Aller au contenu

Filament ABS

Classement


Contenu populaire

Contenu avec la plus haute réputation dans 11/10/2019 Dans tous les contenus

  1. 2 points
    @stanliv C'est de l'humour ? Ici, c'est un forum sur l'impression 3D pas l'impression à jet d'encre. Il est de plus inutile de poster deux fois le même propos.
  2. 2 points
  3. 1 point
    Salut la compagnie ! Pour ceux qui ne l'aurait pas remarqué... j'ai soufflé mes 38 bougies, il y a quelques semaines... Ouille.... déjà 38... comme cela passe vite... Enfin bref... et comme à mon habitude... je me fais quelques plaisir à ces occasions. En 2013, j'avais "Upgradé" mon PC... nous sommes en 2019, 6 années se sont écoulés... j'ai donc décidés de remettre cela ! Oui... pour faire simple : Donner un coup de jeune à ce bon vieux PC qui est mon complice au quotidien. Avant... je travaillais avec ceci : Ce bon vieux Silencio 650 Pure... qui a déjà rdv avec son futur propriétaire dès demain... Le tout... dans un boitier un peu banal... le Cooler Master Silencio 650 Pure. Mais comme vous pouvez le voir... c'était un peu limite... niveau place. La GTX 760 et la GTX 650 était à la limite du touche à touché... et y compris avec l'énorme ventirad Noctua NH-C14... Alors quand j'ai installé, dans un premier temps, une GTX1660 (carte qui a été renvoyé à Amazon suite à défaut de fabrication)... j'avais été contraint de supprimé un ventilo... J'ai étalonné les modifications sur plusieurs "mois"... l'achat de 2 nouvelles cartes (une GTX 1060 et une RTX 2060)... et voilà un premier début de résultat : Pour l'instant... pas de chichi... pas fioritures... pas de "bandes led" et/ou d'éclairage led inutile. Je me laisse doucement séduire par des bandes led magnétiques... histoire d'éclairer tout cela... qui seront peut être installés dans plusieurs semaines... J'ai même viré les ventilo led fourni avec cet énorme boitier, qu'est le Thermaltake Core X71 TG. Question "ventilation"... j'ai pas lésiné sur les moyens ! Ce boitier pouvant accueillir... au maximum... 14 ventilateurs... il est actuellement équipé de 10 ventilateurs contrôlés et régulés automatiquement par la carte mère. Et cela sans compter les 2 énormes ventilateurs du ventirad... ainsi que les 2 ventilateurs sur chaque carte graphique... Oui... il y a de la ventilation ! C'est le cas de le dire. Et tout cela... dans un silence... car je n'ai choisi que des ventilos connu pour leur efficacité et leur silence... d'où le fait que j'ai retiré les ventilos Led, plus connu pour les 53db qu'ils émettent que pour leur efficacité. Oui... me direz-vous : "Moi j'aurais intégré du Watercooling." Et vous faites bien comme vous voudrez ! Car, c'est un avis perso : Ancien adepte du Watercooling, j'ai déjà vécu la catastrophe d'une configuration massacré à cause d'une seule pompe ou d'un joint. Depuis... je n'ai confiance qu'à l'Aérocooling ! Et... ceci... sur mon petit bureau rien qu'à moi... Oui... 3 écrans... 2 de 24 pouces, les écrans du PC... et le 3e, celui de la télévision (TV de 20 pouces, en haut à gauche), histoire de rester informer en continu... Oui... vous pouvez le remarquer... je suis un "ex-gamer"... et le bureau est "digne" de moi. Voilà... vous savez maintenant, dans quel espace je travail sur la modélisation... et bientôt je l'espère... sur les Scans, que je réaliserais avec le scanner 3D. PS : Si vous vous demandez "Où j'ai acheté mon bureau ?"... sachez que je ne l'ai pas "acheté", mais fabriqué "sur-mesure", il y a 2 ans. Pieds réglable en hauteur (jusqu'à 1,50m), Plan de travail de cuisine de 1,80m (coupé en 2), support coulissant pour la tablette (où prend place les 2 claviers)... et bande led RGB histoire de mettre une touche de couleur dans tout cela...
  4. 1 point
    A bien refroidir... Nan plus sérieusement : A maintenir une température stable, et éviter toutes hausses excessives. Vous me demanderez : A quoi cela sert d'éviter que les composants soient exposés à des températures excessives surtout quand ces mêmes composants nécessite de "chauffer un peu" pour fonctionner idéalement ? Cela permet de s'assurer aux composants et à tout le matériels de bien fonctionner... et prolonger la durée de vie du matériel. Dans le précédent boitier... j'avais eût de la peine à monter 5 ventilos... et résultat : Cela chauffait pas mal... au point d'avoir la sensation d'un radiateur allumé dans la pièce. Imagine : L'été par 40°C à l'ombre... avoir un radiateur à ses pieds. Plutôt oui... surtout les cartes graphiques... lorsque je les poussent un peu... (faut vraiment la poussé à fond pour faire chauffer la RTX2060) Tout dépend des conditions en pratique... Je m'en sert aussi pour jouer (et très prochainement à jouer à 2 gros titres que j'attendais la sortie)... retrouver des vieux amis (peut être) et organiser des sorties (Raids). Et vue... que je convoitent de faire un peu de Streaming... du "live"... les 2 cartes graphiques vont être pas mal sollicité. Alors je préfère "Prévenir" plutôt que "Guérir". Je suis pas "Fan" du Watercooling. Tu m'aurais posé la question, il y a 10 ans... je t'aurais dit : Entièrement d'accord, rien ne vaut le Watercooling ! Mais aujourd'hui... avec l'expérience... et le fait que les ventilos d'aujourd'hui... il y a des marques qui offrent des très bons compromis par rapport au Watercooling. Et... accessoirement... 2 anciens de compagnons de raids... ont "bousillés" leur config pour 1 malheureux joint et une pompe défaillante. Des configs à plus de 2000€... il y a de quoi se poser la question : C'est si valable que cela le Watercooling ? Voilà...
  5. 1 point
    Merci pour celui qui m’a mis un -1 lol
  6. 1 point
    Je suis tombé sur un site spécialisé Arduino où ils expliquent ce phénomène de rebond. Alors ils donnent un schéma où, en simplifiant, on place un condensateur de 0,47µf 10v entre la masse et l'info du endstop. Il y aurait effectivement beaucoup de bruits dû aux pas des moteurs ainsi que de l'alim. C'est vrai que les alim à découpage sont très bruyantes...on le retrouve à l'oscillo. Étant, même si je ne suis plus actif depuis bien longtemps, radioamateur, j'ai construit beaucoup d'alim dont une m'a posé énormément de perturbations à une certaine tension. J'ai résolu le problème en plaçant une cellule de découplage dans la ligne de sortie, en fait une capa en parallèle avec une résistance. Mon problème ressemble beaucoup à ce phénomène et merci de m'y avoir fait pensé... Dès que j'aurai les condos et fait la modif je vous tiendrai au courant...ça peut servir à d'autres. Je suis très étonné d'être un des rares à avoir ce souci. Je suis sûrement maladroit dans ma façon d'utiliser ce forum mais je dois vous avouer que c'est la premièr fois que j'utilise un forum alors je ne connais pas encore bien toutes les règles. N'hésitez pas à me dire ce que je fais de pas bien !!! Merci à tous.
  7. 1 point
    Un gros sèche cheveux de plus de 20kg... de quoi faire de la muscu tout en se sèchant... mdr
  8. 1 point
    Bonjour, Voilà quelques images, maintenant, je vais me lancer pour dessiner une cabine, encore une grande histoire.
  9. 1 point
    @vousetmoi voici le datasheet de ton composant : https://www.infineon.com/dgdl/Infineon-BSC110N06NS3-DS-v02_04-en.pdf?fileId=db3a30431ddc9372011ebb0be43c7fe6 tu ne trouveras plus ce composant, mais il suffit d'en trouver un similaire. EDIT : rachète une carte https://www.ebay.fr/itm/5PCS-BSC110N06NS3-G-MOSFET-N-CH-60V-50A-TDSON-8-BSC110N06-110N06-BSC110N06N-110N/192829957933?hash=item2ce58fa72d:g:E6oAAOSwH6lcamOB
  10. 1 point
    pas besoin de sèche cheveux chez toi
  11. 1 point
  12. 1 point
  13. 1 point
    J’ai eu l’occasion de tester en avant première (merci à @devildant et @Janpolanton, tous deux membres actifs du forum chacun dans leur domaine de compétences (programmation, électronique, PCB, etc...)) une carte additionnelle pour le Raspberry Pi. Cette carte porte un acronyme « exotique » : SSFC (SD Switch Fast Copy). Il s’agit d’une carte enfichable sur un PI 3 (B et B+), PI 4. Son but est de remplacer / améliorer la fonction de transfert d’un fichier gcode sur la carte SD de l’imprimante à partir d’Octoprint. D’origine, Octoprint permet de charger le fichier gcode sur la carte SD de nos imprimantes. Si vous avez déjà tenté de le faire, vous avez certainement remarqué l’extrême lenteur de la copie. En effet, même si ce transfert utilise un câble USB, la vitesse de transfert réelle n’est pas celle théorique de l’USB 2,0 (480 Mbits/s ~ 60 Mo/s source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Serial_Bus ), Gina Häußge (foosel) l’auteure d’Octoprint l’explique d’ailleurs parfaitement : ici => https://community.octoprint.org/t/upload-to-sd-takes-too-long/231 Traduction partielle en français pour les réfractaires à l'anglais : Par exemple, pour transférer un fichier de 700 Ko, il faut à peu près 400 secondes (6 minutes 40 secondes) pour un fichier de 700 Ko. C’est donc ici que le module intervient : il permet une vitesse de copie entre 10 et 30mo/s sur la carte SD : plus besoin de se déplacer pour retirer la carte SD, retourner à son PC pour la brancher, copier le fichier, éjecter la carte, se déplacer à nouveau pour réinsérer celle-ci sur l’imprimante…, on envoie simplement le gcode à Octoprint et le module se charge de la copie sur la carte de l’imprimante (via un plugin fourni). @Fourmi de hotends.fr a réalisé une vidéo comparant les durées de transfert vers carte avec / sans SSFC : L’avantage d’imprimer via la carte SD de l’imprimante est que l'on ne perd pas les fonctionnalités de reprise après coupure de courant et / ou de détection de fin de filament. L’inconvénient est que l’on perd quelques fonctionnalités d’Octoprint (Octolapse par exemple) car ce n'est plus lui qui envoie au fur et à mesure les commandes gcode du fichier à imprimer. L’impression via la carte SD permet aussi de ne plus avoir sur certaines pièces imprimées des artefacts (particulièrement sur des pièces cylindriques), même s'il est éventuellement possible d'y palier en partie : http://lokspace.eu/bad-print-quality-with-usb-or-octoprint-the-solution-is-here/?fbclid=IwAR2He1X9PTh0bnKozltE4IAFy_fJVEEzC2JIf8H5ovRUs7ZnIWJmv_373Y4 Toute la documentation concernant cette carte complémentaire se trouve sur le « dozuki » de Hotends en suivant ce lien. Il est plus que recommandé d’imprimer un boîtier permettant d’accueillir le Raspberry Pi surmonté de cette carte afin d’éviter de possibles déconnexions de l’adaptateur SD. Deux versions de boîtiers sont à disposition (complet / mini) en fonction de l’implantation de votre Pi (autonome ou au sein du boîtier de votre imprimante). En suivant à la lettre les différentes étapes d’installation du lien précédent, mon module fonctionne parfaitement. J’ai fait un test d’impression d’un même fichier gcode, chargé sur la carte et directement sur le Pi à partir d’un fichier de stress/torture d’un cylindre (formes qui généralement amènent des incorrections dans l’impression) trouvé là : Cylinder Torture Test Extrait de ce que réalise ce test par son auteur: J’ai donc réalisé quatre cylindres avec une définition de plus en plus importante ($fn de 32, 96, 160 et 224 facettes) regroupés ensemble dans Cura pour ne faire qu’un seul fichier : 32-96-160-224_20-24-25_cylinder-test.stl Impression effectuée via Octoprint: Impression effectuée via la carte SD de l'imprimante: Filament utilisé: PLA 3D850 de Sakata3D, Magic coal, 205° / 60°, 70 mm/s. On voit nettement la différence à partir de 96 facettes. Conclusion C’est une carte bien pratique qui remplit son office. Elle permet aux plus soucieux d’éviter les aléas d’un Raspberry qui fige et gâche une impression de plusieurs dizaines d’heures (même si je dois avouer que cela m’est rarement arrivé mais arrivé tout de même). C’est certes une carte de confort dont le prix pourra sembler élevé. Ce prix est dû en grande partie à sa réalisation « artisanale » (production en petite série) mais aussi évidemment aux taxes diverses et variées applicables dans notre beau pays. Bien que possédant un prototype pleinement fonctionnel, convaincu de son utilité, pour soutenir ce projet français, j’en ai pré-commandé une sur le site de hotends.fr (la production ne sera réalisée que si le nombre de précommandes est atteint).
  14. 1 point
    J'ai posé la question à Geckotek. Leur réponse est 91%. Hi there. You can clean the surface with isopropyl alcohol. We recommend 91%. You can actually drench the entire surface in the alcohol and allow it to sit for a minute or two before wiping clean. This will help prepare the surface and make it adhere most effectively. Thanks, Bryan Kasun Storme Technologies, LLC N3991 State Road 89 P.O. Box 241 Jefferson, WI 53549
  15. 1 point
    La tension elle peut toujours être la mème cela n'influera pas sur le fonctionnement de la machine si ton alimentation est un peut faible dé que tu arrivera sur un endstop cela fera un parasite de manque de puissance donc on rajoute un condo en sortie du 12 v de l'alim pour compensé la perte de puissance ou changer l'alim pour une plus puissante en what
  16. 1 point
  17. 1 point
    Mes compétences dans le domaine de l'alimentation s'arrêtent à 5 gras, sels et sucres par jour. Tu fais bien de le re-préciser, on a tendance à l'oublier. L'appellation est bien filament "compatible" alimentaire. Je suis d'accord avec toi. Mais doute ou pas, quand il s'agit de norme sanitaire, tu fais ce que tu veux dans ta cuisine, mais dans un établissement t'as intérêt d'être dans les clous.
  18. 1 point
    Ce point a été expliqué plusieurs fois sur ce forum, je reprends l'explication avec mes mots : le produit fini (moule) N'EST PAS contact alimentaire sous prétexte que le filament utilisé possède cette appellation. C'est au fabricant du produit fini de faire les tests et autres joyeusetés normatives pour certifier le contact alimentaire. On utilise l'inox pour ses qualités au nettoyage et sa stabilité. Comme on ne consomme pas le moule lui même, j'ai franchement un doute sur la buse laiton/inox (de toute façon, quand on voit dans quels matériaux passe le filament pour imprimer, je doute que le simple fait de mettre une buse inox suffise à adouber le filament "alimentaire" ) Ca c'est ben vrai ! Effectivement, un vernis alimentaire semble le plus sécurisant. Mais quant à en faire un usage pro !?!?
  19. 1 point
  20. 1 point
    Hello, Pour les tutos, c'est compliqué car certains tutos sont spécifiques à certains modèles et d'autres s'appliquent à plusieurs modèles. Dans le forum, il y a une section tuto génériques (cf ma signature) et les sections actives ont leur propre section tuto. Je dirais que c'est les utilisateurs qui rendent ou non la section vivante. Si tu regarde le sujet du schmilblick , lorsqu'un objet est bien présenté et que la personne qui pose son schmilblick gère les réponses, le sujet peu grossir de plusieurs page assez rapidement. Là, c'est mort depuis trois mois. Il existe également la section blabla où tous les sujets (dans la limite de la déontologie et de la loi) sont permis.
  21. 1 point
    Merci pour la réponse et surtout de m'avoir informé de l’existence de octoprint.Cette application étant présente dans mes sources de logiciels (Manjaro), je vais donc la tester. Pour la température plateau et buse, j'ai compris. Aujourd'hui je me mets sur 50° pour le plateau et 180] pour le filament, sinon ça bave....
  22. 1 point
    salut moi je trouve bizarre ces perturbations du a des croisements de fils qui vous crée des harmonies ( fréquence du champ magnétique que dégage un câble électrique ) quand regarde le faisceau électrique d'une voiture qui a la (mème) tension électrique de 12 voltes et une intensité supérieure ou les câbles on entremêlés on na pas ce problème je pense plutôt a un problème d'une alimentation instable moi sur ma machine j'ai juste les câbles du moteur de l'extrudeur de la cartouche chauffent de la sonde th qui son ensemble dans un spiralé pour ceux qui et de l'alimentation générale j'ai une alimentation atx d'un pc 450 w 12 v 20 a j'ai mis cette alim suite a un dysfonctionnement de celle d'origine instable
  23. 1 point
    salut voici un lien avec tout les Gcodes de marlin il se peut que tu es un soucie dans marlin http://marlinfw.org/docs/gcode/G029-ubl.html
  24. 1 point
    pièces imprimées en place
  25. 1 point
  26. 1 point
    Impression de la pièce que tu as crée terminée. Le filament ASA est top à imprimer et à poncer. Le capot est en cours d'impression photo dés qu'il sera fini si je suis pas au lit sinon ce sera demain fin d'après midi. Impression en 0.2, température 145°, bed 90°, vitesse 50mm/s, ventilation 50%, remplissage 15%.
  27. 1 point
    Bonjour à tous, Petit essaie pour vous faire découvrir la technique du transfert de peinture par eau, ou Hydro dipping pour faire plus classe ! Je découvre et partage mon initiation avec vous, donc possible que je disent ou fassent des conneries. Avant ça, c’est quoi ce truc ? Selon google ; Le transfert de peinture par bain d’eau (hydrographics) est un concept innovant qui permet sans adhésif de personnaliser tous types de supports pouvant être peints et trempés dans l’eau. Donc le principe sera de déposer une couche de peinture dilué avec un medium en surface, de crée ses motifs,etc… et une fois que le résultat nous plaît. Bim, bam, boom, on la trempe dans l’huile l’eau. Les résultats sont bluffant et à la porter de tous ! Après faut chopper le coup de main et surtout bien préparer sa peinture et son support ! Une vidéo explicative suivi de quelques exemple pour imager mes propos et on rentre dans le vif du sujet ! C’est cool hein ? Bon, comment on fait ça chez nous alors ? Avant toute choses,faut faire son choix ! Trois option pour la peinture A) Vous optez pour de la peinture en bombe que vous allez pulvériser en surface comme sur la deuxième vidéo. (Avec le risque que Greta Thunberg débarque pour vous cassez la gueule par souci d’écologie) B) Vous optez pour des films de peinture avec motifs intégré. On en trouve sur Amazon avec de pas très bonne notes entre 5 et 25€. https://www.amazon.fr/LImpression-transfert-0-5-mx2-Autocollant-Hydrographics/dp/B07H3QPHRX/ref=sr_1_23?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&keywords=hydro+dipping&qid=1569411955&sr=8-23 C) On prépare de l’acrylique mélanger à du médium qu’on dépose à la surface avec une pipette ou autre. Pour le moment, je me contente de la dernière solution. Moins salissante, polluante et surtout plus économique que le reste. Pour réaliser ceci chez vous, il vous faudra ; - Une pièce à peindre (logique quand tu nous tiens !) - De l’apprêt - Peinture acrylique - Medium pour peinture - Un bac étanche - De l’eau - De l’huile de silicone (facultatif) - Du vernis pour les finitions J’ai trouvé mon bonheur chez action pour un peu plus de dix euros encore une fois et on a de quoi en dipper du PLA ! (J’adore ce magasin!!!) Partie 1 : Imprime et ponce! On commence par imprimer la pièce de son choix. Perso j’ai opté pour un boîtier histoire de protéger ma petite framboise qui gère l’imprimante. Une fois finis, on retire les supports et on ponce,encore et encore jusqu’à obtenir une surface propre, lisse, douce et soyeuse ! Je plaisante pas, on ne va pas plus loin tant que le support est nickel ! C’est la base de la post-production ! Les petits défaut ressortiront encore plus avec une couches d’apprêt et de peinture. On économise donc du temps et des matériaux en s’attardant sur cette partie. Une fois fini on dégraisse au vinaigre blanc ou à l’eau pour retirer les poussières et on fait sécher. Partie 2 : Soit bien apprêter ! Une fois notre support bien poncé,propre et enfin sec. On va pouvoir sortir le pinceau ! Je dilue de l’apprêt avec un peu d’eau pour le rendre plus fluide et hop. Je tartine une première fois ma pièce de manière généreuse, ensuite je sèche mon pinceau et je viens retirer l’excédent et étirer le reste. Ensuite un léger ponçage au grain 400 pour retirer les défauts de la peinture (je peins comme un nazbrok, mais c’est une autres histoire). Et on recommence. Une fois les deux fines couches posé,poncé, on obtiens une pièce déjà pas trop dégueulasse visuellement et sur laquelle notre peinture va venir s’accrocher comme une teigne ! Voici mon résultat. Le premier qui me jette une tomate, je lui renvoi une pierre ! Vous êtes prévenus ! Partie 3 : La préparation du Bac Voilà, notre pièce est devenu grande, elle est au lycée depuis 3ans. Il est temps de préparer son bac de manière sérieuse ! Pour ma part ce sera un bidon d'eau déminéralisé coupé! On commence donc par préparer les couleurs souhaités. Dans mon cas ce sera du ‘’White titanium’’ et ‘’Black’’ qu’on va venir dilué avec du médium dans les proportions de 1 pour 2. Soit un volume de peinture pour deux volume de médium. Et on touille jusqu’à obtenir un mélange homogène. Du moins en théorie. Ensuite on prépare sa zone de travail, il faut tout avoir sous la main une fois lancée. Donc on prépare déjà le support sur lequel notre ‘’œuvre’’ va sécher, l’œuvre en question et on rempli notre bac d’eau. Et là mes amis, laissés parler vos âmes d’artiste incompris ! Jouer avec les couleurs, les effets, l’écoulement naturel de la peinture à la surface et un couteau ou un bout de bois pour crée des motifs ! Le point positif est qu’on peut vraiment s’amusé et expérimenté. Le motifs sera définitif uniquement lorsque votre pièce sera trempé dedans ! Votre âmes d’artiste est satisfaite du résultat ? Si oui, on passe à la suite ! Partie 4 : Le plongeon ! Le plus dur reste à faire ! Il va falloir dipper maintenant ! Peu d’info sur la technique à employer. Beaucoup de maker semble le faire au feeling et ajuster au fur et à mesure de leurs expérience. Il faut plonger sa pièce de manière à ce que le transfert depuis l’eau se fasse en ‘’douceur’’ et de manière uniforme. Et surtout, adapter l'angle de plonger en fonction de la pièce à peindre. Ainsi en théorie, en fonction du geste il sera possible d'obtenir différent résultat avec le même motif de base. Une simple rotation du poignet lors de la plongé, l'angle qui varie ,etc...auront une incidence direct sur le transfert. Du coup un petit essaie avec un porte clef qui fait aussi arme d'auto-défense trop kawaï. Et c'est là catastrophe! La peinture coule direct au fonds ou se dilue dans l'eau, rien ne reste à la surface et le final est dégueulasse. Je test un mélange au ratio 1:1 peinture pas assez liquide qui reste en tas à la surface. Je suis pas du genre à rester sur un echec, du coup je sors sur la terrasse. Deux bombes de peinture et là c'est parti grave en cacahuète! J'ai diper 4-5 fois de suite pour obtenir un résultat pas trop dégueulasse et voilà pour le moment. La pluie m'a stopper dans mon élan donc je me contenterais de ce résultat. Encore du progrès à faire! On pose sa pièce et c’est partie pour 24h minimum de séchage ! Partie 5 : Un peu de vernis sur les orteils ? C'est sec? Sure? Alors on va finir par un coup de vernis pour protéger son œuvre et éviter que la peinture s’écaille rapidement. Libre à vous de choisir ce qu’il vous plaît. En bombe ou pots, mat, satiné ou brillant ? Adapter en fonction de la pièce ! Mais pour cette partie, rendez-vous demain. C'est pas encore sec chez moi. Bilan de cet après-midi. - Il est important de ne pas oublier de mettre des gants, même dans un élan qui semble être un mix entre la frustration et la créativité. - Le dipping fonctionne parfaitement sur les doigts aussi. - Trouver une solution pour maintenir l'acrylique en surface - Les bombes font l'affaire. De prochain test viendront dans les jours qui viennent. Le temps de nettoyer mes doigts du moins et de racheter un peu de peinture. La prochaine fois je mets la dose diluer à 1:1.5. Et je revois grandement mes gestes pour une meilleurs accroches de la peinture sur la pièce. Bref, sa parait simple dans les vidéos, moins en réalité. Mais je l'aurais un jours, je l'aurais!
  28. 1 point
    Bonjour, Sympa comme résultat en effet. Je me permets de rajouter en complément deux tutos qu'avait fait @elcp72 en son temps : https://www.lesimprimantes3d.fr/tuto-effet-marbrure-hydrographie-20170302/
  29. 1 point
    Re, Vous connaissez l'histoire du mec qui accepte mal l’échec? Bref, mes doigts furent nettoyer. Quelques recherche sur internet plus tard, nouveau test! Cette fois-ci, il s'agit surtout de réussir à faire flotter la peinture. Je reprends le ratio 1:2 pour la préparation de peinture. Cette fois-ci, les tests seront effectué en gobelet. Et miracle! Donc ça fonctionne si on dépose bien sa peinture à la surface, il ne faut surtout pas prendre de hauteur. Test sur des impressions foiré non poncée et sans apprêt. Bon, je n'ai pas eu l'espace pour remuer correctement et l'accroche était merdique, du coup c'est pas trop marqué. Mais ça me fait regagner en optimisme! Et photo des test de l'aprem qui ont un peu séché depuis. Aller, cette fois-ci j'essaie d'attendre demain pour continuer mes tests. Sinon ma compagne risque de me la faire boire cette peinture. Bye
  30. 1 point
    Bon, j'ai pour projet de me faire une figurine de Kerrigan avec la skin Succube de Heroes of the Storm... J'ai déjà réussi a extraire le modele 3D du jeu, et je fait un peu mumuse avec blender pour lui donner une pause pas trop mal... idéalement, je vais essayer la pose de l'image ci-dessus par contre il va surement falloir un max de supports pour le print, des idées la dessus ? Pour extract le modele 3D j'ai utilisé : https://www.npmjs.com/package/storm-extract et pour l'import dans Blender : https://github.com/flo/m3addon/ ça marche vraiment bien pour le coup... le modele m3 extrait : Storm_Hero_Kerrigan_Succubus.m3 des test d'export en stl : kerrigan.stl kerrigan2.stl Bon, étant en vacances loins de ma printeuse, je pourrais pas test tout de suite...
  31. 0 points
    Bon, après ce titre putaclic à souhait, je vous expose rapidement mon problème car j'ai besoin de pistes de réflexion. Ma U30 imprimait parfaitement jusqu'à ce que je doive changer le heatblock pour cause d'un pas de vis foiré. Durant le montage du nouveau heatblock, j'ai aussi changé le PTFE ("style" capricorn), mais pas la cartouche chauffante, ni la thermistance. J'ai, depuis, du stringing en masse sauf en diminuant beaucoup la température (210 -> 190) sans toucher à la rétraction. Je n'ai pas de fuite ni de bouchage (testé sur une impression de 15h) et l'extrudeur ne claque pas. Je ne m'explique pas vraiment pourquoi donc j'aimerai avoir votre avis sur ce qui pourrait en être la source. Meilleure conductivité thermique du block? Problème avec le PTFE (trop restrictif dans la rétraction?)? Problème durant le remontage ? Pas la bonne incantation avant l'impression? Mon prochain test va être de revenir sur le PTFE d'origine, mais quitte à tout démonter autant profiter de vos idées. (En plan B, j'ai une E3D TriangleLab en route, quelque part entre la Chine et chez moi) JP
  32. 0 points
    bonjour, si vous faites reférence au gcode M81 je n'ai pas testé, mais de toutes facon au pire j'ai fait un plugin pour octoprint qui se nomme shutdown printer, il permet d'envoyer l'instruction d'arret a d'autre plugin qui gère des prise connecté (tplink, sonoff...) une fois le print terminé en soit si l'imprimante a un lecteur de carte micro sd/sd cela sera compatible. Pour ce qui est de l'utilité sur klipper, je ne peux pas le confirmé, mais je pense que peu import le FW il y aura une utilité sur du 8b ps même sur les cartes 32b ce n'est pas dit que les performance soient meilleurs car pour assurer la compatiblité avec toutes les imprimantes octoprint doit utiliser la communication serial
×
×
  • Créer...