Dernières nouvelles
Accueil / Actualité / Les imprimantes 3D métal
Dragon imprimé en 3d

Les imprimantes 3D métal

Jusqu’ici, nous n’avons vu que des imprimantes 3D qui fonctionnent avec du plastique ou de la nourriture liquide. Pourtant, il existe déjà des imprimantes qui peuvent fabriquer des objets en métaux, tels que, sans être exhaustif, le titane, le nickel, l’acier inoxydable ou encore le Cobalt-Chrome. C’est le cas de la 3D Systems sPro 250 et de la EOSINT M 280 qui utilisent un procédé de frittage de métal (DMLS, Direct Metal Laser Sintering) permettant une grande précision avec des couches de 20 microns.

Démonstration de Direct Metal Laser Sintering (DMLS) avec une imprimante 3D EOS :

Les imprimantes Arcam Q10 et A2 fonctionnent de la même manière mais plus rapidement grâce à un système multi-faisceaux qui permet d’effectuer plusieurs fusions à la fois :

La ExOne utilise un procédé bien plus complexe difficile à décrire mais les résultats sont similaires :

L’imprimante 3D Optomec LENS 850R est quant à elle unique en son genre grâce à sa technique de Formation Nette Machinée Par Laser (LENS, Laser Engineered Net Shaping). Elle peut réparer ou compléter des objets existants, ce qui accroît considérablement son champ d’application.

Chez Shapeways ils utilisent de l’acier inoxydable dont les couches de poudre sont recouvertes de colle pour injecter du bronze à l’impression. Les objets fabriqués ont donc une légère teinte de bronze et sont robustes. Ils peuvent aussi être plaqués de divers métaux incluant l’or. C’est donc une bonne nouvelle pour les bijoutiers qui souhaitent créer des bagues et colliers encore plus fous.

bague shapewaysdés shapeways
lapins shapewaystête de mort shapeways

A propos de Mathieu

Mathieu
Administrateur du site (lesimprimantes3d.fr) avec Julien, passionné par l'informatique et les nouvelles technologies, un peu geek sur les bords, motard du dimanche, blogueur multi-casquettes, attiré par l'impression 3D depuis ses débuts.
Mathieu

A lire

Formule 1 imprimée en 3D

Une (petite) Formule 1 qui utilise l’impression 3D

Des étudiants ont utilisé l’impression 3D pour concevoir une partie de leur Formule 1 lors …

10 COMMENTAIRES

  1. top celle là L’imprimante 3D Optomec LENS 850R

  2. j’en veux un ou puis je l’acheter? et combien coute se joujou

  3. Prix 850 000$ pour ceux que ça intéresse, comme le tout premier graveur de CD, il faudra attendre encore 30 ans pour avoir ça chez soit.

    • Pourrais-tu donner tes sources ? Parce que donner un chiffre avec plein de zéros c’est très facile… mais sachant que l’entreprise EOS qui à créer notamment la “EOSINT M 280” ne communique pas le cout de leurs imprimante, j’aimerais savoir comment toi tu as put le savoir ? (si tant est que tu donnes les vrais chiffres …)

      • Bonjour,

        Le chiffre que donne Koklos ne me surprend, j’ai eu travaillé pour une boite qui conçois et fabrique ce type de machine (PHENIX SYSTEMS) dans le puy de dome depuis des années, elle fait partie des premiers sur ces machines. Bref pour revenir au chiffre la plus petite machine standard sans option etc il faut compté en moyenne 250 – 300 k€ et après ça peu monté très vite en prix.

        Cordialement.

  4. Vous parlez de multi faisceaux dans cet article pour justifier la plus grande productivité du système arcam.
    Comment avoir plusieurs faisceaux avec une seule source ?
    Comment générer cette productivité quand cette technologie de multi faisceaux ne s’applique qu’aux contours.
    Renseignez vous auprès des utilisateurs.
    Il y a une jeune entreprise utilisatrice très performante en France.

  5. En france aussi il y a ce type d’imprimante 3D métallique.
    http://beam-machines.fr

  6. Peut on déja produire des pièces mécaniques a fortes contraintes (ex. : platines de commandes reculées) ? Ou à défaut des pièces mécaniques a faible contraintes mais précises (bouchon acier/alu sur mesure?)

    Merci

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *