Dernières nouvelles
Accueil / Actualité / Rencontre avec XYZprinting

Rencontre avec XYZprinting

Mercredi dernier, j’ai eu le plaisir d’être reçu dans les locaux de Hotwire pour découvrir et voir en action les tous derniers produits sortis des usines de Kinpo Group, un des principaux groupes industriels taïwanais, plus connu pour les lecteurs assidus du blog sous la marque XYZprinting.

Les prétentions de cette marque ne sont pas nouvelles et restent inchangées d’après M. Bettan, Sales Manager chez Logicom (distributeur de la marque en France). Leur objectif est de « devenir le leader mondial du marché des imprimantes 3D domestiques ». Un peu audacieux me direz-vous, lorsque l’on connait la puissance de certains offreurs et la diversité des offres proposées. Mais au regard de leurs dernières imprimantes, on se dit que la concurrence n’a qu’à bien se tenir…

Avant d’aller plus loin, passons à la présentation des trois machines que j’ai vu tourner.

Da Vinci Junior

Imprimante 3D Da Vinci Junior
Imprimante 3D Da Vinci Junior

Relativement compacte, cette imprimante 3D prend à peu près autant de place que les premiers modèles de Macintosh avant que tous les écrans ne deviennent plats. D’après ma courte expérience, elle me semble relativement silencieuse. Avec un design épuré, la Da Vinci Junior, modèle phare, symbole de la volonté de démocratisation omniprésente chez XYZprinting, peut imprimer du PLA et de l’ABS. Elle offre une résolution comprise entre 100 et 400 microns pour un prix d’achat de seulement 399 €.

Ce prix et cette qualité d’impression font de cette imprimante, a priori, une des plus performantes en termes de rapport qualité-prix. Nous devrions pouvoir la tester pendant 10 jours prochainement. Je vous tiendrai informé bien entendu. D’ailleurs, si vous avez des tests particuliers à nous proposer, n’hésitez pas à nous soumettre vos idées.

Da Vinci 1.1

Imprimante 3D Da Vinci 1.1
Imprimante 3D Da Vinci 1.1

Légèrement plus volumineuse que sa petite sœur décrite ci-dessus, ce modèle offre la possibilité d’imprimer des pièces plus grandes. La Da Vinci 1.1 détient un magnifique écran tactile qui rend plus esthétique l’objet et surtout plus ludique et pratique. Il permet notamment d’accéder directement à des modèles imprimables en libre service dans le cloud !

Il semblerait que cette version de la Da Vinci soit, il est vrai, plus chère (aux alentours des 700 euros) mais probablement encore plus simple d’utilisation que la Da Vinci Junior qui pourtant est déjà ce que l’on peut appeler une imprimante plug-and-play.

Nobel 1.0

Imprimante 3D, stéréolithographie
Imprimante 3D Nobel 1.0

Pour cette frange de consommateurs appelés dans le jargon les semi-professionnels (il faudra que l’on m’explique un jour ce qu’est un semi-professionnel, mais bon ce n’est pas le sujet), la Nobel 1.0 est probablement la plus attendue des trois. En effet, sur ce coup-là, XYZprinting marque de gros points. Ils l’avaient annoncé et ils l’ont fait ; proposer une imprimante 3D utilisant la technologie de la stéréolithographie à un prix relativement abordable (1800 €). Technologie historique de l’impression 3D, la stéréolithographie permet d’imprimer des pièces, par le biais de l’application d’un laser sur une résine qu’il solidifie de bien manière plus précise et offre une qualité de détail très appréciable.

Comme il n’y a jamais que du positif, on notera que la stratégie de Kinpo Group semble être de proposer des imprimantes offrant un rapport qualité prix ultra performant mais avec l’objectif de se rattraper sur « les bobines propriétaires » qui coûtent 49 € les 600 grammes. En effet, ces imprimantes ne peuvent être utilisées qu’avec les matières premières du catalogue de XYZprinting. Néanmoins, ces bobines bien que plus chères ont le mérite de procurer plus de garantie et de qualité que certains modèles « classiques ».

Entretien avec Mme Bodrova

Finalement, j’ai pu m’entretenir avec Tatiana van de Giessen-Bodrova qui est en charge de la distribution des imprimantes de la marque XYZprinting à l’échelle européenne. D’après elle, les chiffres de l’année 2015 devraient être deux fois meilleurs que ceux de 2014. Bien qu’assez vague sur ces données sensibles, elle m’a annoncé un volume d’environ mille imprimantes vendues par mois à l’échelle européenne pour la marque (prévision 2015).

Une question me taraudait lors de notre conversation et je n’ai pas pu me retenir : après un award au CES 2014 et un autre au CES 2015, avec huit bureaux de R&D à travers le monde, qu’est-ce que Kinpo Group nous réserve pour le CES 2016 ?! Sur cette question, bien que très coopérative, Tatiana Bodrova m’a bien fait comprendre qu’elle ne craquerait pas. Cependant, elle m’a quand même glissé que les volontés du groupe étaient de s’orienter vers des produits plus naturels, de multiplier les matériaux imprimables et de rendre une nouvelle technologie plus accessible comme ils ont su le faire avec la stéréolithographie. Ma foi, que de sacrés chantiers. J’ai hâte d’en savoir plus, et vous ? Des idées sur ce qu’ils vont nous présenter ?

A propos de Mael

Mael
Consultant en Intelligence Economique, spécialisé dans le développement de marché, je vois dans l’impression 3D un potentiel hors du commun. C’est ce qui m’amène à partager et à faire vivre cette passion avec vous.

A lire

drone imprimé en 3D

Une semaine d’impression 3D #48

Pour cette 48ème édition d’une semaine d’impression 3D, un programme un peu moins dense que …

2 COMMENTAIRES

  1. a quand le test de la da vinci 1.0 🙂

    je viens de voir le test de la UP BOX, les deux imprimantes ayant a peu près les mêmes caractéristiques mais pas le même prix …

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *