Aller au contenu

Filament ABS

[TEST AU LONG COURS] Creality  3DPrintMill aka CR30


Messages recommandés

Bonjour à toutes, tous

Creality a fait parvenir au forum leur imprimante 3DPrintMill. Je suis chargé d'en effectuer le test et j'en suis fortement ravi même si je me doute que quelques défis devront être relevés.

Je crée ce sujet qui me servira de bloc-notes pour le test final qui paraitra sur le blog. Plutôt que faire un long post, je le découperai en plusieurs parties :

  • historique de cette machine et conception actuelle
  • montage et examen de ses particularités
  • calibrations essentielles
  • premières impressions
  • les trancheurs dédiés
  • les différents types d'impression permis par cette imprimante (multiples modèles identiques, multiples modèles différents, modèles de longueur très grande, nouveau G-Code Marlin (M808))

1) Historique

Cette imprimante possède un axe permettant d'imprimer une longueur infinie grâce d'une part à une courroie qui sert de plateau (le déplacement de  celui-ci est toujours dans la même direction (de l'arrière vers l'avant)) d'autre part à une tête inclinée de 45°.

Ce n’est pas la première machine de ce genre. D'autres imprimantes à plateau-courroie (beltprinter / conveyor belt) sont antérieures: Bill Steele est un des premiers à en avoir rêvé, la WhiteKnight (Karl Brown aka @NAK3D) entièrement Opensource, ainsi qu'une commercialisée, la Blackbelt pour ne citer que les plus connues.

Cette imprimante est le fruit de la collaboration de nombreux membres de la communauté 3D sans lesquels elle n'existerait probablement pas : Bill Steele, Karl Brown, Scott Latheine ( @thinkyhead) mainteneur principal du Marlin  et évidemment Naomi Wu (SexyCyborg), célèbre youtubeuse chinoise qui a réalisé le lobbying auprès du fabricant Creality. Sa silhouette est d'ailleurs visible sur le carton d'emballage :

naomi-wu.thumb.jpg.82a8b70a060a6fd994310a15b4ac0d04.jpg

La 3DPrintMill est la première abordable financièrement (<1000€) produite en grande série par un constructeur connu. Elle est facile et rapide à assembler ainsi que fonctionnelle d'après l'argumentaire du fabricant, ce que nous vérifierons lors du test.

Je ne reviendrai pas sur la méthode choisie par le constructeur pour la proposer au public (financement participatif sur la plateforme Kickstarter), à chacun de se faire sa propre opinion en gardant à l'esprit que ces sites ne sont pas des magasins de vente avec du matériel en stock: au final il y a toujours le risque de ne rien recevoir en contre-partie ou après un délai plus long qu'attendu (expériences vécues 😞 ).

Le modèle envoyé par Creality est une version «pré-production» qui peut différer de la version que recevront les participants du Kickstarter à partir de mai 2021. De nombreux youtubeurs l'ont reçu aux fins de tests et retours auprès de Creality afin d'y apporter d'éventuelles améliorations / corrections. La courroie qui sert de plateau, par exemple, a subi déjà plusieurs variations.

Avant de plonger dans le déballage et le montage, quelques éléments concernant l'architecture de cette imprimante:

  • le plateau-courroie est constitué d'une courroie (matière plastique) fermée et agit comme un axe Z,
  • les déplacements des axes X et Y sont gérés en type CoreXY (les deux moteurs agissent de concert pour réaliser les déplacements contrairement à un modèle cartésien où chaque moteur ne pilote qu'un seul axe)
  • la tête est inclinée à 45°

Quels avantages par rapport à une imprimante «classique» ?

  • grâce à la courroie et la buse à 45° : des objets imprimables théoriquement «infinis» dans la dimension Z (les seules limites sont gauche-droite (X) et haut-bas (Y)),

  • impressions d’une infinité d’objets individuels (semblables ou différents): production en série

  • plus besoin de retirer la pièce imprimée avant de lancer une nouvelle impression (la courroie avance dans un seul sens (arrière vers l'avant)), arrivée au bout de la courroie, la pièce se détache d'elle-même,

  • certaines pièces nécessitant normalement du support, avec l'impression à 45° cela permet de s'en dispenser (mais aussi le contraire 😞 )

  • impression de lithophanie à plat au lieu de la méthode habituellement préconisée,

… à suivre…

Modifié (le) par fran6p
  • J'aime 4
  • Merci ! 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2) Déballage, assemblage, examens de ses entrailles:

Comme la majorité des colis provenant d'Asie, le carton et son contenu sont prévus pour subir les aléas de ce voyage. Première constatation: le colis n'est pas léger.

A l'ouverture, on aperçoit les différentes couches dans lesquels les éléments sont parfaitement calés :

 

ouverture-colis.thumb.jpg.7470d631009261b28b14ed83f2764957.jpg

La seule difficulté dans ce déballage est de retirer en même temps la base de la structure et la partie CoreXY qui contient la tête d'impression car elles sont reliées par la connectique.

base de la structurestructure-coreXY  supports-corexy-base

En dehors de ces éléments de structure, de nombreux accessoires, outils, pièces de rechange sont livrés sans oublier le manuel de montage et quelques stickers. La bobine de filament ne fait que 250g ce qui pour une imprimante capable d'imprimer une longueur «infinie» ou des séries est peu (ma CR6-SE était livrée avec une bobine d'un kilogramme):

1648268115_accessoires-livrs-fr.thumb.jpg.f0c518fa4f442da01c63f700adee7ad9.jpg

Une jauge d'épaisseur (0,1mm) est également de la partie, fort heureusement dans un double emballage (elle baigne dans de l'huile) :

jauge-calibration.thumb.jpg.894661c6d162ed1a52cb0719ad5932a1.jpg

Munis des différentes vis et des outils fournis, en suivant le manuel papier ou à l'aide de la vidéo se trouvant dans un dossier sur la carte SD livrée, le montage / assemblage des pièces peut se faire. Chaque vis à utiliser est précisément indiquée, les pochettes de vis sont elles-aussi étiquetées.

pochettes-de-vis-assemblage.thumb.jpg.c03c95f0cc54510a2fe250e0bbe7d888.jpg  outils-d-assemblage.thumb.jpg.24bb6112827ecf96d539a1df3dad14e3.jpg

Le montage se fait en une dizaine de minutes (en prenant mon temps). On monte d'abord les renforts de structure sur l'avant de la base (un à gauche, l'autre à droite) à l'aide de deux vis pour  chacun :

montage-renfort-droit.thumb.jpg.c5b70a63c800b53bbf5a8faa545ec5b0.jpg  montage-renfort-gauche.thumb.jpg.55d2d858575b885a9be8a42346ab63d0.jpg

Une fois ces renforts montés, on positionne la structure CoreXY que l'on fixe avec les vis indiquées dans le manuel. L'imprimante est montée. D'emblée on se rend compte que c'est franchement du solide, tout est d'équerre. Rien ne bouge et c'est lourd. Toute la structure utilise des profilés 2040 :

1375914947_imprimante-assemble.thumb.jpg.c53b7cbf0b073b9584dfdfe83f26c281.jpg

Les dimensions de celle-ci (écran non monté, support bobine non plus) : largeur= 435 mm , profondeur= 660 mm, hauteur= 385 mm. Il faudra rajouter pour la largeur l'écran et le support bobine, ce qui augmente la largeur à 535 mm.

Avant de procéder aux quelques connexions à réaliser (contacteur optique de fin de course de l'axe Y et détecteur de fin de filament), j'en profite pour basculer la 3DPrintMill sur le côté afin d'aller observer ses entrailles. Le boitier qui contient la carte mère et l'alimentation s'ouvre facilement après avoir dévisser les quelques vis qui maintiennent la tôle :

tole-boitier.thumb.jpg.b69bccc9d51f7cc9dcfc418038a45c3a.jpg

Pour accéder plus facilement à l'intérieur, il faut déconnecter le ventilateur qui refroidit la carte mère :

 

ventilateur-refroidissement-cm.thumb.jpg.2c20a2e530decb9f407d443131a830c0.jpg

Le boitier contient l'alimentation 24V et la  carte mère (v4.2.10 pour cette version pré-production). La structure est mise à la terre à différents endroits y compris jusqu'au support métallique de la tête d'impression. L'alimentation est une marque (Huntkey) que je ne connais pas, ce n'est pas une MeanWell. L'agencement du câblage est correct et comme d'habitude la majorité des connecteurs sur la carte électronique est noyée dans la colle (probablement pour éviter les déconnexions lors du transport et ses aléa de manutention).

2051003696_alimentationcm.thumb.jpg.4282b5d7b3b711bff1741fcc62bbcd85.jpgalimentation.thumb.jpg.b8d7ff2aa690e4c85b65790859b822ec.jpg

La carte mère Creality est estampillée v4.2.10. Son processeur étant un STM32, le même que celui des cartes v4.2.7, c'est donc une carte 32 bits,. Les pilotes moteurs sont des TMC, probablement des 2208 ou 2225 mais malheureusement sous-utilisés quant à leurs capacités (déclarés en mode «standalone» dans le Marlin, ils ne sont pas gérables via UART), Un emplacement non peuplé permettrait d'y connecter un système d'autonivellement (ABL) mais est-ce utile sur ce type de machine (c'est l'axe Y qui se déplace de haut en bas) et surtout est-ce réalisable?

cm-1.thumb.jpg.6d76f490a08b2f591bc989b4a4e345e2.jpg

Le moteur d'entrainement de la courroie-plateau est situé sous la structure et utilise une démultiplication assez importante, c'est un axe qui ne se déplacera pas rapidement:

moteur-courroie-plateau.thumb.jpg.50c0470d89f2bdf089bf0e83ae30d432.jpgdemultiplication-entrainement-courroie.thumb.jpg.815f3a6ebc4a8b391383c8acb23a9c60.jpg

Toutes les courroies sont des GT2 de 10 mm de large, de marque Gates (marque reconnue pour sa qualité).

A l'avant du boitier:

  • la tension peut être sélectionnée en fonction du pays de résidence (en France 230V depuis des dizaines d'années),
  • un emplacement pour carte SD (pas une microSD) permet de flasher un nouveau firmware si / quand nécessaire et/ou de stocker les fichiers Gcode provenant des fichiers STL issus de la phase de découpage par le trancheur (slicer),
  • un connecteur microUSB permet de relier l'imprimante à un matériel informatique (PC, RPi, …)

selecteur-tension.thumb.jpg.040c4d3a14d21458357488f2dd3e19ea.jpg  629232566_SDmicroUSB.thumb.jpg.8db5fac88d328b31b48691ed18531012.jpg

 

Une fois les derniers branchements réalisées, le cordon d'alimentation connecté et le bouton d'alimentation basculé en position «ON», on se rend compte qu'elle est allumée: les deux ventilateurs sous le boitier (alimentation et refroidissement de la carte) ne passent pas inaperçus 😞 .

L'écran du boitier nous affiche une animation avant de nous accueillir par :

ecran-apres-animation.thumb.jpg.9e5c299c7f56544f9b24977a866eb168.jpg

… à suivre …

Modifié (le) par fran6p
ajout video boot
  • J'aime 3
  • Wow 2
  • Merci ! 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • fran6p changed the title to [TEST AU LONG COURS] 3DPrintMill aka CR30 «Hello world»
  • fran6p unlocked this topic

3) Réglages / calibration :

Comme pour toute machine, un certain nombre de vérifications, réglages doivent être faits avant de se lancer tête baissée dans les premières impressions.

A) le réglage des excentriques:

Après montage, en déplaçant manuellement la tête, je ressens des à-coups. Le déplacement n’est pas fluide. Creality, probablement pour éviter des problèmes lors du transport (même si l’emballage permet de maintenir tous les éléments en place) a fortement serré les excentriques des galets de roulement.

Sur les machines type CR10, Ender3, … les axes de ces galets sont montés sur des pièces métalliques via trois perçages formant un triangle isocèle (deux d’un côté, un muni d’excentrique de l’autre), ce que j’appelle un «tripode». Sur cette imprimante, les pièces métalliques accueillent quatre (4) axes (deux roulement au-dessous, deux avec excentrique au-dessus (un «quadripode»)).

quadripode-cxy.thumb.jpg.9d0463b9fa88b742b0751f170a9ef088.jpg  quadripode-tete.thumb.jpg.19535dd38903d77792a33fbac1e59558.jpg  excentriques-quadri-cxy-d.thumb.jpg.9b2c5f0ef99ccde06041a73816d1dac5.jpg  excentriques-quadri-tete.thumb.jpg.5763bfb0c80e93815ea4be0d5e4ef71d.jpg

Quadripode CoreXY, axe Y                 Quadripode CoreXY, axe X (tête)          Excentriques axe Y                              Excentriques axe X

Le réglage permettant d’assurer une pression suffisante et un déplacement fluide est un peu plus difficile mais reste faisable en étant minutieux (ça me rappelle ma première CR10 avec son plateau de l’axe Y et ses six (6) roulements (trois d’un côté, trois de l’autre munis d’excentriques).

B) Estep (pas de l’extrudeur):

L'extrudeur de cette imprimante est le même que celui des CR10S Pro / CR Max: un BMG sans réduction. Le filament est entraîné par les deux roues crantées à gorge via le bas de celles-ci muni d'un engenage. La pression sur le filament est réglable par une vis permettant de comprimer plus ou moins le ressort sur le levier (plus on visse, plus le ressort est comprimé et plus fort est l'appui du levier):

extru-BMG.thumb.jpg.8cc03ff56dc4b3428188864428f85911.jpg  bmg-entrainement-double.thumb.jpg.df02bad14d03d2603d37fa2cd9318934.jpg

Extrudeur «BMG» sans réduction                              Entraînement double

Cet extrudeur possède à l’avant de celui-ci un détecteur de fin de filament (activable / désactivable via une option de menu de l’écran (l’élément entre l’extrudeur et le détecteur n’est pas d’origine, c’est un «nettoyeur» de filament magnétique) :

1738188106_bmgdet-fin-filament.thumb.jpg.3a56bd6f268ecd7f548d895b423bc49f.jpg

Pour réaliser le réglage du pas de l'extrudeur, j'utilise l'étape 1 de mon tutoriel. Le PTFE en sortie de l’extrudeur est enlevé, ce qui permet de ne tenir compte que des caractéristiques matérielles (diamètre des deux roues crantées). Le but étant que 100mm de filament demandés à extruder soient bien 100mm extrudés.

Le pas originel du firmware est de 137.65, après règle de trois, le nouveau pas pour cette machine sera de 144.90

C) Tension des courroies de la partie CoreXY:

N’ayant pas l’habitude des imprimantes CoreXY, je n’y ai pas touché. En pinçant les courroies de chaque côté, on peut sentir que la tension est à peu près identique. Il faudra que je me renseigne plus sur les CoreXY afin de trouver comment régler cette tension.

Toutefois, chaque moteur pilotant les axes X et Y du système CoreXY est monté sur un support métallique qui rend possible le réglage de tension des deux courroies. Chaque support métallique est maintenu par deux vis qu’il faudra desserrer pour pouvoir régler la tension au moyen d’une troisième vis :

corexy-maintien-moteur-vis-1bis.thumb.jpg.4c61bdbb3e4e9fab0ee54a88544e1f89.jpg  corexy-maintien-moteur-vis-2.thumb.jpg.cee52540dea6e477e8be5743576803dd.jpg  corexy-vis-reglage-tension-1.thumb.jpg.f51b6302e6eebbac7bb752457143392b.jpg  corexy-vis-reglage-tension-2.thumb.jpg.ac7a7965e31e43c730abd52001f5ebd1.jpg

                    Vis de maintien du support moteur                                         Vis de réglage de la tension ( vue externe     / interne )

D) Tension de la courroie d’entraînement du moteur du tapis roulant:

Là aussi, c’est un réglage que je n’ai pas touché. D’origine, cette courroie est fortement tendue. En poussant dessus, la flèche est très faible. On peut évidemment procéder à son réglage si nécessaire. On desserre les deux vis (flèches rouge) au préalable puis en vissant (augmentation de la tension), dévissant (diminution) la vis fléchée orange.

t_tendeur-moteur-tapis-Z.thumb.jpg.205f7e66aace5d6aadb9c4b66a33c642.jpg

E) Réglage du tapis roulant (tension / déplacement):

Le tapis roulant qui sert de plateau peut être lui aussi réglé. On peut augmenter / diminuer la tension à l’aide des vis située de chaque côté à l’avant de la machine. Ce type de tapis étant nouveau pour moi, je ne sais pas vraiment quelle tension appliquer. Ce sera donc par essai/erreur en évitant de trop tendre ce qui pourrait éventuellement déformer / distendre cette courroie fermée. Courroie qui mesure 230 mm de large et de longueur de 1110 mm (1,11m quoi)), épaisseur varie légèrement de 1,10 à 1,16mm.

serigraphie-tapis-roulant-interieur.thumb.jpg.7cd4991f7a93e011354bbe1901760012.jpg  texture-tapis-exterieur.thumb.jpg.ee159fa7ff7eb7d1b99ad0591c1c470c.jpg

Sérigraphie à l'intérieur du tapis                                                                     Texture du tapis côté impression

Pour éviter que le tapis ne se déplace en crabe et ne vienne monter sur les butoirs (encadrés orange), ce réglage se fait en vissant / dévissant les vis de réglage (cerclée rouge) par petites touches et de même valeur pour chaque côté.

Un test de déplacement de l’axe Z permet de se rendre compte du bon déplacement. Si le tapis se déplace trop vers la gauche c’est la vis de ce côté qu’il faudra dévisser (légèrement) et si déplacement à droite, il faut agir en dévissant la vis de droite.

Une fois la tension du tapis satisfaisante, on pourra éventuellement déplacer les butoirs de chaque côté en laissant un espace entre le bord de la courroie et le butoir (une cale de 0,2mm pour ma part).

Pour ce réglage, chaque butoir est fixé par deux vis (flèches orange).

t_tension-tapis-g.thumb.jpg.d361f026c2c698ac0b61daea47229fb0.jpg  t_tension-tapis-d.thumb.jpg.dae4815a324a630cc448642f7ee51421.jpg

NB : si la tension du tapis a été modifiée, une vérification du Zstep devra être faite.

F) Réglage de l'axe Y:

Ici on va règler la distance buse / plateau permettant à une pièce imprimée de tenir sur le tapis.

Creality donne des indications sur la manière de procéder dans son manuel papier (document PDF inclus également sur la carte SD):

manuel-page11-leveling.thumb.jpg.4e41a60c9f9edbd68f04108df0a5bd58.jpg

La mise à l’origine des axes X et Y (il n’y en a pas pour le Z) se réalise d’abord par l’axe Y puis par l’axe X.

Si la buse est trop proche du tapis, il y a un risque de graver celle-ci dans la matière constituant la courroie/plateau.

Karl Brown ( @NAK3D) a réalisé une vidéo concernant le réglage buse / plateau évitant ce risque de gravure de la buse sur la surface. Dans un premier temps, j’ai voulu faire de même en suivant les indications de la vidéo mais la version du firmware livrée avec la machine ne permettait pas de descendre sous le 0 de l’axe Y et le déplacement de l’axe Y ne pouvait se faire que par incrément de 10, 1 ou 0,1mm.

Après contact via courriel avec lui, il m’a fait parvenir un firmware concocté par monsieur Marlin, Scott Latheine (aka @thinkyhead) ainsi qu’une invitation à rejoindre le Discord dédié aux testeurs (en quasi totalité de langue anglaise 😞) de ce modèle d'imprimante .

Après flashage de ce nouveau Marlin (très simple puisque la 3DPrintMill est équipée d’une carte 32bits donc dépôt du firmware (fichier .bin) sur la carte SD, allumage de l’imprimante, un petit délai d’attente et le logo animé apparaît), on peut désormais descendre sous le 0 y compris avec des «babysteps» (0,025mm).

Ce réglage se fait en trois étapes :

  • les butées physiques (hardstop) :

Deux pièces métalliques assurent l’arrêt de l’axe Y. Celles-ci peuvent être réglées via deux vis (cerclées rouge) qui maintiennent ces pièces sur les profilés Vslot 2040

limites-y-g.thumb.jpg.9774c804395138163f4375edb888522b.jpg  hardstop-y-d.thumb.jpg.a56dae3c2302ce8cf345b4ec38ecc6b8.jpg

Une fois ces deux pièces totalement abaissées, on amène l’axe X (tête) jusqu’à ce que la buse touche le tapis. A l’aide d'un serre-presse, l’axe X qui supporte la tête est bloqué afin de ne plus bouger dans le sens de l'axe Y (haut / bas).

La cale d’épaisseur (celle livrée est une 0,1mm) et placée entre le haut de la pièce métallique et le bas de l’axe X (encadrés orange). On revisse alors les deux vis de maintien. On fait de même pour l’autre côté.

  • le capteur optique de fin de course :

C’est lui qui déterminera quand la course de l’axe Y doit être stoppée. Il est actionné par une languette métallique située à l’extrémité de l’axe X (flèche bleue). Ce capteur de fin de course optique peut lui aussi être réglé en hauteur.

D’abord on dévisse les quatre vis (cerclées orange). Puis à l’aide de la vis de réglage au-dessous (encadré orange) on peut monter ou descendre celui-ci puisque les trous de fixations sont oblongs. Quand on visse, le capteur descend et inversement. Karl Brown recommande de le monter le plus haut possible (faire toutefois attention à ne pas trop dévisser au risque de désengager complètement la vis de réglage (vécu 😉 ) :

t_limites-y-g.thumb.jpg.35ca5c4b4743ab2741ec4dccdeb2d0cf.jpg  languette-declenchement-endstop-optique.thumb.jpg.e101e49745e063e8516a8adc970d45d1.jpg

  • réglage de la distance buse / plateau :

Avant toute chose, on va régler les deux plateaux qui soutiennent le tapis roulant au plus bas. L’imprimante est munie de deux plateaux dont le premier est chauffant. Chacun peut être réglé en hauteur via une vis de chaque côté de celui-ci. Cette vis est munie d’un contre écrou pour éviter que le réglage ne soit modifié. C'est ce contre-écrou qui plaque la pièce métallique sur laquelle sont vissés les deux plateaux, sur le profilé Vslot.

On desserre le contre-écrou puis on descend les plateaux en vissant la vis du haut (pour le remonter on dévissera donc) :

vis-reglage-hauteur-plateau.thumb.jpg.72fadae5361e94318a3013588c847d7f.jpg

On commence par la mise à l’origine des axes X et Y via le menu écran : Configuration => Auto home

La cale d’épaisseur (en l’occurrence, une de 0,2mm de ma boite à outils, celle livrée étant une de 0,1mm) est placée sous la buse,

Via l’écran, Configuration => Move Axis => Y axis => choix du babystep (0,025mm), on descend l’axe (permis dorénavant avec le nouveau firmware) jusqu’à ce que la buse touche la cale sans presser dessus.

On note la valeur affichée à l’écran (ici, -2,525)

m-moveaxis-y-babystep-1.thumb.jpg.6aa75922a0ecc374023f52e953bf0f85.jpg

Avant d’enregistrer ce décalage (offset), il faut y ajouter l’épaisseur de la cale. C’est ce que l’on aurait fait avec nos imprimantes habituelles où la tête est perpendiculaire au plateau (image de gauche). Mais là, la tête est inclinée de 45° par rapport au plateau (image de droite).

imp-classique.jpg.360a3bd5ea882c136c3b247ed03d6171.jpg  imp-45degre.jpg.6a7f300c5c3a6590780dfa986c640a62.jpg

La distance buse / plateau à ajouter n’est pas celle de la cale («offset» ci-dessous) mais plutôt l’hypoténuse du triangle rectangle (flèche rouge image de droite ci-dessus) :

theoreme-pythagore.jpg.414d34647888d183d6376901e62e9586.jpg  triangle-rectangle.jpg.47f59dadb69dd8c2ff983f24dfc7a382.jpg

Un calcul simple permet de trouver cette valeur : 1,4x0,2=0,28 qu’on arrondit à 0,3 et qu’on ajoute à la valeur absolue plus haut, soit 0,3+2,525=2,825. Cette valeur sera donc l’offset appliqué pour éviter que lors de la mise à l’origine, la buse ne vienne graver le plateau.

zoffset-final.thumb.jpg.4be1262f78796703e7d31d99ad6f4666.jpg

Il reste à indiquer que l’axe Y a un offset (M206) via l’écran : Configuration => Advanced settings => Set Home Offset (le dernier firmware permet de choisir entre trois langues: chinois, anglais et français 😉 ) :

m-configuration.thumb.jpg.6b2124cf57f19be78aec151d3deb7fb0.jpg  m-conf-confav.thumb.jpg.888e979a68914b782eb40214a205a184.jpg  m-conf-confav-regl-decal-orig.thumb.jpg.af0ff5fb439d06984bde5c9d4d5aaa37.jpg

Et ne pas oublier d’enregistrer ces paramètres dans l’EEPROM (M500) via l’écran : Configuration => Store settings

m-configuration.thumb.jpg.6b2124cf57f19be78aec151d3deb7fb0.jpg  m-conf-enreg-configuration.thumb.jpg.82b162f4ec8a423bc6875b2c370c34ff.jpg

Une nouvelle mise à l'origine permet de vérifier que ce décalage d'axe a bien été pris en compte. La buse se situe maintenant au-dessus du plateau. Une demande de descente du Y à 0 abaisse bien la buse sur le plateau 😉

apres-home.thumb.jpg.fffd9b7310b14ba05b16a6ec3a119c6d.jpg  buse-home-zoffset.thumb.jpg.1f4d6295d2662c5fff001b5372ad0c1d.jpg  buse-home-zoffset-vue-cote.thumb.jpg.221d9fde0c2d1a5ec96f79dc53d70587.jpg

g) Zstep (pas de l’axe Z, le tapis roulant) :

Le réglage de la tension du tapis en raison de la matière constituant celui-ci peut modifier la valeur du pas de l'axe Z (originellement de 1152.95).

Karl Brown préconise d'utiliser une pièce de calibration (une barre de 100x10x5 mm) pour affiner ce calcul (disponible sur Thingiverse )

Là encore, une règle de trois, connaissant le pas originel, la longueur attendue de la pièce et celle effectivement mesurée, permet de calculer le pas «exact».

IMG_20210216_155804.thumb.jpg.4b0d094a413eface15d0c1802d66cec5.jpg  IMG_20210216_155709.thumb.jpg.c0b9ab28fd227af52fe7b38ad3eb695e.jpg

Une fois ce nouveau pas fourni au firmware (M92 Z1166.02) puis enregistré en EEPROM (M500), une nouvelle impression de la pièce permet de vérifier que tout est bon.

Il faudra certainement refaire le calcul du Zstep à chaque modification réalisée sur le tapis roulant.

Quelques «barres de calibration» imprimées lors des tests de réglages :

barres-calibration.thumb.jpg.c87f915b4e69141215a4a20cce6ba242.jpg

RAPPEL :

Les pas moteurs calculés correspondent à cette imprimante après les différents réglages et seront probablement différents d’une machine à l’autre tout en restant dans des valeurs proches.

Une fois ces réglages effectués, les premières impressions vont pouvoir débuter

… à suivre …

Modifié (le) par fran6p
  • J'aime 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

logo-li3d-allume-25pc.jpg.d516191e5897eb7be4266f6a19851a00.jpg

En préambule, il faut noter que certaines habitudes acquises avec mes imprimantes précédentes vont devoir être revues.

On a tous appris, parfois à nos dépends, qu'avec un peu de pratique la chose essentielle pour «garantir» une bonne impression est d'avoir une bonne base sur laquelle les couches vont pouvoir s'empiler en se soudant les unes aux autres. Autrement dit, la première couche doit être parfaite, ni trop écrasée ni pas suffisamment (un bon rappel 😉 ).

Ça c'est vrai pour nos imprimante habituelles où une fois la première couche déposée, les autres vont venir s'appuyer dessus au fur et à mesure :

impression-classique.jpg.1d72354de615c502709fd05bb8906031.jpg

Mais avec cette imprimante, pour chaque couche à imprimer, il y a une première ligne qui sert de «première couche d'adhérence» et cela à chaque nouvelle couche. Cela est dû à l'impression à 45°:

impression-beltprinter.jpg.5813ed7d85085b7e9fcf4f37aa1baeb8.jpg

Autrement dit, la première couche qui servait habituellement de base pour le reste de l'impression et qui était imprimée en une seule fois, avec cette imprimante pour chaque nouvelle couche, il y aura une première ligne de filament déposée qui servira de base pour le reste de la couche.

Le mieux est probablement une animation de la manière dont les couches sont faites pour un début de cube :

cr30-cube.gif.482c73e5e98f067c91d41c6da9645806.gif

Sur l'animation ci-dessus, la ligne en orange est celle en contact avec le tapis roulant chauffant. Le reste de la couche est en rouge (périmètre extérieur) ou en blanc (périmètre intérieur / remplissage).

Je décide pour commencer d'imprimer un premier «Benchy» (j'adore les benchies et on n'en a jamais assez 😄 ). La grande majorité de l'impression se déroule correctement hormis quelques lignes qui s'impriment dans le vide: j'apprends à mes dépends qu'avec cette impression à 45°, que le visionnage de l'aperçu après tranchage, couche après couche n'est pas facultatif et qu'il devoir devenir une habitude, un réflexe. Malheureusement, à un moment, vers la fin de l'impression (proue du Benchy), je vois la buse accrocher celle-ci et décoller le bateau du plateau. Premier échec (il y en aura d'autres): CR30 1 moi 0

benchy-fail-1.thumb.jpg.13335eece9f296a6811555b293775caf.jpg  benchy-fail-2.thumb.jpg.e8a564c746b2eeee1d31028d803ee50a.jpg

Après observation minutieuse du tapis, je m'aperçois que le milieu de celui-ci est bombé. En appuyant à cet endroit je sens un vide d'air. Ce défaut n'apparait que lorsque le lit est chauffé.

tapis-crop-optim.gif.9b1664f5ff3ce412d41d278378d261bb.gif

Pour vérifier cette déformation, je lance un test de calibration. Un gcode qui utilise un nouveau code ( M808 ) pour répéter un motif à imprimer ( @thinkyheaddéveloppeur de Marlin ne manque pas d'humour ( le 8 n'est jamais qu'un infini à 90° ( ∞ ) ou l'inverse pour les plus tatillons 😄) :

Citation

M104 S205
M140 S55
M109 S205
M190 S55

G28 XY
G92 X0 Y0 Z0 E0
M83 ; extruder relative
M117 Level Pattern

M808 L10 ; répéter 10 fois
G92 Z0
G0 X210 E50 F800
G0 Z5 E2
G0 X0 E50
G0 Z10
M808 ; goto loop start

Et voilà ce que j'obtiens. L'accroche au milieu n'est pas bonne du tout; on voit bien la bosse formée par le vide d'air entre le plateau chauffant et le tapis :

defaut-tapis-chaud-1.thumb.jpg.f1734c22448569fa0fa2a2e8fab424e4.jpgdefaut-tapis-chaud-2.thumb.jpg.49d3b9db4901c3577e9482eedd8cc7fd.jpg

Je retends le tapis un peu plus en espérant que ça l'aplatisse mais ça ne semble pas avoir d'effet.

En consultant le Discord créé par Naomi Wu à l'intention des testeurs, au moins un autre utilisateur a rencontré ce problème (Stewart Allen dont je reparlerai quand je traiterai des trancheurs). Visiblement je vais devoir en passer par un démontage du tapis roulant. Heureusement, @NAK3D, encore lui, a réalisé une vidéo détaillant comment réaliser cette opération.

J'ai profité de ce démontage pour prendre quelques photos qui pourront servir aux futurs propriétaires si Creality ne modifie pas cette imprimante. Imprimante qui je le rappelle est un modèle de pré-production servant à remonter les problèmes éventuellement rencontrés par les testeurs.

On démonte le bâti du tapis en dévissant quatre (4) vis, en déconnectant la prise GX16 pour le plateau chauffant sans oublier de débrancher le câble du moteur de l'axe Z :

fixations-structure-tapis.thumb.jpg.1785765fb1a61ec4672adb6d12ec17e6.jpg

vis1.thumb.jpg.0c8df59620791f264ade2df218ec14be.jpgvis2.thumb.jpg.26a79cefca3f0c32521850a9674d1afa.jpgvis3.thumb.jpg.00b2f1aa9d2d25e53bf1653f6a0f87d8.jpgvis4.thumb.jpg.34bee1b15f81149fb51106e6b190bc57.jpg

connecteur-aviation-gx16-hotbed.thumb.jpg.507a0fc09f5dd2fee9026758664aea78.jpgconnecteur-nema17-Z.thumb.jpg.0ec1a78cf67edcd1a7001e860d547fa3.jpg

Maintenant, il faut démonter la courroie-tapis. En dévissant d'abord complètement les vis de tension du tapis de chaque côté :

vis-tension-tapis-roulant-g.thumb.jpg.6a3bee4db0332d24058fbe4e47343e73.jpgvis-tension-tapis-roulant-d.thumb.jpg.d42fc2369757f71be50557f6cec46e31.jpg

On peut désormais enlever les deux support de chaque côté pour pouvoir retirer le rouleau tendeur, quatre vis sont à dévisser (8 en tout) :

vis-maintien-tendeur-tapis.thumb.jpg.5984e694c70fa4520ac276fa497f7ae6.jpg

Reste à retirer délicatement le rouleau-tendeur puis la courroie-tapis.

Le rouleau avec vue de ses extrémités, on peut noter que l'axe n'est pas circulaire mais avec deux méplats) :

rouleau-tendeur.thumb.jpg.22e2c2565b42aca8516ab297a794cb3e.jpg

extremite-rouleau-tendeur-tapis.thumb.jpg.6ea4a5ed01402e84c8cfa825f4e553b8.jpgextremite-rouleau-tendeur-tapis-2.thumb.jpg.566ad8e7b68c717f4db4789cf360cfe1.jpg

Le rouleau actionné par le moteur de l'axe Z est recouvert d'une surface caoutchoutée :

rouleau-tapis-cote-moteur.thumb.jpg.0282201d66b6e71464eba8c029ef05d2.jpg

La courroie / tapis-roulant :

tapis-roulant.thumb.jpg.6c121d2b3885068587079bf6de5ddd9e.jpgtapis-roulant-2.thumb.jpg.cbe264733653b36f6be11651770f9cb2.jpg

Les vis servant à «niveler» les deux plateaux, la découpe du profilé accueillant la base métallique support des deux plateaux:

percages-vis-reg-haut-plateau.thumb.jpg.e9f1b4bcfa17e9622a7e7ec65ef705c1.jpg

vis-reglage-niveau-plateaux.thumb.jpg.430cec023f9b18211168e0215f1f94c7.jpgpercage-profile-vis-reglage-hauteur-plateau.thumb.jpg.5753ed1d5e46163886721b1261ce5f65.jpgvis-reglage-niveau-plateaux-2.thumb.jpg.560911cd63010347a09f633ef0379897.jpg

Une fois tout ces éléments retirés (tapis, rouleau-tendeur), le bâti s'offre à nous. Deux plateaux, un non chauffant à droite, l'autre chauffant déjà démonté pour pouvoir procéder au «palliatif» :

 

structure-tapis-roulant.thumb.jpg.62f3513bebf1a6a58e88ea5dcde6e6a4.jpg

Le plateau chauffant avec sa «déformation» (à noter que le métal de celui-ci permet à un magnet d'être attiré 😉 ) :

plateau-creux.thumb.jpg.272662a7468c836f5bba42b596781e13.jpg

Pour compenser ce creux au milieu de ce lit chauffant, après mesure des entretoises (six (6)), je réutilise des corps de chauffe prévus pour une E3D (12 mm), maintenus par de l'adhésif Kapton. Ils sont en aluminium et avec la chauffe du plateau devraient se dilater un peu pour éviter cet affaissement au centre. J'en profite pour ajouter une isolation (pare-feu provenant de mon accessoiriste moto). Les entretoises ne sont pas maintenues à l'origine, au premier essai de remontage du tout, c'est bien compliqué (ou je ne suis plus suffisamment adroit) donc j'ajoute quelques points de colle pour les maintenir.

cales-anti-creux-hotbed.thumb.jpg.05c39a00675dbd96d20ea1634967dd60.jpg maintien-entretoises.thumb.jpg.dd9212d3bf433ec88e3e56e56d3cbe38.jpg

pare-chaleur-hotbed-decoupes.thumb.jpg.26696166ee1a5004e88ca3fdcb50b7db.jpgpare-chaleur-hotbed-pose.thumb.jpg.a8e4428babbfd4366494a665efd649de.jpg

Une fois ces modifications faites, le remontage de l'ensemble des éléments du bâti «tapis-roulant» est effectué. J'ai simplement ajouté un peu de graisse sur le pas de vis et la vis des extrémités servant au réglage de la tension du tapis pour faciliter ce réglage. Une fois retendu, quelques tests de déplacement de l'axe Z permettent de valider que tout fonctionne. Juste un oubli, la pièce à l'avant qui sert à décrocher les impressions étant restée au même emplacement mais la tension du tapis ayant été modifiée, une marque est apparue sur le tapis 😞:

gravure-tapis-oubli-reglage-enleve-piece.thumb.jpg.9a041a9e1fe58465fe49bbe873a48d94.jpg

Les impressions peuvent reprendre. D'abord par un premier test permettant de vérifier que la première couche est cette fois correcte avec un plateau plan. On passe de avant modification :

à après (c'est tout de même mieux, non ?) :

logo-li3d-eteint-25pc.jpg.8c67993b54acd9aa99a1d3e0f5ca2aaf.jpg

… à suivre dans un nouvel épisode …

Modifié (le) par fran6p
  • J'aime 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

logo-li3d-allume-25pc.jpg.5d684aff45241659430a0fc6973bb49e.jpg
Comme pour toute imprimante 3D, pour qu'elle puisse imprimer, il faut lui fournir le fichier qui contient les instructions de déplacements, des extrusions, des températures, de ventilation, … . En gros le fichier «gcode». C'est le rôle du trancheur de transformer la pièce à imprimer (format STL) en cette suite d'instructions G-code.

Avec cette imprimante, on ne peut pas utiliser les versions «classiques» des trancheurs, l'impression ne se faisant pas par empilement des couches verticalement. Pourquoi a-t'on besoin de versions particulières de trancheurs avec ces imprimantes à Z infini?

@thinkyheadfournit quelques explications concernant la cinématique de ce type d'imprimantes:

Révélation

D Print Mill Kinematics

Historically belt printers have interpreted the X Y Z parameters as referring to the positions of the XY gantry in its own plane, and the Z belt position in its own plane. As a result, extra processing has been required to produce G-code suitable for the scheme. In the past, this was also the case for SCARA and Delta printers. Slicers have started to fall in line with the de-facto standard, so the time is nigh to correct the kinematics.

There are two components to the problem:

    The slicer needs to produce G-code that aligns properly to the belt / gantry, but with supports as if the belt was the bottom of the model. However, the slicer has to rotate the solid model and generated support geometry together by the machine angle (e.g., 45°) before slicing 'as usual' in the Z plane.

    The firmware needs to know what Y coordinate corresponds to Z0 before it starts the print. The firmware unfortunately can't easily guess. The "height of the first layer" on this machine is semi-meaningless, because it's guaranteed to keep drawing lines on the belt at some regular height throughout the print, and babystepping might be a very regular need. We could guess by using the volume what the height is supposed to be off of the belt, and use that to tune the relationship between Y0 and Z0.

How is Y related to Z in the G-code and why is this important? All prints, even on a belt, will start with Z0 and then will continue with Z at the first layer height. Since a model may be sliced anywhere in the Y space, we need to know which Y position it "starts at" and seed the kinematics appropriately.

Anyway, the thing is.... Once the kinematics or workspace offset are seeded, the Y and Z axes need to be considered together before applying Core kinematics and conversion into steps. It gets a tiny bit tricky, but shouldn't be too impossible to follow. The formula is applied in the same location as the CoreXY stuff:

1. Convert Y and Z inputs into YB and C, where YB is the Y position of the XY gantry in its own plane.
2. Hand YB over to CoreXY kinematics where Y would normally go.
3. For babystepping of "the squish side" just allowing direct Y adjustment is enough. No other babystepping is needed.

The formula to convert for Y and Z into YB and C is... Notes! - Cartesion Y0 Z0 converts to YB0 C0. The "YB0 offset" is the adjustment made to the YB0 position, which will keep the squished side against the belt, even as the G-code Y position is going ever-downward, or ever-upward. Figure out which way is more correct. I assume Y goes downward. (Maybe both angular variants can be supported with extra G333 parameters. Why 333? Because the Belt of Orion...) - For simplicity the YB0 offset simply corresponds to the current Z position, so 'Z' can be taken as ruling over YB0. This could be expressed as a steps value which is adjusted whenever Z is changed, or it can simply be based on current C steps with a clever formula. - Note that when YB is at the machine native home point (0), it's as close to the belt as it can get (though, this could be usefully adjusted with a Y home offset) so it's at the minimum the Z layer height. - The YB position alone determines the height of the nozzle over the belt, hence the actual "squish level" on the belt side of the model. For these purposes it's better to think of this as "the belt side" rather than the bottom. - So, how much should the YB coordinate be messed with in relation to Z? - YB = Y - Z * sin(angle) ; C = Z * (1 / sin(angle)) - The ratio between Z motion and Belt motion is (1 / sin(angle)) => Hypot (YB) / Adjacent (Z) - For every +1mm that C moves, YB needs to be offset by -1.414mm. - For every +1.414mm that YB moves, C needs to be offset by -1mm. - Position Y0 Z10 is YB10 C14.14

I suggest requiring a G-code that both enables correct Belt Cartesian Kinematics (BCK), but also sets the Y0/Z0 relationship at the same time. Assuming BCK is the default, the slicer could easily set this value with an existing command like G92 Y123.2. If BCK needs to be enabled, maybe a Y offset could be included.

Ma traduction approximative (ce que j'en ai à peu près compris 😉 ) :

Révélation

Historiquement, les imprimantes à courroie interprétaient les paramètres X Y Z en référence aux positions du portique XY dans son propre plan, et à la position de la courroie Z dans son propre plan. Par conséquent, un traitement supplémentaire était nécessaire pour produire un Gcode adapté au système. Dans le passé, c'était également le cas pour les imprimantes SCARA et Delta. Les trancheurs ont commencé à s'aligner sur la norme de facto, il est donc temps de corriger la cinématique.

Le problème comporte deux volets :

   - Le trancheur doit produire un Gcode qui s'aligne correctement sur la bande / le portique, mais avec des supports comme si la bande était le fond du modèle. Cependant, le trancheur doit faire pivoter le modèle solide et la géométrie de support générée de l'angle de la machine (par exemple, 45°) avant de trancher "comme d'habitude" dans le plan Z.

   - Le microprogramme doit connaitre quelle coordonnée Y correspond à Z0 avant de lancer l'impression. Malheureusement, le firmware ne peut pas facilement le deviner. La "hauteur de la première couche" sur cette machine n'est qu'à moitié signifiante, parce qu'il est garanti que des lignes seront déposées sur la bande à une hauteur régulière tout au long de l'impression, on pourrait avoir besoin du babystepping régulièrement. Nous pourrions deviner, en utilisant le volume, quelle est la hauteur supposée de la bande, et l'utiliser pour régler la relation entre Y0 et Z0.

Comment Y est-il lié à Z dans le Gcode et en quoi est-ce important ? Toutes les impressions, même sur une bande, commencent par Z0 et se poursuivent avec Z à la hauteur de la première couche. Puisqu'un modèle peut être découpé n'importe où dans l'espace Y, nous devons savoir à quelle position Y il "commence" et amorcer la cinématique de manière appropriée.

Quoi qu'il en soit, le truc est le suivant :

Une fois que la cinématique ou le décalage de l'espace de travail est initialisé, les axes Y et Z doivent être considérés ensemble avant d'appliquer la cinématique de base et la conversion en étapes. Cela devient un peu délicat, mais ne devrait pas être trop difficile à suivre. La formule est appliquée de la  même manière que pour un système CoreXY :

1. Convertir les entrées Y et Z en YB et C, où YB est la position Y du portique XY dans son propre plan.
2. Remettre YB à la cinématique de CoreXY où Y irait normalement.
3. Pour le babystepping du "côté de l'écrasement", le simple fait de permettre un ajustement direct de Y est suffisant. Aucun autre babystepping n'est nécessaire.

La formule pour convertir Y et Z en YB et C est...

Notes !

- La référence cartésienne Y0 Z0 est convertie en YB0 C0. Le "décalage YB0" est l'ajustement apporté à la position YB0, qui maintient le côté écrasé contre la bande, même si la position Y du Gcode va toujours vers le bas, ou toujours vers le haut. Déterminer quelle direction est la plus correcte. Je suppose que Y va vers le bas. (Peut-être que les deux variantes angulaires peuvent être supportées avec des paramètres G333 supplémentaires. Pourquoi 333 ? Parce que la ceinture d'Orion...)

- Pour simplifier, le décalage YB0 correspond simplement à la position Z actuelle, donc 'Z' peut être considéré comme dominant YB0. Cela pourrait être exprimé comme une valeur de pas qui est ajustée chaque fois que Z est modifié, ou cela peut simplement être basé sur les pas C actuels avec une formule astucieuse.

- Notez que lorsque YB est au point d'origine de la machine (0), il est aussi proche de la bande qu'il peut l'être (bien que cela puisse être utilement ajusté avec un décalage d'origine Y), il est donc au minimum à la hauteur de la couche Z.

- La position YB détermine à elle seule la hauteur de la buse au-dessus de la bande, d'où le "niveau d'écrasement" réel du côté bande du modèle. Dans ce contexte, il est préférable de parler du "côté bande / courroie" plutôt que du fond. - Donc, dans quelle mesure la coordonnée YB doit-elle être modifiée par rapport à Z ?

- YB = Y - Z * sin(angle) ; C = Z * (1 / sin(angle))

- Le rapport entre le mouvement de Z et le mouvement de la bande est (1 / sin(angle)) => Hypot (YB) / Adjacent (Z)

- Pour chaque +1mm que C déplace, YB doit être décalé de -1,414mm.

- Pour chaque déplacement de +1,414 mm de YB, C doit être décalé de -1 mm.

- Donc la position Y0 Z10 est YB10 C14.14

Je suggère d'exiger un Gcode qui permette à la fois d'activer la cinématique cartésienne correcte de la bande (BCK), mais aussi de définir la relation Y0/Z0 en même temps. En supposant que BCK soit la valeur par défaut, le trancheur pourrait facilement régler cette valeur avec une commande existante comme G92 Y123.2. Si BCK doit être activé, un décalage Y pourrait être inclus.

Les trancheurs connus actuellement disponibles pour ce type d'imprimante (tapis-roulant / belt printer) sont au nombre de quatre (4) :

  1. l'ancêtre par qui tout à commencer : BlackBelt Cura
  2. la version Creality basée sur le précédent
  3. Ideamaker (version beta)
  4. Kiri-Moto

Tous ces trancheurs, en plus de gérer correctement la cinématique particulière, possèdent une section dédiée à la première ligne de filament déposée sur la bande (courroie / tapis-roulant) comme on l'a vu dans le post précédent; c'est elle qui va servir de «fondation» au reste de l'impression.

Les deux premiers sont basés sur une version déjà ancienne de Cura (3.6.0 / 3.6.2). Donc de nombreuses améliorations apportées aux versions récentes de Cura sont absentes 😞.

1) Blackbelt Cura :

Après installation, une fenêtre s'affiche précisant la version de Cura :

bb-lancement.jpg.9942773bd4e99d37200329e33d005883.jpg

L'interface de travail apparait au bout d'un moment :

bb-interface.thumb.jpg.1c3304845e66b7b7e98bb15e0715fd05.jpg

Les paramêtres de la machine déclarée correspondent à une imprimante Blackbelt, il va falloir en modifier certains (largeur (220), hauteur (170)) :

bb-parametres-machine.jpg.f5185321ec4030df35ad60670c978e02.jpgbb-parametres-extrudeur.jpg.e2b4b28a7c0d7416491002fc99cee253.jpg

Le G-code de démarrage comporte des commandes dont je ne suis pas sûr que la carte puisse les gérer 🤔, là aussi des modifications s'imposeront.

L'ensemble des sections de paramétrages de l'impression. A noter l'absence, voulue de celle dédiée à l'adhérence sur le plateau et la présence d'une nouvelle section ne traitant que le dépôt du filament sur la bande de roulement (tapis) :

bb-sections.jpg.16d5b6fbece114d428398649edbc2030.jpg  bb-section-blackbelt.jpg.c3a3caa6a185d145b341c7d202f8684d.jpg

Je détaille cette dernière section ci-dessous avec le Cura Crealitybelt.

2) CrealityBelt :

Le logo de lancement a été «personnalisé» mais ne correspond plus à la machine actuelle (toute l'électronique est au-dessous de l'imprimante dans un chassis métallique, le système de mouvements des axes X et Y est désormais en CoreXY, l'extrusion n'est plus en direct-drive mais en bowden), la version de Cura est une 3.6.0 :

cb-lancement.jpg.1baefe60e5605e5a297b4cb54388b5f9.jpg

L'interface de travail est en gros la même qu'avec le Cura BlackBelt mais cette fois les paramètres machines sont correctement pré-renseignés :

cb-interface.thumb.jpg.8d0513cd1fa0d30c53205aa20336b744.jpg

cb-parametres-machine.thumb.jpg.cbf2ebc2ea39c405ad898bf23c52cc71.jpg

cb-parametres-extrudeur.thumb.jpg.877b9d4c0acea0af24f2cb121659fb8d.jpg

La section concernant la «couche» déposée sur la bande de roulement :

cb-crealitybelt.jpg.f35a840d2a104a476b96f345456d4130.jpg

Il est possible d'imprimer plusieurs copies de la pièce, il suffit de préciser leur nombre. Autres possibilités, en multipliant le modèle dans l'espace de travail de Cura puis en espaçant ces pièces sur la bande lors du tranchage, si Octoprint est utilisé pour surveiller la CR30 (c'est mon cas), un greffon permet de créer une file d'attente d'impression, son avantage est que différentes piéces à imprimer peuvent être mise dans la file contrairement à l'option copie qui ne duplique que le même modèle :

cb-crealitybelt-copies.jpg.7e0d87f5866dafd7df26b3bca1435640.jpg

La section «Adhérence du plateau» étant désactivée, à juste raison car il n'est pas possible comme habituellement d'utiliser une jupe ou une bordure autour de la pièce, il reste encore possible d'utiliser un radeau si on le souhaite vraiment (mais qui utilise encore un radeau aujourd'hui) :

cb-crealitybelt-printraft.jpg.4fae7a3f799e65b2c34bd637001fe17f.jpg

L'option suivante doit être cochée pour que la ligne déposée sur la bande soit traitée particulièrement, c'est elle qui sert de fondation à chaque couche :

cb-crealitybelt-adjustbeltwall.jpg.c369638acdcbade4527789c7d8694477.jpg

Pour garantir une bonne tenue, la vitesse d'impression doit être lente voire très lente :

cb-crealitybelt-beltwallspeed.jpg.20425f970296ecc1d1e7d9b4e4a6f62c.jpg

Le débit de cette ligne est évidemment ajustable :

cb-crealitybelt-beltwallflow.jpg.a1e187c6ed34c6ab39be85f601972e00.jpg

Pour enfoncer un peu plus la ligne de filament en contact avec la bande, on peut ajouter un décalage uniquement pour cette ligne (équivalent d'un Zoffset) :

cb-crealitybelt-beltoffset.jpg.066c54fb0cfb43058550f3eba1a2d3ad.jpg

Les deux dernières options concernent le refroidissement de cette «couche»  :  

cb-crealitybelt-enablesecondaryprintfans.jpg.aa47bed36c4266df0d33ecc5c8115567.jpgcb-crealitybelt-fanspeed.jpg.5dca0c318457056f2a588035772590fb.jpg

Une fois la pièce à trancher déposée sur la surface de travail, les autres paramètres d'impression peuvent être choisis / modifiés (températures, vitesses, rétraction, etc,). Après tranchage, user et abuser du mode aperçu doit devenir une habitude afin de détecter toutes les zones qui risquent d'être imprimée dans le vide auquel cas, des supports devront être ajoutés. 

Dans Cura «classique», on peut facilement voir quels endroits d'un modèle risquent de poser problème et nécessiter du support. Pour cela, la couleur rouge indique ceux-ci.  Mais dans Blackbelt ou Creality Belt, ces zones «problématiques» ne sont pas indiquées car la transformation des plans (Y / Z) n'a lieu qu'après tranchage. Le seul moyen pour trouver ces zones est avant tranchage de réorienter la pièce sur le plateau de 45° :

orienter-piece-45deg-voir-supports.jpg.3149a2ecbf667208ad2658c82c3d801e.jpg

Après tranchage, l'aperçu couche par couche permet de trouver précisément là où il faudra du support. Exemple avec un Benchy, au moins deux couches vont déposer du filament en l'air :

benchy-c18.jpg.62f75b0a9ab4e73641bf1741689f7065.jpgbenchy-c19.jpg.a9a74b64bf2e2f2777ca58acf4272c60.jpgbenchy-c20.jpg.18f1cb40d4876052e03edf339f9a6574.jpg

benchy-c183.jpg.f50f990db22562e2de7fd31ae5006dd1.jpgbenchy-c184.jpg.74ab8855ee0b66f1ce8f67f2a2436039.jpgbenchy-c185.jpg.db26d315f12715f7970e3ec2cd34aba3.jpg

Pour éviter ces ajouts de supports qui peuvent parfois être difficiles à enlever et dénaturer la pièce imprimée, une réorientation parfois permet de s'en passer totalement. Certaines pièces qui en impression classique, couches empilées les unes sur les autres, nécessitent absolument des supports, avec cette impression à 45° peuvent s'en dispenser totalement (une fois la pièce correctement orientée) :

superman-overhang.jpg.4a0cd7281dc42a03d1b82c2edeadf4f6.jpgsuperman-overhang-1.jpg.4e540c9b2bdca2a024101330037d9aa3.jpgsuperman-overhang-2.thumb.jpg.ccb0fc3c92c8414fb345cfdb3b27b777.jpg

 

logo-li3d-eteint-25pc.jpg.823cc49244bf031d051cf6ae47af1729.jpg

… à suivre Ideamaker, Kiri-Moto …

Modifié (le) par fran6p
  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

logo-li3d-allume-25pc.jpg.d6869c2aac8367ac81548cdbe1acc27b.jpg

3) Ideamaker :

Le constructeur de machines Raise3D prend en charge la 3DPrintMill dans la version «beta» de son trancheur (4.0.3 au moment du test) et continue d'améliorer celle-ci puisque qu'une version récente a été mise en ligne le 15/03/21 (4.1.0) . La page de téléchargement permet de choisir la version adaptée au système d'exploitation de son matériel informatique :

id-download.thumb.jpg.158f73b51d07d86b7f09158bb1fba4cb.jpg

La prise en charge des imprimantes à bande est aussi complète que dans les versions Cura du post précédent (la version beta est passée en 4.1 depuis mi mars) :

id-release-notes-1.jpg.e6c3a3347a19d4556559f66f2955248f.jpgid-release-notes-2.jpg.0dcf4b552bd9e77789e80981e7a0ced7.jpgid-release-notes-3.jpg.442442537155d77e9bd2ac355a05b184.jpg

id-release-notes-4.jpg.9fcbf4cc61c1d9c1de9d68bef88933cc.jpg  id-release-notes-5.jpg.13be88b80057fb2bc16955a1c8787dd8.jpg

Une fois le programme téléchargé et installé, la première étape est de paramétrer son imprimante en passant par l'option du menu «configuration wizard» :

installer-new-printer.jpg.1384030e8cef23b1fb90a7a8863cf21f.jpg  installer-cr30.jpg.a83d9a52b0e94d738fe9d106bd711a6c.jpginstaller-cr30-2.jpg.e837f6982912dd003d94ac6b9b75fda0.jpg

Une fois l'imprimante sélectionnée et validée, on peut vérifier quels paramètres sont utilisés :

id-param-imp-general.jpg.59fee19583de7e957c60e3fcb437d4c3.jpg id-param-imp-avance.jpg.e41bca111416e93e8dc9808c1fee4ab1.jpg

id-param-imp-extrudeurprincipal.jpg.507c08da54252bca693f91bb850a04b9.jpg

Ceux qui ont  déjà pratiqué ce trancheur ne verront pas de différences au niveau de l'interface entre la version stable et la beta:

id-interface.thumb.jpg.31429bc2fefc7ff5dbfe76b14a3b548d.jpg

Quelques profils peuvent être ajoutés à celui par défaut d'Ideamaker en les récupérant ici :

choix-profil-site_ideamaker_io.thumb.jpg.24362e20cdc3ea649d6963ef1c07322d.jpg

profils-idm-site.thumb.jpg.20e0fbbcb36a283826fa856f5aec7ed3.jpg

Comme pour tous les trancheurs, on choisit la pièce à trancher (sélection via Fichier / ouvrir ou dépôt de la pièce sur la surface de travail), exemple avec le test de validation de Kickstarter :

ks-test-1.thumb.jpg.a161800cea76c244c06c60bea826984d.jpg

Pour lancer le tranchage, un appui sur l'icone «Lecture» affiche les paramètres essentiels (choix de l'imprimante, de l'extrudeur et du profil). Chacun de ces paramètres peut être modifié en fonction des contraintes d'impression. Pour cela, soit on ajoute ceux qui serviront fréquemment dans la zone en vert ci-dessous en cliquant sur le bouton «+» puis en les sélectionnant dans la liste, soit en cliquant sur la roue dentée en orange :

ks-test-slice.jpg.1b145452d68aff38e3d34338fabe0f8f.jpg

La liste de tous les paramètres modifiables est présentée sous forme d'onglets (Cura utilise des sections) :

1529885718_Reglagesavancescouche.jpg.f8e78c73d63e573ccca00bd52cc02694.jpg1868635621_Reglagesavancesextruder.jpg.3a4ebd1bbafbac1e59d45e225f0e05c8.jpg1537469840_Reglagesavancesremplissage.jpg.716c855ea143f955974ecdf3c2a4b330.jpg

653026403_Reglagesavancesremplissageplein.jpg.f42ced5339e64c01d1bf50e4607b68d8.jpg781109009_Reglagesavancessupport.jpg.81a859ba08501c9c641b9b684ea35975.jpg1967991122_Reglagesavancesaideadhrence.jpg.4be7913108454e07af36e80ec890bfe8.jpg

155574295_Reglagesavancesrefroidissement.jpg.40b2c8ba45d39c4a73720f01dd784984.jpg1707082437_Reglagesavancestemperature.jpg.c55507d35fed1e23df874db95113784f.jpg1204771384_Reglagesavancesvitesse.jpg.c4123aab105264847624125e75249217.jpg

782299111_Reglagesavancesavanc.jpg.37c078e080bfa5ecdc348a771e1509ea.jpg1491301934_Reglagesavancesecoulement.jpg.d7bdb0c7d3fcbf599a5f3955a8892691.jpg691073327_Reglagesavancesautre.jpg.ce0ac05931ffcd284b17225951569b0e.jpg

1790876059_Reglagesavancesgcodedbut.jpg.f8bf9e9c1f138e67e0e8177791983400.jpg219084321_Reglagesavancesgcodefin.jpg.b6b83ed7cfa99c0a19a40a16334f071c.jpg

964102511_Reglagesavancesgcoderepetition.jpg.6a4c5e281ed7f181222c47ae73448fe9.jpg803464162_Reglagesavancesgcodepostprocessus.jpg.7db54329b21ee045fcb77be64e6ee0f7.jpg

Une fois les paramètres choisis, un appui sur «Slice» et le tranchage se réalise. Un clic sur «Aperçu» permet d'analyser le tranchage couche après couche et permet surtout de voir s'il faut réorienter la pièce sur la bande afin d'éviter des impressions en l'air, comme ci-dessous :

ks-test-NOK.thumb.gif.e4c3bf05366c383f6a949d8cdb9a95bc.gif

En tournant cette pièce de 180°, cette fois-ci l'impression sera correcte :

ks-test-OK.thumb.gif.3d923e5e8c00d2f8add774009202fb0b.gif

4) Kiri-Moto :

Mon coup de cœur 😉

Ce trancheur ne nécessite aucune installation puisqu’il fonctionne dans votre navigateur (testé via Chrome et Firefox). Il est accessible à cette adresse : grid.space/kiri

Tout le processus de découpe se déroule au sein du navigateur, les données restent en local pas chez un fournisseur «nuagique». L'intérêt principal est qu'il est toujours à jour (au moins tant que son principal développeur s'en occupe, ses sources sont disponibles dans un dépôt Github), les nouvelles fonctionnalités, corrections de bogues et les mises à jour sont régulièrement mises en place. On peut choisir la version avec laquelle on souhaite trancher (stable / développement). Cerise sur le gâteau, il est entièrement Open Source.

De plus ce trancheur n'est pas réservé qu'aux imprimantes 3D (FDM / SLA) mais peut également être utilisé avec des CNC, des graveurs Laser, des matériels de découpe (n'ayant pas ce type de matériel, je n'ai pas testé).

