Breaking News
test dagoma magis eco

Dagoma Magis Eco, le test

Avant toutes choses, je souhaite remercier Dagoma qui a répondu par la positive lorsque le groupe Facebook Shields Visièresolidaire Covid19 Somme 80 a cherché de l’aide pour imprimer plus de visières. L’entreprise Dagoma nous a donné de nombreuses bobines de PLA et prêté une imprimante 3D Magis Eco pour nous aider à protéger les soignants du département.

Je vais ainsi vous donner mon avis personnel sur la Dagoma Magis Eco, après une utilisation intensive pour fabriquer des centaines de visières de protection pour les soignants de mon département.

Caractéristiques techniques de la Dagoma Magis Eco

  • Volume d’impression : 180 x 180 x 200 mm
  • Précision d’impression : 100 microns
  • Support d’accroche BuildGrip
  • Insertion et éjection automatique du filament
  • Autocalibration par un capteur de pression
  • Détection de fin de filament via un capteur mécanique

La Magis Eco est un upgrade de la Dagoma Neva. Quelques améliorations ont été apportées mais elle reste inférieure à la Magis “tout court”, vendue à 499€ contre 349€ pour la version “économique”. La Magis Eco reste aussi simple à utiliser que ses sœurs de la gamme Delta du constructeur français.

Ce qui surprend le plus quand on a déjà possédé d’autres imprimantes 3D, c’est l’absence d’écran de contrôle. D’autres options existent pour étoffer les fonctionnalités de la machine, à retrouver sur la page des Add-ons Dagoma.

Toutes les caractéristiques techniques de la Dagoma Magis Eco sont à retrouver dans notre comparateur. A noter que la machine n’est actuellement plus disponible à la vente, il s’agissait d’un stock de Neva reconditionnées et mises à niveau pour les vendre malgré l’arrivée de la Magis.

Déballage de la Dagoma Magis Eco

Dagoma fournit quelques accessoires avec la Magis Eco :

  • Spatule
  • Câble USB
  • Carte SD
  • Câble d’alimentation secteur
  • Lingettes isopropyliques
  • Notice

Montage

Pour l’assemblage, rien de plus simple car les trois bras sont aimantés et Dagoma offre un tutoriel bien réalisé avec de courtes vidéos pour assister le montage.

test Dagoma Magis Neva Eco tutoriel montage

Premier démarrage

Quand on regarde la machine, trois interrogations :

  • Où est l’écran de contrôle ?
  • Où est le support de bobine ?
  • Comment s’en sortir avec un seul bouton ?

Après quelques recherches, tout est expliqué sur le site de Dagoma. Il faut garder le doigt sur le bouton Power et brancher l’alimentation pour que la calibration commence automatiquement. La buse vient se poser sur le plateau qui a les palpeurs en-dessous du plateau (il faut bien faire attention à ce qu’aucun résidu ne soit sous la buse, sinon cette calibration ne sera pas bonne).

On peut le voir, la plupart des pièces sont imprimées en 3D. Vous pouvez juger de la qualité de fabrication grâce à ces photos.

Une fois la calibration réalisée, il faut mettre le PLA. L’extrudeur avancera le filament très facilement grâce à l’insertion automatique de l’Extrudeur+ Magis.

Maintenant que tout est prêt, il n’y a plus qu’à imprimer. Pour cela, il faut utiliser Cura by Dagoma, le logiciel open source customisé par le constructeur français.

Cette version est très simple, un peu trop même lorsque l’on connait déjà Cura !

Cura by Dagoma

Il n’y a que très peu de fonctionnalités et on ne peut en rajouter par rapport au logiciel en version d’origine. Cependant, l’avantage est d’avoir les paramètres pré-chargés et cela conviendra plus particulièrement aux débutants en impression 3D.

Avec ce Cura sauce Dagoma, on va pouvoir déplacer la pièce sur le plateau, agrandir ou réduire la taille de l’objet à imprimer.

Enfin, il faut sauvegarder le fichier dagoma0.g sur la carte SD. Ceci est important à savoir : dépourvue d’écran, la Magis / Eco / Neva ne sait pas imprimer autre chose qu’un fichier nommé “dagoma0.g” qui se trouve sur la carte SD. Impossible donc d’avoir plusieurs gcode sur la carte ou de choisir quel fichier imprimer. Il faudra toujours passer par un ordinateur pour modifier le nom des fichiers à la main depuis un explorateur de fichiers. Cette limitation est contraignante et va un peu à l’encontre de la facilité d’utilisation de l’imprimante 3D.

Exemples d’impressions Dagoma Magis Eco

A noter que pour notre utilisation principale, à savoir l’impression 3D de visières de protection (3D shield), le plateau limité de la Magis Eco n’a pas permis d’imprimer tous les modèles. En effet, le BuildGrip de 180 x 180 mm empêche d’imprimer les STL de Yann Vodable mais il est possible d’imprimer la version “allégée” des visières.

Avant toutes choses, je souhaite remercier Dagoma qui a répondu par la positive lorsque le groupe Facebook Shields Visièresolidaire Covid19 Somme 80 a cherché de l'aide pour imprimer plus de visières. L'entreprise Dagoma nous a donné de nombreuses bobines de PLA et prêté une imprimante 3D Magis Eco pour nous aider à protéger les soignants du département. Je vais ainsi vous donner mon avis personnel sur la Dagoma Magis Eco, après une utilisation intensive pour fabriquer des centaines de visières de protection pour les soignants de mon département. Caractéristiques techniques de la Dagoma Magis Eco Volume d’impression : 180 x…

Notes et conclusion

Qualité d'impression - 7
Fiabilité - 6
Logiciel - 5
Utilisation - 8.5
Rapport qualité / prix - 6

6.5

/10

Points forts
  • Entièrement plug & play
  • Palpeur sous le plateau
  • Possibilité de changer de filament en tapotant sur le bed
  • Les notices en ligne et bien sûr en français
  • Facile d'utilisation
Points faibles
  • Pas d'écran, pas même en accessoire
  • Version propriétaire de Cura, avec très peu d'options
  • Problème d'accroche, même sur le fichier de test
  • Prix

Cette imprimante est faite pour les personnes qui ne souhaitent pas avoir à assembler leur machine. Il suffit de sortir la Magis Eco du carton pour pouvoir lancer une impression, bien sûr après avoir préparé un gcode sur la carte SD avec le logiciel Cura adapté pour les imprimantes 3D Dagoma.

Durant les premières utilisations, mon avis fut assez mitigé sur la Dagoma Magis Eco. En effet, connaissant bien Cura et ayant déjà utilisé des imprimantes chinoises avec plateau chauffant, cette imprimante 3D "Delta" française est déroutante. Mais il faut sortir de ce contexte et se rappeler que nous sommes face à une machine plug&play facile à utiliser. Une simplicité qui ne conviendra pas à tous mais qui permet de découvrir sans difficultés le monde de l'impression 3D, qui plus est Made in France.

Encore merci pour la générosité et ma réactivité de Dagoma en cette période de crise COVID-19 !

Acheter

About Mykidox

Mykidox
Informaticien et maker, j’aime essayer, monter, démonter, comprendre et apprendre. Vélo, moto, ordinateurs, imprimante 3D, CNC, touT le HIGH TECH !!
Mykidox

Derniers articles de Mykidox (see all)

A lire

Creality 3DPrintMill CR-30 3D Print Mill photo imprimante 3D infinie

Creality 3DPrintMill, l’imprimante 3D infinie

Eclaircissons tout de suite le titre de cet article. Par “infini”, il s’agit de l’axe …

2 COMMENTAIRES

  1. J’ai une Matis depuis plus d’un an maintenant, et ce que je peux en dire Par rapport à l’article :
    – peut tout à fait utiliser Cura complet avec la Magis. Pas besoin de passer par L’appli Dagoma.
    – si on souhaite avoir plus de contrôle, on peut brancher un ordinateur en USB, et ainsi choisir son fichier d’impression, et suivre l’avancement de l’impression
    – pour les problèmes d’adhérence sur le plateau, je suis fréquemment au problème. La solution que j’ai trouvée est de nettoyer le plateau à l’alcool à 90 juste avant de lancer l’impression. Et alors, ça accroche presque à tous les coup. Même parfois trop!

    Donc au final, je suis content de cette imprimante qui peut presque rester dans le salon, car elle a un design assez sympa.

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages