Dernières nouvelles
Accueil / Actualité / La Dagoma Disco Ultimate face aux concurrents chinois
Dagoma3D DiscoUltimate

La Dagoma Disco Ultimate face aux concurrents chinois

A peine annoncée et déjà décriée. Nous avons publié une fiche technique complète de la Disco Ultimate, partagée sur les réseaux sociaux, suffisant pour susciter de nombreuses réactions. Ce qui est bien avec les six nouveaux émojis Facebook, c’est qu’on reaction facebookressent tout de suite la tendance sur une publication. Et avec plus de 60 réactions Facebook sur la page le soir de la publication, autant dire qu’on a pu dresser un baromètre du ressenti général des milliers de personnes qui suivent la page FB du site.

La plupart des commentaires compare la dernière des Dagoma avec des machines chinoises et condamnent le prix excessif de la Disco Ultimate par rapport aux imprimantes asiatiques. C’est un faux débat et on ne peut comparer du Made in France avec une marque chinoise dont la stratégie est d’envahir le marché international, sans forcément payer les frais de douane et évidemment sans s’acquitter de la TVA de chaque pays. Outre le prix de vente étroitement lié à la marge du constructeur et au coût de fabrication (matériel + logiciel + brevets + main d’oeuvre), le service après-vente est un autre élément à prendre en compte. Les personnes qui ont déjà eu un appareil en panne venant de Chine le savent très bien, entre SAV inexistant et frais de retour de 150$ pour renvoyer le produit sur son continent d’origine, on peut dire sans hésiter qu’il ne vaut mieux pas que l’imprimante 3D chinoise tombe en panne, sous peine de devoir la réparer par ses propres moyens ou de la remettre dans son carton d’emballage direction la déchetterie la plus proche.

En plus d’une vraie garantie française de 24 mois, Dagoma est disponible pour répondre à vos questions et notre forum regroupe les questions / réponses de la communauté dagomaniak. Et ce support coûte de l’argent à l’entreprise qui paie des salaires, des charges, des formations, etc.

Aussi, Dagoma livre tout un package de services avec sa Disco Ultimate. Quand les constructeurs chinois tels que Creality, Geeetech ou Alfawise ne glissent qu’une feuille A4 en guide de mode d’emploi (exemple avec la Ender), Dagoma offre une formation de trois semaines, des vidéos tutoriel, un logiciel pour modéliser et d’autres guides bien rédigés et en français. Tout ceci coûte aussi de l’argent à créer, maintenir, suivre et faire évoluer.

Il y a aussi bien des différences techniques et les choix faits par Dagoma peuvent se discuter. Détecteur de fin de filament, écran, rigidité, multipalpage, plateau chauffant, le constructeur français a tranché et cela peut ne pas convenir à tout le monde.

Résumons sans défendre Dagoma mais en expliquant ce qui peut justifier la différence de prix entre une machine française (Dagoma et autres constructeurs de l’hexagone et des pays occidentaux) et une imprimante 3D achetée en Chine. Alors certes, le maker qui se débrouille en anglais et qui a des notions d’électronique ne sera pas perdu face à un carton rempli de pièces détachées mais de nombreux débutants en impression 3D seront bien plus rassurés de recevoir un paquet avec des vis, des outils, des pièces à assembler mais aussi un vrai mode d’emploi, un support officiel accessible et la garantie de pouvoir utiliser sa machine pendant au moins deux ans sans frais. Celui ou celle qui privilégie le prix sera comblé par une Ender à 150€ mais une personne moins à l’aise sera ravie d’avoir un accompagnement pour le montage et les premières impressions. Sans parler du logiciel totalement adapté à la machine et qui ne doit pas quémander un profil sur internet pour pouvoir slicer un STL trouvé sur Thingiverse.

A propos de Julien

Julien
D'abord intrigué puis très intéressé par les possibilités sans limite de l'impression 3D, j'anime ce site avec Mathieu et toute l'équipe afin de découvrir et partager les nouveautés de ce domaine.
Julien

A lire

Une semaine d’impression 3D #192

Il n’y a pas de doutes, c’est bien la rentrée ! Le monde de l’impression …

8 COMMENTAIRES

  1. Le monde de l’impression 3D me fait penser à l’arrivée de l’informatique dans les foyers… La bataille Linux/Windows, où linux pouvait tout faire à pas cher et à condition d’avoir beaucoup de temps pour apprendre et windows plus cher, moins flexible certes mais tout de suite quand on avait l’argent.

    Sauf que ce monde là est révolu dans l’informatique et commence aussi à basculer pour l’impression 3D.
    Le cout du profil pour pouvoir slicer ??? Cura embarque les profils de pleins d’imprimantes et même des chinoises, voir des françaises comme les dago.

    Mais qui a redévelopper les premiers profils pour Cura à la fin de la version 15 ??? Dagoma ?? Non c’est les utilisateurs de ce Forum !
    Qui a implanté les plateaux chauffant, à fait évoluer le firmware pour la machine ? fait des tête d’impression double ? Et au final toute les innovations ?? Toujours les utilisateurs de ce Forum !!

    Donc que Dagoma dise qu’ils ont un super service, très bien pour eux, mais les users de ce forum on vraiment fait beaucoup pour Dagoma et je trouve dommage Julien que tu ne l’écrives pas dans ton article !

    • Je ne cache pas le travail considérable des contributeurs du forum, c’est d’une part une source d’infos considérable pour le nouvel acquéreur d’une Dagoma, mais aussi un rassemblement d’infos pour le constructeur qui peut tirer des conclusions sur ses produits et les améliorer. Et nous sommes vraiment fiers du succès du forum en ce sens !
      Je répète que ce billet d’humeur n’a pas pour objectif de défendre Dagoma mais il peut s’appliquer aux autres constructeurs français voire européens ou américains, tous ceux qui ont un coût de fabrication plus élevé qu’une marque chinoise.
      Concernant Dagoma, on suppose qu’ils ont fait leur étude de marché pour fixer un rapport qualité / prix qui sera accepté par une partie de la population des makers. Apple réussissait bien à vendre des ordinateurs portables à minimum 1000€ quand la mode était au netbook 10 pouces à 300€. Idem avec un iPhone de base qui coûte six fois le prix d’un smartphone Xiaomi, largement suffisant pour la grande majorité des usages. Le parallèle avec la guerre Windows / Linux me parait juste, dans le sens où on accepte avec Linux d’avoir à mettre les mains dans le cambouis, par opposition à un système Windows payant mais qui s’installe en deux clics, donne des logiciels pour écrire, dessiner, un support officiel par Microsoft, une énorme communauté.. Ca se paie mais on sait bien qu’une (large) partie de la population préfère un outil plug&play plutôt que d’être perdue face au moindre problème.
      Il en faut pour tout le monde et certainement qu’il y a des gens intéressés par une machine DIY et un accompagnement pour “devenir un maker” sans avoir l’impression de galérer et de devoir poser 150 questions sur le forum. C’est rassurant d’avoir un service qui va avec l’imprimante et pas juste quelques pièces en plastique et en acier.
      Personnellement, je pense que tous ces services vont de pair avec la Neva Magis : une machine prête à imprimer, super simple avec un seul bouton. Je comprends aussi l’idée d’une machine à assembler soi-même avec des tutos mais je pense que ceux qui voudront monter leur machine n’auront pas besoin d’une formation pour télécharger un fichier STL sur Thingiverse.

  2. Bonjour;Nos concitoyens(e) font fausse route , tout juste à un prix.Continuer à vouloir acheter toujours au plus bas nous dirige droit dans le mur… et nous allons en crever !Nous avons de bons produits fabriqués en France et en Europe pour ne pas aller voir ailleurs que ce soit Imprimantes ou consommables.Devenons responsable

    • Le prix ou l’origine n’est pas tout ! Si Dagoma utilisé les smoothieboard (carte Française) mais là c’est pas le cas. donc on se retrouve à savoir si la stratégie de Dagoma est le prix ou les possibilités ?
      Sur le terrain du prix, ok dagoma a sans doute perdu d’avance avec notre cher TVA, mais sur les possibilités ou capacités de la machine, on est pas dans le haut du panier non plus.
      Au final la sensation laisser par cette machine même en dehors du prix est déjà tiédasse mais avec le prix c’est un peu la loose.
      Et il faut arrêter de penser français = cher, à cause de la TVA entre autre ou le cout du travail. Faite une bonne révision de vos connaissance en économie, la productivité est presque la plus élevée au monde.

  3. Bonjour
    Je ne suis qu’un modeste utilisateur d’une Discovery reconfigurée en Discoeasy avec des pièces Dago ou asiatiques. Tout cela grâce à la communiste du forum à laquelle je n’ai pu apporter que mon retour d’expérience faute de compétences techniques.
    Il y a quelques temps, en commentaire de je ne sais plus quelle rubrique, je comparais Dagoma à la marque à la pomme.. C’était osé mais mon premier ordi, un Apple 2+, je l’avais construit, comme ma Disco. Désormais qui construirait son PC?
    Mais la comparaison n’est pas complète et est en faveur de Dago: Aapple n’a jamais communiqué d’infos pour permettre aux “malades” de faire eux même progresser leur matériel et une fois dépendant on en était quitte l’achat d’un vrai micro de la marque., Dogo l’a fait.
    C’est vrai qu’une vis trapezoidale revient, en gros, à 15€ sur certains sites. Dans ce cas, messieurs les “Makers” ne pensez même pas constructeurs, Dagoma ou d’autres, achetez de la ferraille et de l’électronique et construisez votre machine. Ceux qui n’ont aucune possibilités seront peut être ravis d’acheter une imprimante toute faite.
    Espérons que l’équipe Dagoma n’oubliera pas ses débuts et continuera à aider la communôté de ce forum à faire évoluer sa machine de base et de vulgarisation avec la mise ligne des STL.
    J’ai une question
    Cette nouvelle machine, assez prometteuse semble-t-il, souffrira-t-elle des mêmes soucis que ces prédécesseurs (même en laissant refroidir la tête) : le manque de répététivité due au palpeur a inductions lors du “bed leveling” ?

  4. Bonjour à tous et merci pour vos commentaires. Dagoma souhaite vous re-partager deux éléments importants de son ADN.
    Premièrement notre métier : Dagoma conçoit et vend des produits clé-en-main garanties, faciles d’utilisation, accompagnés d’un suivi humain et enfin évolutifs pour lutter contre l’obsolescence (à l’aide des add-on et pack évolution) .
    Deuxièmement, une volonté forte : Dagoma soutient le “Libre”. C’est pour cette raison que nous partageons les modèles 3D, les nomenclatures et les firmwares à notre communauté de makers. Les utilisateurs ont la possibilité de faire évoluer leurs imprimantes sans limite (autres marques de filaments, composants non officiels, plateau chaud, écran…)
    Dagoma confirme son ambition de rendre l’impression 3D accessible à tous au prix juste. En parallèle, Dagoma soutient toujours les communautés de makers qui souhaitent aller plus loin avec leurs imprimantes 3D.
    A très vite,
    L’équipe Dagoma.

    Et pour tout ceux qui souhaitent en parler, participez à notre live Facebook chaque mercredi soir à 19h. Nous répondons à toutes vos questions.

    • Bonjour,
      Vous mettez toujours en avant le fameux “plateau chaud” !!! ou le cacher vous ce “plateau chaud ?.
      Il n’est ni livrer avec les imprimantes ni en vente sur le site.
      Je remarque aussi chez Dagoma, que ” lutter contre l’obsolescence ” c’est de vendre hors de prix des “pack évolution”… mais surtout ces packs ont ne les installent pas sur les nouvelles machines … Cela me rappel les voitures française des années 80, ou tout était en option. Depuis ils ont du s’adapter.
      J’hésite à acheter une imprimante chez Dagoma depuis pas mal de temps, mais je crois que je vais encore hésiter.
      Dommage, mais je pense que vos principes commerciaux y sont pour beaucoup.

  5. J’aime bien le comparatif Ender vs discoeasy (j’ai les deux).
    Sauf qu’il faut ajouter que la ender elle se monte en 20 minutes à l’équerre, la discoeasy beaucoup plus et les ajustements sont plus délicats.
    Il faut aussi êtres honnête et dire que si tu ne réimprime pas les faces avant et arrière en avance, la discoeasy devient inutilisable au bout de 2 ans et demis.
    Que oui la discoeasy fonctionne ” bien ” a partir du moment ou tu lui colle une flopée d’améliorations pas toujours disponible chez Dagoma (un vrai chassis, plateau chauffant etc…)
    Le SAV chez eux n’est d’ailleurs pas si bon que ça même en cas de pièce reçue deffectueus.

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages