Aller au contenu

Filament ABS

ZeblodS

Membres
  • Compteur de contenus

    30
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

Information

  • Imprimantes
    Creality Ender-5
    Custom cube CoreXY

Visiteurs récents du profil

173 visualisations du profil

Récompenses de ZeblodS

Explorer

Explorer (4/14)

  • Dedicated Rare
  • First Post
  • Collaborator
  • Conversation Starter
  • Week One Done

Badges récents

24

Réputation sur la communauté

  1. Ça a un peu avancé cette semaine, j'ai terminé l'assemblage du boitier de commande. Quelques photos des différents éléments avant assemblage. Je ne rentrerai pas dans le détail, tout est expliqué trois messages au dessus : L'étage du bas avec les trois alimentations et l'USB 3 pour la face avant. L'étage du milieu est celui avec la Duet3 6HC et le Raspberry Pi 4 montré dans le message précédent. Rien de nouveau à part le fait que j'ai tourné la Duet3 de 180° pour ne plus avoir la nappe sur le dessus : elle est maintenant proprement pliée sous la Duet3 ce qui fait beaucoup plus propre. Je n'ai pas refait de photo avant de faire le montage. L'étage du haut avec les relais 30A sur le dessus, et en dessous les shunts pour les ampèremètres. Les gros câbles principaux d'alimentation sont en 12AWG. L'arrière, avec toutes les connectiques, les disjoncteurs, le ventilateur, et les trois MOSFET qui amplifient les signaux venant des modules de capteurs de fin de course (afin d'avoir assez de jus pour les LEDs en façade, câblés sachant que X et Y détectent en niveau haut, et Z en niveau bas). Les fils basse tension fins sont en 26AWG et les plus épais en 18AWG. Les fils secteurs sont en 1.5mm². La face avant, avec l'interrupteur pour le module d'alimentation du Raspberry Pi, toutes les LEDs derrière des voyants, les voltmètres/ampèremètres, et le circuit de commande des bandeaux LEDs de l'imprimante (avec son convertisseur 5V -> 3V). L'impression au niveau de la couche de blanc pour les voyant n'est pas parfaite, l'impression bi-couleur sur l'Ender-5 n'est pas mon fort, mais ça rend plutôt bien quand même. C'est un peu le fouillis niveau câbles, j'en ai fait certains un peu plus long que nécessaire pour faciliter l'assemblage. Mais tout rentre et l'air circule, c'est l'essentiel. La Duet3 est entièrement câblée, tout arrive comme il faut sur les connectiques à l'arrière. Photos une fois le tout assemblé. Le flash fait ressortir tous les défaut de la première couche, heureusement en vrai c'est bien moins visible. Tout s'assemble parfaitement, même si il a fallu pousser un peu par moment... Et allumé. Seul le voyant d'allumage est illuminé ici, je ferai des photos avec les autres voyants une prochaine fois. Pour l'instant rien ne tire sur le 12V (enfin il y a le ventilateur qui tourne à minima à 20% via PWM, mais moins de 100mA de consommation du coup), et seule la Duet3 en standby tire sur le 24V. Et finalement, les deux webcam qui serviront à monitorer l'imprimante. Un endoscope qui sera en ligne directe sur la buse d'impression, et un grand angle qui sera monté en haut de l'imprimante au niveau d'un angle pour une vision plus générale. Branché via un tout petit hub sur le port USB à l'arrière. Le système Duet Web Control ne permet d'afficher qu'une seule camera, donc j'ai recomposé une image de webcam virtuelle (avec v4l2loopback et ffmpeg) pour afficher en une fois l'image des deux caméras, redimensionnées et tronquées afin d'avoir quelque chose de lisible sur l'écran du boitier de commande. Le process prend en permanence entre 50% et 70% d'un core du Raspberry Pi 4 (sur 4 cores disponibles), c'est pas rien mais ça ne devrait pas poser de problème lors de l'impression. C'est tout pour le moment.
  2. Une fois de plus, le projet a du être mis de côté pendant plus longtemps que je ne l'envisageait initialement. J'avais commencé à assembler mon boitier de commande, mais je me suis aperçu que la communication entre mon Raspberry Pi 4 et ma copie chinoise de Duet3 6HC ne se faisait pas... J'ai essayé tout ce que je pouvais pour résoudre le soucis, à savoir : Mettre à jour le firmware sur la Duet avec l'utilitaire BOSSA, le logiciel arrive à écrire le firmware et à le vérifier sans soucis, j'ai essayé plusieurs versions mais aucune communication, Mettre à jour le système d'opération DuetPi avec la dernière version en ligne, vérifier que le SPI est bien activé, mais aucune communication, Essayer sans les modules additionnels du Raspberry Pi au cas où le soucis viendrait de là, mais aucune communication, Vérifier qu'électriquement les pins communiquent bien entre la Duet et le Raspberry Pi avec un testeur de continuité, j'ai une bonne connexion sur les bonnes pins, mais aucune communication, Dans le doute j'ai même essayé avec des câbles Dupont volants entre les deux cartes, mais aucune communication, Essayer un autre Raspberry Pi que j'ai à la maison, un modèle 3 ce coup ci, mais aucune communication, Essayer différent arrangements d'alimentation (indépendante sur les deux, Raspberry Pi alimente les deux, Duet alimente les deux), mais toujours aucune communication... Bref, je me suis résigné à déclarer cette copie chinoise de Duet défectueuse, et à commander une Duet3 6HC officielle chez un des revendeurs agréés. Une semaine et 260€ plus tard, me voilà avec la fameuse carte bleu entre les mains. Je la branche comme je l'avais fait initialement et miracle (ou pas en fait) ça fonctionne du premier coup ! Ça m'apprendra à prendre une copie en espérant faire des économies... Petit banc d’essais avant de me risquer à réassembler le boitier de commande. Du coup j'ai effectué tous les réglages systèmes (hors paramétrage de l'imprimante que je ferai une fois tout branché) : Installer DuetPi sur le module SSD 128Go branché en USB3, donc aucune carte SD n'est utilisé (ni dans la Duet3, ni dans le Raspberry Pi 4), Installer les scripts pour le module d'alimentation et la gestion du ventilateur en fonction de la température du Raspberry Pi, et vérification du bon fonctionnement, Installer uStreamer et vérifier que la caméra endoscope qui sera sur la tête d'impression fonctionne bien, Divers petits détails comme cacher le curseur, mettre tout ce qu'il faut dans des scripts de démarrage, etc. Bref, c'est reparti. La suite très prochainement je l'espère.
  3. Ça fait un petit moment depuis le dernier message, le projet est toujours en cours mais j'étais en attente de certaines pièces. J'ai quasiment tout reçu, et le long weekend dernier j'ai pu bien avancer sur l'assemblage des différentes parties du boitier de commande, et la création des faisceaux de câbles (mesurer, couper, dénuder, sertir et souder les connecteurs, chauffer les gaines thermo, etc.) ce qui a pris des heures... Ce soir j'ai enfin fait les premières connexions à blanc pour tester tout le circuit 230V, les trois alimentations et les voltmètres. J'ai chargé le 12V avec un "séchoir à filament" pour tester l'ampèremètre. Toute cette partie semble fonctionner correctement, c'est déjà une bonne chose.
  4. Bonjour à tous. Je vais pour mon projet en cours utiliser trois modules voltmètre/ampèremètre pour mesurer les différentes tensions et la consommation sur chacune d'elles. J'aurais donc trois alimentations Meanwell (LRS-50-5 pour générer du 5V, LRS-75-12 pour générer du 12V et LRS-200-24 pour générer du 24V), et j'aurai donc besoin d'avoir une masse commune (car c'est comme ça que sont câblés les cartes contrôleurs, toutes les tensions ont la même masse commune). Or, le module me sort un schéma de câblage comme ceci : En précisant bien en rouge que le shunt (qui permet de mesurer le courant) DOIT ETRE câblé sur la partie négative, au risque de cramer le module si branché sur la partie positive. Du coup, le câblage qui me semble logique pour que ça fonctionne est le suivant : La masse commune est prise APRES le shunt de chaque alimentation, il me semble qu'avec ce montage je respect le schéma indiqué pour pas cramer mes modules et je suis bon pour pouvoir mesurer le courant de chaque alimentation/tension. Ais-je raison ? Ou me trompes-je ?
  5. J'ai terminé la conception du boitier de contrôle pour l'imprimante. J'ai attaqué l'impression des éléments, j'ai déjà la plupart des éléments qui vont dedans, mais je suis encore en attente de certain donc la réalisation ne sera pas pour tout de suite. Le boitier est un cube de 225mm de côté, avec une partie coupé en angle pour l'écran en face avant. C'est la taille maximal que je suis capable d'imprimer sur mon Ender-5, donc c'était ma limite. Le boitier à également un rez-de-chaussé et deux étages internes pour y monter les éléments qui prennent de la place. Les différentes partie sont fixés entre elles via des vis directement prises dans le plastique, sont imprimés à 0.2mm, font 5mm l'épaisseur et remplis à 50% pour que ce soit solide. Les étages font 10mm d'épaisseur pour être certain que ça ne ploie pas du tout. Face avant : - Ecran LCD Waveshare 7 pouces (capacitif, 1024x600 pixels) branché sur le Raspberry Pi. - Bouton poussoir momentané et LED blanche POWER connecté au module d'alimentation du Raspberry Pi. - Trois LED vertes pour un retour visuel des signaux endstop X, Y et Z. - Deux LED bleus pour un retour visuel des commandes ventilateur de l'élément chauffant de la tête d'impression (Hotend) et de la pièce imprimé (Part). - Deux LED rouges pour un retour visuel des commandes des éléments chauffants de la tête d'impression (Hotend) et du lit d'impression (Bed). - Module de commande sans fil des bandeaux LED qui sont sur l'imprimante (accessible en face avant via un bouton rotatif/poussoir) avec un petit convertisseur 5V vers 3V pour remplacer la batterie CR2032. C'est le module qu'on aperçoit sur les photos de l'éclairage de l'imprimante. - Prise USB3 de façade connecté au Raspberry Pi pour une éventuelle clef USB. - Trois modules voltmètre/ampèremètre courant continu avec shunt externe pour monitorer le 5V, 12V et 24V. - Module voltmètre/ampèremètre courant alternatif avec capteur de courant sans contact pour monitorer le secteur qui alimente le lit chauffant. Arrière : - Ventilateur 120mm Noctua NF-S12A PWM pour refroidir tout le boitier. J'ai une grille de protection que j’intercalerai. - Prise IEC C14 pour l'alimentation générale. - Quatre disjoncteurs hydro-magnétiques (type Heinemann série JA/S) pour protéger les entrées des alimentations Meanwell (1A pour le 5V, 1A pour le 12V, 3A pour le 24V et 6A pour le lit chauffant). J'ai pris le calibre existant directement supérieur à la consommation sous 230V indiqué dans la datasheet des alimentations et du matelas chauffant. - Prise RJ45 de façade connecté au Raspberry Pi. - Sept borniers enfichable pour connecter les sept câbles allant vers l'imprimante (avec des nombre de pins correspondant identique aux connecteurs sur l'imprimante). Les borniers 3 et 4 pins sont en 5.08mm et supportent jusqu'à 15A, les autres sont en 3.81mm et supportent jusqu'à 8A. - Prise USB2 de façade connectée au Raspberry Pi pour l'endoscope USB monté sur la tête d'impression. - Prise d'alimentation jack 5.5x2.5mm pour fournir le 12V au déshumidificateur de filament ESUN (qui fait aussi balance pour peser les bobines et déterminer combien il reste de filament). - Optionnel : la possibilité de mettre trois petit modules MOSFET pour amplifier le signal des endstops X, Y et Z dans le cas où ils ne peuvent pas alimenter directement les LED sur la face avant et la Duet3 6HC ensemble. Rez-de-chaussé interne : - Trois alimentations Meanwell : LRS-50-5 pour le 5V, LRS-75-12 pour le 12V et LRS-200-24 pour le 24V. La prise USB3 de la face avant passe sous l'alimentation 5V qui est légèrement sur-élevée. Premier étage interne : - Duet3 6HC (modèle open-source de chez Fysetc). - Raspberry Pi 4 4Go. - Module de gestion d'alimentation Geekworm X735 pour le Raspberry Pi. - Module de stockage Geekworm X857 pour le Raspberry Pi avec un SSD mSATA KingSpec de 128Go. - Module de contrôle de ventilateur 12V PWM avec sonde de température connecté au Noctua. La sonde "pendra" juste au dessus des alimentations, ce qui permettra d'avoir une ventilation régulée en fonction de la température ambiante au niveau des alimentations. Second étage interne : - Cinq modules de relais 30A pour couper les 5V, 12V, 24V, ainsi que les neutre et phase pour le lit chauffant. - Trois shunts sur le dessous pour mesurer le courant des 5V, 12V et 24V connecté aux modules voltmètre/ampèremètre de la face avant. Les deux étages sont pris dans des fentes sur les côtés. Les côtés ont également des fentes de ventilation en diagonal pour la prise d'aire (qui sera expulsé à l'arrière par le Noctua). Quelques remarques globales : - Les trois alimentations Meanwell seront allumés H24, elles ont un faible courant de standby et j'ai besoin de quelques alimentations permanentes. - Les relais seront connectés en série avec les shunts et permettront de fournir des 5V, 12V et 24V après allumage, ainsi qu'un 230V après allumage pour le lit chauffant. - La commande des modules de relais sera le 5V OUT du module d'alimentation du Raspberry Pi : les relais seront actifs quand le Raspberry Pi sera allumé, et inactifs quand il sera éteint (le module coupe l'alimentation du Raspberry Pi après avoir fait une extinction "propre", et la remet lors de l'allumage). - Les bandeaux LED de l'imprimante et le module de commande sans fil intégré à la face avant seront alimenté en permanent (12V et 5V->3V) pour pouvoir allumer la lumière dans la tente d'impression même quand l'imprimante est éteinte (pour la maintenance principalement). - Le module de gestion du ventilateur connecté au Noctua sera également alimenté en permanent (12V) et gèrera la vitesse du ventilateur à tout moment. - Le module d'alimentation du Raspberry Pi sera alimenté en permanent (5V) car c'est lui qui gère l’allumage des relais et la génération des tensions après allumage. - La Duet3 6HC sera alimenté avec un 5V externe qui sera le 5V après allumage, et sera connecté au Raspberry Pi avec la nappe SPI. Les 12V pour les ventilateurs et 24V pour les steppers et éléments chauffants seront également les tensions après allumage. - Le lit chauffant sera alimenté avec le 230V après allumage en sortie de relais, et sera commuté avec la commande en 24V de la Duet3 via un SSR présent au niveau de l'imprimante. - Les modules voltmètre/ampèremètre sur la face avant seront alimenté par les tensions après allumage (5V, 12V, 24V et 230V). - La sortie d'alimentation 12V pour le déshumidificateur de filament ESUN sera après allumage. - Les huit LED d'indication en façade fonctionneront avec la lumière passant au travers de l'inscription imprimée en blanc sur deux couches uniquement. Chaque voyant à un petit coffrage sur l'arrière avec un support pour une LED 5mm. C'est le même principe que sur les tableaux de bord des voitures et d'après mes tests ça fonctionne plutôt bien car le blanc reste assez transparent avec deux couches uniquement. - J'ai opté pour de petits disjoncteurs à la place de fusible sans raison particulière si ce n'est la possibilité de réarmer facilement. Normalement ils devraient supporter le courant d'appel lors de l'allumage des alimentations Meanwell, si ce n'est pas le cas j'ai des porte fusible avec des fusibles en verre à mettre à la place... La suite une prochaine fois.
  6. Il jauni légèrement, c'est ce que je voulais dire par décoloration.
  7. J'ai fait un petit toit en entrée de chatière car quand il pleut avec du vent l'eau rentrait par la chatière. Ça fait presque deux ans maintenant, le petit toit est en plein soleil toute l'après midi, se prend le flotte quand il pleut, le gel l’hiver, etc. Il est imprimé en PLA blanc de base, et ne montre absolument aucun signe de dégradation si ce n'est une légère décoloration... En effet, le PLA ne craint absolument pas la flotte, ni les températures extérieurs même en plein soleil, du coup ce n'est absolument pas biodégradable.
  8. Merci, la conception a en effet mis un certain temps, avec de nombreux recommencement de zéro car ça ne me convenait pas. Et il me tarde également de la voir enfin déposer des couches de plastique ! Je n'avais pas pensé que la tension des courroies avait un impact sur l'équerrage de l'axe X. De ce que j'en voit à l'heure actuelle, il n'y a pas de jeu permettant un quelconque "flottement" de l'équerrage : l'alignement entre les deux chariots de rail linéaires de l'axe Y et le profilé alu de l'axe X est complètement rigide avec les vis bien serrées (quatre M3 niveau chariot et trois M5 niveau profilé alu), mais peut être est-ce une erreur d'avoir cette partie aussi rigide ?
