Dernières nouvelles
Accueil / Interview / Interview de eMotionTech à la Maker Faire Lille
interview emotion techn 2018

Interview de eMotionTech à la Maker Faire Lille

Nous avoins déjà rencontré et interviewé eMotionTech en 2016. A l’occasion de la MakerFaireLille 2018, nous avons réitéré l’opération et voici donc la transcription de cette interview du constructeur français d’imprimantes 3D et on y apprend quelques nouvelles à sortir durant cette année 2018 !

eMotion Tech Maker Faire Lille 2018LesImprimantes3D.fr : Bonjour, l’année 2017 a été riche en événements pour eMotionTech. Il y a eu notamment la sortie de la I3 Métal Motion mais aussi des changements de locaux et de nouveaux arrivants dans votre équipe. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Franck LIGUORI : Bonjour, effectivement l’année 2017 a été très riche en événements pour eMotion Tech. Tout d’abord, nous avons déménagé, quittant un local de 150m² pour investir un espace de 800m² à la fin du mois de septembre. Ce déménagement a permis de débloquer des projets d’embauche que nous avions, à savoir le recrutement de deux nouveaux ingénieurs (software et méca), d’une communicante et d’un graphiste designer.
La fin d’année a été très rythmée avec le lancement d’une part de la I3 Metal Motion mais aussi de la MicroDelta Rework en version assemblée.
D’une part, cela nous a permis d’avoir une gamme harmonisée en terme de qualité de matériel, et d’autre part d’enfin proposer une machine de notre création en version “prête à l’emploi”.

eMotion Tech Maker Faire Lille 2018LesImprimantes3D.fr : Quel est le ratio actuel de vente entre la MDR à monter soi-même et celle déjà assemblée et quel est le profil de l’acheteur type de la version montée ?

Franck LIGUORI : Ce n’est pas encore significatif pour le moment. La Micro Delta Rework assemblée ayant été lancée mi-décembre, je pense qu’il faudra patienter pour avoir une idée plus claire.
Concernant le profil, il m’est également difficile à ce stade de définir un profil “client”. Ce qui est sûr c’est que notre cible n’est pas la même car on ne s’adresse plus aux makers mais à une clientèle moins technophile et plus attirée par l’usage que le côté bricolage et montage.
On espère rapidement toucher un nouveau public mais cela prendra du temps. On compte déjà également un certain nombre de clients ayant une première expérience sur du matériel lowcost qui veulent fiabiliser leur impressions.

LesImprimantes3D.fr : Qu’est-ce qui vous a motivé à créer l’I3 Metal Motion qui change complètement de votre Prusa I3 original ?

Franck LIGUORI : Nous avons sorti notre première Prusa I3 en 2013, il y a 5 ans déjà ! Deux ans plus tard, nous avons mis à jour le modèle en y ajoutant de belles améliorations, c’était il y à trois ans.
Depuis, nous avons sorti la MicroDelta Rework qui nous a permis de travailler sur des méthodes de productions plus industrielles : moulage, usinage ou encore pliage de tôle.
Nous avons également développé avec cette machine des systèmes qui nous sont propres :

  • L’Emostrudeur, notre système d’entrainement,
  • L’Emotronic, notre carte électronique.

L’idée de la Metal Motion était de refondre totalement notre modèle de i3 en tirant parti d’une part de 5 ans de production et commercialisation de ce modèle, et d’autre part de l’expérience en production acquise avec la MicroDelta Rework. En résulte une machine beaucoup plus robuste, équipée de nos dernières technologies. Par ailleurs, notre gamme est désormais harmonieuse. La Metal Motion n’a pas à rougir de la MicroDelta Rework et vice versa.

LesImprimantes3D.fr : Quand on regarde les caractéristiques des composants utilisés pour la I3 Metal Motion, on a plutôt envie de poser la question suivante : que possède la I3 que ne possède pas la MicroDelta Rework ?

eMotion Tech Maker Faire Lille 2018Franck LIGUORI : La I3 Metal Motion a effectivement beaucoup de composants similaires à la MicroDelta Rework mais c’est une machine plus technique, et dans un état d’esprit différent. La I3 Metal Motion est une solution tout équipée de série. Il n’y a pas d’options car elle est directement fournie avec un plateau chauffant et un écran LCD.
Le système d’extrusion est également en direct drive ce qui est beaucoup plus pratique pour imprimer des filaments techniques tels que le flexible. Enfin, la distinction la plus évidente mais aussi la plus significative est la surface d’impression (200x200x200mm) beaucoup plus importante sur la Metal Motion que sur la MicroDelta Rework.

LesImprimantes3D.fr : La I3 Metal Motion est vendue toutes options contrairement à la MicroDeltaRework : une raison à cela ?

Franck LIGUORI : La I3 Metal Motion est une machine complète, une sorte d’outil “ultime” qui dès le départ permet d’imprimer tous les matériaux, de fonctionner en autonomie et est fournie avec tout ce qu’il faut pour démarrer. A contrario, la MicroDelta Rework est la machine parfaite pour débuter car on peut démarrer avec une base fonctionnelle et ajouter des options au fil de nos envies et besoins. Cette différence est liée au fait que l’on destine la MicroDelta Rework à ceux qui débutent et la I3 Metal Motion à ceux qui cherchent une machine bien équipée.

LesImprimantes3D.fr : Les deux imprimantes utilisent les même composants, on pourrait presque transformer une MicroDelta Rework en I3 Metal Motion, non ? Le kit est-il prévu ?

Franck LIGUORI : Si la carte électronique et le système d’extrusion sont identiques, il y a beaucoup d’éléments qui diffèrent, la majorité en fait. Les moteurs, l’alimentation, les tiges et l’ensemble des éléments structurels sont différents. Transformer une MicroDeltaRework en MetalMotion reviendrait à récupérer l’emostrudeur, l’hexagon et la eMotronic et à remplacer tout le reste.
Ces deux machines sont construites avec le même état d’esprit en utilisant les mêmes méthodes pour créer des machines robustes solides et fiables mais elles sont clairement différentes en terme de mécanique.

LesImprimantes3D.fr : La structure de de la I3 Metal Motion est entièrement en acier plié. Au total, qu’elle est le poids de la machine ?

Franck LIGUORI : C’est un gros bébé de 10kg, en mécanique le poids est vecteur de stabilité donc c’est plutôt une bonne chose.

LesImprimantes3D.fr : Et si on parlait de la double extrusion, où en est le projet et a-t-on une date ?

Franck LIGUORI : L’option est très demandée et à juste titre, nous avions déjà présenté un prototype fonctionnel au Maker Faire Lille fin 2016 !
Bien que la solution trouvée basée sur les systèmes d’extrusion existants et considérés comme performants était fonctionnelle, elle n’était pas à notre sens commercialisable. Trop peu facile d’utilisation, beaucoup de bouchages. Nous ne pouvions pas commercialiser cette solution en l’état, elle n’aurait convenu qu’à une poignée d’utilisateurs très avertis. A ce moment là, nous avions pris la décision de repartir à zéro et de développer de A à Z notre propre solution, notamment notre propre tête d’impression. Ce développement est beaucoup plus long que ce que l’on peut s’imaginer mais il est très important pour nous, qu’il soit en double ou en simple extrusion. En effet, nous maîtrisons aujourd’hui la conception et fabrication de tous les éléments constituant une imprimante 3D à l’exception de la tête d’impression. Le projet avance mais il m’est impossible à ce jour de donner plus d’informations ou d’annoncer une quelconque date qui ne serait que supposition.

LesImprimantes3D.fr : Nous l’attendons aussi avec impatience ! Vos projets pour l’année 2018 ?

Franck LIGUORI : Notre actualité a été pas mal chargée ces derniers mois, avec le déménagement dans un local cinq fois plus grand, le recrutement de cinq personnes et surtout la sortie de la I3 Metal Motion suivi de la MicroDelta Rework en version assemblée. Comme vous l’avez compris, nous espérons cette année sortir notre propre buse en simple et double extrusion. Nous avons bien évidemment d’autres projets dans les cartons mais il est encore trop tôt pour en parler.

LesImprimantes3D.fr : Merci pour cette interview. Quelque chose à ajouter pour le mot de la fin ?

Franck LIGUORI : Merci à toi. Pour conclure sur tout cela, je dirais que 2017 a été une année charnière pour eMotion Tech, 2018 sera pleine de surprises et on ne manquera pas de vous tenir informés quand nous aurons de belles choses à annoncer !

https://twitter.com/Imprimantes3D/status/962621289323253760

A propos de Cyrille

Cyrille

Cyrille

Informaticien et entrepreneur. Fondateur de KeyConsulting et Postclass. Maker en tout genre et passionné par l'impression 3D.
Cyrille

A lire

photo imprimante Machines 3D Start Machines3D

Interview de Machines-3D sur l’imprimante Start

Surprise lors de la dernière Maker Faire de Lille, la boutique en ligne Machines-3D exposait …

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages