Aller au contenu

Filament ABS

Jeff06

Vitesse maximale d'impression ?

Recommended Posts

Bonjour à tous.

En analysant les caractéristiques des différentes imprimantes 3D, j'ai constaté des vitesses d'impression annoncées de 300mm/s pour certains modèles.

Ces vitesses dépendent surtout de la conception mécanique des machines, et logiquement, le poids des parties mobiles est un obstacle à la vitesse pour des problèmes d'inertie.

Y a-t-il d'autres limitations à la vitesse, dues par exemple à la technologie de dépôt de filament ?

Quelle est, selon vous, la vitesse maximale atteignable pour ce type d'impression ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aucune idée, en tout cas, en dépôt de filament, plus on va vite, et plus on dégrade la qualité. Et ça c'est valable pour toute les imprimantes de ce type.

Donc les constructeurs qui vous annonce des hautes vitesse, faut pas se leurrer, a vitesse max, les impressions sont dégeulasse.

Donc finalement, la vitesse (théorique) ne doit aucunement être un critère d'achat pour ce type d'imprimante.

Une imprimante faite maison et bien réglée, rivalise, voir surpasse certain modèle "constructeur".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette réponse.

Je pense aussi qu'une imprimante 3D bien conçue et bien réglée rivalise aisément avec les meilleurs modèles grand public.

Pour la dégradation de la qualité d'impression en augmentation la vitesse, elle est normale.

Ce que j'essaie de déterminer, c'est si cette dégradation est uniquement liée à l'aspect "mécanique" (vibrations, inertie, ...) ou aussi à des paramètres liés à ce mode d'impression par filament (fluidité, viscosité, adhérence des couches, ...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à fait.....

Peut-être que quelqu'un d'autre en saura un peu plus que nous sur le sujet ... ? ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

si vraiment le manque de vitesse est un problème, c'est que l'imprimante travaille 24/7... dans ce cas là, à mon avis, il serait tout à fait justifié d'investir dans une deuxième imprimante (ou une de plus), plutôt que sacrifier la qualité.

si on arrive à saturer une imprimante à 300 mm/s, ça veut dire que l'ordre de grandeur de la vitesse est de 1 cm3/min et que le chiffre d'affaire de cette imprimante est de 0,75 euros/min = 45 euros/h.

soit potentiellement 500 euros par jour.

ça finance sans problème l'achat d'une machine supplémentaire. la qualité et l'absence de rebut doit être l'impératif absolu, pas la vitesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est une manière de voir les choses, en effet...

Mais ce n'est pas la seule, et en tout cas, ce n'est pas la mienne.

Pour la bonne raison que je ne compte pas rester 24/7 devant ma machine à la surveiller et à la recharger en fichiers et filament...

Tu as par contre parfaitement raison en parlant d'un investissement dans une 2ème imprimante. Il ne me serait jamais venu à l'esprit de modifier ma Prusa i3 pour lui faire atteindre de telles vitesses ! Je tiens à ma déco ! :lol:

Ma question concerne donc bien une nouvelle imprimante, dont j'étudie actuellement la conception.

Et comme je maitrise un peu la conception mécanique (vibrations, inertie,...), ainsi que la gestion de mon temps, j'essaie de me renseigner sur les éléments qui me sont étrangers, à savoir les limitations de vitesse propres au procédé d'extrusion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

dans mon esprit, une imprimante est capable de travailler toute seule, sans qu'on reste à proximité pour la regarder. elle fait une pièce de 200 g en plus de 3 heures, on peut appuyer sur le bouton de démarrage juste avant de partir de l'atelier et de rentrer chez soi. tout comme quand je fais une lessive, je ne reste pas devant la machine à laver pendant tout le cycle de lavage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est quand même marrant !

Je pose une question très précise, et pourtant...

C'est un peu ce que l'on appelait à l'époque de l'URSS, "le conseil Russe" :

"Dis moi de quoi tu as besoin, je te dirai comment t'en passer...".

Si je demande où trouver une voiture, je n'attends pas que l'on m'explique comment assembler 2 scooters côte à côte ! :lol:

Il se trouve que je sais parfaitement analyser mes besoins, parmi lesquels figure une vitesse d'impression élevée.

Pour y parvenir, je maitrise les problèmes mécaniques, comme je l'ai expliqué plus haut...

Mais, comme je l'ai aussi expliqué plus haut, je ne maitrise pas les problèmes spécifiques à l'extrusion.

Ma question est dont limpide :

Existe-t-il une limitation de vitesse d'impression liée au processus d'extrusion ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la vitesse d impression depent de ton hotend que tu a

ces simple tu prend une merde chinoise tu vas pas pourvoir avancer beaucoup

par contre si tu prend de la qualiter type e3d pas une copie comme on peut en trouver maintenant le probleme sera resolu

pour preuve sur une delta sa vas plus vite

apres comme tu connait en mecanique tu devine ce qu il faut faire ( virer les courroies , virer les tige fileter de bricomachin pour y mettre des vis a billes , passer sur du bowden pour l inertie etc ...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+ 1 . ce qui retourne la question : quelle vitesse maximale pour quelle investissement ? :lol:

Et la vitesse dépend aussi du type d'architecture : La Delta est la plus rapide actuellement, mais aussi la plus difficile à régler.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
la vitesse d impression depent de ton hotend que tu a

ces simple tu prend une merde chinoise tu vas pas pourvoir avancer beaucoup

par contre si tu prend de la qualiter type e3d pas une copie comme on peut en trouver maintenant le probleme sera resolu

pour preuve sur une delta sa vas plus vite

apres comme tu connait en mecanique tu devine ce qu il faut faire ( virer les courroies , virer les tige fileter de bricomachin pour y mettre des vis a billes , passer sur du bowden pour l inertie etc ...)

Pour ce qui est de l'extrudeur, je suis en attente d'un E3D-V6 pour le moment. Dans le futur, j'envisagerai de passer la machine en double-extrudeur, si le besoin s'en fait sentir.

Pour l'inertie, je passerai effectivement en Bowden.

Connais-tu la vitesse maximum d'extrusion d'un E3D-V6 ?

En ce qui concerne la transmission, je reste sur des tiges filetées trapézoïdales (2) pour l'axe Z, et doubles courroies pour les axes X et Y (Je m'inspire du principe de l'Ultimaker en la dopant un peu...).

Je doute que des vis, même à billes, puissent rivaliser avec un système de doubles courroies (et moteurs) pour chaque axe...

+ 1 . ce qui retourne la question : quelle vitesse maximale pour quelle investissement ? :lol:

Et la vitesse dépend aussi du type d'architecture : La Delta est la plus rapide actuellement, mais aussi la plus difficile à régler.

L'investissement ? Je suis actuellement sur un prévisionnel de 1000€ maxi, pour un modèle inspiré de l'Ultimaker en 460*300*300.

La vitesse maximale ? C'est justement la question que je pose depuis le début. Quelle est la vitesse maxi utilisable sur une Delta ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

concernant les couroi sa rezste du caoutchouc meme renforcer arriver une certaine vitesse les vibration vont commencer a ce ressentir

sa ne pouras jamais remplacer un systeme de vis a bille ensuite pour la vitesse j ai pu monter a une avance de 240 je ne peut dire la vitesse mais ce que je sait ai que la machine commence a prendre vie sa commence a bien vibrer et bouger

je ne suit pas aller au dela

pour sa il faut revoir le concepte compler de ma machine

ma prochaine vas faire 60x60 d impression la je suit confronter au probleme d inertie mais pas de la soliditer donc on en reviens toujours au meme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Existe-t-il une limitation de vitesse d'impression liée au processus d'extrusion ?

à cette dernière question, je réponds : "j'en sais rien. d'autres répondront peut être."

je réfléchis à haute voix parce que ça me fait plaisir, n'y vois surtout pas une manière pour moi de te diriger...

tu maîtrises l'aspect mécanique, je ne parlerai donc pas des problèmes de position et de distance (mm), de vitesse (mm/s), d'accélération (mm/s2) et d'à-coup (mm/s3)...

bon, si on cherche à aller plus vite, il faut fondre plus de fil dans le même intervalle de temps, il faut donc plus de puissance de chauffe, plus de chaleur apportée, plus de watts... si pour imprimer à 200 mm/s il faut par exemple 300 watts de puissance de chauffe, il faudrait 600 watts pour imprimer à 400 mm/s... j'imagine que le pilotage de la chauffe qui varie entre 0 et 600 watts en 1 dixième de seconde est plus délicat que la variation entre 0 et 300 watts en 2 dixièmes de seconde... surtout au niveau du "réservoir thermique" que constitue la pièce chauffante, même quand la puissance de chauffe est coupée, celle ci reste chaude...

par ailleurs, si l'on veut imprimer à 300 ou 400 mm/s, j'imagine que c'est sur des grandes pièces, de l'ordre de 20 à 50 cm, pas sur des pièces de 2 à 3 cm, non ?

par exemple, sur une "grande petite" pièce de 40x10x5 cm3 (selon ton projet de développement), à 400 mm/s de vitesse de pointe, il faudrait environ 7 à 8 heures d'impression (taux de remplissage de 50 %)... juste pour fixer les idées. et avec une vitesse maxi de 200 mm/s, il faudrait de 14 à 16 heures...

avec la machine qui va vite, tu lances l'impression à 18 heures et tu rentres chez toi, l'impression se termine à 1 heure du matin.

avec la machine qui va moins vite, tu lances l'impression à 18 heures et tu rentres chez toi, l'impression se termine à 8 heures du matin.

d'un autre coté, avec ton projet, tu vas faire avancer la technique sur le sujet, alors ne t'attarde pas sur mes objections, fonce, tu as mes encouragements sincères.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous et meilleurs voeux pour cette nouvelle année,

Je trouve la question fort intéressante et bien que je n'ai pas de réponse absolument formelle, je me tiens la réflexion suivante.

En faisant abstraction des limitations de poids, des vibrations pour simplement se concentrer sur le dépôt de matière.

Nos buses ont un diamètres donné. (par exemple 0.4mm) avec le moteur pas à pas de l'extrudeur réglé cela nous donne un débit de matière de x mm cube par seconde. Bien maintenant mettons une buse plus petite sans modifier le réglage du moteur. Nous aurons un débit plus faible. Pour obtenir la même quantité de matière à un même endroit, deux solutions. La première rester plus longtemps a cet endroit, (donc ralentir l'impression) ou au augmenter la pression dans la buse en accélérant la vitesse de rotation du moteur de l'extrudeur. Cette dernière méthode va pour moi non seulement augmenter le débit de matière mais aussi la pression avec laquelle la matière sort de la buse.

Le problème c'est que poussé à outrance, (pour un cas purement théorique évidemment) ou se dit que l'on pourrait donc se retrouver avec une machine à découper au jet de PLA ou d'ABS de la même façon qu'il existe des machines à découper au jet d'eau ! :lol:

Vous me direz il abuse le Murdock ! Il a trop fêté la nouvelle année :?:

Non mais je suis d'accord c'est le cas extrême mais pour moi une règle est valable si elle reste constante jusqu'au bout et dans ce cas pour moi cela n'est pas valide.

Donc pour moi oui il y a bien une limite de vitesse (d'un point de vu théorique) au principe d'extrusion. Mais à mon avis cette limite est très très loin d'être atteinte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout d'abord, meilleurs voeux à toutes et tous.

Ma réflexion sur la vitesse maximale d'impression est basée sur ma modeste expérience avec mon imprimante "constructeur".

Je pense que la vitesse maximale mécanique peut être très élevée en repoussant les notions d'inerties et en augmentant la précision et la vitesse de déplacement du ou des extrudeurs.

Ensuite outre le problème de débit et d'entrainement du filament évoqués plus haut, je pense que la vitesse maximale dépend vraiement de la surface et de la dimension de la pièce à imprimer car le filament doit d'une part avoir le temps de se déposer correctement, d'ailleurs la première couche se dépose plus lentement pour favoriser l'accroche sur le plateau ( encore plus flagrant avec un raft), ensuite le filament doit avoir le temps de refroidir avant d'être recouvert par la couche suivante.

Alors je ne sais pas en combien de mms le filament refroidi suffisamment pour être à l'état solide ou du moins "pateux", mais si la pièces est de grande dimension on peut se pemettre d'imprimer plus vite que sur une petite pièce.

Je ne si sais pas si il y a certains d'entre vous qui sont sur 3dhubs mais leur petite figurine test finie en spirale si on imprime pas lentement car le filament n'as pas le temps de refroidir.

Alors il doit exsiter une vitesse limite d'impression mais seule l'expérimentation peut la déterminer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ces réponses.

@ Oscar :

Pour ce qui est de travailler la nuit, ton argument est tout à fait valable, et correspond probablement parfaitement à ton activité.

j'avais d'ailleurs pensé à cette formule pour certains travaux.

Mais ce n'est pas la seule raison qui me pousse dans cette démarche.

Les problèmes seront bien sûr liés à l'extrudeur, et c'est vers eux que je vais me tourner pour obtenir ces renseignements...

@ Murdock :

Je pense aussi qu'il serait dommage de ne pas se pencher sur ce genre de problème.

Adapter son organisation de travail à la machine, comme le préconise Oscar, est bien sûr une partie de la solution, mais j'ai toujours préféré adapter la machine à la situation.

C'est d'ailleurs parce que beaucoup d'autres, dans l'histoire, ont fait de même que nous pouvons aujourd'hui imprimer des objets plutôt que les tailler dans la pierre ! :lol:

Excellente, cette idée de découpe au jet de PLA ou d'ABS ! Peut-être même que certains filaments au carbone seraient plus abrasifs... ;)

Très bonne analyse des différents paramètres de l'extrusion. Mais les machines "professionnelles" utilisent-elles des hotends spécifiques ?

