Aller au contenu

Filament ABS

DidierV

Membres
  • Compteur de contenus

    21
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Jours remportés

    2

Réputation sur la communauté

42 Excellente

À propos de DidierV

  • Rang
    3D Newbie

Information

  • Imprimantes
    Creality CR10 S5

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Le bac d’anodisation : C’est là que vous sortez l’imprimante 3D ! Commençons par trouver un bac adapté à l’anodisation, ou plutôt aux pièces que vous voulez anodiser ! Que vous anodisiez avec un petit bain de 2 litres ou de 1000 litres, le procédé est strictement le même ! Et comme tous les bains sont permanents, je vous recommande de commencer petit, entre 2 et 8 litres. Si vous avez besoin de plus gros, vous n’aurez qu’à augmenter le volume des bains. La forme idéale, pour plusieurs raisons que nous verrons, est un sceau rectangulaire assez haut. Commençons par faire
  2. Petit résumé et derniers conseils sur la préparation des pièces : On a lavé, décapé, désoxydé (et rincé à chaque étape). Voici une petite vidéo qui résume la phase de préparation. Vous verrez qu'en vidéo, c'est assez simple (Attn modérateur : C'est une vidéo non répertorié pour les forums ou les produits ne sont pas cité ) Vous imaginez bien que vous n’allez pas tenir la pièce avec vos doigts… Alors, il faut l’attacher. L’attachement est un des point crucial de l’anodisation. « Si la prise d’origine est l’art du tourneur, l’attachement est l’art de l’anodiseur » (Cit
  3. Du coup, j'espère que le fond sera au niveau
  4. 3ème étape : La désoxydation. La désoxydation a 2 buts : - Éliminer les éléments d’alliage oxydés par le bain de soude, - Neutraliser les résidus de soude. Ici aussi, c’est un bain permanent avec une très longue durée de vie à une condition : Après décapage, soignez les rinçages ! La soude est une base, le désoxydant est un acide. Quand on mélange les deux, on les neutralise. C’est un bain qui n’émet aucune vapeur et hormis que la pièce deviendra bien blanche, aucune réaction. Pour monter le bain, il faut utiliser un produit dédié ! Le fabriquant doit vous donner
  5. 2ème étape : Le décapage. Le décapage a 2 buts : - Ronger la couche naturelle d’alumine qui se forme au contact de l’oxygène, - Oxyder les éléments d’alliage de l’aluminium. C’est aussi un bain permanent qui vous servira très longtemps ! Pour le monter, utilisez un bac en plastique (Le PP5 très courant résistera des années). Procurez-vous un litre de lessive de soude (dans les 2€ le litre en super-marché de bricolage). Voici comment faire : Montez le bain en versant de l’eau déminéralisée puis la lessive de soude au ration de 1 pour 6 : Une dose de soude po
  6. 1ère étape : Le lavage. Le lavage est un vrai poste dans la ligne d'anodisation. Son but est de dégraisser sans attaquer l'aluminium. Pour cela, le mieux est d'utiliser un produit spécifique. Vous trouverez des bases chargées en tensio-actif qui permettent de créer des bains permanents spécifiques à l’anodisation. Un tensio-actif, c’est une petite bête avec des bras costauds, qui prend les corps gras et les rassemble pour en faire une bulle. Cette bulle ne se dissout pas dans le bain, mais remonte à la surface et flotte. Pour ceux de ma génération, Coluche a théorisé ce sujet ;-) Cel
  7. Préambule sur la sécurité (avec une pointe humour ;-) ) : Tous les produits et techniques cités ci-après sont utilisables par n’importe quel adulte qui a survécu à l’adolescence… Si vous êtes du genre à meuler avec une disqueuse sans lunettes, tournez-vous vers la culture des poireaux et laissez tomber l’usinage, la chaudronnerie et l’anodisation, c’est pas fait pour vous. Pour ne pas se blesser, quelques règles simples : - Gants et lunettes : Tous les produits chimiques, sont dangereux ! Mais aucun de ceux que je cite ici vous rendront aveugle ! Si vous n’écoutez rien, que vous trav
  8. Bonjour à tous, Suite au post Je vous propose un tutoriel qui va tenir compte du fait que si vous êtes ici, vous avez certainement soit une imprimante 3D, soit une CNC, ce qui va grandement faciliter les choses. Déjà, comme je pense que chacun devrait préciser s'il est dans la tranche des amateurs ou des pro, je vous précise que ma boite vend des produits pour anodiser. Les modérateurs me signaleront s'ils acceptent que je donne les liens des produits que je cite ou pas. Au pire, je vous donnerai les mots-clefs de recherche en français et anglais, vous tomberez sur les 3 ou 4 b
  9. Bonjour Francis, C'est le gros problème en anodisation amateur : Comme en usinage ou en impression 3D et d'une manière générale, dans tous métiers technique, le résultat est une suite de processus et d'étapes : Pour fraiser, tu le sais, il faut avant de monter une fraise avoir une machine stable. Le meilleur outil sur un bouzin plein de jeux ne donnera rien, comme le meilleur fil sur une buse à 3mm du plateau. Hors, en anodisation, c'est pareil, sauf que l'on ne vois généralement rien... Ton colorant ne prend pas, mais de quoi ça vient ? Colorant ? Couche anodique ? Alliage ?... Alors, le
  10. Bonjour à tous, Je suis tombé par hasard sur ce post. Il se trouve que l’anodisation est mon job : Notre société propose pour les professionnels (usineurs, bijoutiers, cosmétique, …) l’éducation (lycée technique, labo de fac, fablab, …) et les amateurs, des lignes d’anodisations. Mais, nous vendons aussi les produits nécessaires au détail. Divers à raison : Soit vous voulez du clef en main et là, autant acheter un kit, soit vous êtes bricoleur et il est assez facile de réaliser vous-mêmes les équipements, surtout qu’une imprimante 3D est un outil vraiment top pour cela : Beaucoup des
  11. OK, Mais je ne peut pas te répondre, je fais un remplissage de 100%.
  12. Bonjour et merci de ta proposition, mais je n'en aurais pas besoin. Le petg que j'utilise me donne pleine satisfaction. La buse est une 0,4. Le chevauchement Tu entend quoi par la ?
  13. DidierV

    CR10 S5

    Bonjour Fran6p, J'ai compris, après bien des recherches, une chose idiote qui m'avais échappée : On ne peut pas éditer le firmware dans l'imprimante et le ré-injecter... Je m'étais mis ça dans la tête et du coup, je ne comprenais rien aux divers tutos... Comme quoi, quant on débute, on part des fois en travers sur des choses basiques pour celui qui a un peu d'expérience Bref, j'ai donc édité le dernier Marlin (avec l'aide précieuse d'un ami) modifié les paramètres de surveillance des délais et hystérésis de température, compilé et injecté le Marlin avec une liaison GPIO du Pi vers l
  14. DidierV

    CR10 S5

    Mise à jour après une journée à chercher... En fait, pas de problème d'axes, c'était une bêtise honteuse de ma part , je ne m’étendrais pas plus sur le sujet... Reste ce problème de température ! Aprés avoir avalé un gros paquets de post sur ce forum et ailleurs, je vois 3 solutions : - Soit le capteur de T° de la buse est HS et donne de fausses informations, résultat "Heating failed, system stopped! Heater_ID: 0" - Soit la cartouche chauffante est HS, résultat "Heating failed, system stopped! Heater_ID: 0" - Soit comme sur ce post : et comme l'explique @Dal, c'
  15. DidierV

    CR10 S5

    Bonjour à tous, Je viens d'installer octopi sur un rasp 3 pour ma CR10S5. J'ai 2 problèmes : 1/ Quand je lance un print (par exemple avec un bed à 60° et la buse à 200°), quand le bed atteint 60°, la buse chauffe, ce qui est normal. Le plateau redescend à 59° et la, la buse arrête de chauffer pour attendre que le plateau remonte à 60°. Du coup, la buse ne peut pas atteindre les 200° et le print ne démarre pas. C'est un problème que je n'avais pas avant l'installation d'octopi. 2/ Je ne parviens pas à bouger les axes depuis octopi... Je me dis que ça viens du Rasp ou d'Octo
×
×
  • Créer...