J'ai découvert ce trancheur via le discord des testeurs de la 3DPrintMill. Son développeur est Stewart Allen. J'ai participé à sa localisation (qu'il va falloir que je peaufine encore un peu), au départ il ne proposait que deux langues: Anglais, Danois. Désormais, il est aussi en Français, Allemand.

L'accès au site, après validation de l'acceptation des cookies, affiche l'interface suivante (j'ai sélectionné le français, étonnant non 😄 ) :

km-lancement.thumb.jpg.01f0307c3308b6ff8f8bb0f8fd9c797f.jpg

En haut à droite de la fenêtre en cliquant sur l'icone du personnage les options disponibles permettent de choisir la langue d'affichage, d'accéder à de l'aide quant au fonctionnement et manipulations accessibles au clavier, de sélectionner la version de travail (anciennes, stable, développement)  et également en cas de bug d'exporter un fichier qui permettra à Stewart Allen de déboguer plus facilement:

km-langue.jpg.8be4575b4c4b7ba4a0869c55c20013b7.jpg

Les icones à gauche de l'écran permettent d'abord de choisir quel matériel (FDM, SLA, CNC, graveur) on va utiliser puis quel modèle «Setup» ainsi que les préférences générales :

km-setup.jpg.eaef715e3726303bb38551ce6a8534c7.jpgkm-setup-machines.jpg.5f92649c20e38edd5a6b0c2e04ead511.jpg

km-setup-prefs.jpg.6979ad4e609d8df347aad1a449f2a838.jpg

Ensuite «Fichiers» permet comme tout bon trancheur de sélectionner la(les)  pièce(s) à trancher ou récupérer des pièces déjà utilisées :

km-fichiers.jpg.5285e4d8ddf86db3a37181b1408433c6.jpg

L'option «Rendu» permet de modifier l'affichage de la pièce sur le plan de travail (plein, fil, transparent, caché) :

km-rendu.jpg.8e6f444c7576b2e6846b23c09fecc40c.jpg

Les options «Tourner» (orientation de la pièce sur le plan de travail) et «Échelle» ne sont activables que si la pièce est préalablement sélectionnée :

km-tourner.jpg.2b72c16f57b528e802c2279879d2ce79.jpg  km-echelle.jpg.24a13fe80e9721f08e982bd50b0ad1fd.jpg

La dernière option est celle qui permet de trancher la pièce après avoir choisi les paramètres d'impression dans le menu de droite de l'écran puis de prévisualiser l'impression et finalement d'exporter le G-code (directement sur Octoprint si l'option a été indiquée dans Setup / préfs ) :

km-slice.jpg.ae47f487e3f68f42dc9283480dcc9b51.jpg

Les options de droite concernant les paramètres de tranchage sont celles classiques que l'on retrouve dans tous les trancheurs :

km-couches.jpg.73ea4329c242773c8d5f0dd0b2647797.jpg  km-remplissage.jpg.2c2acca9564671deac01fa390fc6e729.jpgkm-support.jpg.006997d5bd4283df64acc82aa524a2a9.jpg

km-sortie.jpg.011c6d17010dc06ad3bb0173fa2cd705.jpgkm-expert.jpg.d9962677fe31f52f4468fa8c1689adc2.jpgkm-profil.jpg.e1f5555c72b15fa6f274edb9c0bab8b8.jpg

Cette dernière concerne la 3DPrintMill plus particulièrement (Base) :

km-base.jpg.728d8f6eda4b0e3eb7153080a4bc96a6.jpg

Deux options dans cette dernière sont uniques: ancrage et taille de bordure. On ne peut utiliser ni jupe, ni bordure avec une imprimante à Z infini. Ancrage permet d'ajouter à l'avant de la pièce tranchée l'équivalent d'une bordure, de même avec «taille de bordure» qui elle sera ajouté de chaque côté de la pièce avec même la possibilité de ne l'ajouter que si la longueur du filament déposé sur la bande est plus petit que la valeur indiquée dans «seuil». Ce sont deux options, absentes des autres trancheurs (Cura, Ideamaker) qui facilitent la vie d'un utilisateur de 3DPrintMill : l'accroche /adhérence sur la bande étant parfois un peu capricieuse 😉

Stewart Allen met à disposition sur sa chaine Youtube de nombreuses vidéos (en anglais) pour tous ceux qui souhaiteraient approfondir l'utilisation de Kiri-Moto.

Exemple de l'aperçu après tranchage :

cube.thumb.gif.f5a3ba00f81530636f4318fea292edd9.gif

Le même en mode «prévisualiser», les couleurs indiquent les vitesses d'impression :

cube-previsualisation.thumb.gif.d33ca7a46282fd67376eb8ae94c282d2.gif

Je recommande d'essayer ce trancheur, il est simple d'utilisation. Certes de nombreuses options ne sont pas disponibles comme avec les trancheurs habituels mais ça a un avantage pour des débutants : éviter de se perdre dans certains paramètres. Les pièces imprimées sont aussi bonnes qu'avec Cura, Ideamaker. Son seul défaut est que pour certaines pièces, le temps de tranchage peut sembler long (le travail se fait totalement dans le navigateur de votre ordinateur).

logo-li3d-eteint-25pc.jpg.385c1ec6ba60cf9b8d35fc7cf18e7a2a.jpg

… prochaine étape, les impressions réalisées,

     à bientôt …

Modifié (le) par fran6p
  • J'aime 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • fran6p changed the title to [TEST AU LONG COURS] Creality  3DPrintMill aka CR30
  • fran6p featured et pinned this topic
  • 3 weeks later...

J'espère simplement que Creality aura «corrigé» le tir avant le passage en production. Mais j'ai un peu de doute quant au processus qualité.

Avec ces courroies / tapis-roulant, celles-ci doivent pouvoir glisser sur le plateau chauffant, il faut donc que celui-ci soit vraiment plan sinon l'air chauffé formera une bulle et la surface de la courroie n'étant plus parallèle au plateau créera de grands risques de décollement des pièces (ce qui m'est arrivé plusieurs fois avant ma «réparation / bidouille») 😞 .

EDIT: Apparemment, quelques participants américains aux Kickstarter commenceraient déjà à recevoir leur machine. On verra bien s'ils rencontrent mes problèmes, si oui je les renverrai vers ici (ils n'auront qu'à utiliser un traducteur en ligne anglais => français 😄 ).

🙂

  • J'aime 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un test très détaillé et bien imagé, merci pour tout ces détails Francis. Je trouve que c'est une superbe idée (au-delà du côté commercial), que Creality fasse tester par des imprimeurs avérés une future imprimante pour remonter d'éventuels défauts/améliorations. Cela montre qu'ils ont pleinement le souhait de prendre en compte les besoins des futurs clients, et ça c'est chouette.

  • +1 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Je met ici un lien pour le tapis de la CR30 : https://vip.creality.com/en/goods-detail/875

Ainsi que la rallonge à roulements : https://vip.creality.com/en/goods-detail/867

PS : Si vous faites un tour sur la boutique, vous y trouverez toutes les pièces de rechanges de la CR30... et pour tout les modèles de Creality avenir...

Modifié (le) par Bosco2509
  • Merci ! 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci @Bosco2509

Je ne suis pas allé vérifier mais la dernière fois que j'étais allé sur le site «vip», les frais de transport étaient élevés et la procédure pour les connaitre franchement pas pratique.

Il faut que je finisse le test ici et en même temps que je prépare le sujet pour le blog car les livraisons arrivent chez les participants du KS (US d'abord mais pour l'Europe ça commence aussi)😉 . Donc Creality a démarré la production début janvier sans forcément tenir compte de toutes les remontées / améliorations à faire 😞 .

@Motard Geek, @Juliendésolé du retard 😳 (un bon gros coup de «blues» (quand c'est le genre musical, j'aime plutôt bien)).

🙂

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 39 minutes, fran6p a dit :

Je ne suis pas allé vérifier mais la dernière fois que j'étais allé sur le site «vip», les frais de transport étaient élevés et la procédure pour les connaitre franchement pas pratique.

J'avoue... 😕
Frais de port et frais de douanes à ma charge... et cela représente un budget à part entière...

Je viens de demander pour le scanner CR-Scan 01... 😏

Je vais attendre qu'il soit disponible/vente sur une plateforme comme banggood ou Aliexpress du coup.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, fran6p a dit :

@Motard Geek, @Juliendésolé du retard 😳 (un bon gros coup de «blues» (quand c'est le genre musical, j'aime plutôt bien)).

Pas de pb, ce topic est déjà formidable 🙂 

  • Merci ! 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez poster un message et vous inscrire plus tard. Si vous avez déjà un compte, connectez-vous afin de poster avec.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez copié du contenu avec formatage.   Supprimer le formatage

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher en tant que lien à la place

×   Le contenu sauvegardé a été restauré.   Effacer l'éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Créer...