  9. J'ai eu pas mal de boulot ces derniers jours, donc ça avance un peu au ralenti. J'ai principalement commencé à modéliser le boitier externe de commande qui contiendra toute l'électronique, il y a pas mal de chose à y faire rentrer mais ça commence à prendre forme. En attendant j'ai quand même pu avancer un peu l'imprimante en elle même, notamment avec les courroies : Vue globale, ça commence franchement à ressembler à une imprimante 3D ! Les courroies sont prises en sandwich entre le chariot du rail linéaire et la plaque de support de la tête d'impression dans des rainures prévues à cet effet, l'ouverture centrale permet de maintenir les courroies pendant la mise en place, puis elles sont coupés à raz. Je m'attendais à galérer un peu pour les mettre en place, en fait c'était ultra simple et fait en quelques minutes... Avec la tête d'impression. J'ai laissé de l'espace derrière le radiateur pour le flux d'air de refroidissement. Comme prévu, les courroies sont parfaitement parallèle aux mouvements des axes X et Y. J'ai bien pris en compte le diamètre des poulies avec l'épaisseur de la courroie dans mes positionnements, et ça tombe parfaitement en face. Le système de réglage de tension semble fonctionner correctement, les Nema17 ne bouge plus une fois les vis serrés (les petites imperfections d'usinage des rainures font que ça bloque bien la vis). Les poulies motrices sont bien enveloppés par la courroie, elle ne devrait pas sauter. J'ai pour l'instant tendu "au pif", à voir la procédure exacte avec une des applis qui utilise l'audio pour déterminer la tension parfaite quand j'aurai le temps de m'y pencher dessus. J'ai bien évidemment fait joujou en bougeant les poulies manuellement, la tête d'impression se déplace bien en diagonale quand on ne fait tourner qu'un seul Nema17, sur l'axe X quand on fait tourner les deux dans le même sens, et sur l'axe Y quand on fait tourner les deux dans le sens opposé. Et j'ai finalement pu mettre en place les plaques de renfort verticales pour le portique sur les trois faces extérieurs. Elles sont maintenu tout du long avec des écrous glissants et des vis pour que le profilé aluminium ne se déforme pas. Je ne suis toujours pas certain qu'elles sont vraiment utiles car ça semblait plutôt rigide sans, mais autant assurer ses arrière en mettant en place directement tous les renforts possibles. C'est tout pour le moment, la prochaine grande étape sera d'attaquer le câblage du portique, puis de souder tous les câbles aux prises GX16.
  10. Si tu réutilises tac pour restaurer, ça devrait bien se passer.
  11. Je viens de faire la manip également, j'ai bien eu les licences makers et le lien pour télécharger. Je l'installerai ce soir en rentrant du taff sur mon Win10, ça me permettra de rentrer "dans les clous" car j'utilise encore une version 2012 étudiante (que j'avais récupéré auprès de mon prof de Terminal S-SI...) dans une machine virtuelle WinXP que je me traine depuis près de 10 ans uniquement car elle contient une version de Solidworks qui fonctionne dedans (mais qui rame car pas d'accélération graphique)... EDIT : C'est installé, ça fonctionne parfaitement et c'est valable 1 an. Merci !
  12. Merci pour l'info, je ne savais pas que ça existait. J'en ai pris un sur une boutique UK qui avait de stock, ça me sera bien utile.
  13. https://www.digikey.fr/product-detail/fr/sunon-fans/MF50151VX-B00U-A99/259-1829-ND/7691033 https://www.digikey.fr/product-detail/fr/sunon-fans/MF50151V1-B00U-A99/259-1987-ND/9449323 7.25€ vs 3.99€... C'est plus cher mais c'est pas non plus hors de prix. A condition d'en prendre plusieurs pour absorber les frais de ports qui eux sont cher...
  14. 19€ le ventilo, ouch... J'ai acheté mes ventilos chez DigiKey, j'en ai pris trois à savoir deux Sunon MF50151VX et un Sunon MF40201V2, et avec les frais de ports j'en ai eu pour 29,07€. Reçu en moins de 48h par UPS directement des US... Mais du coup on est à moins de 10€ par ventilo.
  15. C'est pas mon sujet, mais ça m’intéressait d'avoir des ref de 5015 qui envoie du bois en restant silencieux, car pour le part cooling c'est toujours bien d'avoir un bon débit d'air, ce qui est fourni d'origine est bien souvent à la limite de l'anecdotique... Sur mon actuelle Ender 5 avec un Hero Me gen5 j'ai essayé un certain nombre de blowers, et j'ai fini par rester avec une paire de Sunon MF50151VX qui sont certes un peu (beaucoup) bruyant, mais au moins on sent le flux d'air en sortie contrairement à tous les autres que j'ai testé avant (dont certain tout aussi bruyant) et niveau bridging c'est le jour et le nuit. Du coup pour mon projet actuel j'étais reparti sur les même blowers car je sais qu'ils fonctionnent bien, et durent dans le temps. Mais si tu as des références de blowers que tu as testé et qui fonctionnent tout aussi bien en plus silencieux, je suis preneur ! J'ai cherché pendant un moment, mais j'ai jamais trouvé mieux que ces Sunon pour l'instant...
×
×
  • Créer...