Aller au contenu

Filament ABS

thot-aime

Membres
  • Compteur de contenus

    78
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

5 Neutre

À propos de thot-aime

  • Rang
    3D Newbie

Information

  • Genre
    Masculin
  • Lieu
    Paris
  • Imprimantes
    Disco200 custo

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. oui le mat c'est pas cher mais c'est pour (généralement) les plaques ou pieces plattes. pour les forme gauche, ou non développable (exemple un sphère) il vaut mieux du roving (la maille n'est pas fixe et se "détend" pour s'adapter a la forme du support, modèle). tu le vois quand tu essaie d'enfoncer ton doigt dans le tissu tendu, les mailles vont glisser entre elle et ça va créer une espèce de boule dans le tissu. voilivoilou. on apprend en se trompant.. :-) pour la chaleur, c'est normal et nonobstant le mélange à l'arrache, évidement a proscrites, la réaction exothermique dépend de la quantité de resine un situ. c'est a dire que même avec un dosage parfait, plus c'est épais, plus ça chauffe, pour des pièces fragile il faut séparer le travail en fine couche (et donc tissu de fibre de calibre très fin plutôt que du gros mat epai) de manière a éviter la chauffe. et aussi proscrire le "remplissage" de zone/trou avec de la résine sur la pièce. perso je prend des vieux pots de yaourt en verre que je jette, ou pour les ecolo, de vielles balle de tennis coupée en 2 (une fois polymérisée, on met la balle dans un étau et la résine se d'école et la balle est réutilisable..:) astalavistabyebye!
  2. salut, juste pour dire que j'ai un essai en cours sur la compression : simulation de serrage de deux pièces en pla par vissage. j'ai fait simple. un cylindre diam 20 avec perçage diam 6. 3mode d'impression sans remplissage. -pièce 1. couches ep. 0.33 mur 0.8 - piece 2. couches ep. 0.33 mur 0,5 - piece 3. couche ep. 0,15mm mur 0.5 assemblage simple via un ressort de compression appliquant une force de 100Newtons sur les deux surfaces dessus-dessous du cylindre (via rondelles). résultat. après 1 semaines : - pieces 1 et 2 : perte de 5% - pièce 3 : pas de perte ccl. fine couche -> plus de matière -> plus tassé -> moins d'espace à combler lors de la compression -> plus résistante (principe de l'éponge sèche VS éponge humide...) jusqu'ici ça reste logique.. je laisse en charge pour voir ce que ça donne sur le long terme... bientôt (quand j'aurai un peu de temps libre le midi au taf) test dynamique et analyse de la raideur des pièces en PLA. (juste pour le fun) des pièces remplie n'auraient donné que de très faibles deformations et a long terme.je test les ep de couches d'abord. la suite au prochain numéro. astalavistabyebye.
  3. si c'est une pièce (jeton) au pire tu la modélise en 1mm d'ep avec des couches à 0,1 tu arrêtes la machine à la 5eme couche et voilà... (j'avoue, c'est capillotracté) sinon il y a peut être un paramètre à changer dans le XML du soft.
  4. sympa comme réglages, mais je suis resté sur CdB... donc pas possible.. je me cantonne à modifier le XML de CdB.(vu mes problèmes de claquages, c'est 10x plus galère avec un autre slicer) mais comme je n'ai pas de soucis avec solidworks, je préfère intégrer tout ça "en dur" dans la pièce du coup. Je pense que je vais rester sur mes pièces identiques à l'injection pour commencer, mais sur ma prochaine imprimante (conçu et fabriquée perso de A à Z, ramps1.4 et repetier je verrai pour ce type de détails). ça aura au moins l'avantage de pouvoir être transposé sur toutes les imprimantes et slicer (ep. de couche + remplissage à 100% et température de fil) quitte à donner les STL des pièces pour tester par d'autres. c'est quel logiciel dans ton exemple?
  5. Bonjour, c'est surtout le principe du contre-plaqué... :-) Je comptait faire un test de contrainte de serrage pour voir de combien le pla flux, mais comme je travail en pleine matière (voir mon post précédent) cela aura vraisemblablement des résultats positifs. je vous tiendrais au courant. (je pensais à 50-100N sur une semaine. on verra bien les résultats) Les slicers et leur méthodes d’évidement ont été fait pour des objets "déco" et non mécaniques, privilégiant la tenue "relatives" de la pièce ainsi que le retrait "uniforme" de l'ensemble. Méthodes arbitraire à proscrire pour des pièces un minimum sollicitées (pour info : un boulon assemblant deux pièces est une sollicitation mécanique...) Je me suis heurté à des problèmes de retrait critiques du fait de la géométrie de mes pièces (je ne suis pas spécialiste de l'injection plastique et j'ai suivi bêtement les info glanées ici et là sur l'absence de retrait du fait du couche par couches et du refroidissement instantané de la zone extrudée... mais il n'en est rien!) Il est clair que pour des pièces mécaniques il faut se conformer aux règles de l'art de ce domaine pour la conception (ep. constantes, contre-dépouilles etc. ) plus quelques autres que je dois encore mettre en évidence (géométrie et stratégie de forme en fonction de l'orientation et de l'effet du couche-par-couche). Je comprend maintenant pourquoi les pièces de structure des reprap sont de "grossiers" blocs massifs... c'est pas par facilité mais par obligation qu'ils font des cubes percés bien massifs (à 30% de remplissage) et donc longues à imprimer et non de belles pièces nervurées pour rentabilisé les couts matières et le temps... Pour exemple, sur un disque nervuré hauteur 15mm (6 branches de profil triangulaire largeur 6 ep 4) comme une jante de vélo, ø130ext et ø60 intérieur, j'ai un défaut de planéité de 0.5mm, entre le ø60 et le ø130 DE LA FACE SUR LE PLATEAU... c'est donc un retrait après décollage... ma stratégie originelle étant de privilégier le temps d'impression et le cout matière, (et les retracts à cause de ma tête capricieuse) mais je vais devoir revoir ma copie. J'ai passé la pièce à la toile pour enlever la surépaisseur au centre, et je reviens à 0.04mm de planéité après pas mal de temps... (toiles émeri à grain dégressifs posées sur le marbre, pour les curieux:) Je ne pourrai de toute façon pas utiliser cette pièce mais je voulais savoir si c’était possible de descendre en dessous du 1/10 sur ce type de pièce (imprimé en rapide couches de 0.33 mur de 0.5mm - 40min, mode perso) : done! Tout ça pour conclure que les slicers ne sont pas conçus pour tenir compte des contraintes mécaniques finales des pièces et qu'il faudrait s'en extraire pour essayer de robustifier mécaniquement l’évidement et la décomposition en couches au niveau des pièces (évidement intégré à la conception et impression à 100% de remplissage) : dans cette perspectives seul le croisement à 90° des couches est "figé" et non contournable. seul le 90° est figé car suivant l'orientation des pièces sur le plateau l'angle change car finalement le croisement se fait toujours à 45° par rapport au plateau. donc on peut orienter les plaques suivant la sollicitation! Dans cette configuration on se retrouve dans le cas de figures des construction en contreplaqué bois usinées (bloque multipli usiné ensuite dans la masse), la littérature devrais être disponibles sur ces sujets. Une méthode consisterai à produire des plaques de contreplaqué PLA de 2-3-5-10-20 couches et d'étudier les caractéristiques mécanique de cette structure simple (module d'young, limite rupture, limite élastique, à voir si la limite de traction en délaminage est judicieuse pour les adeptes du collage). Ensuite suivant les résultats ça nous donnera des infos à corréler avec les études existantes sur le contreplaqué (en marine, ça à forcement du être étudié), ou (je suis optimiste) intégrer dans les matériaux custom des logiciel de RDM... mais là je suis un bisounours! Je suis d'ailleurs curieux de savoir si une pièces composée de plusieurs plaques (imprimées plates) distinctes pressées sur un moule de forme et ensuite passée au four (pour solidariser les différentes plaques) donnerai comme résultats pour le fun (méthodes de fabrication des ailes d'avion et coques de bateau). Mais je persiste et signe tout de même dans mon objectif de faire des pièces nervurées, élégantes, résistantes et "design" (c'est relatif, hein...) astalavistabyebye!
  6. petite remarque technique pour les curieux n'oublions pas que c'est de la stratofabrication DIY les gars... ctadire que vos résultats ne seront dans l'absolu dans le meilleurs des cas approximatif de par le fait que "personne" ne sera capable de reproduire vos conditions de fabrications... (T°C ambiante, matière, T°C d'extrusion, cohésion des couches etc...) bref, le bon sens dans la conception est la meilleure arme pour des pièces solides. Perso pour mes pièces sollicitées (et c'est déjà un Non-sens de faire des pièces sollicitées en FDM plastique DIY..) : je conçois directement mes pièces en coques de 1mm de paroi avec des zones pleines localisées dans lequel les par exemple je place des perçages de diam1mm pour le positionnement (et je laisse de la matière autour pour la distribution de l'effort) de futur perçages en post-prod (usinage). j'ai un mode de remplissage "structure" remplissage 100% et dessus-dessous-paroi à 1mm. (j'oriente moi même le nid d'abeille si necessaire selon la contrainte). j'ai testé sur quelques pièces en PLA et c'est bien plus rigide qu'en coque "standard". faut savoir aussi, (je dis ça pour les non-mecaniciens) que le plastique comme son nom l'indique est plastique au sens premier du terme. c'est a dire que sous contrainte il se déformera inévitablement de façon inperceptibles pour les plus solide (PEEK,PEI,hytrel etc) plus visible pour les POM, PTFE,ABS,PLA etc. c'est le phénomène à l'origine des resserages de boulons réguliers sur les structures en PLA des reprap... (N'hésitez pas à me corriger si j'ai dit des conneries, évidement) en revanche je suis curieux de voir ce que donnerai un recuit de stabilisation sur ces pieces, j'ai posé la question a un expert materiaux qui n'a pas su me repondre sur les T°C et temps de maintient à faire. a+
  7. salut, salut, sinon tu prend le montage de tircown et tu mets une balance sous l'eprouvette (de cuisine pour les éprouvettes fines et un pèse personne electronique pour les éprouvettes résistantes..) après tu appuis de ton poids en douceur sur l'extrémité du levier en regardant la balance et quand ça casse tu auras le poids, donc la force de contrainte à la rupture. (il y a pas de calcul à faire... ça veux dire que j'ai gagné ou pas? :-) astalavistabyebye!
  8. plasticrete... oui. c'est compatible avec le PLA? j'avais compris que le PLA n'aimait pas les liquides... du coup avant la polymérisation la phase liquide de la résine doit a minima attaquer la tension de surface des fils fondues et provoquer une possible délmination (sais pas si ce mot existe mais c'est pour dire que les deux matière ne vont pas adhérer l'une a l'autre). ou je me plante? (jamais utilisé pour être honnête)
  9. salut! tu parle de résine comme le plasticrepe (poudre blanche et liquide blanc et résine brun clair une fois polymérisée) non, j'ai pas dit farine lait et patte doré !.. merci a+
  10. ne la ressere pas à froid. attention au grippage : sur des pieces soumises à temperature et de matieres differentes, on ne monte pas à froid, sous peine de casse et/ou de grippage. ce 1/4-1/2 tour est nécessaire pour ne pas sceller la buse à la première chauffe (dilatation du laiton dans l'alu) plus bas dans la notice, le serrage finale se fait à chaud (buse dilatée donc) le moyen de vérifier le bon serrage est de mettre en chauffe la tête et vérifier le serrage de la buse dans le bloc d'alu. a+
  11. ... demande à oracide qui a sa dago dans sa cave, ça ne l'aide pas plus... mais c'est sur que quand j'utilise mon four et que j'imprime en même temps c'est pas l'idéal... (ma dago est sur le sol de ma cuisine quand je l'utilise)
  12. sonde de T°C décalée : plus assez chaud, donc blocage, ta essayé contrôler ça? (30°C de plus..) (jpe me trompé aussi) t'es bon pour le sav..
  13. salut, bonne piste ça! tu pourrais nous donner tes paramètres de vitesse et couche. ça fonctionne avec tous les profils? le plus rapide c'est un screen de CbD et un screen de ton XML (pour les profil et vitesse).. (sinon je veux bien ton XML pour tester..:-) Je confirme pour la première couche, j'ai bougé le capteur de belleveling et je suis bon pour refaire mes expériences pour trouver le bon offset de première couche... (trop bas, claque direct, je soulève le chariot X et ça fonctionne nickel..:-( merci à toi pour le retour!
  14. Bonne nouvelle! content de voir que tu vois le bout du tunnel. (ta bobine est sauvée... :-) mais, mais, mais.... La conclusion peut donc être : Arrêter de s'obstiner à coller des rustines sur des têtes non-conformes et demander une nouvelle tête à dagoma! J'avais pas osé prendre le problème sous cet angle...
  15. J'avoue, bien le pseudo et la photo..
×
×
  • Créer...