Dernières nouvelles
Accueil / Actualité / Plan de départ chez Dagoma pour garder la tête hors de l’eau
team dagoma

Plan de départ chez Dagoma pour garder la tête hors de l’eau

Créée en 2014 par Matthieu Régnier et Gauthier Vignon, l’entreprise Dagoma a rapidement évolué pour devenir une référence des constructeurs d’imprimantes 3D Made in France. Maintes fois primée et mise en avant par des titres aussi honorifiques que la “startup de l’année” par le cabinet Ernst & Young (EY), la société fait aujourd’hui face à des difficultés économiques pour continuer son activité dans les mêmes conditions de croissance.

Le constructeur roubaisien d’imprimantes 3D est rapidement devenu une référence du domaine, en proposant d’abord la Discovery200, ensuite remplacée par la Discoeasy200, le modèle Explorer 350 et enfin la dernière Neva. Les membres du forum sont très nombreux à posséder une imprimante 3D Dagoma, en témoignent les 37 000 messages de la section dédiée.

Nous avions échangé avec Dagoma lors de la MakerFaire de Lille en 2016 (lire l’interview). A l’époque, la Discoeasy venait d’être dévoilée et tous les voyants étaient au vert. Une levée de fonds de trois millions d’euros, apportés par Olivier Leclercq, ancien président de Decathlon, avait permis une expansion très rapide du créateur d’imprimantes 3D. Et l’entreprise en a bien profité pour s’agrandir : de 3 personnes début 2015, ils étaient 35 fin 2016 et 50 personnes composent aujourd’hui les équipes de Dagoma. Le siège de Roubaix Valley (à Blanchemaille) accueille l’essentiel des troupes, en complément du site de Bordeaux (précisément à Pessac, en Gironde) et aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, malheureusement, la direction de Dagoma a dû annoncer de mauvaises nouvelles. Malgré des performances historiques (55% de croissance l’an dernier), l’entreprise doit “améliorer la compétitivité en permettant une meilleure allocation des ressources”, amorcer un “plan de transformation au profit d’une croissance profitable et durable” pour “mieux répondre aux besoins des clients”.

Un besoin de renforcer ses canaux de vente, de se réorienter vers la conception et la production pour que la croissance, même très forte, soit rentable pour l’entreprise du Nord de la France.

On parle ainsi d’un plan de départs volontaires de la moitié des cinquante salariés de la Dago’Team.

Plan de transformation Dagoma 2020

Malgré ces mauvaises nouvelles, Dagoma garde comme objectifs de démocratiser l’impression 3D pour que chacun devienne acteur et producteur de sa consommation. Les choix stratégiques et logistiques ont été récompensés en 2017 par une croissance exceptionnelle (supérieure à 50% sur la dernière année fiscale) mais Dagoma doit amorcer un plan de transformation pour capitaliser et durer.

Ce plan s’oriente autour de trois axes :

  • Simplification et optimisation de la production d’imprimantes 3D : fermeture des sites de Bordeaux et de Californie pour tout recentrer à Roubaix
  • Gain de productivité et de rentabilité : retour au coeur de métier (conception et fabrication d’imprimantes 3D), plan de départs volontaires accompagnés
  • Multi-canal, multi-format et internationalisation : renforcement des canaux de vente en Europe et aux Etats-Unis (boutiques en ligne et revendeurs physiques)

Par la réorientation vers son activité principale, cela concerne évidemment la conception et la fabrication d’imprimantes 3D mais également de développer les gammes de filaments Chromatik, Chromawood, Fiberlogy et Octofiber.

Licenciement chez Dagoma ?

Il n’est donc pas question de licenciement, surtout pas économique puisque l’entreprise a bénéficié d’une très forte croissance l’an dernier. Il n’y aura a priori pas de rupture conventionnelle ni de démission puisque Dagoma propose un plan de départ volontaire (PDV) à ses (certains?) salariés. il s’agit d’une rupture de contrat de travail en commun accord entreprise-salarié, sans motif économique. La forme sera peut-être revue comme rupture conventionnelle collective (RCC) avec le nouveau dispositif du Gouvernement. Les salariés qui accepteront le plan de départ seront donc indemnisés et pourront bénéficier des allocations chômage s’ils ne retrouvent pas de poste dans la foulée. De plus, Dagoma accompagne ce choix en proposant des formations et diverses aides pour ne laisser personne sur le carreau.

Si nous ne connaissons pas le résultat net comptable de Dagoma, il ne faut pas confondre “croissance” et “bénéfice”. Une croissance de 50% n’implique pas forcément du bénéfice, si les investissements réalisés demandaient une augmentation du chiffre d’affaires de l’ordre de 80 voire 100%.

Nous souhaitons bien évidemment que cette mauvaise nouvelle n’en soit pas une pour les équipes Dagoma et que les personnes concernées trouveront rapidement une bonne situation. Pour l’entreprise, dont les objectifs sont établis et les investissements sont confirmés, espérons que les ventes de Neva et de Discoeasy soient toujours au rendez-vous, malgré les parts de marché grignotées jour après jour par les imprimantes 3D chinoises.

Continuons la discussion dans les commentaires ci-dessous ou sur le forum.

A propos de Julien

Julien
D'abord intrigué puis très intéressé par les possibilités sans limite de l'impression 3D, j'anime ce site avec Mathieu et toute l'équipe afin de découvrir et partager les nouveautés de ce domaine.
Julien

A lire

imprimante 3D béton maison france

Une semaine d’impression 3D #141

La semaine dernière a été marquée par le test de l’imprimante 3D Alfawise U20 que …

19 COMMENTAIRES

  1. Terrible pour les employés d’une boite qui fait des bénéfices.

    Mais quand on voit le service “Com” et Relation clients, ça ne m’étonne pas, ils sont juste là pour faire du fric, le reste, ils s’en foutent !

  2. Je ne sortirai pas le champagne …. mais pas loin

  3. Merci macron Merci holland avec leur loie à la c.. maintenant on peut faire un max de bénef et pousser les employés dehors ,
    Je souhait bon courage à tous le employés:(

  4. Bonjour,
    Nous tenons à préciser qu’il ne faut pas confondre “forte croissance” et “bénéfice”. Nous n’avons pas pu joindre les équipes de Dagoma pour en discuter mais rien n’indique que le résultat net est positif. En tout cas, il ne s’agira pas de licenciement économique, comme indiqué dans l’article.

  5. Ils ont vécu 3 ans au dessus de leurs moyens, sur le dos d’un actionnaire trop généreux.
    Aujourd’hui c’est le retour à la réalité, ils vont devoir commencer à être rentables et se rendent compte que c’est impossible avec leur masse salariale, leurs infras sans rapport avec la réalité du marché et les concurrence chinoise.
    Bref, une histoire à la Française…

  6. Faut pas s’étonner à sortir de la qualité chinoise au tarif européen, désolé pour les employés il ne fallait pas voté macron…

    • Je trouve pas que ma Neva soie de qualité chinoise !
      Et c quoi le rapport avec Macron ? Je savais pas qu’il fabriquait des imprimantes 😀

      • “La forme sera peut-être revue comme rupture conventionnelle collective (RCC) avec le nouveau dispositif du Gouvernement”

        Non tu vois toujours pas?

        Et c’est sur que commencé avec 3M de donation ça permet de pas se soucier de plein de chose pendant quelque temps, puis de se confronter avec la dur réalité française… tout ça tout ça, Bref à 2019 pour une autre annonce plus douleureuse.!

        • Tu sais surement que la rupture conventionnelle collective remplace le plan de départ volontaire, c’est la même chose et ca existait donc déjà ! Regarde chez Peugeot ils vont être les 1er à faire une rupture collective mais ca fait des années qu’ils font partir les anciens à la retraite avec des belles primes (et avec des allocs chomage avec notre argent, grrrr). Macron n’ arien changé on pouvait déjà virer des salariés sans motif économique et je trouvais déjà ca scandaleux.
          Pour l’investissement externe ca me fait penser aux boites américaines qui lèvent des millions et se cassent la gueule après. On se demande où passe tout se fric? ou alors on parle de Twitter qui devient ENFIN rentable après des centaines de millions de dollars investis en 10 ans. Je ne protège pas Dagoma je dis juste que ca me choque pas vu qu’on voit ca tous les jours.

          • je ne discute pas des tenant et des aboutissant du RCC ou du départ volontaire, je pointe juste sur la phrase qui a fait parler de Macron…
            Concernant les Alloc chomage, on va pas cracher dans le potage ça nous servira peut étre un jour et ce n’est pas un mal cette “solidarité”, ce qui me dérange un peu plus c’est l’argent des impots servant à enrichir nos Zélite et leur permette de s’acheter des costard à 40K € à nos frais sans que cela ne les choques…
            Bon je vais pas continuer car c’est pas le forum de la CGT ici 😉

  7. Je ne suis vraiment pas surpris comme je leurs est écrit “quand l’esturgeon connait le prix du caviar il devient prétentieux se que ne c’est pas l’esturgeon c’est que la prétention le conduit droit à sa perte” je ne leur souhaite pas bon courage ils n’ont que ce qu’ils méritent (les dirigeants) et bon courage au salarié qui eu son victime de ces guignioles qui ont fait un ta d’études et nous pourrisse la vie avec leur prétention démesuré et leurs soif de fric.
    plus jamais de dagoma chez moi les chinois fond mieux pour un peut moins chère alors la je voie les rageux arriver j’ai acheter la discoeasy et la neva pour soutenir une etreprise française bien mal m’en a prie.

  8. Donc du coup Cyprien va faire office de liquidateur le jour ou il viendra leur rendre visite….

    • Je suis très surpris du déferlement de commentaires à la limite haineux, est-ce de la jalousie ou de la bêtise ? Les commentateurs ont-ils tous les tenants et les aboutissants pour juger ainsi de ce qui arrive à cette entreprise ? Je vois là, malheureusement, les franchouillards de base qui ne savent même pas de quoi ils parlent, c’est désolant. C’est à l’image des réseaux sociaux et de la presse qui n’est plus d’investigation, on commente sans savoir vraiment de quoi il en retourne. Il n’est pas facile d’entreprendre en France avec des charges colossales et une administration ubuesque ! Alors si en plus on se réjouit des difficultés des entrepreneurs… Je suis client depuis le début de l’aventure Dagoma, avec six imprimantes je n’ai pas eu à déplorer de gros soucis et lorsque j’en ai eu le SAV à parfaitement réagit, répondu et solutionné le problème. J’espère de tout coeur que Dagoma va savoir gérer cette crise et repartir, pour le bien des employés et des clients.

      • Vivi, on est des vilain haineux… Dagoma à commencé avec une cuillère en or dans la bouche, contrairement à beaucoup d’entreprise/société qui voit le jour (3 Million pour une entreprise qui débute c’est pas rien), et malgré cette cuillére ils n’ont pas sû s’en servir donc oui c’est risible de voir dagoma avoir des difficultés financiére dans ces “grands projet”.

        PS j’ai vue Dagoma commencé sur le forum reprap et sur le chan ou j’ai pu parlé de nombreuses fois donc excuse moi de pas savoir de quoi je parle…

        • Dit une personne qui ne gère probablement pas d’entreprise de cette taille, les commentaires ici sont assez risibles, quand on voit que certains confondent croissance et bénéfices……..

          • Tu devrais monter sur ton cheval Blanc et allé faire le preux chevalier à la rescousse de Dagoma puisque tu as l’air d’être une pointure de la gestion d’entreprise, d’ailleurs tu devrais appelé Macron pour lui proposer tes services et redresser la France du statut bien mer**** dans lequel elle est, moi je me demande ce que l’on a pu faire sans toi durant toute ces années.
            JE ne suis peut étre pas dirigeant d’entreprise, mais je ne connais pas beaucoup d’entreprise qui commence avec une tel manne, surtout dans un domaine plus que flou à l’époque, donc non je ne vais pas plaindre les dirigeants de Dagoma, mais plutôt les salariés qui vont subir la mauvaise gestion de cette aide non négligeable et de tout un tas d’autre chose.
            Et pour le confusion, va répondre à celui qui confond.

          • ce ne serait pas la premiere boite qui rencontre des difficultes apres avoir leve des millions…..
            et que dire des entreprises qui virent des milliers de salaries alors qu’ils font du benefice…..?

      • Tu as eu beaucoup de chance, toi.
        Moi, dès que j’ai eu à faire à eux, il m’a fallu trouver les solutions tout seul. Leurs réponses étaient toujours à côté de la plaque. Une vraie hotline qui débite toujours son baratin.
        Aujourd’hui, il ne sont plus joignables par téléphone et l faut attendre 48 heure pour avoir une réponse à ses problème. Quand on fait de la pub pour une bécane qui marche toute seule (“juste à appuyer sur un bouton”) on essaye au moins de faire en sorte que ça fonctionne un minimum.
        J’ai passé plus te temps à réparer et régler qu’à imprimer. Quant au volume de filament, la moitié est allée au rebut.

Laisser votre impression

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages