Aller au contenu

Filament ABS

sabre

Membres
  • Compteur de contenus

    13
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

1 Neutre

À propos de sabre

  • Rang
    3D Newbie

Information

  • Genre
    Masculin
  1. bonjour, le PVB a un intérêt, c'est d'ailleurs une des deux caractéristiques utilisées en industrie, c'est quand il n'est pas teinté, sa transparence. Un simple post traitement par polissage permet un clarté bien supérieure aux autres filaments.
  2. @cervusint en chimie tout est détail et méthode et quand on voit la façon dont sont nettoyées les pièces, il n'est pas étonnant dès lors que les pièces aient des défauts où se fissurent dans le temps. peux tu m'éclairer sur ta phrase : tout ce qui est mou ...
  3. merci @Nover83 ok je ne comprenais pas ta première réponse car ça parle exclusivement du calcul du temps d'impression si tu peux prendre le temps de me remonter ces infos ça serait super car ça pose question
  4. bonjour @Nover83 cette information est fourni par un fabricant de résine où d'imprimante 3D ? aurais tu un lien pour mieux comprendre ? merci d'avance
  5. @legired tant mieux mais ça ne se voit pas forcément à l'oeil nu, ça serait trop simple. Si en labo on utilise du verre ça n'est pas par hasard.
  6. @yosi5772 pour les temps d'exposition de la Mars pro 2, regarde le profil standard conseillé par Elegoo. Pour le reste je suis chercheur en chimie et je collabore avec plusieurs sociétés dans le domaine de l'impression 3D.
  7. bonjour, le chimiste que je suis, ne peut qu' encourager l'utilisation des bac en verre et non en plastique. L'utilisation d'un diluant où d'un solvant dans un bac en plastique crée un échange entre le bac et la solution et vous obtenez un dépôt sur la pièce que vous souhaiter nettoyer. Si on fait un parallèle avec la cuisine, on peut voir cela comme une contamination croisée.
  8. bonjour, @yosi5772 ce décollement est tout à fait logique et prévisible. C'est un phénomène lié à la rétractation de la résine et c'est amplifié par tes paramètres. tu es en surexposition, sur une Mars 2 pro pour une épaisseur de couche standard de 0.05 mm on est à 2 où 3 s de temps d'exposition et là tu as 8 s pour une couche de 0.02 mm. Ce qui se passe c'est qu'à chaque couche tu photopolymérise un peu la couche précédente qui qui gonfle et se rétracte selon l'axe le plus long de ta pièce.
  9. bonjour @Bud.fr effectivement on ne peut contrôler cet aspect du rayonnement solaire et les résines ayant souvent une température supportée inférieure à 80°C il vaut mieux se poser cette question. Si on se contente de réfléchir les rayons sans les concentrer ça fonctionne.
  10. rebonjour @Bernard Huc l'utilisation du soleil a 2 avantages majeurs, l'énergie disponible et là il n'y a pas photo c'est le cas de le dire avec un four UV. Le second avantage c'est que tu auras obligatoirement la longueur d'onde précise adaptée à ta résine. et tu l'as déjà constaté par toi même cela permet une vitesse de photopolymérisation plus importante. revers de la médaille, certaines longueur d'onde sont néfastes pour les résines incomplètement photpolymérisées mais on retrouve ce problème tant avec le soleil qu'avec les fours UV grand public, pour les fours UV c'est lié au vi
  11. la plupart des marques ne publient que peu de données. Sans être trop techniques, dans les résines qui nous intéressent il y a 2 grandes familles de polymères, les biosourcés et ceux issus du pétrole dans laquelle rentre les 3 que tu cites.
  12. bonjour, tant qu'elles sont formulées avec le même polymère, tu n'auras pas de souci ce qui est le cas des 3 marques que tu cites.
  13. bonjour @guda comme je vois que tu te poses un certain nombre de question et que ça recoupe mon domaine d'activité, je partage quelques infos. la température de fléchissement sous charge est la température où une éprouvette rectangulaire posée sur 2 appuis va se déformer sous un effort appliqué en son centre. Le hic c'est qu'il existe plusieurs valeurs d'efforts et plusieurs normes et que l'on a du mal à se représenter cela concrètement. pour l'effort le moins important vu que tu indiques ne pas avoir de contraintes, imagines une pression de 4.5 kg par cm2 avant fléchissement po
  14. voilà une petite présentation comme le veut la coutume chercheur en chimie, je collabore depuis presque 2 ans avec une startup oeuvrant dans le domaine de l'impression 3D, un monde extraordinaire qui permet beaucoup de créativité. je viens ici complété ma culture et mes connaissances. bonne année 2021 à tous
×
×
  • Créer...