Dernières nouvelles
hospifactory happyhospital

Une semaine d’impression 3D #295

Cette semaine, découvrons de nouvelles machines avec l’imprimante 3D eMotionTech IDX420 et l’outil 3 en 1 Snapmaker 2.0. Découvrons aussi comment les hôpitaux peuvent désormais profiter d’une plateforme dans leur domaine pour ne pas avoir à s’équiper en imprimante 3D et comment la fabrication additive 4D pourra également les aider dans le futur. Enfin, la vidéo d’un maker passionné qui a reproduit la poupée tueuse en série avec ses imprimantes 3D.


HospiFactory, le service d’impression 3D pour les hôpitaux

Bone 3D, société française spécialisée dans l’impression 3D médicale, lance HospiFactory. Plus qu’un service d’impression 3D pour les hôpitaux, HospiFactory met à disposition toute son expertise dans l’impression 3D médicale. Que ce soit pour imprimer des pièces non disponibles sur le marché, remplacer rapidement du matériel ou encore créer des accessoires, le site est très simple d’utilisation. Il suffit de faire la demande en ligne pour lancer la conception 3D, le prototypage et finalement l’impression 3D grâce à l’une des 5 technologies de la plateforme qui offre pas moins de 50 matériaux d’impression 3D ! Ensuite, en fonction du projet, la livraison peut être effectué sous 48 heures. C’est à la fois un gain de temps et une réduction des coûts pour les clients.


Nouvelle imprimante 3D eMotion Tech IDX420

La gamme Strateo du constructeur français eMotion Tech s’étoffe avec la Strateo3D IDX420 qui sera dévoilée la semaine prochaine lors du salon Global Industrie 2021. Complémentaire de la DUAL600, la IDX 420 apporte une productivité deux fois plus importante grâce à ses deux têtes indépendantes capables de fonctionner en simultané. Le volume maximal de la machine est de 420 x 320 x 400 mm dans une chambre d’impression à température contrôlée.


Snapmaker 2.0, nouvelle version de l’outil multifonctions

Découvrez la Snapmaker 2.0 dans notre comparateur, machine multifonctions qui offre 3 outils en 1 : impression 3D FDM, graveur laser et CNC. Différents formats existent selon les dimensions de travail souhaitées :

Le logiciel qui gère ces trois fonctions s’appelle Snapmaker Luban et en voici le principe d’utilisation sur la partie fabrication additive.


Impression 4D et polymères intelligents

Dans ce showroom virtuel de l’institut Carnot, Sébastien Blanquer, chargé de recherche au CNRS, nous explique ce qu’est la fabrication additive 4D en nous donnant différents exemples comme les stents cardiovasculaires ou l’admission contrôlée de principes actifs dans le corps. Outre ces applications médicales, le changement d’état des objets imprimés en 3D via divers stimulus peut aussi trouver son intérêt dans d’autres domaines comme l’aéronautique, le transport, l’électronique…


La poupée Chucky imprimée en 3D

Fan de cinéma, un maker a utilisé une méga core XY pour imprimer une poupée de Chucky à échelle 1. Il également fait appel à un ami pour imprimer en résine les diamants qui diffuseront la lumière de l’ampoule à effet flamme qui sera dissimulée dans le socle. Après un gros travail de post-production et de peinture, ce petit monstre plus vrai que nature est effrayant ! Pour les plus sadiques, il est même personnalisable grâce à un jeu d’aimants. On peut changer l’arme et la victime… Si ça vous intéresse, le modèle 3D est disponible à la vente sur ce site.

A propos de Les imprimeurs 3D

A lire

test co print coprint multi filament creality

Co Print, la nouvelle solution multi-filaments qui cartonne sur Kickstarter

Alors que les imprimantes 3D à deux extrudeurs (souvent de type IDEX) peinent à se …

Laisser votre impression

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages