Aller au contenu

Filament ABS

electroremy

Membres
  • Compteur de contenus

    39
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

11 Bonne

À propos de electroremy

  • Rang
    3D Newbie

Contact

Information

  • Genre
    Masculin
  • Lieu
    Besançon
  • Imprimantes
    PRUSA ORIGINAL I3 MK2S

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Merci pour la suggestion Avec ton idée la pression ne peut qu'augmenter, ce qui est compliqué et dangereux Je pensais plutôt à un brassage de l'air, même léger. Seule le verre est interne... ou alors, tout bêtement, récupérer le plastique d'une bouteille d'acétone vide pour fabriquer des objets avec ! Mon idée est la suivante : un aquarium avec un couvercle fait avec une plaque de verre. Le problème c'est les joints, il ne faut pas que l'acétone les bouffe. D'un autre côté, on a pas besoin d'une étanchéité parfaite. D'autant que je me suis fait une grand hotte munie d'une VMC. Au fond de l'aquarium, je pose mes pièces avec des coupelles remplies d'acétone. Peut être aussi placer des "méches" en tissu pour mieux diffuser l'acétone Ensuite, sur le couvercle, un petit trou permet le passage d'un levier, qui actionne dans l'aquarium une pale ou un éventail. Il faut actionner le levier à la main ou bricoler une motorisation à l'extérieur de l'aquarium. avec une tringle et des pivots on peut placer la motorisation assez loin. le concept est qu'un brassage de l'air permet d'activer un peu le processus et surtout de le rendre homogène A bientôt
  2. Merci pour ce passage en revue détaillé Il y a aussi, en mécanique, la méthode par contact (machines de mesure tridimensionnelles) mais c'est lent et plutôt adapté à la mesure de certains points sur des pièces définies (contrôle qualité). Les rectifieuses à commande numérique et parfois les fraiseuses à commande numérique intègre une tête de mesure tridim, pour permettre des usinages de reprise très précis. En effet, la lumière structurée génère un plan X/Y pour chaque prise de vue, donc avec bien plus de données qu'un laser "ligne" La question que je me posais, avec les machines de triangularisation laser et celles à lumière structurée, est s'il y a des machines qui ne se contentent pas de tourner l'objet autour de l'axe Z entre les prises de vues, mais aussi prennent d'autres angles de vue (comme la photogrammétrie) On pourrait aussi laisser l'objet fixe et déplacer le laser, selon un système d'axes X/Y/Z, pas forcément dans les trois dimensions en même temps. Le fait que les scanners emploie un mouvement de révolution limite les choses. La kinnect m'a fait pensé à une chose : notre vision humaine est tout de même très performante, car on arrive bien à "voir" en relief avec seulement deux yeux, même avec un seul oeil. Le traitement d'image opéré par notre cerveau est extrêmement performant. Cependant je pense que notre cerveau fait surtout de l'identification rapide dans une banque d'objets connus (mobilier, visages) qu'il localise et place dans la scène que nous avons en mémoire. Pour preuve notre cerveau se laisse avoir par des illusions d'optique. Je pense qu'il faut que l'occasion et le besoin vraiment concret de numérisation d'une pièce se présente à moi. Ce sera l'occasion de faire des tests sérieux. A bientôt
  3. Salut, Sur la page facebook la dernière publication date de 2016 Dommage
  4. Bonjour, Le magazine Elektor propose un kit pour monter soi même un FabScan Pi https://www.elektor.fr/fabscan-pi-3d-laser-scanner L'ensemble est abordable et la qualité à l'air au rendez-vous Qu'en pensez vous ? Quelqu'un a t il déjà eu l'occasion d'utiliser le FabScan Pi (il existe de nombreuses variantes https://fabscan.org/) Je me pose la question de l'acquisition d'un scanner. J'envisage les usages suivants : - scanner en 3D des pièces "ergonomiques" pour les reproduire dans le cadre d'une réparation ou d'une amélioration (typiquement poignée et manche d'outil, souris informatique, joystick... bref tout ce qui a une forme prévue pour une bonne prise en main) - scanner en 3D et reproduire en plastique des pièces existantes taillées dans du bois ou fondues dans du métal, typiquement des plaques avec un logo en bas relief, des écussons ou bouchons de radiateurs anciens - scanner en 3D des coques, des carters ou des boitiers qui ont une forme avec des arrondis dans tous les sens, là aussi pour refaire une pièce dans le cadre d'une réparation ou d'une modification En effet actuellement je dessine mes pièces en 3D directement à l'ordinateur, j'arrive à le faire très facilement pour ce qui est "mécanique" mais dès qu'il faut une forme ergonomique ou "artistique" le dessin sur ordinateur ne me convient pas du tout, il faut travailler de la matière manuellement et pouvoir numériser le modèle ainsi obtenu. Ce qui me gêne sur les appareils de scan c'est qu'ils ont des "directions privilégiées" c'est à dire que certaines formes pourtant simples ne sont pas scannables (ex. le sommet d'une sphère va être mal définit). La technique par photogrammétrie semble résoudre le problème (car on prend des photos de tous les côtés mais aussi dessus) mais elle est extrêmement lourde. La triangularisation laser pourrait donner de meilleurs résultats en combinant des prises de vue avec différentes positions de caméra et de laser. Une idée à la con sur le scan 3D : quelqu'un à déjà pensé à une méthode "destructive" c'est à dire trancher un objet puis scanner (ou photographier) en 2D chaque couche (cela correspondrait à une impression en 3D à l'envers). Cette méthode pourrait s'appliquer sur des modèles en matériaux légers A bientôt
  5. Difficile de trouver des gens qui ont testé la MagicBox Pour avoir un smoothing homogène et qui ne ramolisse pas les pièces en profondeur, je pense qu'il faut agiter l'atmosphère dans l'enceinte où on traite les pièces avec la vapeur d'acétone. Comment le faire car il faut que le dispositif de ventilation résiste à l'acétone (ce produit bouffe la plupart des plastiques) et il ne faut surtout pas créer d'étincelle Une piste à creuser : du matériel d'onglerie serait résistant à l'acétone car ce solvant est utilisé pour les vernis à ongle A bientôt
  6. Bonjour à tous, Le smoothing de pièces ABS à l'acétone est parfois difficile, on a du mal à avoir un smoothing homogène - Zortrax a sorti un bel équipement mais très cher (6000€) : https://zortrax.com/post-processing/apoller/ - En 2014 une équipe a sortit la MagicBox http://www.sky-tech.com.tw/sky-tech/en/box4.html mais je ne trouve pas où l'acheter - Il y a la Polysher Polymaker mais qui requiert un filament spécifique : https://www.makershop.fr/accessoires/1405-polysher-polymaker.html?utm_campaign=GoogleShopping&utm_source=GoogleShopping&utm_medium=GoogleShopping&gclid=EAIaIQobChMIlaGU47W05AIVyPZRCh3UrgXcEAYYASABEgJiSvD_BwE Ca serait bien de faire le point avec les machines de smoothing. Et plus généralement sur les méthodes pour obtenir un smoothing homogène et qui adoucie les surface sans ramollir la pièce en profondeur Une autre difficulté est de trouver un support pour les pièces qui ne les déforme pas et sur lequel les pièces ne collent pas. A bientôt
  7. Bonjour, Je viens de recevoir une bobine de PETG "Ruby" et je viens de tester l'impression avec une Prusa MK2 J'ai laissé les paramètres par défaut de Prusa3D Slic3r MK2 Mon imprimante est munie d'une enceinte (pour l'ABS) ; pour le PETG je l'ai entrouverte, température ambiante 30°C seulement D'abord une pièce un peu technique : une boîte avec le couvercle à vis : La pièce est réussie : Bonne surprise : - presqu'aucun "cheveux" - j'ai suivit les conseils de Joseph Prusa : préparation du lit avec du produit à vitre bleu (au lieu de l'alcool isopropylique), la pièce tiens mais se décolle sans difficulté - la pièce à un joli rendu brillant En revanche, la finition au papier de verre, même fin et avec de l'eau "casse" le brillant. La pièce devient matte : J'ai aussi essayé d'imprimer des étoiles, la j'ai eu beaucoup plus de cheveux, la finition est nettement moins bonne, le filament peut faire des "pâtés" en sortie de buse : Pour garder le rendu brillant et translucide, on ne peut que faire des petites retouches au cutter bien affûté : Le PETG est intéressant (solide, OK pour contact alimentaire, aspect brillant) mais que faire pour la finition et le collage ? D'autres forums parlent de produits qui sont maintenant interdits A bientôt
  8. Oui très beau, cela allie l'impression 3D à une autre de mes passions : l'électronique Pour la vidéo essaye de trouver quelqu'un avec un reflex, en mode manu on peut avoir plus de lumière.
  9. Bonjour, Pour Noël j'ai repris l'impression 3D. L'ABS est un matériaux idéal car le smoothing à l'acétone permet d'avoir un rendu brillant, et le collage est facilité, toujours grâce à l'acétone. J'ai rencontré un problème de déformation intéressant à décrire. Conception des pièces : Impression des étoiles en ASB bleu et rouge : Impression des lettres en ABS Blanc - Etant donné le fait que les impressions sont un peu plus large à la base (écrasement de la première couche), il vaut mieux imprimer les lettres à l'envers (inversées comme dans un miroir) : Collage des lettres dans les étoiles à l'acétone - la photo est prise après un ponçage à l'eau (grain 180, puis 280, 600 et enfin 1000) : Acétone smoothing (presque 3 heures) : Le résultat : Après séchage, le lendemain j'ai constaté une déformation : J'ai repassé les pièces en acétone smoothing en alternant les deux côtés, puis après un séchage court, j'ai placé les pièces sous presse entre deux plaques de verres. Puis un séchage sur un torchon. La déformation a quasiment disparue. Voici une des pièces sur le sapin familial : Avez-vous aussi rencontré des problèmes de déformation géométrique après acétone smoothing ? A bientôt !
  10. Pour cette lampe il faut un matériaux translucide. Avec de l'ABS ce sera le cas, le PLA classique est opaque Le PETG peut convenir aussi, et n'a pas les difficultés de l'ABS (en ABS il faut un plateau chauffant, une enceinte chauffée, et paramétrer le GCODE pour que le ventilateur de buse se mette en route pour les couches de faible surface (le dessus de la sphère)) Mais il y aura forcément une perte de luminosité. Une impression avec plusieurs couleurs de filament peut donner des effets très intéressants Autres effet intéressant : avoir une sphère lisse à l'extérieur mais avec des motifs en relief à l'intérieur, ils ressortirons sous forme de différence de contraste lorsque la lampe sera allumée. C'est de cette façon que des lampes en forme de lune assez réalistes sont faites. A bientôt
  11. Bonjour, Bonne nouvelle j'ai pu trouver une option qui correspond à ce que je voulais faire en fouillant dans les paramètres de Silc3r Prusa Edition : L'option "auto cooling", en lien avec les "Cooling thresholds" est efficace... à condition, pour l'ABS, d'avoir une enceinte chauffée ! Le ventilateur s'est mis en route à la fin de mon impression, lors de l'impression de la partie haute de la petite boite que l'on voit sur la photo ci-dessous : Pas de déformation car l'enceinte est chaude (44°C à la fin de l'impression), et de plus l'air au dessus de la pièce est encore plus chaud J'avais imprimé 4 pièces : - une boite avec son bouchon - deux petits dômes Les dômes ont été taraudés manuellement après l'impression : Les dômes servent à éviter qu'on se fasse mal avec l’extrémité des tiges filetées des tirants de ma penderie : La petite boîte est très réussie, elle a été faite sur mesure pour un petit pendentif. Vous remarquerez que le filetage est à gauche, celui qui ne le sait pas se découragera avant de l'ouvrir : Avoir utilisé de l'ABS translucide donne un effet intéressant du point de vue esthétique. La boîte est lisse (après léger ponçage à l'eau) mais l'infill qui est visible donne l'impression d'une texture. Cela permet également de voir le niveau dans la boîte si on la rempli avec un liquide ou une poudre. On peut voir si le pendentif est dedans ou pas sans ouvrir la boîte. Les rangements transparents ou translucides sont pratiques. Le pas du filet fait 2 mm. J'ai été surpris de la précision de l'impression. Je vais essayer d'imprimer des filets et taraudages plus fins pour voir. Un filet imprimé est moins solide qu'un écrou prisonnier mais dans pas mal d'applications ça suffit. On peut tarauder une profondeur importante pour avoir une bonne solidité. On peut faire un taraudage légèrement "serré" pour avoir un assemblage qui ne se desserre pas sans recourir à du frein filet ou des rondelles éventail. Il est possible de faire des poignées de meuble assez jolies. Je vais essayer de faire des raccords filetés pour plomberie en ABS. On va voir ce que ça donne au niveau résistance à la pression. Je vais voir aussi si on peu coller du PVC avec de l'ABS. Ces raccords serviraient pour des accessoires de système de récupération d'eau de pluie, donc que de l'eau froide et assez peu de pression. Les raccords de plomberie en PVC peuvent coûter assez cher dès que ce n'est plus quelque chose de standard. A bientôt
