Dernières nouvelles
test genius pro

Artillery Genius Pro, le test

Après le test de la Hornet, voici le test de la Artillery Genius Pro, une imprimante Direct Drive sortie en même temps que la Sidewinder X2 du constructeur chinois.

Spécifications techniques de la Artillery Genius Pro

La Genius Pro, évolution de la Genius de première génération, embarque un extruder Direct Drive Titan et un système de nivellement automatique BL Touch pour améliorer et faciliter les impressions. Un capteur de fin de filament, un heatbreak full metal et un double axe Z renforcé sont des évolutions par rapport à la génération précédente de Genius. La buse installée d’origine est de diamètre 0.4 mm et utilise du filament 1.75 mm de type PLA, ABS, flexible TPU, bois ou encore HIPS. La carte mère Artillery Ruby est animée par un firmware en 32 bits.

Vous pouvez consulter notre comparateur pour obtenir toutes les caractéristiques techniques de la Genius Pro qui se place en concurrente des Creality Ender-3 V2 et Anycubic Kobra.

acheter imprimante 3D

Le test Artillery Genius Pro en vidéo

Une première pour moi, je vous présente cette machine en vidéo !

Cet article et la vidéo sont complémentaires, il est donc préférable de la visionner avant de lire la suite du test.

Déballage Artillery Genius Pro

test Artillery Genius Pro unboxing

La machine arrive dans un carton avec de la mousse pour la protéger des chocs durant le transport. Dans le colis, outre l’imprimante, on retrouve aussi une sacoche avec des outils, une clé USB, un câble USB, des roulements à billes, une nappe de rechange, une notice papier et une petite bobine de PLA. Il y a tout le nécessaire pour effectuer la maintenance ainsi que les réglages de la machine, et surtout de quoi lancer le premier print.

Il est cependant dommage de ne pas trouver une pince coupante, ni même une pince à épiler ou une spatule pour décoller les objets du plateau.

Assemblage Artillery Genius Pro

La machine arrive pré-assemblée. Il vous suffira de mettre en place quelques vis et très peu de câblage pour la monter. En moins de dix minutes, c’est fait. L’encombrement de la Genius Pro montée est de 39 x 43 x 59 cm avec le support de bobine (mais sans bobine dessus).

Sur les photos ci-dessous, on peut voir que les vis tiennent elle-même dans le vide. Il suffit de les mettre en face des trous et de visser, un vrai jeu d’enfant. Je trouve super que la connectique coulisse comme une cartouche de Nintendo NES 😉

Ne soyez pas surpris, il y a un câble qui ne sera pas branché. Il sert à connecter la fin de course de Z lorsque le nivellement automatique BLTouch n’est pas connecté.

Voici la vidéo du constructeur sur l’unboxing et le montage de la Artillery Genius Pro :

Réglages et mise en route

Avant toute chose, il est important de réaliser quelques réglages. Ici, le constructeur n’a volontairement pas serré les excentriques ni même tendu les courroies, ceci afin de ne pas abîmer la machine, le châssis ou les profilés durant le transport.

Une fois la Genius montée, je vérifie :

  • Les excentriques du plateau et de l’axe Z en faisant en sorte que celui-ci soit bien parallèle à la structure (même hauteur de chaque côté).
  • Tension des courroies : elle ne doivent pas trop être tendues mais ne doivent pas se toucher non plus (malheureusement ici, pas de vis de tension).
  • Vérification de la tension d’entrée dans la machine : le constructeur n’est pas a l’abri d’une erreur, il convient de vérifier si le switch d’alimantation est bien sur 220V.
  • Avant d’utiliser le nivellement automatique du plateau, il faut réaliser une première mise à niveau avec une feuille. Sur la vidéo du montage, cette étape a lieu a 06:49 – Nivellement du plateau.

Enfin, nous pouvons imprimer avec la Genius Pro. Après démarrage, on retrouve le même menu que la Artillery X1. Simple mais efficace, bien que toujours pas en français malheureusement. Seuls l’anglais et le chinois sont proposés.

Nivellement automatique BL Touch

Le nivellement automatique est une nouveauté pour moi. J’ai réalisé le leveling manuel aux 5 points du plateau et réglé mon Z offset à l’aide d’une feuille de papier.

Suite à cela, je lance l’auto leveling proposé par Artillery grâce à l’écran en façade. Le palpeur se déplace sur 25 points du plateau et s’arrête. On enregistre la configuration avec “EEPROM SAVE”. Je n’ai fait cette manipulation qu’une seule fois et jusqu’à présent, aucune impression n’a nécessité de refaire le leveling. C’est vraiment magique !

Premières impressions test Artillery Genius Pro

Fichier de test Artillery

Comme à chaque test, je lance le fichier gCode présent sur la carte SD, tranché par le constructeur et optimisé pour la Genius Pro :

Sur la clé USB se trouvent aussi la notice en PDF, le logiciel slicer Cura 4.10 (on pourra préférer télécharger la dernière version sur le site Ultimaker) ainsi que toutes les indications de configuration de l’imprimante et du profil d’impression.

