Dernières nouvelles
test elegoo mars 3 pro mercury xs

Elegoo Mars 3 Pro et Mercury XS, le test

La firme Elegoo nous propose aujourd’hui l’essai d’un ensemble complet pour impression 3D résine grâce à la méthode MSLA. Le set que nous avons reçu comporte une imprimante Eleego Mars 3 Pro, ainsi que le kit wash and cure Elegoo Mercury XS, composé de deux boitiers pour le post traitement. Une solution complète pour imprimer en stéréolithographie à faible coût !

acheter imprimante 3D

Mars 3 vs Mars 3 Pro, la théorie

Pourquoi préférer la Mars 3 Pro, théoriquement “évolution” de la Mars 3 ? Lorsque vous avez les deux imprimantes côte à côte , c’est quasiment le jeu des sept erreurs … mais plutôt au nombre de trois, à savoir :
– le filtre à charbon, afin de traiter les odeurs de résine lors des impressions
– le sticker sur la façade, afin de tout de même pouvoir les différencier
– la lentille de Fresnel, afin d’uniformiser le faisceau lumineux avant l’écran LCD 4K monochrome

Vous l’aurez donc compris, la différence la plus importante réside dans cette lentille de Fresnel qui permettrait de rendre les impressions encore plus lisses que sa petite sœur, la Mars 3. C’est ce que nous essaierons en tout cas de vérifier un peu plus loin dans ce test.

Unboxing et mise en route de la Elegoo Mars 3 Pro

A l’ouverture du carton, nous constatons que l’imprimante est très bien protégée par de multiples mousses. Nous y retrouvons, en plus de la notice en anglais, deux films de rechange pour le bac à résine, ainsi qu’une boite comprenant tous les outils nécessaires à l’utilisation de l’imprimante (vis, clé, spatules…). Toutes les surfaces ne devant pas comporter de rayures sont protégées de films à ôter (écrans, bac à résine, …)

Une fois le cordon d’alimentation branché à sa prise, nous retrouvons en façade un bouton mécanique pour démarrer l’imprimante. L’écran d’accueil est somme toute très simple :

écran facade Mars 3 pro

A ce titre, nous avons regretté deux choses :
– Uniquement deux langues disponibles (anglais & chinois)
– Des icônes différentes par rapport au manuel d’utilisation (icônes de la Mars 3)

Première étape à ce niveau là : paramétrer le Home-Z (ou Z=0). La manœuvre n’est pas bien compliquée puisque après avoir desserrer les deux vis au-dessus du plateau, il suffit de placer une feuille type 80g sur l’écran UV et de demander à l’imprimante de descendre au plus bas. Il faut ensuite resserrer les deux précédentes vis et configurer ce niveau comme étant le nouveau Z=0.
(NB : contrôler tout de même qu’il n’y ait pas trop de poussière sur l’écran UV après le test du papier 80g)

acheter imprimante 3D

Premier print

Ne reste plus qu’à réinstaller le bac et y faire couler la résine pour lancer l’impression test présente sur la clé USB fourni avec la Elegoo Mars 3 Pro.

Cette dernière a prit environ 1h30 comme l’avait estimé l’imprimante au départ (à 10min près). Une fois le plateau retiré, vous pouvez constater une impression de grande qualité (en tout cas pour moi qui vient du monde de l’impression par extrusion / FDM). En revanche, le point commun entre les deux méthodes (SLA & FDM) fut la complexité pour retirer la pièce de la plateforme. Les deux tours du test n’ont aucunes inclinaison dans le fichier d’origine, de quoi rendre leur décollage quasiment impossible. Les bases des pièces ainsi que le plateau se retrouvent malheureusement bien égratignés dès la première impression :

Chitubox

Vient ensuite le temps des impressions personnelles. Après avoir installé le logiciel Chitubox disponible sur la clé USB et proposé sur les trois plateformes (PC, Mac, Linux), nous avons cherché un fichier STL intéressant pour mettre la Mars 3 Pro à l’épreuve. Notre dévolu s’est jeté sur le fichier d’une sphère ajourée et en nid d’abeilles.

sphere stl
Fichier STL d’origine

La prise en main du logiciel Chitubox est plutôt simple (j’y retrouve l’ergonomie de Cura pour mes impressions FDM), autant pour se déplacer dans l’espace que pour déplacer la pièce, ou encore y générer et modifier les supports.

Une fois l’enregistrement sur la clé effectué et l’impression lancée depuis l’écran tactile en façade de la Mars3Pro, le résultat au bout de l’heure d’impression est une nouvelle fois surprenant :

impression 3D sphere SLA MSLA
Résultat après impression (à gauche : résine Elegoo ordinaire ; à droite : résine Elegoo lavable à l’eau)

A noter que la version proposée sur la clé USB Elegoo est Chitubox Basic. Il n’y a donc pas de limitation dans le temps à son utilisation (cf. version Pro offerte la première année).

acheter imprimante 3D

Elegoo Mars 3 vs Mars 3 Pro, le comparatif

En décembre dernier, Motard Geek vous avait proposé son test de la petite sœur (ou plutôt de la fausse soeur jumelle). Nous avons donc décider de ré-imprimer une partie des pièces, avec la Mars 3 Pro cette fois-ci.

AmeraLabs Town

Vaisseau Star Wars

vaisseau MSLA

Petit chien

chien résine liquide
Pattes avant : erreur personnelle lors du retrait des supports

Les fichiers d’impressions (gcode) et les résines n’étant pas exactement les mêmes, le comparatif n’est pas des plus objectifs. Quoi qu’il en soit, la différence ne semble, de prime abord, pas si notable que cela.

Alors pourquoi choisir la Mars 3 Pro, me direz vous ?
– Pour le filtre à charbon ? Soyons honnêtes, il réduit les vapeurs émanant de la résine mais il ne fait pas de miracle non plus.
– Pour la lentille de Fresnel ? Sans doute, mais je pense que la différence se remarque davantage sur de larges pièces (où les rayons UV de la Mars 3 sont sans doute plus obliques). Cela mériterait sûrement un autre test plus poussé entre les deux sœurs…


Elegoo Mercury XS / X : Wash & Cure

Remarque : les deux solutions Elegoo Mercury X et Mercury XS sont identiques, seul le volume de travail diffère entre les deux versions.

La solution proposée par Elegoo concernant le nettoyage et le traitement des pièces “fraîchement” imprimées est indéniablement confortable, tant par la facilité de la prise en main et de son utilisation, que par le gain de temps réalisé par rapport à traitement manuel.

Elegoo Mercury X XS photo

En effet, après l’allumage par un appui prolongé au centre des chronomètres, vous aurez généralement besoin de 5 min de lavage dans le boitier Elegoo Mercury X (à droite sur la photo), quel que soit le type de pièce, et entre 5 à 15 min de polymérisation dans le boitier à gauche.

Cette durée est assez variable en fonction de plusieurs paramètres : que ce soit le type de résine (rinçage à l’eau ou à l’alcool), la complexité de la pièce (nécessité de retourner la pièce, malgré le plateau rotatif), etc. Seule la polymérisation d’une pièce a été un échec pour moi (AmeraLabs Town). Sans doute la conséquence d’un mauvais rinçage au préalable.

Elegoo Mercury X XS photo

Avec le kit Wash & Cure Elegoo Mercury X et XS, Elegoo fournit des lunettes anti-UV et une lampe UV pour une polymérisation manuelle. Vous trouverez la prise pour l’alimenter sur le côté droit de la Mercury XS, en plus d’un interrupteur pour le confort d’utilisation. Un outils additionnel bien pratique pour insister dans certains recoins d’un print et obtenir un post traitement minutieux !

Malgré cette facilité d’utilisation du wash&cure, il n’en demeure pas moins que le nettoyage de l’imprimante (support, bac, ré-emploi de la résine) reste une tâche fastidieuse.

acheter imprimante 3D

Consommation électrique

Le test de consommation électrique fut réalisé grâce à une prise BlitzWolf SHP6 connectée à l’application mobile iOS durant l’impression du “petit chien”. La consommation totale, de l’allumage de l’imprimante jusqu’à la fin de l’impression, soit environ 1h, était d’environ 30 Wh et d’environ 10 Wh pour le processus de Wash & Cure (10min + 15min).

Notes et conclusions

Qualité d'impression - 10
Fiabilité - 9.8
Logiciel - 9.2
Utilisation - 8.5
Rapport qualité / prix - 9.1

9.3

/10

Points forts
  • Facilité de prise en main
  • Facilité de lancement d'impression
  • Vitesse d'impression
  • Qualité d'impression
  • Liste complète d'accessoires
  • Design
  • Port USB et bouton d'alimentation en façade
  • ChiTuBox Basic gratuit et sans abonnement
Points faibles
  • Complexité en fin d'impression (nettoyage de l'imprimante et des pièces ; commun à toutes les imprimantes SLA)
  • Odeurs assez présentes (malgré le filtre à charbon)
  • Bec verseur insuffisant
  • Uniquement deux langues disponibles (anglais et chinois)

La qualité d'impression de l'imprimante MSLA Elegoo Mars 3 Pro est impressionnante. Est-elle au-dessus de la Mars 3 ? Pas sûr mais les utilisateurs ne pourront pas en être déçus.

Pour ce qui est du filtre à charbon spécifique au modèle Pro, il réduit les odeurs de résine sans pour autant les masquer totalement.

Concernant l'ensemble Wash & Cure Mercury (X & XS), il rend le traitement post-impression bien plus facile et plus rapide. Comme dit l'adage : "le tester, c'est l'adopter". Je pense que les trois machines sont indissociables.

Alors oui, cela représente un investissement pour certains mais vous ne pourrez qu'être satisfaits des résultats et être sûrs d'investir sur le long terme.

N’hésitez pas à passer sur le forum pour échanger sur les imprimantes 3D Elegoo !

Acheter

A propos de scomar

scomar

scomar

scomar

Derniers articles de scomar (see all)

A lire

Test Kingroon KP3S Pro

Kingroon KP3S Pro, les upgrades

Une petite imprimante 3D en apparence normale avec son volume de 200 x 200 x …

1 COMMENTAIRE

  1. Intéressant comparatif avec la Mars 3 que je possède. Je n’ai donc pas à (trop) envier les nouveaux acquéreurs !
    J’ai pour ma part un Mercury X, identique au XS sauf son volume max. Donc là aussi bon choix que j’avais fait à l’époque 🙂

Laisser votre impression

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages