Aller au contenu

Filament ABS

Classement


Contenu populaire

Showing content with the highest reputation since 15/02/2019 Dans tous les contenus

  1. 7 points
  2. 6 points
    Auto-dérision aussi
  3. 6 points
    Juste pour meubler :
  4. 5 points
  5. 4 points
    Bonjour à tous et à toutes ! Je viens vous faire partager mon retour sur mon « initiation » ou « Apprentissage » sur la Photogrammétrie. Ce nom est d'un barbare, je trouve... enfin bref, c'est l'art de Réaliser des Objets en 3D avec de simples photographies. Je ferai « peut être » un tutoriel pour ceux et celles qui seront intéressés. Je vais commencer par... les Avertissements : 1er Avertissement : Il n'est pas nécessaire de posséder un appareil photo de 1000€ ou plus pour faire de la Photogrammétrie ! Vous pouvez parfaitement réaliser un modèle 3D, avec une webcam à 5€ ou un vieil appareil photo (y compris les Argentiques, oui ceux avec pellicule) ou avec votre téléphone portable si ce dernier est équipé d'un appareil photo. Et contrairement à ce que vous pourriez penser. Des photos prises avec votre « Smartphone » sont plus indiqués que des photos prises avec un gros Reflex à 1500€. Pourquoi, me demanderez-vous ? En raison des informations stockés lors de la prise de vue. Les photos prises avec un téléphone intègreront des « données » comme le positionnement, l'éloignement vis à vis du sujet, l'heure précise de la prise de vue... et pour certains « Smartphone », la position GPS y sera intégré. Des « données » que le logiciel utilisera par la suite. La seule chose, qui sera à prendre en considération sera le nombre de photo du sujet, plus il y aura de photos, meilleur sera la reproduction 3D. 2e Avertissement : Là, cela coule de source, comme dit le dictons, mais pour arriver à reproduire un modèle en 3D, il vous faudra un « BON PC »... et j'insiste sur le « BON », voir même « Très Bon ». Autant prévenir tout de suite, les configurations de type « AMD » (Processeur & Carte Graphique), sont à proscrire. Non pas que cela ne fonctionnera pas... mais plutôt qu'il y a risque de « casser » votre PC. Les dernières configurations AMD pourront peut être supportés l'utilisation de ces logiciels... mais je serai franc : c'est à vos risques et périls. Alors pour répondre à la question, que vous devez vous poser : Qu'est-ce qu'il faut comme PC ? Sachez alors, que si votre PC à une configuration qui permet de faire tourner des jeux « actuels », non je ne parle pas du Tetris et du Solitaire, mais plutôt du dernier Star Wars Battlefront, de Fortnite, de Battlefield... si tout ces jeux avec les graphismes en mode « Ultra » tournent sans chute de framerate... alors vous avez ce qu'il faut. Un exemple concret, avec ma propre config : Intel Core i7 4790K – CG Nvidia MSI GAMING GTX 760 4Go + GTX 650 4Go – 32Go RAM C'est une configuration, d'un PC Fixe, qui commence sérieusement à dater, les jeux actuels ont du mal à tourner... et j'ai un peu de mal à faire tourner Meshroom. Certaines étapes du traitement et de la modélisation prennent plusieurs heures (10 heures pour arriver au résultat plus bas). Il est important de dire ce qui est à dire : Ce n'est pas le disque dur qui sera sollicité, mais la Carte Graphique et le Processeur. 3e Avertissement : Comme pour les Scanners 3D actuels, il faudra réaliser les photos dans un lieu bien éclairer. Pour Scanner/Photographier un petit modèle (moins de 20x20x20cm), l'utilisation d'un studio photo est très fortement recommandé ! J'ai bricolé un studio photo, avec un ruban de 20cm, du carton, et des feuilles canson, et cela rempli sa fonction a merveille. 4e Avertissement : Cela coule de source ici aussi, mais vous ne pouvez reproduire en 3D des photos 2D, que si elles sont « acceptés » par le logiciel. Photos surexposés, flous, tordu, objets en mouvements, etc... ne pourront pas être exploités par le logiciel. Parlons maintenant des avantages : Pas de limite de taille ! Vous voulez reproduire en 3D votre... maison. Si vous arrivez à en faire le tour (même que partiellement) et/ou que vous arrivez à prendre une photo vue du ciel (avec un drone). Du moment que les photos sont claires et que l'objet apparaît, il sera alors possible de le reproduire. Vous pouvez aussi vous scanner/photographier, et réaliser une reproduction 3D de votre visage, de votre tête ou de votre corps. La finesse des détails ! Oui... plus il y aura de photos du modèles, plus le modèle 3d aura les détails. La fourrure d'une peluche sera reproduite. La gratuité de la plupart des logiciels de Photogrammétrie ! L'argent est bien la raison de bon nombre de guerre... et c'est souvent ce qui rebute pour certains logiciels. Mais ici présent, il y a plusieurs logiciels... et pour la plupart en Open Source et donc gratuit ! La possibilité d'extraire un modèle 3D à partir d'une vidéo ! Dans l'hypothèse que vous souhaitez fabriquer un modèle 3D d'un objet que vous n'avez plus, mais que vous avez dans une vidéo, il vous suffira de réaliser des clichés de la vidéo où apparaît l'objet en question... et si il y assez de photos détaillés, alors vous pourrez reproduire le modèle. Parlons désormais des logiciels... c'est ce qui va vous intéressés, j'y mettrais ma main à couper. Comme dit précédemment, il y a plusieurs logiciels. Alors, je tiens d'avance à m'excuser, si dans ce bref sujet j'oublie des logiciels, je vais citer ceux que j'ai essayer, et au passage, je remercie @cylon qui m'a indiqué l'un de ces logiciels et qui m'a fait découvrir la photogrammétrie : Meshroom : C'est le logiciel, le plus « Plug and Play » que j'ai essayé. Mais c'est aussi le logiciel qui s'est montré le plus gourmand en ressources matérielles sur mon PC. A un moment Windows 10 a commencé à effectuer une mise à jour, lorsque en même temps, je traitais un modèle 3D. Cela a entraîné un plantage « Crash » du PC. J'ai bien cru que s'en était fini de mon PC. Heureusement que c'est un PC que j'ai assemblé moi même, j'en connais tout les recoins... et la méthode pour le débuguer. Une chose est importante à retenir sur ce logiciel : Plus il y aura de photos, plus le modèle 3D qui en sortira sera fidèle à l'original. Mais plus il y a de photos plus cela demandera de traitement et de ressources à votre PC. J'ai tenté de reproduite un modèle avec seulement 20 photos... cela n'a pas fonctionner. Puis... en ajoutant 5 photos par 5 photos progressivement, j'ai vu que sur certain « petit » modèle, c'est seulement à partir de 45 photos que le modèle 3D commençait à être exploitable. Mais ma tentative avec 90 photos, à bien failli faire planter mon PC, mais Windows 10 a aussi sa part de responsabilité. Il est donc important de trouver le juste milieu en quantité de photos selon votre modèle. VisualSFM : Tout petit logiciel « Open Source ». Mais... pas si simple que Meshroom. Il fonctionne en 2 temps : En premier il réalise un « Plan Photo » où toutes les photos sont organisés pour reproduire un plan par point (chaque point est une photo). Ce Plan réalisé, va ensuite utilisé les informations de chaque photo pour reproduire un Plan 3D de l'objet en « Nuages de Points » qu'il faudra nettoyer et traités dans Meshlab. Avantage à VisualSFM, qui fonctionnera sans mal sur les plus petites configurations pour la compilation des photos et la réalisation d'un nuage de point. Les 2 plans (Plan Photo & Plan 3D) seront ensuite fusionné dans Meshlab... et après plusieurs heures de traitement manuel, vous obtiendrez un plan 3D prêt à imprimer. Cependant... j'ai échoué à utiliser VISUALSFM, pour la raison suivante : Message d'erreur. Le message d'erreur indique que le driver de ma puce graphique bloque la création du Plan 3D. Je n'ai pas trouvé la solution à ce problème pour l'instant. Je vais maintenant être franc et direct avec vous : Pour l'instant, j'en suis qu'à la phase d'apprentissage de ces logiciels. Cela demande beaucoup de temps, et une tonne d'information, processus et méthodes pour les utiliser... et je n'en ai pas fait le tour. Il m'est donc impossible de réaliser un tutoriel sur la marche à suivre en l'état de mes connaissances. Mais pour que vous voyez un peu le résultat au terme d'une semaine d'apprentissage... et de 10 heures de travail sur un modèle... voilà un modèle terminé (PS : je vous montre le modèle texturé pour vous donner une réelle idée) : C'est un modèle que je prévois de commercialiser sur Cults... donc forcément je ne partagerais pas ce modèle en "public" ici. Mais pour un premier essai... je le trouve franchement réussi... même si j'ai bien failli "cramer" mon pc pour y arriver. Mais je sais désormais où était mon erreur : Limiter le nombre de point ! 100 000 000 de points c'est trop ! Faut pas dépasser 1 000 000 de points (modèle ici à 1 000 000 de points). Je l'avoue... en raison du plateau de scan qui n'est pas plat... il a fallu que j'ampute légèrement les pieds de 3 mm, sinon j'avais la texture du plateau. Je dois encore peaufiner ce genre de finition à l'avenir. Ceci dit... en format STL... sans sa texture, il devient nettement moins joli...
  6. 4 points
    @pa39 Superbe ce puzzle ! Petite impression de la nuit : 3 couleurs - 200 microns
  7. 4 points
    Je me lance. J'espère que @Bosco2509 ne m'en voudra pas trop .
  8. 4 points
    auto dérision au suivant
  9. 3 points
    Bonjour à toutes et à tous, Aujourd’hui nous allons faire un petit tour du côté de chez Triangle lab en examinant un de leur heatbreak full metal, ainsi qu’une buse de 0.25mm grâce à la participation de @AlfiQue (je lui ai d’ailleurs sous-traité la prise des clichés ). Alors commençons par la buse. C’est une buse laiton tout à fait classique, le fabricant dit respecter scrupuleusement les spécifications de E3D pour l’usinage. Celle-ci ne comporte aucun marquage, ce qui correspond à une taille de 0.25mm selon le tableau fourni. Photo publicitaire : On s’approche un peu pour voir ce qu’il en est, extérieur : Intérieur : De tout près : Premiers commentaires, franchement c’est propre, y’a pas à dire la qualité d’usinage est bien là, même à l’intérieur, pas de bavure ou de résidus d’usinage. Le perçage est rond et bien centré, aucun problème de ce côté-là. L’intérieur est tellement lisse qu’on peut voir le reflet du trou de perçage et son cône sur les parois interne lorsque l'on manipule la buse (non visible sur les photos). Mesurons : Ah ! On est plutôt sur une buse de 150µm, allons vérifier le tableau : Bon on a tourné deux fois autour de la buse, aucune trace des deux points sur une face. Soit c’est un oubli à l'usinage et une buse 0.15 s’est faite passer pour une 0.25, soit c’est un problème étonnant, étant donné la qualité du reste de la pièce. @AlfiQue va contacter le vendeur pour tenter d’en savoir plus. Photo bonus, pas très fidèle : Passons donc au heatbreak pour se donner une seconde opinion. C’est un heatbreak All Metal photo commerciale : Voyons en réalité, quelques photos en vrac : Alors si jamais ce n’est pas flagrant pour vous, pour moi ça l’est, on est sur le même niveau de qualité d’usinage que pour la buse. Les états de surface sont très propres et sans bavure ni résidus. On va maintenant mesurer pour voir ce qu’il en est, en bas : En haut : Et aussi la largeur de la gorge en bonus : Bref, on est parfaitement conforme à la spec de ce point de vue. Mais ce qui nous intéresse vraiment maintenant, c’est l’état de surface intérieur, alors zoomons un peu plus de ce côté : Alors oui on voit plein de stries, oui ce n’est pas un polissage miroir, mais tout de même, c’est très bon. Je vais vous expliquer pourquoi en images. BONUS : Comparaison avec un heatbreak chinois basique (version avec PTFE) : Et l’intérieur : Vous voyez maintenant ce que je veux dire ? Cerise sur le gâteau, regardons le PTFE qui était dedans : Le PTFE coupé de biais se passe de commentaire… J'espère que vous aimez toujours ces photo-flood et à bientôt j’espère pour de nouveaux photo-reportages.
  10. 3 points
    Hello Si Maud et Ration sont d'accord, je vous propose un ti'truc pour se marrer un peu. Je suppose que vous connaissez les Birds >>>> Ça serait rigolo qu'on en crée ici sur le thème de l'impression 3D A condition que ça soit drôle et que ça se prenne pas trop au sérieux, hein ? Allez je commence
  11. 3 points
    Quelques couleurs, et du 200um aussi : Le "Puzzle plane" de Thingiverse: Imprimé à 66% de sa taille réelle, de cette façon j'ai pu utiliser des aimants 4x2mm que j'avais en ma possession (mais pas eu assez :p) J'ai splitté en 2 la partie arrière pour pouvoir tout imprimer sans supports. Ca doit représenter entre 10 et 15h d'impression je pense.
  12. 3 points
    Bonjour bonjour Ça fait un moment que j'avais mis en pause ma tête à bascule. Je voulais maîtriser un peu l'ABS pour faire des pièces solides, et pour ça j'ai remis en route la Freesculpt >>> Là ça y est, ça tourne depuis aujourd'hui Donc voilà l'idée : - 2 têtes E3D V6 (clones) montées sur une bascule dotée d'un GROS roulement derrière et d'un plus petit devant, un gros axe de rotation, chacune avec son ventilo - le bras de levier qui est entre les deux têtes reçoit dans sa fente une corde à piano qui va au servo par l'intermédiare d'un tube Bowden - 2 vis BTR servent de butées réglables, en appui sur d'autres qui sont vissées dans la platine support - c'est l'angle du servo dans Marlin qui assure fermement les deux mises en position Voilà à peu près ce que ça donne une fois monté (vous remarquerez que contrairement à nos potes @cmatec et @yopla31 je ne modélise pas jusqu'à la moindre vis.....) J'ai eu quelques difficultés pour expliquer à Cura que je voulais laisser les deux têtes en chauffe. Le problème se situait, comme souvent, entre la chaise et le clavier.... Merci à @cmatec, @Yo' et @yopla31 pour leur aide Maintenant il faut que j'améliore un peu le fang, bien que ça souffle pas mal
  13. 3 points
    Bonjour à toutes et tous; Pour ceux et celles qui seraient intéressé(e)s ci-joint un fichier compressé au format RAR (Winrar) qui contient tous les éléments pour réaliser ce petit outil. C'est un fichier que je destinais aux membres du fablab dont je suis membre, donc excusez la formulation dans le document texte. Certains membres aiment bien avoir des détails. Par contre soyez indulgents avec moi, car je ne suis pas un pro dans le domaine électronique, ni dans celui de fusion 360. Donc il est possible que vous ayez un peu de post production à faire, notamment en ce qui concerne les dimensions. Pour moi il s'agit juste d'un prototype, et comme il est fonctionnel ben cela me suffit. Il se peut que le circuit sous KiCad pose quelques problèmes, au niveau des empreintes de composants, mais il est tellement simple qu'à la limite le refaire ne prendrait que quelques minutes. Si vous avez des idées d'améliorations, ne vous gênez pas pour me les transmettre. Circuit Levelling.rar
  14. 3 points
  15. 2 points
    Aujourd’hui nous allons voir l’installation de Marlin sur la CR-10 S via la connexion USB. L’objectif est de faire un tutoriel qui soit compréhensible de tous les maker y compris ceux qui ne maîtrisent pas l’Arduino ou qui ne veulent tous simplement pas s’y mettre. Pour être honnête, maîtriser l’Arduino est loin d’être indispensable lorsque il est question de faire de l’impression 3D. Dans notre cas précis, c’est un environnement de développement qui va simplement vous permettre de transférer un fichier de votre ordinateur vers votre imprimante 3D, ni plus ni moins. C’est donc à peu près aussi indispensable de maîtriser l’Arduino pour l'impression 3D que d’apprendre le suédois pour pouvoir monter son meuble de cuisine Ikea. Pourquoi Marlin ? Marlin est un micro-logiciel spécifique aux machines-outils comme les CNC ou les imprimantes 3D. Il a été conçu spécialement pour eux et ne fonctionne qu’avec ce genre de hardware bien spécifique. C’est le Windows ou Linux de votre imprimante 3D, ou plutôt son Bios. En vérité il est déjà présent sur la CR-10(S) de façon native. Il a juste été bridé, appauvris et reconfigurez par Creality pour pouvoir fournir un logiciel prêt à l’emploi sans tout un tas d’option qui ne leur semblait pas pertinente. C’est une sorte de version demo du logiciel. L’intérêt d’installer Marlin sera donc d’avoir accès à tout un tas d’option non disponible dans l’imprimante 3D de base. Une fois l’installation de cette version complète du logiciel effectué, vous aurez la possibilité de modifier absolument toute les caractéristiques de votre imprimante 3D (logo d’accueil, mesh bed levelling, musique à l’allumage, etc…). Enfin sachez que Creality a mis récemment à disposition le firmware original sur son site et donc en cas de soucis vous pourrais restaurer les paramètres d’usine. Pourquoi Arduino ? Alors sans trop se prendre la tête on va juste dire que votre ordinateur et votre imprimante ne parlent pas le même dialecte. Vous avez donc besoin d’un traducteur qui va faire l’interface entre un langage que vous pouvez écrire avec votre PC et un langage compréhensible par l’imprimante 3D. Le logiciel Arduino est ce traducteur. Par quoi on commence ? Tout d’abord télécharger le nouveau logiciel de votre imprimante 3D. Je veux parler de Marlin évidemment ! Disponible à cette adresse : http://marlinfw.org/meta/download/ La dernière mise à jour est la 1.1.9, c’est sur cette version que nous allons travailler. Le but de la manœuvre, et l’objectif de ce tutoriel consiste simplement à mettre ce logiciel dans votre imprimante 3D. Pour parler à l’imprimante comme nous l’avons dit plus haut, nous allons utilisez un logiciel capable de traduire le langage de votre PC en langage Imprimante 3D. Pour cela c’est assez simple, vous aurez juste besoin du logiciel gratuit Arduino IDE disponible à cette adresse : https://www.arduino.cc/en/Main/Software La dernière version disponible est l’Arduino IDE 1.8.6. Une fois téléchargé il ne vous reste plus qu’à l’installer comme n’importe quel logiciel. Bienvenue dans Arduinoland À présent ouvrez votre logiciel Arduino IDE. Alors, pour que les choses soient claires, ce logiciel c’est un bloc note amélioré. On tape du texte selon une certaine syntaxe et c’est le logiciel qui se charge ensuite de le traduire en langage d’imprimante 3D. En somme votre boulot consiste à tapez du texte comme sur un traitement de texte classique et rien d’autre. À partir de cette simple page de traitement de texte et si vous êtes un programmateur, vous êtes en capacité d’écrire vous-même votre propre programme d’imprimante 3D. Heureusement ce n’est pas ce qu’on va vous demandez. On vous a en réalité déjà fait le travail. C’est le logiciel Marlin que vous avez téléchargé. La seul chose que vous aurez à faire sera de copier-coller le logiciel Marlin dans votre logiciel Arduino IDE. Pour cela commencé par décompressé le fichier « Marlin-1.1.x » que vous avez téléchargé et souvenez-vous dans quel dossier vous l’avez laissé. Ensuite dans la fenêtre du logiciel Arduino IDE, en haut à gauche cliquez sur Fichier puis Ouvrir… et allez chercher votre logiciel Marlin. Vous le trouverez dans le sous-répertoire Marlin il s’appelle « Marlin.ino ». Tadaaa ! Vous avez sous les yeux en langage de programmation le futur logiciel de votre CR-10 S. Champs à trous Je vous ai dit que le programme été écris. Ce n’est pas totalement vrai. Marlin vous a en fait fournis un modèle, un texte à trous que vous allez devoir remplir. Comme ils sont sympas les informations que vous allez devoir saisir comme la taille de votre plateau par exemple se trouve au même endroit. Il s’agit du 5eme onglet qui s’appelle « configuration.h ». Si vous faite défilez cette page vous verrez tout un tas d’instruction qu’il va falloir adapter à votre imprimante. C’est le cœur de la machine. La page que vous modifierez régulièrement pour améliorer la qualité de vos impressions. Sur cette partie je ne peux rien pour vous. C’est une discussion entre vous et la bête, entre l’homme et la machine. C’est en modifiant les options de cette page que l’impression touche au sublime. Ici encore pas de panique ! Il ne s’agit que de modifier certain mot dans le texte et vous avez de la chance, en fin de paragraphe je vous donnerais le lien vers une page qui vous expliquera étape par étape ce qu’il faut remplir, vous en aurez pour un petit quart d’heure. Avant de vous laisser réaliser cette étape quelques petites choses importantes. Pour pouvoir vous aidez le plus simple est de parler en numéro de ligne. Vu la longueur du texte c’est beaucoup plus simple même pour vous. Donc dans le logiciel Arduino IDE cliquez sur l’onglet en haut à gauche fichier, puis préférences et cochez la case afficher les numéros de lignes . Pour terminer cette partie il reste une dernière manipulation à faire. Pour pouvoir modifiez le menu de l’écran LCD de notre imprimante nous allons avoir besoin de la librairie U8glib. Téléchargez là à cette adresse : bibliotheque U8glib. Ne la décompressez surtout pas. Dans le logiciel Arduino IDE allez sur l’onglet croquis en haut à gauche puis inclure une bibliothèque, puis ajoutez une bibliothèque ZIP et cliquez sur la librairie U8glib que vous venez de télécharger. Si la bibliothèque a été correctement intégrée vous devriez voir apparaître tout en haut de la page : #include <U8glib.h> Voilà, à présent je vous laisse avec ce très bon tutoriel sur la façon de remplir cette page et qui se trouve ici : http://www.cr10.fr/le-guide-malin-de-marlin/ C’est la version 1.1.8 dont il est question et certain numéro de ligne seront diffèrent mais vous devriez pouvoir retrouver les éléments à modifier. On se revoit donc une fois que vous avez terminez de modifier ce fichier pour la suite de ce tutoriel. Phase final Bon vous avez pris le temps nécessaire pour configurer un Marlin personnalisé, c’est le moment de l’envoyer à votre Imprimante 3D. Avant de téléverser le logiciel vous devez spécifiez à Arduino IDE quelle processeur utilise votre imprimante 3D. Donc allez sur votre logiciel Arduino IDE, en haut allez sur l’onglet Outil puis type de carte arduino/genuino/uno et sélectionnez la carte ARDUINO MEGA ADK. Une fois que c’est fait lancer une vérification du code en cliquant sur le bouton en forme de V en haut à gauche de votre écran. Une fois la compilation réalisée, s’il n’y a pas d’erreur le rectangle en bas devrait rester vert et indiquer quelque chose comme ça : Le croquis utilise 54820 octets (21%) de l'espace de stockage de programmes. Le maximum est de 253952 octets. Les variables globales utilisent 2538 octets (30%) de mémoire dynamique, ce qui laisse 5654 octets pour les variables locales. Le maximum est de 8192 octets. Si le rectangle vire au orange c’est qu’il y’a une erreur et vous aurez une explication de ce qui ne va pas ainsi que le numéro de ligne. Si tout est OK reliez votre imprimante a votre PC via un cordon USB A/mini B et appuyez sur le bouton avec une flèche en haut à gauche (téléversement). Une fois le téléversement effectué s’il n’y a pas de message d’erreur c’est que votre logiciel Marlin est dans l’Imprimante 3D. Vous venez de flashé votre CR-10 S
  16. 2 points
    Par rapport à ce que j'avais déjà publié de mon mulet, j'ai changé des trucs : - viré mon plateau en sandwich bois/carbone-kevlar qui DEVAIT être rigide mais finalement non - remplacé par un plateau en alu de 4 - supprimé des roulettes V-Slot pour n'en laisser que 4 dont deux excentriques - relié les deux axes Z par une courroie de synchronisation - viré la "box steampunk" qui ne me plaisait pas et qui compliquait toute intervention sur le câblage (coucou @Maeke) - intégré toute la tripaille sous le châssis - collé de simples balles de tennis sous la machine (celles de squash sont trop faiblardes) - fait un tiroir de service pour les outils quotidiens - imprimé un pratique boîtier de commande avec un écran plus grand Vue d'ensemble : Un peu plus détaillé : Détail du tiroir qui...... ..... Cache la misère !
  17. 2 points
    @micjoh59 Pour remercier un contributeur, tu peux aussi cliquer sur le cœur au bas des posts (il possède d'autres fonctionnalités aussi ). Ça permet d'indiquer son "opinion" sans forcément devoir compléter par écrit un post.
  18. 2 points
    Le PETG et le Polypropylène (difficile à extruder) ! Tiens, c'est cadeau, un tableau (en anglais) comparatif des filaments (la ligne qui peut t'intéresser est "water resistant"): Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les filaments sans jamais oser le demander
  19. 2 points
    Mééééé oui, suis-je don'bêêête..... Bon, bin voilà j'ai réponses à mes questions : avec la "température de veille" de chaque extrudeur on s'en sort ! J'ai plus qu'à fixer mes bavettes anti-suintement et j'ai fini la tête basculante.....
  20. 2 points
    haaa, t'avais repéré mon petit jeu de mot dans mon ptit discourt ! bien vu sinon, oui ta métaphore est pas mal aussi... lol ou alors, tu aura plus de résultats à essayé de planter un clou avec une saucisse congelée, qu'avec une fraîche, dans le premier ça fait plus de bruit, mais reste efficace, pour la saucisse fraîche par contre... ça fait moins de bruit.... stou
  21. 2 points
    Petit "up" sur ces requins. Le premier est en phase de peinture, le second vient d'arriver.
  22. 2 points
    J'ajoute à ca qu'il faut bien penser à dégraisser le plateau (liquide pour laver les carreaux par exemple). Car à part empiler de la laque, ca ne sert pas à grand chose sinon Tu préchauffes bien ton plateau? A combien? Oh my god ces schémas... J'adooooooore!!! Mon Rex perso: j'ai tendance à écraser un peu plus la première couche que ce qu'il faudrait (je dirais "a la limite de faire claquer l'extrudeur), je trouve que la finition de la surface au contact du miroir est vraiment plus belle! Mais je ne pense pas que ce soit trop conseillé :)
  23. 2 points
    Il faut revoir les bases dans ce cas... il n'y a pas de secret ! Au pire... tu lance une impression en écrasant trop... et pendant que la première couche se fait... tu comprime légèrement les ressorts du plateau, jusqu'à obtenir la couche idéale. Ne pas oublier : On tourne les roues sous le plateau, quart de tour par quart de tour, il n'en faut pas plus. Et si le soucis viens que le "offset Z" se dérègle entre 2 impressions... là c'est un autre soucis.
  24. 1 point
    Merci @yopla31 ce n'est pas un "câble" à proprement parler, c'est une fine corde à piano de 0.8mm, avec une rondelle de 4 brasée au bout, côté tête. C'est du matériel de modélisme qui sert à actionner les gouvernes, c'est ça qui m'a donné l'idée du Bowden. Oui l'axe de rotation de la tête est bien rigide. Il a un diamètre de 12mm grâce à un fin roulement 12x18x4 Le fait d'avoir mis le servo à distance m'a permis d'en choisir un gros, très ordinaire et pas cher. Comme vous l'avez vu, le mouvement de butée à butée est onctueux mais ferme et ne génère pas de décalages intempestifs. Pour une raison qui m'échappe un peu, j'ai dû retoucher légèrement dans Marlin l'entr'axe théorique des deux hot-ends après avoir imprimé le STL de calibration, mais après tout c'est fait pour ça. Sinon, ça ne bave pas, ça ne suinte pas. Après avoir essayé diverses solutions de double extrusion, c'est la première fois que j'obtiens un résultat à peu près correct. Bon, faut pas pavoiser non plus, on peut toujours faire mieux Mais l'est assez content, l'hérisson.
  25. 1 point
    Bonjour @Fourmi Sur la photo, on voit deux petites rondelles, à quoi servent-elles? Édit (après relecture): Oups... Au temps pour moi en relisant la description du début du topic, c'est indiqué. Il faut démonter la tête et les placer entre le radiateur et le tripode sinon, la pièce à visser sur le haut du radiateur ne passe pas. J'espère que mon Petsfang pourra accueillir cette pièce .
×