Le plateau a une super adhérence. Il est plane sans creux ni bosse. Après la fin d’une impression, j’attends qu’il refroidisse et décolle sans difficulté le print. Je me doute que certains impatients préfèrent un plateau magnétique qui permet un décollement avec facilité mais ici pas besoin à mon avis (une spatule serait cependant la bienvenue dans le carton).

Impressions supplémentaires

J’ai ensuite slicé des fichiers STL avec Cura 5. Je suis allé sans problème jusqu’à la vitesse d’impression de 100 mm/s. J’ai utilisé le filament Artillery fourni avec la machine et mes réglages de 205°C pour le filament et 60°C pour le plateau.

Les impressions sont propres, sans aucun décalage ni ghosting ou cheveux d’ange (stringing). J’ai imprimé du PLA, PLA fluo et même en PETG. Je trouve la ventilation au top et le fan duct aussi, propre et bien réalisé en plastique moulé.

Reprise d’impression

Comme toujours, j’ai pu testé le capteur de fin de filament ainsi que la reprise après coupure de courant.

Attention, si la coupure est trop longue, lors de votre reprise d’impression, le temps de chauffe de la buse implique que du filament coule. Celui-ci va causer un problème de qualité sur le print.

Mais bien souvent sur ce type de bed, si celui-ci est froid, l’impression fais un ‘plop’ et se décolle du plateau. Dans ce cas, impossible de reprendre l’impression (peut-être avec du scotch 😉 ).

Genius Pro et TPU

Testons maintenant le TPU, et coup de chance ou non, j’ai mon bracelet de montre qui s’est cassé. Vive l’impression 3D pour réparer ça et la Genius Pro est adaptée grâce à son extrudeur Direct Drive qui la rend compatible avec les filaments flexibles de type TPU.

Sans ventilation, à une vitesse de 30 mm/s et une température de 235°C pour le filament et 70°C le plateau, je trouve le résultat vraiment parfait :

Il y a juste quelques cheveux d’anges. Pour en avoir moins, il aurait fallu que je descende la température à 225 degrés et que je règle la rétraction différemment. Lors des premières impressions, je me suis retrouvé avec une légère sous extrusion, je pense que cela est dû au filament utilisé.

Il m’est déjà arrivé de voir que certains de mes filaments peuvent sortir ‘moins facilement’ que d’autres. Cela est dû à la viscosité ou d’autres facteurs tels que les ingrédients qui composent le filament.

Afin de réaliser une impression parfaite, à chaque changement de filament, il faudrait :

  • Réaliser une calibration de l’extrudeur avec ce filament.
  • Réaliser une tour de température pour vérifier le rendu souhaité.
  • Réaliser un torture test et vérifier la ventilation en fonction du pont.

On peut aussi faire jouer le débit dans Cura, de façon exceptionnelle car si cela revient trop souvent, il est préférable de recalibrer l’extrudeur. Pour cela, il faut se rendre dans les options avancées, Matériaux et enfin Débit.

acheter imprimante 3D

Notes et conclusions

Qualité d'impression - 8.5
Fiabilité - 9
Logiciel - 8.5
Utilisation - 8

8.5

/10

Points forts
  • Rapidité du montage et facilité d’utilisation
  • Silencieuse (alimentation et ventilation)
  • Cable management propre et surtout bloqué
  • Nivellement automatique
  • Capteur de fin de filament
  • Compatibilité filaments souples
  • Carte mère 32 bits
  • Plateau avec une très bonne adhérence
Points faibles
  • Pas de molette de tension des courroies
  • Levier d’extrudeur en plastique
  • Carte SD et port USB mal situés
  • Support de filament qui bouge lors de déplacements rapides
  • Pas de fin de course présent en cas de défaillance du BL Touch
  • Manque quelques accessoires (pinces et spatule, a minima)
Cette Artillery Genius Pro est une très bonne imprimante 3D, elle est très facile et intuitive à utiliser, les impressions sortent avec facilité. C’est la première fois que je bénéficie d'un nivellement automatique et cela fonctionne bien.
Le fabricant aurait pu faire un sans faute, mais ce n’est pas le cas. L’imprimante a le même “défaut” que toutes les Artillery, à savoir un bas d’extrudeur en plastique, le même qui a cassé sur ma Hornet et X1. Aussi, le capteur de fin de course n’est pas présent, cela complique fortement l’utilisation en cas de défaillance du nivellement automatique.
N'hésitez pas à venir discuter de cette Artillery Genius Pro dans la rubrique dédiée du forum.

ACHETER

A propos de Mykidox

Mykidox
Informaticien et maker, j’aime essayer, monter, démonter, comprendre et apprendre. Vélo, moto, ordinateurs, imprimante 3D, CNC, touT le HIGH TECH !!
Mykidox
Mykidox

Derniers articles de Mykidox (see all)

A lire

test anycubic photon d2

Anycubic Photon D2, le test

Nous avons reçu en primeur la possibilité de tester la nouvelle version de la Photon …

Laisser votre impression

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partages