Dernières nouvelles
Accueil / Interview / eMotion Tech MicroDelta Rework : un de ses concepteurs nous dit tout
interview eMotion Tech MakerFaire Lille 2016

eMotion Tech MicroDelta Rework : un de ses concepteurs nous dit tout

Lille – Toulouse en voiture, ça fait 896,4 km et 8h31 de trajet. Et bien le fabriquant d’imprimantes 3D Toulousain eMotion Tech  a fait le déplacement pour la MakerFaireLille 2016 !

Ils n’étaient pas venus les mains vides pour nous présenter (en quasi exclusivité) leur dernier bébé même pas encore sevré : la MicroDelta Rework.

Cette imprimante était très attendue, leur imprimante µDelta 1.1 datait de mai 2014 . Par chance, Mohamed (alias Koub), l’un des créateurs de la MicroDelta Rework était présent et a accepté de répondre à nos questions.

Voici la fidèle retranscription de notre interview.

interview eMotion Tech MakerFaire Lille 2016LesImprimantes3D.fr : Bonjour Mohammed, c’est toi qui a conçu la MicroDelta Rework ?

Mohammed :  Bonjour. Oui, je suis un des concepteurs de cette machine. Nous avons été trois à la concevoir : le directeur technique de la boite (Hugo Flye), un autre collègue Thibaut apprenti ingénieur mécanique et moi-même. Je me suis essentiellement occupé de la partie mécanique de l’imprimante.

LesImprimantes3D.fr : Parle-nous des changements apportés à la MicroDelta Rework par rapport à la µDelta 1.1.

Mohammed : Nous avons modifié pas mal de choses sur la MicroDelta Rework. D’ailleurs je ne sais pas si on peut réellement parler de modifications car nous sommes repartis de zéro. Nous avons opté pour des procédés de fabrication de qualité sur cette machine.

Nous avons des pièces en acier plié, des pièces usinées aluminium et des pièces injectées plastiques. Bref, des pièces de très haute précision qui ne permettent que très peu de jeu. Cela fait de la MicroDelta Rework une machine à la structure méga rigide.

Donc, comme il n’y a ni phénomène de vibrations ni jeu lors de l’impression, on obtient une impression 3D beaucoup plus précise.

LesImprimantes3D.fr : Un changement de carte mère ?

Mohammed : Oui, la carte mère a été changée. Tout ce que je peux vous dire en tant qu’ingénieur mécanique, c’est que c’est une carte développée maison en 32 bits. Les autres machines utilisent généralement une carte 8 bits.

Cela nous permet d’avoir une plus grande finesse de calcul pour la cinématique Delta. La carte a une fréquence d’horloge interne de 96MHz, ce qui permet de calculer efficacement les déplacements.

interview eMotion Tech MakerFaire Lille 2016LesImprimantes3D.fr : Cela veut-il dire que l’on imprime plus vite ?

Mohammed : Oui, on imprime plus vite ! Pour vous donner un petit ordre de grandeur, nous sommes arrivés à faire des “travels” (déplacements sans imprimer) à 300 mm/s. En interne, nous nous sommes amusés à tester les limites de la machine et nous avons réussi à monter à 150 mm/s pendant l’impression avec des objets plutôt bien imprimés.

LesImprimantes3D.fr : La µDelta 1.1 n’avait pas de capteur inductif pour la calibration. Qu’en est il de la MicroDelta Rework ?

Mohammed : Sur la Micro Delta Rework, ce que nous proposons est un petit module de calibration que l’on va visser sur le corps de la tête d’impression. Nous avons développé un plugin sur le logiciel d’impression Repetier Host qui va permettre à l’utilisateur de lancer une calibration automatique. Ensuite, il suffit de dévisser ce module et de régler la hauteur en Z max de l’imprimante.

LesImprimantes3D.fr : Nous voyons que vous imprimez sans adhésif sur le plateau alors que nous avons l’habitude de voir de l’adhésif comme accroche sur la µDelta 1.1 lors d’anciens salons…

Mohammed :Nous avons remplacé l’adhésif par un patch adhérent. Ce dernier donne une adhérence beaucoup plus importante. Avec ce patch, vous pouvez imprimer de l’ABS, du PLA, du GFil et même du Flexible que nous proposons d’ailleurs à la vente sur notre site et qui fonctionne très bien sur  la MicroDelta Rework.

LesImprimantes3D.fr : Le patch adhérent est un consommable ?

interview eMotion Tech MakerFaire Lille 2016Mohammed : Oui, c‘est un consommable. Il est relativement solide mais il s’abîme effectivement dans le temps. En revanche, il n’est pas très cher et en vente sur notre site.

LesImprimantes3D.fr : La MicroDelta Rework est vendue avec des options, n’est-ce pas ?

Mohammed : Oui, il y a plusieurs options. Il y a l’écran LCD qui permet d’imprimer sans monopoliser un ordinateur, un plateau chauffant et bientôt la bi-extrusion ainsi que les LEDs qui permettent d’éclairer l’impression, qui sont toujours en développement dans nos locaux.

LesImprimantes3D.fr : Nous remarquons aussi un tout nouvel extrudeur sur la MicroDelta Rework. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Mohammed : En effet, c’est un extrudeur tout en métal, usiné aluminium qui donne un très très bon guidage du filament. Cela permet d’imprimer toutes sortes de filaments sans n’avoir aucun souci. Nous avons nous même dessiné cet extrudeur.

LesImprimantes3D.fr : La Hotend reste la même que sur la µDelta1.1 ?

Mohammed : Oui, nous sommes restés sur l’Hexagon pour la simple extrusion. En revanche, pour la double extrusion, le choix n’est toujours pas fixé à ce jour…

LesImprimantes3D.fr : En parlant de tête d’impression, vous avez simplifié cette dernière. Sur la µDelta1.1, elles étaient un peu difficile d’accès…

interview eMotion Tech MakerFaire Lille 2016Mohammed : Bien vu, sur la MicroDelta Rework, nous avions des biellettes qui se clipsent sur les rotules du corps. ce dernier est usiné aluminium. Vous pouvez les déclipser très rapidement. Le corps de la tête est ainsi aisément libéré. Nous avons changé autre chose sur la MicroDelta Rework : sur la MicroDelta 1.1, tous les composants de la tête sont reliés directement à la carte principale et tous les fils traversent l’ensemble de la machine. Sur la MicroDelta Rework, nous avons mis une carte électronique sur le corps de la tête sur laquelle tout les composants de la tête, les ventilateurs, résistances et thermistances vont se brancher. C’est ensuite un faisceau central qui sort de cette carte et qui va se brancher sur la carte mère. Donc pour enlever le corps, il suffit de déclipser les biellettes et débrancher cet unique faisceau central pour libérer le corps. Enfin, la Hotend est ensuite accessible via une vis et un écrou moleté.

Nous avons ressenti lors de cette interview que Mohammed (et globalement toute l’équipe) était très fier de cette nouvelle machine. Et très franchement, ils peuvent l’être car nous avons été très impressionnés par la MicroDelta Rework !

Un article lui sera d’ailleurs bientôt dédié.

A propos de Cyrille

Cyrille

Cyrille

Informaticien et entrepreneur. Fondateur de KeyConsulting et Postclass. Maker en tout genre et passionné par l'impression 3D.
Cyrille

A lire

Certification poly Freelabster

FreeLabSter : l’interview “imprimé ou remboursé”

FreeLabster est un service sous la forme d’un portail web qui permet de mettre en relation …

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *