Aller au contenu

Classement

  1. pascal_lb

    pascal_lb

    Modérateurs Globaux


    • Points

      10

    • Compteur de contenus

      9 485


  2. RFN_31

    RFN_31

    Membres


    • Points

      7

    • Compteur de contenus

      2 584


  3. fran6p

    fran6p

    Modérateurs Globaux


    • Points

      7

    • Compteur de contenus

      14 286


  4. PPAC

    PPAC

    Modérateurs Globaux


    • Points

      5

    • Compteur de contenus

      9 568


Contenu populaire

Contenu avec la plus haute réputation dans 04/05/2024 Dans tous les contenus

  1. Voici un firmware compilé à partir de ces sources de Marlin et de ces fichiers de compilation Ender3V2S1-mrisco_Ender3V2-V427.zip. firmware-Ender3V2BLTouch_V1.bin J'ai fait les hypothèses / choix suivants: - régulation par PID de la tête - CRtouch branché sur le port spécifique à 5 broches (pas le connecteur Zmin). Le décalage X,Y sera peut-être à corriger. - PAS de détecteur de filament branché sur la carte-mère - initialisation de l'eeprom après le flashage du firmware - l'input shaping est activé. En attendant de le régler (voir ici ), il faudra ajouter la ligne M593 F0 au début du Gcode de démarrage - la reprise après coupure d'alimentation est désactivée. Il suffit de l'activer dans le menu adéquate - le linear advance est activé mais défini à 0 en attendant le réglage ( voir cette vidéo ) j'ai activé le babystep: en double-cliquant sur le bouton rotatif de l'écran lors de l'impression de la couche initiale, tu pourras régler la hauteur de la buse pour écraser plus ou moins la couche (voir cette vidéo pour mieux comprendre le principe) l'une des 1ères choses à valider sera le fonctionnement du BLTouch. Je te conseille de placer la buse à ~100mm au dessus. Lorsque celle-ci descend au début de la prise d'origine en Z, tu enfonces la touche du CRTouch avec le doigt. Si la buse continue sa descente, alors il faudra éteindre rapidement l'imprimante pour éviter la collision.
    3 points
  2. Oui, le moteur du forum est magique…
    3 points
  3. hueforge avec filament phosphorescent et une lampe pour aller dans les toilettes Le filament phosphorescent passe bien dans l'AMS pour rentrer mais il ne veut pas en sortir, il se coupe bien, il sort bien de l'extrudeur mais bloque des que c'est l'AMS qui doit prendre le relais pour le sortir, je doit le faire à la main et j'en chie pour le tirer...
    3 points
  4. Pour info mon script est désormais compatible avec la Ender-3 V3 : https://guilouz.github.io/Creality-Helper-Script-Wiki/
    2 points
  5. Bonjour/Bonsoir Je ne sais pas si beaucoup d'entre vous aimeraient avoir Klipper sur tablette Androïd, mais ce n'est ni compliqué ni pénible à faire. Voici une astuce toute simple et qui ne prend que quelques minutes pour avoir Klipper sur Android. Etape 1: Télécharger Klipperoid pour Android Etape 2: Indiquer l'adresse IP de votre Raspberry Etape 3 : C'est déjà fini, à vous Klipper sous Androïd sans à galérer plus que ça. Cliquez sur les options, renseignez les champs comme suis Appuyez simplement ici comme le montre la capture. Vous serez alors redirigé vers votre navigateur ou Klipper s'ouvrira comme sur votre PC. A vous la tablette sous Klipper sans passer des heures à tout configurer PS: les captures d'écran sont assez nulles, mais j'avais que ça sous la main, j'espère que ça en aidera plus d'un et vous seras utile. Si ce "Tuto" n'à pas lieux d'existé, vous pouvez le supprimé. @PPAC je comprend pas je l'avais mis dans la section tuto
    2 points
  6. Bonsoir @chrisdedu25700 L'écran de base de la Ender3 V2 n'est pas tactile mais avec un bouton encodeur rotatif. Quel écran as-tu ? le rotatif ou celui-ci :
    2 points
  7. Zut @PPAC a pris son café depuis il sait compter Bravo à @RFN_31
    2 points
  8. Pour ma part, je pense partir sur une solution technique ingénieuse quoique plus complexe (qui n'utilise aucun additif, le floculant liquide finissant par diluer irrémédiablement l'IPA à la longue avec de l'eau et le polluer par des sels d'aluminium à la place de la résine). Il s'agit d'un dispositif inventé il y a un an par un Américain du nom Nick Wilson, et popularisée récemment par Eric Strebel sur YouTube. Pour les non anglophones, il s'agit de filtrer l'IPA souillé par la résine via une pompe électrique, en circuit fermé. Le liquide est aspiré par un tuyau en entrée directement depuis le bac de la Wash & Cure et rejeté dedans par un tuyau en sortie, en même temps. Le niveau reste donc constant dans le bac. Entre les deux, l'IPA passe en boucle plusieurs fois à travers deux filtres (jetables). Un astucieux réacteur à UV en bobine (entouré d'un ruban LED enroulé en serpentin tout autour) polymérise petit à petit la résine à chaque cycle, ce qui la fait partiellement précipiter et favorise sa captation par les filtres. En faisant tourner sa machine de filtration pendant 15 à 20 minutes, l'IPA souillé par la résine, initialement opaque, redevient transparent dans le bac de la Wash & Cure. D'autres personne ayant répliqué la machine disent que l'IPA ainsi filtré et redevenu clair puis placé au soleil pendant des heures ne montre aucune précipitation de résine polymérisée ! Wilson a dit au début de ce projet avoir déjà passé plus de 5 kg d'objets en résine à travers ce système sans que les filtres montrent la moindre faiblesse. Une fois ceux-ci saturés en résine, la pompe limitée en pression maxi se mettra automatiquement en sécurité, ne pouvant plus pousser le liquide à travers les filtres. Ce sera le moment indiquant qu'il faut changer ceux-ci. Le projet a maintenant une dizaine de mois, j'ai demandé à Wilson s'il a fini par devoir changer ses filtres et au bout de combien de kg de résine imprimée. Je mettrai à jour ce message s'il me donne la réponse. Mais déjà, vu le prix élevé au litre de l'isopropanol et le prix ridicule des filtres sur eBay, ce système semble intéressant financièrement, ainsi qu'écologiquement : on conserve l'IPA très longtemps sans le jeter, on ne fait qu'apporter un peu de complément pour contrecarrer l'évaporation, qui reste de toute façon limitée tant qu'on conserve le bac scellé. Seul les filtres solides de taille compacte sont à aller jeter en déchetterie une fois saturés. L'ensemble est aussi satisfaisant (il y a un côté très geek dans ce montage) mais aussi plus pratique et plus rapide que de laisser la résine curer et précipiter au soleil. Il n'immobilise pas non plus le contenant, en tout cas pas plus de 20 minutes à chaque filtration. Pour moi, y a pas photo. La page Hackaday montrant ce projet (elle contient également la vidéo YouTube de Nick Wilson) : https://hackaday.com/2023/08/21/resin-printer-temperature-mods-and-continuous-ipa-filtration/ La seconde video de réplication d'Eric Strebel : Attention, il faut utiliser des tuyaux souples en silicone ou en PTFE et non pas en PVC, qui risque de se dégrader et de craqueler sous l'effet de l'IPA, et dont en plus on n'est pas certain de la transparence vis-à-vis des UV. Personnellement, je compte partir sur une pompe 45PSI à raccords ½" NPT en 12VDC (et non 230VAC) pour davantage de sécurité, n'étant pas vraiment fan des tensions électriques élevées en présence de liquide. L'ajout d'une prise de courant Wi-Fi programmable (minutée à 20 mn max) me permettra aussi de lancer un cycle sans risquer d'oublier la machine en fonctionnement durant des heures.
    2 points
  9. Si mais déplacé de «Discussion sur les imprimantes» dans la section «Présentation»… Probablement dû au fait de l'inscription très récente puis de la création de son premier post ou alors il y a quatre heures (au moment où je rédige) @PPAC n'avait pas encore consommé assez de stimulant (café, thé, vitamine C, …) pour être pleinement réveillé
    2 points
  10. Donc tu peux voir que j'ai modifié avant que tu ne publies ta réponse...
    2 points
  11. pour ajouter une ligne dans le menu principal : [menu __main __preheat] type: list name: Préchauffage pour ajouter une ligne dans le nouveau menu : [menu __main __preheat __petg] type: command enable: true name: Preheat PETG gcode: PREHEAT_PETG avec PREHEAT_PETG qui est une macro à définir et pour plus de détails/options : Référence de configuration - Documentation Klipper (klipper3d.org)
    2 points
  12. 2 points
  13. oui car apparemment tu ne comprends pas le principe d'un forum d'entraide...
    1 point
  14. Quand tu as démarré, Le CRtouch reste allumé en rouge; si ce n'est pas le cas, éteint tout et vérifie les prises du CRtouch, bien enfoncées, câbles bien en place. Le firmware que t'a fourni @pommeverte est tiré de Mriscoc. Au fait le flash du firmware sur la carte mère c'est bien passé ? Pour l'interface écran cela devrait ressembler plus ou moins à cela. https://github.com/mriscoc/Ender3V2S1/releases/tag/20240122 https://github.com/mriscoc/Ender3V2S1/wiki/3D-BLTouch
    1 point
  15. Whaou ! Bien joué ! C'est super. Un grand merci.
    1 point
  16. BLtouch CRtouch, c'est pareil, tant que tu l'as branché sur la prise à cinq broches que l'on voit sur la photo. Mais as-tu débranché la prise du Z-endstop ? Tu peux la débrancher au niveau de la carte ou tu Z-endstop qui ne sert plus maintenant. Pense aussi à déplacer vers le bas ou retirer le Z-endstop le détecteur de fin de course du Z. Lorsque tu allumes l'imprimante le palpeur (l'aiguille) du Crtouch doit descendre et remonter deux fois.
    1 point
  17. Salut, Voici le nouveau firmware avec inversion du sens de rotation des 2 extrudeurs. Attention, les paramètres seront réinitialisés. Il faudra donc les noter en envoyant un M503 dans Pronterface pour pouvoir les mettre à jour après flashage. Je n'ai pas modifié les pas/mm des extrudeurs qui devraient être de 93pas/mm. firmwareV2.1.bugfix_V4InvExt.hex
    1 point
  18. Tu ne peux pas tourner les moteurs des 180° , cela éviterais de modifier le firmware. Tu peux faire une photo de l'ancien extrudeur pour le type d'entrainement . Fait aussi une photo plus large des nouveaux extrudeurs montés .
    1 point
  19. Pas de certificat, le bon d'achat a été envoyé 3 ou 4 jours après validation.
    1 point
  20. Alors son système est ingénieux et à l'air efficace, par contre, il ne faut pas oublier que l'IPA est inflammable et que ses vapeurs peuvent exploser. Il faut donc une pompe adaptée, antistatique et anti détonation ,et tout de suite c'est pas le même prix et ça devient beaucoup moins rentable. Beaucoup diront que la pompe importe peu, mais le jour où il y aura un accident (ce que je ne leur souhaite pas, bien sûr), il sera assez sévère.
    1 point
  21. Tu veux conserver quel pseudo ?
    1 point
  22. Ha mais oui ! Mes excuses, je n'avais pas vérifié les timestamp. En effet, tu as fait la modification quelque minutes avant le post de pascal_lb. Donc tu est le gagnant ! ( le seul officiel après correction )
    1 point
  23. Tu peux demander à un des @Administrateurs ou , si ils en ont le pouvoir, à un @Modérateurs Globaux de fusionner ton nouveau compte avec l'ancien, en précisant lequel @Christopher25700 (après recherche ). Cela permettra d'avoir l'historique des modifications de ton imprimante. Tu confirmes que c'est un STM32F103RET6 et non un RCT6?
    1 point
  24. Pareil, le bon m'a été donné sans certificat.
    1 point
  25. Remboursement réalisé sans certificat pour ma part
    1 point
  26. J'ai contacté Jean Marc d'ArianePlast pour avoir des précisions concernant les filaments hautes vitesses Voici ma question suivi de sa réponse : Je voudrai avoir ton avis sur les filaments hautes vitesses, penses tu que c'est une arnaque commercial ou une réalité ? Pour t'apporter quelques précisions concernant les filaments haute vitesse c'est simplement un grade de PLA plus fluide qui est utilisé. Comme il est plus fluide le moteur va arriver à pousser le fil à une température d'affichage " normale d'utilisation " aux alentours des 200°c. Pour t'expliquer un peu plus dans les détails plus un pla a des chaines de molécules longues / plus il est résistant mécaniquement / plus il est compliqué a fabriqué / plus il est cher / et plus il faut le chauffer. Un test simple pour le voir tu prend un fil HI speed et tu descend la température de ta buse a 160°C , tu constatera que tu arrive toujours a le pousser et il s'écoulera. Un pla Arianeplast ( grade ingeo 4043D) tu n'arriveras pas à le faire fondre a 160°C. Si tu essayes de fabriquer du pla dans ta cuisine comme on peut le voir dans certaines vidéos sur YouTube tu va arriver à faire un PLA qui va durcir mais à peine tu vas le chauffer qu'il sera à nouveau liquide. ( ça c'est un pla de faible qualité) Par contre si tu fabrique un PLA dans un laboratoire ou en industrie avec tout le matériel nécessaire tu vas arriver à faire un pla avec des chaines de molécules beaucoup plus longues (ce qui caractérise en général un polymère de qualité et résistant) Et là tu va avoir un plastique qu'il va falloir chauffer plus pour le ramener à nouveau à l'état visqueux (visqueux, mais pas liquide) Moins le pla est de bonne qualité plus tu peut l'imprimer vite a une température " de base 200°c" Ce qu'il faut toujours garder en tête c'est le temps de séjour du fil dans la tête d'impression. C'est pour cela que toutes les imprimantes ont des bloc de chauffe et des buses plus longue. Par exemple j'ai réalisé des pièces avec notre PETg à haute vitesse. température standard noté sur la bobine 245°C A cette vitesse tu pourras constater qu'a une vitesse de 300mms la dépose ne se fait plus correctement. Le remplissage va devenir merdique car la couche chaude ne va pas se souder à la couche précédente. Tu pourras aussi observer que ta pièce va devenir plus mat. ( c'est que tu ne fais pas bien fondre ton polymère) Il suffit juste d'augmenter la température a 265°C pour constater que le remplissage va à nouveau bien se déposer (le temps de monter de quelques couches) et ta pièce va redevenir brillante. (comme elle l'est en temps normal aux vitesses que l'on avait l'habitude d'utiliser sur les générations de machines précédentes) C'est exactement pareil avec n'importe quel polymère. PLA/ABS/Nylon ect Tu peux utiliser des fil " normaux " à très haute vitesse, il suffit de ne pas avoir peur de sortir des tranches de températures défini sur la bobine. (Ils auront même tendance à garder une meilleure forme et à mieux garder les côtes de ta pièce en refroidissant) Les fabricants de fil ont défini des bases de température sur les machines qui étaient commercialisé jusqu'à présent. PLA 200/230°c Le fait que les machines ont évoluées, fait que les indications de température ne sont pas bonnes pour des vitesses rapides (10x plus rapide qu'avant) Je pense que les fabricants chinois ont favorisé des grades de PLA plus fluide pour ne pas devoir surdimensionner le moteur de l'extruder à cause de l'inertie pendant les mouvements pour pouvoir imprimer vite. Et pour se faciliter leur travail au niveau des sondes de températures et des cartouches de chauffes Et les utilisateurs particuliers ne font pas de test de résistance mécanique en laboratoire surtout pour faire de la figurine, donc un PLA plus fluide et moins résistant mécaniquement pour de l'industrie sera perçu comme plus qualitatif pour un particulier parce qu'il est " HI speed". J'imprime les pièces PLA qu'on produits sur K1 et K1 max a une température de 245°C alors que sur une CR10 je les utilisais a 225°c. (buse 0.4mm) J'imprime les pièces PETG a 265°c sur k1 et K1max alors que sur CR10 je travaillais a 245°C (buse de 0.4mm) Plus je mets une buse grosse, plus je diminue la température. En espérant que cela puisse aider des utilisateurs. Bien sûr tu peux publier ma réponse
    1 point
  27. C'est une très bonne question à laquelle je n'ai pas la réponse fait des tests et tu nous tiens au courant
    1 point
  28. Tricheur Petite info les modos peuvent voir toutes les modifications de post
    1 point
  29. @PhoneHaven je suppose que notre ami @PPAC a oublié de déplacer ton sujet donc je le fais maintenant
    1 point
  30. Pas un mail, mais en réponse dans le ticket ouvert !
    1 point
  31. Makerworld, makerporn, makeronline, maker3d
    1 point
  32. pas tant que ça...
    1 point
  33. 1 point
  34. Avec énormément de difficultés, j'avancerai Makeronline...
    1 point
  35. Elegoo, Two Trees, makerbidulechouette ?
    1 point
  36. Anycubic? Le «nouveau» collecteur de modèles makerquelquechose?
    1 point
  37. Oui Encore oui Donc pour résumer ce que c'est, = Une bobine de filament le fabricant, le matériaux, la couleur, = Noir combien cela m'a coûtée = 0 USD et comment j'ai fait pour l'avoir a ce prix. = Gains de points échangeable contre un bon d'achat car j'ai fait plein d'uploads sur "Maker<qqchose>"
    1 point
  38. Une bobine de filament obtenue gratuitement après téléversement d'un nombre incalculable de modèles sur une plateforme genre Printables mais dont le nom commencerait par Maker ? Pour la couleur… aucune idée car comme Ford avec ses modèles T, le choix de la couleur est libre à condition que ce soit du noir
    1 point
  39. Salut pour faire la mise à jour du firmware il faut éteindre la cnc . Seul la prise USB assure la mise à jour du firmware à condition que le port USB soit reconnu par le Laser GRBL. l'alimentation du 5V est assuré par le port USB, nota il faut s'assurer que le câble qui relie la CNC soit bien un data et de bonne qualité... La commande $$ dans la console permet de vérifier le contenu du firmware et d'apporter des modification comme en exemple $3=2 pour inverser l'axe Y. $110 c'est le paramètre de la vitesse de déplacement des axes c'est bien la solution du correctif. Il faut corriger les trois axes et tout rentre dans l'ordre. voici un lien qui répond à tout Configuration de GRBL v1.1 - BenMaker.fr - CNC A+
    1 point
  40. C'était le fameux "je vous tiens au courant" des forums Internet… Une problématique me turlupine à mon tour. J'ai aussi remarqué qu'imprimer du PETG (de chez ArianePlast justement, un beau rouge) à haute vitesse sur Bambu Lab ne rendait pas du tout la même brillance qu'imprimé à basse vitesse sur Prusa. Le plastique imprimé rapidement devient mat. J'ai donc augmenté la température de buse légèrement sur la X1C tout en diminuant un peu sa vitesse d'impression, ce qui a contribué à redonner du lustre à la pièce sans toutefois obtenir le plein éclat de "l'ancien temps" à 50 mm/s (mais je ne vais pas à nouveau imprimer à cette basse vitesse, c'est trop lent quand on doit passer beaucoup de pièces, les temps ont changé). Bref, ma question par rapport à tout ceci : Jean Marc suggère de ne pas abaisser la vitesse d'impression pour retrouver de la brillance, mais au contraire de travailler à haute vitesse tout en sortant franchement des intervalles de température préconisés, en allant chercher de hautes températures (il cite 265°C pour du PETG). Sauf que dans les faits, les imprimantes "rapides" ne travaillent pas toujours (presque jamais, en fait) sur l'intégralité de la pièce à ces vitesses maximales. Elles ralentissent très fortement à certains endroits, notamment dans les zones de courbure à faible rayon, ou aux extrémités des pièces, ou encore dans les overhangs prononcés. Que se passe-t-il dans ces zones lentes alors que le plastique resté chauffé bien au-delà de sa spec de base recommandée ?
    1 point
  41. Salut je suis un modélisateur 3D ayant fait plusieurs modèles sur le site cults https://cults3d.com/fr/utilisateurs/PhoneHaven/fichier-3d Je suis donc en possession d'une imprimante 3D Je ne shouaite pas en faire un don mais je serai joyeux de vous imprimer les automates et les marionnettes que vous aurez préalablement modéliser à des prix très intéressant ou vous ne paierez quasiment que le coût du filament est l'envoi par la poste Je serai ravi de travailler avec vous sur ce projet Cdt
    1 point
  42. Pour le hueforge il y en a pour un peu plus de 5h d'impression.
    1 point
  43. J'ai vue quelqu'un d'autre avoir ce souci sur facebook (pas avec un filament phosphorescent) et il a résolu le souci en enlevant l'adaptateur Y qu'il avait imprimé, un autre avec le même problème l'a résolu en mettant celui de bambu au lieu d'un imprimé. Je vais faire la même chose pour voir si ça viens de là, j'attend juste que celui de bambu soit de nouveau disponible....
    1 point
  44. J'ai pas trop suivi le dernier Ask Me Anything Bambu Lab sur Reddit mais y'a un résumé sur Fabbaloo Nouvelle techno multi couleurs ? Bambu Lab a dit qu'une "nouvelle génération d'imprimante 3D" pourrait être lancée cette année, laissant sous-entendre la possibilité d'une imprimante 3D multi-têtes similaire à la Prusa XL. Bobine RFID en Open Source ? La réponse est tout simplement non, la vente de bobine fait partie de leur modèle économique... Une Bambu Lab A1 XL ? La réponse est non aussi, les bedslingers (rapides) ne sont pas adaptées aux grands volumes d'impression. API temp réel ? Bambu Lab y réfléchit mais ne s'engage sur aucun détail ou date de sortie. Brancher un second AMS sur la A1 ? Il y a bel et bien un second port sur la A1. Hélas, Bambu Lab n'a pas l'intention de l'utiliser pour un AMS supplémentaire, quatre bobines restera donc le maximum. Ce port est prévu pour une "compatibilité future avec des accessoires". Une grande imprimante 3D Bambu Lab ? Ils y travaillent sans pour autant dire de quelle série il s'agira (existante avec l'ajout d'un L pour Large par exemple ou tout simplement une nouvelle gamme). A voir si c'est de l'ordre de la Kobra 2 Max ou de la Elegoo Giga Perso j'ai hâte de voir le futur flagship !
    1 point
  45. Il est pas mal cet article Par rapport à cette image nous avons eu le cas concret avec le composant XZ : https://www.minimachines.net/actu/la-menace-xz-ou-comment-le-ciel-a-failli-tomber-sur-nos-tetes-125967 XZ est une petite brique de OpenSSH, un élément qui sert à gérer la compression des données de manière sécurisée. XZ a été développé et maintenu par une seule personne. Lasse Collin, un développeur qui lance ce projet de compression de données sécurisé en 2000, tout seul et de manière totalement désintéressée. Il travaille dessus en le mettant à jour, l’améliorant, le faisant évoluer tout aussi bénévolement pendant deux décennies. Vous avez bien lu, une partie de la sécurité du web mondial, le truc qui permet de piloter des ordinateurs à distance de manière fiable, tient en partie au travail d’un unique et obscur bénévole sur son temps libre. En juin 2022, Lasse Collin craque. Il annonce qu’il a besoin d’aide pour continuer à s’occuper de XZ. Il est usé. Il annonce ne plus avoir l’énergie pour gérer cette brique d’OpenSSH. Son appel ne reste pas lettre morte et un volontaire se présente alors pour venir reprendre le flambeau. Son pseudo/nom est Jia Tan et si on peut s’interroger sur la motivation d’une personne à s’intéresser bénévolement à une telle « galère » Début 2023, il prend du galon et teste des nouveautés qu’il apporte lui même au code de XZ. Relâchant la pression sur son mainteneur principal. Peu à peu, il fait « ce qu’il veut » de XZ pendant que Lasse Collin s’efface et prend du repos. Plus personne ne vérifie le code en amont avant que cela soit implémenté dans XZ en général. Et donc personne ne contrôle ce qui a, petit à petit, basculé dans la « suite » OpenSSH. En mars 2023, un changement important est fait, l’ancien email de contact du projet passe de Lasse à Jia. Désormais les requêtes, bugs et autres questions seront remontés directement vers lui. Le flambeau est passé. Plus tard dans l’année les choses avancent dans l’ombre. Des éléments sont modifiés dans le code de manière à rendre opaques de futures manipulations, des fichiers dont la vocation n’a plus rien à voir avec l’objectif de XZ sont ajoutés. Ils servent à préparer quelque chose mais cela reste totalement sous le radar. En février 2024, avec des stratagèmes techniques élaborés2, Jia Tan implante dans le code de XZ une porte dérobée permettant de trouer la sécurité d’OpenSSH. Les fichiers sont cachés et chiffrés. Ils sont très difficiles à débusquer car ils fonctionnent comme un poison dont on obtiendrait les effets qu’en mélangeant deux éléments à la préparation. A l’état natif, dans le code source de XZ, ils sont inoffensifs. Ils ont été ajoutés petit à petit au code dans la durée de mise à jour en mise à jour. Pour que personne ne se rende compte du changement, puisque le code est open source et publié sur Github, la méthode employée se doit d’être d’une discrétion absolue. Ce n’est pas tous les matins qu’un programmeur émérite se lève en se disant « Tiens si j’allais auditer du code OpenSource !? » mais il suffirait qu’un curieux se penche sur le code pour que tout le plan tombe à l’eau. Autant utiliser des subtilités techniques. Le code de XZ est donc totalement propre. Il ne s’infecte que lorsqu’il est mis en place sur un serveur. XZ va alors piocher dans des fichiers annexes et se modifier pour devenir dangereux une fois en place. Vous pouvez analyser XZ de fond en comble sans rien trouver mais une fois intégré sur une machine dans OpenSSH, XZ devient la porte d’entrée du pirate. Comment cette faille a-t-elle été découverte est un miracle. OpenSSH est utilisé en permanence à travers le globe, les banques, sites de eCommerce, organismes publics, armées et autres utilisateurs privés comme public emploient ce système en permanence. Et malgré cela, la faille a été découverte par « hasard » via un développeur. Si le web est gigantesque et utilisé par des milliards d’individus, le nombre d’internautes capables de trouver cette faille XZ est évidemment beaucoup plus restreint. Et, sur le total d’utilisateurs du web, un seul a su la déceler : Andres Freund. Andres est un salarié de Microsoft, il est développeur évidemment, et c’est quelqu’un de vraisemblablement très attentif. Il travaille à l’amélioration d’un logiciel et effectue des tests variés pour cela. En faisant une mise à jour de OpenSSH – elles sont régulières – il note que sa connexion sécurisée est plus lente qu’avant. Alors pas vraiment beaucoup plus lente mais Andres est quelqu’un d’attentif et il a les outils pour le remarquer. Avant la mise à jour, la connexion sécurisée était 500 millisecondes plus rapide. Cette évolution vers la lenteur le surprend et il cherche à savoir ce qu’il se passe. En analysant méticuleusement OpenSSH, il découvre que XZ a été modifié et qu’il contient désormais la fameuse porte dérobée mis en place par « Jia »3. Devant l’ampleur du problème, il rédige d’abord un message d’alerte à la communauté sur OpenWall qui sert à alerter les divers responsables réseau et webmestres du monde entier. Ce type de message d’alerte critique fait vite le tour du monde et des mesures de sécurité sont immédiatement prises. Deux versions de XZ sont concernées, la 5.6.0 et la 5.6.1. Et elles ne sont pas déployées en masse. Les responsables réseaux prenant en général le temps de vérifier le bon fonctionnement des mises à jour avant de basculer les machines de production. Cette mise à jour de février n’a pas été énormément installée. « Jia » comptait probablement sur une dissémination plus ample avant de passer à l’attaque. Andres publie également sa découverte sur Mastodon. Github qui héberge le code de XZ le désactive très rapidement pour éviter qu’il ne soit exploité ou installé inopinément. Le résultat de cette découverte évite donc le pire, les serveurs qui avaient basculé vers les dernières versions de XZ rétropédalent. Les particuliers sous une distribution Linux infectée font un retour en arrière et tout rentre dans l’ordre… On l’espère tout du moins.
    1 point
  46. Le noir capte la chaleur alors que le blanc la réfléchit ! Moi je mettrais du blanc pour éviter les déformations si la pièce reste exposée au soleil... Je suis en Ile de France : du noir sur un portail et la pièce s'est déformée !
    1 point
  47. bonjour @Axel et @Guillaume3D c'est assez complexe mais la dégradation d'un plastique peut se constater grâce à 13 facteurs qui sont impactés par la lumière. La coloration étant le plus visible pour nous mais il y a la dureté, la résistance à la traction etc etc il y a un vieillissement qui s'engage sur tous plastiques exposés au UV car l'énergie des photons est supérieure à l'énergie de liaison des atomes de carbones mais il faut aussi relativiser car il y a l'intensité des UV et leur profondeur de pénétration qui est très faible, couramment entre 25 et 50 microns donc pas le même impact entre FDM et résine c'est ainsi que les plastiques translucides / transparents résistent plutôt mieux certains plastiques en changeant de couleur se protègent donc c'est complexe voilà de mémoire mes restes de l'école ...
    1 point
  48. Ce petit manuel est bien conçu et donne des idées pour ceux qui veulent clipser des boites ou tenir des portes etc. HP MJF Handbook.pdf
    1 point
  49. Il te faut probablement aussi ajuster, ( pour avoir une certaine cohérence du fait de se décalage ... ) #define Y_MAX_POS Y_BED_SIZE genre (Mais a vérifier car cela fait un moment que je n'ai pas touché au source d'un marlin...) #define Y_MAX_POS Y_BED_SIZE + 15 Sinon une doc qui parle d'autre techniques https://reprap.org/wiki/Configuring_Marlin_Bed_Dimensions et le tuto de @fran6p
    1 point
  50. Salut : Voici un sujet qui a le mérite de mettre les pieds dans le PLA !
    1 point
×
×
  • Créer...