Je comptais déjà passer à une buse de 0.6 ou 0.8 pour les grandes pièces.

@ Quick :

Je ne pense pas avoir de gros problèmes au niveau des courroies.

Chacune d'elle aura en charge une masse d'environ 100 à 150 grammes à déplacer, ce qui est très faible comparé à d'autres machines.

La conception du châssis a aussi été surdimensionnée. J'envisage même le collage en plus du vissage de certains éléments.

J'ai aussi une Prusa i3 et je comprends très bien ce que tu veux dire en parlant de vibrations. :lol:

Edit.

@ syl20

[...]

Ensuite outre le problème de débit et d'entrainement du filament évoqués plus haut, je pense que la vitesse maximale dépend vraiement de la surface et de la dimension de la pièce à imprimer car le filament doit d'une part avoir le temps de se déposer correctement, d'ailleurs la première couche se dépose plus lentement pour favoriser l'accroche sur le plateau ( encore plus flagrant avec un raft), ensuite le filament doit avoir le temps de refroidir avant d'être recouvert par la couche suivante.

Voilà ! Et ce sont justement ces paramètres qui me manquent...

Après, sur des pièces comportant de grandes zones et de plus petites, il sera peut-être possible de spécifier des paramètres différents au moment de la préparation de l'impression...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et non justement les couroie ne vont pas suporter car quand sa balance droite gauche avec arriere les force sont plus forte

ensuite pense a la matiere sur le plateau qui rajoute du poids regarde sur ta prusa detend un peu une couroi lance une impression et tu verra que sa vas former comme des vague sur ta piece les couroies on aussi une usure un peu moindre avec la renforcer mais le resultat reste le meme

ensuite concernant les buse plus tu monte en taille plus l aspect est moche et oui on ne peut avoir debit et resolution en meme tempt

ensuite le decoupage a l eau ce n est pas que de l eau qui coupe car dedans à des pressions de 87 000 psi pour couper et

Les machines sont conçues pour fonctionner en mode jet d'eau pur et jet d'eau abrasif. Un jet d'eau pur est utilisé pour découper des matériaux doux, et dans un intervalle d'à peine 2 minutes, le même jet d'eau peut se transformer en un jet d'eau abrasif pour découper des matériaux durs. Quel que soit le type, l'eau doit tout d'abord être mise sous pression.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, j'ai commencé d'augmenter les vitesse pour voir jusqu'ou la machine pouvait aller.

1er probleme l'inertie du chariot x. Plus on a de vitesse, plus les acoups sont puissant , et plus la courroie se detend a chaque mouvement et risque de lâcher . donc ptete passé sur une visse a bille mais meme avec une vitesse max, on ira moins vite qu'avec une courroie. De plus il faut passer en bowden pour reduire le poids du chariot.

Le second probleme, cest la vitesse sur le y. Le heatbed secout tellement que si on imprime un gros objet, il finit toujours par se barrer a cause des vibrations. Pour cela je pense mettre la hotend sur X et Y, et le lit sur Z.

Pour le debit max d'extrusion, tout va dépendre du plastique, de la qualité, de la thermistance, de sa calibration, etc... Je pense qu'on pourrait donné une estimation mais quelque chose d'exact, moins sur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
et non justement les couroie ne vont pas suporter car quand sa balance droite gauche avec arriere les force sont plus forte

ensuite pense a la matiere sur le plateau qui rajoute du poids regarde sur ta prusa detend un peu une couroi lance une impression et tu verra que sa vas former comme des vague sur ta piece les couroies on aussi une usure un peu moindre avec la renforcer mais le resultat reste le meme .........

Non Quick.

Mon système mobile sera tellement allégé que l'inertie sera diminuée dans d'énormes proportions par rapport à une Prusai3, par exemple.

Il ne restera quasiment que l'extrudeur E3D-V6, son ventilateur, et une pièce support ultra-légère (plus le tube du Bowden, bien sûr !).

Soit beaucoup moins que l'ensemble d'extrusion d'une Prusa i3, et cela sera animé par 2 courroies (que je sur-dimensionnerai au besoin) et 2 moteurs.

Quant au poids de matière sur le plateau, il n'a AUCUNE incidence !

Essaie d'imaginer une machine où le plateau ne se déplace pas horizontalement (comme sur la Prusa) mais uniquement verticalement.

Il n'y aura aucune vitesse au niveau du plateau puisqu'il ne se déplacera qu'à chaque nouvelle couche.

Pour la qualité, il y aura effectivement un compromis entre résolution et vitesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×