine, même avec des TL-smoothers. Les déplacements sont très fluides et très doux, c'est un véritable bonheur, fini les home qui font trembler la moitié du bâtiment. Pour ce qui est du print en lui même, j'ai à peine commencé, j'ai imprimé en tout et pour tout deux cubes XYZ jusque là, le premier assez moyen car aucun réglage de débit et steps/mm fait, vraiment un test brut pour voir si tout fonctionnait. Le second en revanche laisse présager du meilleur, les parois sont parfaitement lisses, sans aucun défaut, les angles sont propres et nets, quasiment aucun ghosting et juste un débit à affiner un peu. Du côté programmation, jusque là je n'ai rencontré aucun réel problème, , il n'y a aucun réglage particulier à faire dans les slicers puisque Smoothie comprend les mêmes commandes que Marlin, le fichier config est plutôt clair et le site http://smoothieware.org/ est très riche en infos et conseils en tous genres. Bref pour le moment, que du positif, je pense que Smoothie à un très bon potentiel et la carte MKS SGEN fait vraiment du super boulot, et en prime c'est un réel plaisir de pouvoir enfin piloter son U20 en USB sans le moindre problème, pouvoir tout surveiller et changer les paramètres à la volée, à distance sans avoir constamment le nez sur l'écran de la machine ! Voilà, c'est tout pour moi ! Un grand merci à @CacaoTor et à @pascal_lb pour leur aide et conseils, en espérant que tout ça vous soit utile ! Kev.
  4. 8 points
    Auto-dérision aussi
  5. 7 points
  6. 7 points
    Juste pour meubler :
  7. 6 points
    Hello Si Maud et Ration sont d'accord, je vous propose un ti'truc pour se marrer un peu. Je suppose que vous connaissez les Birds >>>> Ça serait rigolo qu'on en crée ici sur le thème de l'impression 3D A condition que ça soit drôle et que ça se prenne pas trop au sérieux, hein ? Allez je commence
  8. 6 points
    Pour une meilleure clarté, vous pouvez retrouver dorénavant tous les sujets épinglés de la rubrique Affawise dans la sous rubrique "Tutoriels et améliorations" https://www.lesimprimantes3d.fr/forum/137-tutoriels-et-améliorations/
  9. 5 points
    Bonjour à tous et à toutes ! Je viens vous faire partager mon retour sur mon « initiation » ou « Apprentissage » sur la Photogrammétrie. Ce nom est d'un barbare, je trouve... enfin bref, c'est l'art de Réaliser des Objets en 3D avec de simples photographies. Je ferai « peut être » un tutoriel pour ceux et celles qui seront intéressés. Je vais commencer par... les Avertissements : 1er Avertissement : Il n'est pas nécessaire de posséder un appareil photo de 1000€ ou plus pour faire de la Photogrammétrie ! Vous pouvez parfaitement réaliser un modèle 3D, avec une webcam à 5€ ou un vieil appareil photo (y compris les Argentiques, oui ceux avec pellicule) ou avec votre téléphone portable si ce dernier est équipé d'un appareil photo. Et contrairement à ce que vous pourriez penser. Des photos prises avec votre « Smartphone » sont plus indiqués que des photos prises avec un gros Reflex à 1500€. Pourquoi, me demanderez-vous ? En raison des informations stockés lors de la prise de vue. Les photos prises avec un téléphone intègreront des « données » comme le positionnement, l'éloignement vis à vis du sujet, l'heure précise de la prise de vue... et pour certains « Smartphone », la position GPS y sera intégré. Des « données » que le logiciel utilisera par la suite. La seule chose, qui sera à prendre en considération sera le nombre de photo du sujet, plus il y aura de photos, meilleur sera la reproduction 3D. 2e Avertissement : Là, cela coule de source, comme dit le dictons, mais pour arriver à reproduire un modèle en 3D, il vous faudra un « BON PC »... et j'insiste sur le « BON », voir même « Très Bon ». Autant prévenir tout de suite, les configurations de type « AMD » (Processeur & Carte Graphique), sont à proscrire. Non pas que cela ne fonctionnera pas... mais plutôt qu'il y a risque de « casser » votre PC. Les dernières configurations AMD pourront peut être supportés l'utilisation de ces logiciels... mais je serai franc : c'est à vos risques et périls. Alors pour répondre à la question, que vous devez vous poser : Qu'est-ce qu'il faut comme PC ? Sachez alors, que si votre PC à une configuration qui permet de faire tourner des jeux « actuels », non je ne parle pas du Tetris et du Solitaire, mais plutôt du dernier Star Wars Battlefront, de Fortnite, de Battlefield... si tout ces jeux avec les graphismes en mode « Ultra » tournent sans chute de framerate... alors vous avez ce qu'il faut. Un exemple concret, avec ma propre config : Intel Core i7 4790K – CG Nvidia MSI GAMING GTX 760 4Go + GTX 650 4Go – 32Go RAM C'est une configuration, d'un PC Fixe, qui commence sérieusement à dater, les jeux actuels ont du mal à tourner... et j'ai un peu de mal à faire tourner Meshroom. Certaines étapes du traitement et de la modélisation prennent plusieurs heures (10 heures pour arriver au résultat plus bas). Il est important de dire ce qui est à dire : Ce n'est pas le disque dur qui sera sollicité, mais la Carte Graphique et le Processeur. 3e Avertissement : Comme pour les Scanners 3D actuels, il faudra réaliser les photos dans un lieu bien éclairer. Pour Scanner/Photographier un petit modèle (moins de 20x20x20cm), l'utilisation d'un studio photo est très fortement recommandé ! J'ai bricolé un studio photo, avec un ruban de 20cm, du carton, et des feuilles canson, et cela rempli sa fonction a merveille. 4e Avertissement : Cela coule de source ici aussi, mais vous ne pouvez reproduire en 3D des photos 2D, que si elles sont « acceptés » par le logiciel. Photos surexposés, flous, tordu, objets en mouvements, etc... ne pourront pas être exploités par le logiciel. Parlons maintenant des avantages : Pas de limite de taille ! Vous voulez reproduire en 3D votre... maison. Si vous arrivez à en faire le tour (même que partiellement) et/ou que vous arrivez à prendre une photo vue du ciel (avec un drone). Du moment que les photos sont claires et que l'objet apparaît, il sera alors possible de le reproduire. Vous pouvez aussi vous scanner/photographier, et réaliser une reproduction 3D de votre visage, de votre tête ou de votre corps. La finesse des détails ! Oui... plus il y aura de photos du modèles, plus le modèle 3d aura les détails. La fourrure d'une peluche sera reproduite. La gratuité de la plupart des logiciels de Photogrammétrie ! L'argent est bien la raison de bon nombre de guerre... et c'est souvent ce qui rebute pour certains logiciels. Mais ici présent, il y a plusieurs logiciels... et pour la plupart en Open Source et donc gratuit ! La possibilité d'extraire un modèle 3D à partir d'une vidéo ! Dans l'hypothèse que vous souhaitez fabriquer un modèle 3D d'un objet que vous n'avez plus, mais que vous avez dans une vidéo, il vous suffira de réaliser des clichés de la vidéo où apparaît l'objet en question... et si il y assez de photos détaillés, alors vous pourrez reproduire le modèle. Parlons désormais des logiciels... c'est ce qui va vous intéressés, j'y mettrais ma main à couper. Comme dit précédemment, il y a plusieurs logiciels. Alors, je tiens d'avance à m'excuser, si dans ce bref sujet j'oublie des logiciels, je vais citer ceux que j'ai essayer, et au passage, je remercie @cylon qui m'a indiqué l'un de ces logiciels et qui m'a fait découvrir la photogrammétrie : Meshroom : C'est le logiciel, le plus « Plug and Play » que j'ai essayé. Mais c'est aussi le logiciel qui s'est montré le plus gourmand en ressources matérielles sur mon PC. A un moment Windows 10 a commencé à effectuer une mise à jour, lorsque en même temps, je traitais un modèle 3D. Cela a entraîné un plantage « Crash » du PC. J'ai bien cru que s'en était fini de mon PC. Heureusement que c'est un PC que j'ai assemblé moi même, j'en connais tout les recoins... et la méthode pour le débuguer. Une chose est importante à retenir sur ce logiciel : Plus il y aura de photos, plus le modèle 3D qui en sortira sera fidèle à l'original. Mais plus il y a de photos plus cela demandera de traitement et de ressources à votre PC. J'ai tenté de reproduite un modèle avec seulement 20 photos... cela n'a pas fonctionner. Puis... en ajoutant 5 photos par 5 photos progressivement, j'ai vu que sur certain « petit » modèle, c'est seulement à partir de 45 photos que le modèle 3D commençait à être exploitable. Mais ma tentative avec 90 photos, à bien failli faire planter mon PC, mais Windows 10 a aussi sa part de responsabilité. Il est donc important de trouver le juste milieu en quantité de photos selon votre modèle. VisualSFM : Tout petit logiciel « Open Source ». Mais... pas si simple que Meshroom. Il fonctionne en 2 temps : En premier il réalise un « Plan Photo » où toutes les photos sont organisés pour reproduire un plan par point (chaque point est une photo). Ce Plan réalisé, va ensuite utilisé les informations de chaque photo pour reproduire un Plan 3D de l'objet en « Nuages de Points » qu'il faudra nettoyer et traités dans Meshlab. Avantage à VisualSFM, qui fonctionnera sans mal sur les plus petites configurations pour la compilation des photos et la réalisation d'un nuage de point. Les 2 plans (Plan Photo & Plan 3D) seront ensuite fusionné dans Meshlab... et après plusieurs heures de traitement manuel, vous obtiendrez un plan 3D prêt à imprimer. Cependant... j'ai échoué à utiliser VISUALSFM, pour la raison suivante : Message d'erreur. Le message d'erreur indique que le driver de ma puce graphique bloque la création du Plan 3D. Je n'ai pas trouvé la solution à ce problème pour l'instant. Je vais maintenant être franc et direct avec vous : Pour l'instant, j'en suis qu'à la phase d'apprentissage de ces logiciels. Cela demande beaucoup de temps, et une tonne d'information, processus et méthodes pour les utiliser... et je n'en ai pas fait le tour. Il m'est donc impossible de réaliser un tutoriel sur la marche à suivre en l'état de mes connaissances. Mais pour que vous voyez un peu le résultat au terme d'une semaine d'apprentissage... et de 10 heures de travail sur un modèle... voilà un modèle terminé (PS : je vous montre le modèle texturé pour vous donner une réelle idée) : C'est un modèle que je prévois de commercialiser sur Cults... donc forcément je ne partagerais pas ce modèle en "public" ici. Mais pour un premier essai... je le trouve franchement réussi... même si j'ai bien failli "cramer" mon pc pour y arriver. Mais je sais désormais où était mon erreur : Limiter le nombre de point ! 100 000 000 de points c'est trop ! Faut pas dépasser 1 000 000 de points (modèle ici à 1 000 000 de points). Je l'avoue... en raison du plateau de scan qui n'est pas plat... il a fallu que j'ampute légèrement les pieds de 3 mm, sinon j'avais la texture du plateau. Je dois encore peaufiner ce genre de finition à l'avenir. Ceci dit... en format STL... sans sa texture, il devient nettement moins joli...
  10. 5 points
    Bonjour à tous, comme prévu petit tuto pour régler les drivers de la U20. Déjà les avertissements !!! Bien débrancher le câble d alimentation pendant le démontage du boitier Le réglage des drivers se fait moteur correspondant débranché il est conseillé de faire les réglages avec un tournevis embout plastique ou céramique pour éviter les court circuit Lors de ce réglage, en cas de problème, vous pouvez cramé votre carte Alors on y va ! Démontage des 10 vis pour ouvrir le boitier : Suite à cela on a accès sous le capot supérieur a la CM de l imprimante. Mettre le multimètre en position Voltmètre avec calibrage à 2v (si nécessaire) Mettre la pointe de touche - (noire) directement sur l alimentation sur le 0V (2 fils partent de l alim vers la CM, se mettre sur le fils noirs). Perso j ai même vissé directement ma pointe de touche sur le bornier. Rebrancher le 220V et mettre l interrupteur sur 1 Petite photo encore du qui fait quoi : il faudra, débrancher le moteur du drivers à régler systématiquement et le faire un par un pour éviter d inverser les câbles La pointe de touche + (rouge) se mettra a cet endroit du potentiomètre : on met la valeur désirer puis on rebranche me moteur et on passe au suivant. Maintenant chose importante les valeurs à y mettre : Les 4 moteurs sont des références 42BYGH40H-2-19D. Apres de multiple recherche et information, l’Ampérage de ces moteurs est de 1.5A et 1.7A en crête. SOURCE Le drivers U20 : A4988 et résistances R100 (source tableau le tuto du forum) Les réglages usines observés chez plusieurs personnes sont : 0.82V à 0.86V sur X, Y, Z et 1.1V sur l extrudeur. Les reglages qu'il faut : 0.85V sur X,Y, Z et 1.1 sur sur l extrudeur (lui ne force pas, cette valeur est confirmé par longer3D voir source ci dessus, pourtant au dessus des données qu'ils nous fournissent) Maintenant à titre perso, j ai reglé le Z a une Vref de 0.96, cela fonctionne très bien et le moteur ne chauffe pas plus que ça. Voila vs savez tous, mais attention quand même au passage, cette intervention n'est pas sans risque. un grand merci à @CacaoTor, @deamoncrack, @Phoquounet pour les infos dans de tuto
  11. 5 points
    Bonjour, Une Panigale 1199, ech 1/10e PLA Grossiste 3D (argent, rouge, noir, bronze et translucide) Hauteur de couche 0.1 ou 0.15 suivant les pièces. Brut d'impression, juste un peu de colle pour assemblage.
  12. 5 points
    Hello Hello Poursuite de mes essais de tête basculante. Jusqu'à maintenant, le pire du mieux que j'étais parvenu à faire, avec la Gitèque "stock" c'était ça : Je disais "quand il y a deux têtes, y'en a toujours une pour emmerder l'autre" : ça frotte, ça bave ça suinte, c'est n'importe quoi. Bon j'avoue que là, c'était caricatural..... La buse 2 avait frotté sur ce que la buse 1 avait imprimé, du coup ça s'était décalé.... Tout pour plaire ! J'étais arrivé à faire un peu mieux avec ma tête Cyclops Mais guère mieux.. Maintenant, j'obtiens ça : C'est quand-même un peu mieux, hein ? Caisse t'en penses @Tifou92 toi qui veux faire de la double extrusion ? PS : là j'ai une buse neuve eu une qui a presque un an. Je pense qu'il faut pas hésiter à en mettre deux neuves..... (quel radin d'Auvergnat ce JCG)
  13. 5 points
    auto dérision au suivant
  14. 5 points
  15. 5 points
    Test d'impression en 4 couleurs avec un Palette Plus de Mosaic. Impression en 300 microns (200 microns aurait été préférable, mais bon c'est un test et la grenouille est vraiment petite) C'est du filament '"Amazon basics", pas de problème passe nickel sur la machine (j'ai acheté un lot de 22 couleurs pour test ) installation :
  16. 4 points
    Bonjour, Je vous propose un nouveau post pour discuter de l'impression en 4 couleurs sur votre SmartCub3D avec la nouvelle Palette 2 de Mosaic. L’intérêt de cette appareil c'est sa grande facilité d'utilisation, il n'est pas nécessaire de modifier l'imprimante ou son firmware. Juste quelques adaptations sont nécessaire. Avantage matériel : - La machine reste dans sa configuration d'origine et on peut passer du mode impression "Palette 2" au mode "natif" en 5 secondes. - Pas de perte de surface du plateau - On conserve l'impression en "Direct Drive" En dehors d'imprimer en 4 couleurs évidement , il apporte pas mal de fonctionnalités supplémentaires : - Assembler vos chutes de filaments pour en faire un fil continu, - Imprimer un objet en suivant un pattern paramétrable (exemple) - Faire du multi-spool : A la fin d'une bobine, il continue sur la suivante (Capteur de fin de bobine). Idéal pour les impressions longues. - On peut mixer différents types de filaments (soluble ! / petg / souple/ etc..) ! Bref, cela rajoute pas mal de possibilité Comment ça fonctionne ? Pour faire simple, la "Palette 2" va couper et souder ensemble les filaments en fonction du modèle à imprimer pour ne faire qu'un seul et unique filament. Le "Palette 2" n'est pas connectée à l'imprimante, il gère seul et de façon autonome la fabrication du filament en continu. Pour cela, on doit générer un fichier qui sera intégré dans le "palette 2" pour le piloter. Dans votre imprimante, vous allez mettre votre fichier G-CODE habituelle. Deux possibilités : Utilisation du Logiciel "CANVAS" par Mosaic : Canvas est un logiciel sur le "cloud" qui permet de générer à la fois le G-CODE (Slicer intégré) et le fichier pour le Palette 2 à partir de vos STL. Simple à prendre en main, on peut importer un profil "Simplify3D". Toutefois, le G-CODE généré présente parfois des "Bug" bizarre avec certain STL, donc j'ai vite abandonné pour la méthode "CHROMAS" Utilisation du Logiciel "CHROMAS" par Mosaic : Pour cela vous utilisez votre logiciel de tranchage (Simplify3D dans mon cas) et vous importez le G-CODE dans CHROMAS. Il va générer les deux fichiers indispensables (G-CODE modifié + Fichier pour le Palette). Il va intégrer dans le G-CODE la construction de la tour de purge. Et après ? Super simple ! On lance le fichier (déposé dans une carte SD) dans le "Palette 2", il va demander de mettre les filaments a tour de rôle et générer un filament suffisamment long pour sortir du tube. On insère ce filament via la fonction "charger filament" de la SmartCub3D, puis on lance l'impression comme d'habitude. C'est tout ! A la fin de l'impression on obtient ça : Heuu... Mais comment ça fonctionne s'il n'y a pas communication entre l'imprimante et le Palette 2 ? Le Palette capte le moindre mouvement du filament via l'extrudeur et fait des brefs arrêts lors de l'impression de la tour de purge. Ces micro-arrêts servent à synchroniser l'imprimante et le "Palette 2", qui va adapter sa production de filament en conséquence. A vos questions et réalisations futures !
  17. 4 points
    Ouais enfin bon je me marre quand-même à chaque fois qu'y en a un qui prend ma signature pour argent comptant.....
  18. 4 points
    Bonjour cher voisin! Je ne veux pas t'inquiéter mais la dernière fois que quelqu'un a osé mettre des images sur les différents écrasements du filament fondu à la place de @Bosco2509, c'était en avril 2017; depuis nous n'avons plus de nouvelle de ce type...
  19. 4 points
  20. 4 points
    Une autre, une autre, une autre... @Jean-Claude Garnier je reconnais bien ton mode "taquin" . Je vois aussi que tu es un pro avec le logiciel "paint" de Krosoft et là j'admire ta maîtrise . @Bosco2509 a même ajouté dans sa signature ma création, je suis flatté .
  21. 4 points
    @pa39 Superbe ce puzzle ! Petite impression de la nuit : 3 couleurs - 200 microns
  22. 4 points
    Je me lance. J'espère que @Bosco2509 ne m'en voudra pas trop .
  23. 4 points
    je suis en train de jouer avec les paramètres de S3D. C’est du 0,16 avec profil custom.
  24. 4 points
    et puis les écris du forum restent pour les visiteurs suivants…. que sur le chat….
  25. 4 points
    Filament : PLA 1,75mm IceFilament blanc "WinterShine" Slicer : Cura 4.0.0 (bêta) Hauteur de Couche : 0,1mm, Densité de remplissage : 50%, Température d'impression (buse) : 200°C, Température du plateau : 75°C Vitesse d'impression : 80mm/s Temps d'impression : 41h32 Refroidissement : Oui / Ventilateur à 100%, Supports : Oui Adhérence du plateau : Bordure Modes Spéciaux : Non STL : Thingiverse Remarques : Petit ponçage sur le dessous au niveau de l'attache du support. Un petit peu d'écrasement sur les bois, mais l'impression est particulièrement difficile à ce niveau au rendu vraiment déjà très bon. Gratter un petit peu sur les papates sur les restes de bordure.
  26. 4 points
  27. 3 points
    Premier test concluant ! C’est d’une simplicité remarquable
  28. 3 points
    Dédicace pour @thsrp @optik8
  29. 3 points
    On ne sait pas ce que les cales sont, mais sûrement que les cales butent. On sait aussi que c'est de la matière. (oui, car la matière fait cale)
  30. 3 points
  31. 3 points
    Salut bissamé @Tircown Eh bien détrompe-toi (comme disait Mme Babar à son époux) "croiver" est un verbe du premier groupe qui, pour autant qu'il ne soit pas usité dans ton ethnie, ni dans ton milieu (dont je ne connais au demeurant rien) existe bel et bien, notamment dans le grand peuple de ces réseaux dits "sociaux" qui n'ont de "social" que le nom. Et qui ne sont en réalité que le déversoir incontrôlé de toutes les haines universelles, commençant par celle de "l'autre". Car comme le disait Sartre, cet humoriste injustement méconnu : "l'enfer c'est les autres" J'ai bonne mine à dire ça, moi qui suis (du verbe être...) tant sur Facebook que sur Twitter et Marmiton, et qui suit (du verbe suivre...) tout ça de très près comme un entomologiste regarde avec curiosité les diverses métamorphoses et mutations génétiques.... Donc renseigne-toi mon ami, et sache que la très respectable Académie Française, dans sa grande sagesse, a entériné cette populaire conjugaison, comme tu pourras le vérifier ici >>> Et comme c'est écrit dans Internet, ça ne peut qu'être vrai, comme chacun sait. Et là je parle évidemment sous la caution morale mais à son insu de @fran6p Eu égard à son passé d'enseignant, il ne pourra je pense QUE confirmer mes dires.... Allez, juste un petit dessin de mon cru pour la route :
  32. 3 points
    Ah ça vous plaît ça, hein........
  33. 3 points
    Bon... je me lance aussi (dans ce délire)... il est pour toi @fran6p :
  34. 3 points
    Quelques couleurs, et du 200um aussi : Le "Puzzle plane" de Thingiverse: Imprimé à 66% de sa taille réelle, de cette façon j'ai pu utiliser des aimants 4x2mm que j'avais en ma possession (mais pas eu assez :p) J'ai splitté en 2 la partie arrière pour pouvoir tout imprimer sans supports. Ca doit représenter entre 10 et 15h d'impression je pense.
  35. 3 points
    Bonjour bonjour Ça fait un moment que j'avais mis en pause ma tête à bascule. Je voulais maîtriser un peu l'ABS pour faire des pièces solides, et pour ça j'ai remis en route la Freesculpt >>> Là ça y est, ça tourne depuis aujourd'hui Donc voilà l'idée : - 2 têtes E3D V6 (clones) montées sur une bascule dotée d'un GROS roulement derrière et d'un plus petit devant, un gros axe de rotation, chacune avec son ventilo - le bras de levier qui est entre les deux têtes reçoit dans sa fente une corde à piano qui va au servo par l'intermédiare d'un tube Bowden - 2 vis BTR servent de butées réglables, en appui sur d'autres qui sont vissées dans la platine support - c'est l'angle du servo dans Marlin qui assure fermement les deux mises en position Voilà à peu près ce que ça donne une fois monté (vous remarquerez que contrairement à nos potes @cmatec et @yopla31 je ne modélise pas jusqu'à la moindre vis.....) J'ai eu quelques difficultés pour expliquer à Cura que je voulais laisser les deux têtes en chauffe. Le problème se situait, comme souvent, entre la chaise et le clavier.... Merci à @cmatec, @Yo' et @yopla31 pour leur aide Maintenant il faut que j'améliore un peu le fang, bien que ça souffle pas mal
  36. 3 points
    Le PETG et le Polypropylène (difficile à extruder) ! Tiens, c'est cadeau, un tableau (en anglais) comparatif des filaments (la ligne qui peut t'intéresser est "water resistant"): Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les filaments sans jamais oser le demander
  37. 3 points
    Bonjour à toutes et tous; Pour ceux et celles qui seraient intéressé(e)s ci-joint un fichier compressé au format RAR (Winrar) qui contient tous les éléments pour réaliser ce petit outil. C'est un fichier que je destinais aux membres du fablab dont je suis membre, donc excusez la formulation dans le document texte. Certains membres aiment bien avoir des détails. Par contre soyez indulgents avec moi, car je ne suis pas un pro dans le domaine électronique, ni dans celui de fusion 360. Donc il est possible que vous ayez un peu de post production à faire, notamment en ce qui concerne les dimensions. Pour moi il s'agit juste d'un prototype, et comme il est fonctionnel ben cela me suffit. Il se peut que le circuit sous KiCad pose quelques problèmes, au niveau des empreintes de composants, mais il est tellement simple qu'à la limite le refaire ne prendrait que quelques minutes. Si vous avez des idées d'améliorations, ne vous gênez pas pour me les transmettre. Circuit Levelling.rar
  38. 3 points
  39. 3 points
    Salut ! Je découvre seulement ton post sur Freelabster et ce sujet m'intéresse. Alors... euh... je l'avoue... je plaide coupable, j'ai une annonce sur leboncoin pour louer mes services en impressions 3D (Montage, Réglage, Impression 3D, Conception/modélisation).... et je me suis aussi inscrit sur Freelabster... ou plus exactement, je me suis inscrit il y a 48 heures. Alors... pour la première fois, lors de l'inscription, Freelabster, m'a demandé de... imprimer un modèle. Petite précision : je me suis inscrit en tant que "Argent", et il y a 3 niveau d'inscription : "Argent" - "Or" - "Platine". Ces niveaux équivaut à Débutant, Intermédiaire, Confirmé/expert. Je me suis dit : "En m'inscrivant en tant que Débutant, on ne me demandera jamais d'imprimer un truc... hyper compliqué." Et là... surprise surprise... pour finaliser son inscription, et obtenir la "certification" il faut montrer de quoi on est capable. J'ai rien contre cela bien au contraire. C'est le modèle à imprimer qui me pose... des problèmes. J'ai 90 heures, pour imprimer une figurine de 6cm de haut. Vous me direz : rien de bien compliqué nan ? Justement... SI ! De un... j'ai tenté une première fois d'imprimer leur modèle, ce petit robot : poly-silver-6cm.stl Et... au vue du modèle... il faut... des supports ! Le truc bien chiant à imprimer ! Moi je vous le dit : Trop de support sur un petit modèle, c'est le risque qu'il passe direct à la poubelle. Le comble de l'ironie... le robot... ou plutôt le modèle STL est bourré de "bug" et de "défauts" pour ne rien arranger. Donc à la première impression... c'est un échec... j'ai tellement de support sous les bras, sous et dans les mains, sous la tête, sous les bras, sous les jambes, sous les pieds... En tentant de retirer les supports... que s'est-il passer selon vous ? Le modèle a été cassé ! Je l'avais dit : Trop de support c'est prendre le risque qu'il passe à la poubelle. J'ai passé 8 heures à imprimer leur petit robot une première fois... et il part à la benne. Je décide donc de l'imprimer, en changeant légèrement la position et la présentation sur le plateau du modèle... pour réduire et limiter le nombre de support. J'arrive à l'imprimer... mais tout ses supports... a fait un peu dégueulasse sur cette zone du modèle. Les pieds notamment... ont été encore âbimés en retirant les supports. Pour y arriver j'ai réduit la vitesse d'impression (à 20mm/s par moment, surtout les bras et les mains), je suis passé en 0.1mm... tout cela pour passer 14 heures à l'imprimer. Je ne m'attendais pas à autant de difficultés et de temps passer pour un modèle de 6cm. Une fois le modèle réalisé... je suis censé faire une vidéo de ce dernier pour montrer le résultat. Bref... ils vont pas être déçu de la vidéo. Je vais en profiter pour montrer la totalité des impressions réalisés sur ces 12 derniers mois pour comparer leur modèle et mes réalisations. Si j'obtiens la certification, je serai indemniser de 5€ pour le matériaux utilisé. Encore heureux que je paie mes filaments 22€/kg... j'ai dépensé que 2€ pour les 2 modèles... a la condition que j'ai réussi ma certification, je serai indemnisé. Enfin bref... pour en revenir à Freelabster : Ne compter pas faire fortune avec OU vous faire un complément de revenu. Sur l'ensemble de la France... il n'y a que 2 clients qui ont passés commandes de pièces à imprimer... L'un des 2 demande de réaliser aussi la conception... et il faut imprimer 1 modèle, mais à oublier de donner des indications précises sur le modèles à réaliser (une poignée de porte de douche), aucune information sur la taille et autres informations essentielles. Le second, c'est de réaliser un "Cardan" de 6cm et 4cm de diamètre destiné pour une voiture de modélisme radiocommandée... mais n'a pas communiquée les informations et/ou de schéma. PS : Freelabster ne fait pas très sérieux comme site, j'explique : Sur le formulaire d'inscription, il est indiqué "ADDRESSE"... oui... "ADDRESSE"... avec 2 "D"... l'orthographe, c'est pas leur point fort, j'espère qu'ils seront plus fort en impressions 3D.
  40. 3 points
    Me sens visé... Moi je produit de l'energie éolienne a force de brasser de l'air :)
  41. 3 points
    Ah lala, la recherche du mouvement perpétuel par des gens qui y consacrent toute leur vie, ça me fascine toujours.
  42. 3 points
    Pour remercie un participant, tu peux aussi cliquer sur le cœur au bas des posts (il possède d'autres fonctionnalités aussi ). Ça permet d'indiquer son "opinion" sans forcément devoir compléter par écrit un post.
  43. 3 points
    Je n'ai vraiment pas l'habitude de faire ça, mais je vais faire une exception pour vanter les louanges d'un commerçant français que j'ai trouvé sur ebay, à savoir i3d-Service https://www.ebay.fr/usr/i3d-service?_trksid=p2060353.m2749.l2754 voilà l'histoire : le ventilo (bed) d'origine de mon Anet A8 faisant plus de bruit qu'un autocuiseur en train de s'emballer j'ai décidé de changer pour un ventilo moins bruyant (avant qu'il ne tombe en panne ) et je me suis intéressé à celui-ci : https://www.ebay.fr/itm/Ventilateur-turbine-50x50x15mm-12V-Idéal-extrudeurs-imprimante-3D-Anet-A8-etc/173320564676?ssPageName=STRK%3AMEBIDX%3AIT&amp;_trksid=p2057872.m2749.l2649 . Tant qu'à faire j'en ai pris deux et j'en ai profité pour prendre aussi deux ventilos pour la buse, donc 4 en tout. Peu de temps après je reçois les 4 ventilos (juste avant Noël ) et je change illico le ventilo du bed.... et le ventilo une fois relié à la carte mère de l'Anet reste totalement inerte... merdam... j'essaie l'autre ventilo de bed, même histoire. Tant qu'à faire j'essaie les deux ventilos de buse d'extrusion, même combat... Pour dédouaner la carte mère (que j'avais de toute façon testée au voltmètre) je teste les 4 ventilos sur une alim 12V bricolée à partir d'un PC, pareil Après discussion avec le vendeur (par l'intermédiaire du site ebay) je lui renvoie (à mes frais) les 4 ventilos en expliquant qu'aucun ne fonctionne. Peu de temps après les fêtes le vendeur m'en renvoie 5, histoire de me rembourser mes frais d'expédition, et en plus il m'explique très courtoisement qu'à ma place il vérifierait l'alimentation ou les fils électriques de l'Anet car il a l'habitude de vendre ce genre de matériel et qu' il n'a jamais eu de problème avec... Bref, je retourne brancher les ventilos sur l'Anet et... même résultat !!! Aucun ne marche !!! Mais mon Dieu que se passe-t-il ? Et alors, je me souviens que j'ai effectué la manœuvre suivante il y a quelques mois : j'ai coupé les fils d'alimentation des ventilos près de l'extrudeur afin de ne pas avoir à tout réinstaller quand je change un ventilateur, en dotant l'arrivée d'une jolie petite prise micro JST pour faire la connexion... Et voilà... voilà... branchée à l'envers... évidemment.... qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ... Bref pour résumer, le vendeur était persuadé que ses ventilos fonctionnaient parfaitement, il était persuadé que j'avais un problème sur mon Anet, et malgré cela, il m'a renvoyé 5 ventilos pour 4 achetés avec juste une suggestion très courtoise qu'il serait possible qu'éventuellement j'ai pu malencontreusement sans y prendre garde faire une (grosse) con.... Et il avait raison le brave homme! Et bien moi je dis chapeau Monsieur le Vendeur, vous être un vrai commerçant comme on les aime... Je l'avais choisi parce que c'était une boutique française et que j'essaie quand je peux de favoriser le commerce local, même sur ebay... apparemment j'en ai été récompensé Au fait, j'ai dû faire une trace sur le ventilo avec un marqueur blanc : il fait tellement pas de bruit que je devais me convaincre qu'il était effectivement en train de tourner Donc non seulement i3d-Service est un très très bon commerçant, mais en plus ses fournitures semblent vraiment à la hauteur. Que ceci soit connu de tous ici sur ce forum en espérant que la modération ne trouve rien à redire à mes louanges car elles n'ont rien d'excessif !
  44. 3 points
    Oh l'autre, il vient me pourrir mon sujet...Tsss Nan je déconne, tu as bien fait, c'est bon à savoir ! Bon comme demandé, quelques photos du montage de l'AiO :
  45. 3 points
    @Zero Cool : si tu as réussi à enlever le pla fondu sans endommager la cartouche de chauffe et la thermistance, c'est déjà un bon début ... Pour la suite, je te conseillerai de démonter entièrement ta hotend, et tout doit se faire à chaud (il doit y avoir du pla sur les filetages de la buse, du heatbreak et du bloc de chauffe - cf photo pour la nomenclature), donc ATTENTION AUX BRULURES !!! Pour maintenir le bloc de chauffe, il te faut une clé de 20 ; pour la buse, une clé de 6. Pour faciliter le démontage, pas besoin de chauffer comme un bourrin : 80-90°. Le but est de nettoyer les "dégâts" occasionnés par la fuite. Une fois le nettoyage effectué, on passe au remontage et cela doit ressembler à ça : Le serrage de la buse s'effectue d'abord à froid : contact ferme puis à chaud (80°) serrage ferme. A faire sur le radiateur avec ventilateur de hotend en fonctionnement ... Comme cela t'a été indiqué précédemment, le ptfe doit être coupé bien droit et être en contact avec la buse (clips pneufit vivement conseillé voir indispensable). On l'insère bien sûr après les opérations de serrage de buse.
  46. 3 points
    Très franchement, passer de quelques protos à une centaine de machines à produire (quasiment toutes en même temps !) sans oublier de suivre ou promouvoir de nouvelles commandes (il faudra bien faire vivre la boutique une fois cette série produite) , c'est pas la même histoire. Je le dis tout net (même si ça pique un peu) : Marc, prend ton temps, fais nous ça bien comme il faut, assure la production de machines de qualité, il n'y aurait pas pire erreur que de se planter en voulant griller des étapes. Et vu la quantité d'innovations que propose cette machine, ça serait trop bête qu'elle se fasse descendre par la critique pour cause de malfaçons. Patience ... si elle marche d'enfer, on oubliera qu'on l'a attendu un mois (ou deux) ...
  47. 3 points
    Alors pour ce qui est de l'essai de la tête, il sera fait sur le blog à la demande de @Motard Geek donc il va me falloir quelques jours et pas mal de réglages/essais pour en tirer le meilleur et faire un essai aussi objectif que possible. En revanche, je pensais faire un tuto de montage, mais franchement vu la simplicité je ne pense pas que ce soit utile, ça se résume à mettre la tête en place, brancher, imprimer... De ce que je peux déjà vous dire après mes essais de chauffe et un premier print, c'est que l'AiO EST PARFAITEMENT COMPATIBLE AVEC L'U20 ! Quelques valeurs pour appuyer mes dires, à savoir que pour mes essais j'ai conservé la thermistance d'origine pour être sur d'avoir une information de température fiable, je n'ai pas encore essayé celle fournie avec l'AiO : Température demandée température inertielle atteinte température stabilisée 100° 113° 99/101° 200° 205° 199/201° 250° 251° 250 A savoir que pour mes essais de chauffe, je suis parti d'une température de 30° jusqu’à la température demandée. On note que plus on demande une température haute, moins on a d'inertie lorsque la chauffe se coupe. A savoir qu'en print à 200°, après quelques minutes la température est parfaitement stable à 200° avec de minuscules chutes de moins d'une seconde à 199°. Temps de chauffe de 30 à 200°: 1mn et 5 secondes Temps de refroidissement de 250 à 30° : 8mn Je note aussi qu'en plaçant ma thermistance sur le corps de chauffe (car il y a aussi un emplacement sur la buse) mon PLA imprimé à 200° est bien plus brillant qu'imprimé à la même température avec ma MK8, je n'ai pas encore essayé de mettre la thermistance dans la buse, mais avec ma configuration actuelle, je pense pourvoir baisser la température d'au moins 10° pour obtenir un rendu similaire à la MK8. En tout cas ça m'a aussi permis de tester mon fang complet, avec la plaque du chariot et tout le tintouin, ça fonctionne parfaitement, il va juste falloir que je modifie le support PCB car j'avais pas démonté le PCB pour prendre les mesures et du coup c'est pas génial ! Voilà, la suite dans l'essai complet de l'All in One, mais je vous met quand même quelques photos bonus !
  48. 3 points
    Ce tchat on le payait et il nous plaisait beaucoup mais les développeurs du forum ont décidé d'y mettre fin... +1 Je suis du même avis. Pour moi Discord c'est comme Facebook et les groupes Facebook, trop éphémère... On y retrouve sans cesse les mêmes questions que les gens ne prennent même pas la peine de chercher sur Google. De plus Google d'indexe même pas ces supports. Après je peux comprendre certains avantages de Discord. J'essaie en ce moment même de faire vivre Discord pour le forum WEareFPV.fr et ça demande beaucoup de modération afin que ce dernier ne soit pas délaissé... A l'échelle de ce forum je crois que ça serait impossible.
  49. 3 points
    Bonjour, Quelques chaines que je trouve sympa (toutes en anglais): J'ai essayé de ne pas faire doublon avec celles déja données. Impression 3D: 3D Printing Nerd : test de machine/filament, visite fabricant CNC Kitchen : test de machine/filament (très poussé) Ivan Miranda : Fabrication objets radio commandés en impression 3D (souvent très grand) Make Anything : Utilisation impression 3D pour réaliser des objets artistiques/originaux RCLifeOn : Beaucoup d'impression 3D, orienté modélisme Teaching Tech : Les bases de l'impression 3D. The 3D Print General : Impression + post traitement Maker wood The Samurai Carpenter : Construction bois selon les méthodes japonaises Maker metal: NYC CNC : Usinage CNC Alec Steele : Forge Maker divers: Tom Stanton : Réalisation de projets techniques, grosse étude théorique avant chaque réalisation TheBackYardScientist : Tests assez délirants The Hacksmith : Grosse équipe canadienne, réaliser des objets vu dans les films Robert Cowan : Sujets variés mais toujours techniques (impression 3D, combat de robot) Physics Anonymous : Un peu d'impression 3D, pas mal d'usinage ou de construction mécanique en général PeterStripol : Du véritable ULM électrique au grille pain sous marin... Olive RC : Construction de modèle RC (auto) David Windestal : FPV (il y a longtemps), rocket knife (pendant 1 an), maintenant collabore avec Giaco Whatever Brett McAfee : Cuir, bois Electronique: ElectroBOOM Video sur l’électricité (très marrant)
  50. 3 points
    Et voilà... la télécommande de l'imprimante... pour allumer et éteindre l'imprimante à distance : Non... vous ne rêvez pas... cela ressemble bien à ce que vous pensez... PS : désolé... j'ai pas trouvé d'image plus grande. Sur cela... "Autobots... TRANSFORMATION !"
×
×
  • Créer...