  12. L'idée des languettes c'est pas bête du tout ! Certaines imprimantes sont-elles équipées de ce dispositif ?
  13. Oui le problème après le suintement c'est la remise en pression, sinon manque de matière Le distributeur d'écrou pas bête, justement je voulais tester cette technique mais en déposant les écrous à la main avec une pause lors de l'impression
  14. Bonjour, Prusa propose un certain nombre d'innovations pour économiser du filament en multi-matériaux : optimisation de la wipe tower lorsqu'on imprime plusieurs pièces, on peut choisir des pièces "mécaniques" et d'autres "esthétiques", l'imprimante va essayer d'imprimer les pièces mécaniques lors de la transition entre filaments de même, le remplissage - qui est invisible dans la pièce finale - sera imprimé dans la mesure du possible lors de la transition entre filaments Le nouveau kit multi-matériaux de la Prusa I3 MK3 est convaincant (il allie les avantage du bowden et du direct drive) L'intérêt du multimatériaux c'est : d'imprimer avec un support soluble d'imprimer des pièces en couleur teinté dans la masse ; je pensais notamment faire des face avant ou des plaques signalétiques de machines en couleur et "lisses", comme c'est teinté dans la masse ça résiste à l'usure. Avec un léger ponçage on peut même remettre à neuf la plaque ! Pour la double buse il y a des inconvénients : suintement de la buse non utilisée la buse non utilisée frotte sur la couche imprimée par l'autre buse seulement deux matériaux possible perte de course dans l'axe X (donc on peut imprimer des pièces plus petites qu'avec une seule buse) Le système de buse à bascule peut résoudre en partie les deux premiers problèmes. Avec un système multibuse il faudrait presque un mini plateau chauffant en hauteur destiné à la purge et à l'élimination du suintement. Si on pouvait trouver un système fiable anti-suintement ça résoudrait de nombreux problèmes. Il y a aussi un truc que j'ai envie d'essayer : imprimer des pièces en différentes couleurs puis les coller ensemble à l'acétone. Il faut trouver la bonne méthode pour que le collage soit efficace et que les couleurs ne se mélangent pas Le problème des pièces en plusieurs matériaux est que les couches des différentes couleurs ne se croisent pas. La pièce est donc plus fragile, et peut se casser au niveau de la frontière entre les couleurs. Pour remédier à cet inconvénient il faut une couleur principale qui constitue la quasi totalité de la pièce et utiliser les autres couleurs seulement à un ou deux mm de la surface. Le plus économique, le plus simple et le plus solide étant le changement de couleur selon Z (comme ma petite pièce en noir et blanc). Cela ne convient pas à toutes les pièces ; c'est intéressant pour faire un bouton de potentiomètre cranté avec des crans bien visibles, c'est un peu moins intéressant pour une plaque ou une face avant qui ne sera pas lisse. A bientôt !
  15. Bonjour, Ces deux idées sont intéressantes (pause et/ou température du coffret plus basse) J'ai envoyé un petit document avec des photos et quelques suggestions à Prusa (voyez la pièce jointe). A ma grande surprise ils m'ont répondu le lendemain en me remerciant ! Prusa vient de sortir sa I3 MK3 avec un système multimatériaux complètement repensé, ça donne envie ! J'ai le kit multi-matériaux ancienne version (achat en décembre 2018), que je n'ai pas encore monté, j'attends de mieux maîtriser l'imprimante. J'ai un peu peur que le système bowden génère des pièces de qualité plus mauvaise que le direct drive... mais d'après ce que les gens disent cette crainte serait infondée. Je précise que je souhaite imprimer de l'ABS en multimatériaux. Autre soucis en bowden il faudrait renoncer au filament fexible même sans utilisation du multimatériaux A bientôt ! IdeasForPrusaPrinter.pdf
×
×
  • Créer...