Aller au contenu

Filament ABS

Chercher dans la communauté

Résultats des étiquettes.



Plus d'options de recherche

  • Recherche par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule. Merci de privilégier l'auto-complétion plutôt que de créer des tonnes de tags inutiles.
  • Recherche par auteur

Type du contenu


Forums

  • La vie du forum
    • Présentations
    • On vous écoute
    • Actualité et nouveautés du forum
  • Sur le site
    • Les news du blog
  • Les imprimantes 3D
    • Discussion sur les imprimantes 3D
    • Bien choisir son imprimante 3D
    • Les constructeurs
    • Les RepRap et autres modèles DIY
    • Les imprimantes 3D SLA
    • Consommables
    • Électronique
    • Tutoriels
  • Les scanners 3D
    • Discussion sur les scanners 3D
    • Kinect
  • Logiciels 3D
  • Le coin des makers
  • Usinages
  • Petites annonces
  • Divers

Chercher dans...

Résultats qui...


Date de création

  • Début

    End


Dernière mise à jour

  • Début

    End


Filtrer par nombre de...

Inscrit

  • Début

    End


Groupe


Website URL


Skype


Twitter


Facebook


Youtube


Instagram


Lieu


Intérêts


Imprimantes

38 résultats trouvés

  1. Bonjour, Je vais vous faire part de mon expérience avec Klipper et vous expliquer comment l'installer et le configurer sur votre imprimante. I - Introduction Klipper est un firmware pour imprimante 3D comparable à Repetier ou Marlin. Son rôle est d'interpréter le Gcode en provenance du slicer et de le convertir en commandes qui permettent de piloter individuellement le hardware de l'imprimante. Pour certaines machines, comme les CoreXY ou les Delta, la cinématique est très complèxe, ce qui demande des calculs importants. Malheureusement, avec une carte 8-bits, la puissance du microcontroleur n'est pas super adaptée à ces calculs. Du coup, la vitesse sera limitée par la puissance du processeur et les calculs seront moins précis. C'est ce qui pousse certains à vouloir passer à une carte 32 bits. Nous allons voir que Klipper permet de s'affranchir de ces limitations. 1) Les fonctionnalités de Klipper La particularité de Klipper est d'utiliser un ordinateur hôte pour faire tous ces calculs et de réserver le microcontroleur pour ce qu'il sait bien faire: gérer les entrées-sorties en temps réel. Ceci décharge le microcontroleur qui n'a plus que ça à faire, et l'hôte, qui est généralement un Raspberry Pi 3 avec un processeur ARM quad core, se charge des calculs, avec du multi-thread, plus de mémoire, et une interface graphique plus attrayante. Par ailleurs, Klipper s'interface avec Octoprint, ce qui permet d'utiliser sa partie graphique pour controler l'imprimante. On pourrait meme virer le LCD de l'imprimante et utiliser un écran tactile connecté au Raspberry. Le résultat, c'est un surcroit de performances important. Avec une carte 8-bits, on a des performances supérieures à celles d'une carte 32-bits. Klipper utilise cette puissance pour calculer les trajectoires de façon plus souple, ce qui permet de gagner en précision, en fluidité, en bruit, et en vitesse d'impression. Avec Klipper, j'imprime en 120mm/s sans problème sur une imprimante cartésienne. Il semblerait que les gains sont encore plus importants sur des CoreXY ou Delta. Et bien sûr, une carte 32-bits permettra d'aller encore plus vite, mais on se limite alors à l'énergie cinétique que la mécanique de la machine peut encaisser. Les firmware classiques ont aussi d'autres inconvénients: Ils se configurent en modifiant les fichiers de code source, ce qu'un utilisateur ne devrait jamais avoir à faire. Il faut ensuite les compiler et les flasher à chaque modification. Avec Klipper, on ne touche plus au firmware qui est sur le microcontroleur. Les modifications se font sur un fichier de configuration qui réside sur l'hôte, ce qui est instantané et beaucoup plus pratique. Jusqu'à l'année dernière, Klipper était plutôt expérimental, mais depuis la version de décembre et l'introduction du bed levelling, le support BL Touch, le "pressure advance", la calibration delta, les écrans LCD, les protections thermiques, etc... c'est devenu parfaitement utilisable tous les jours. Il y a deux étapes à l'installation de Klipper: L'installation. C'est la partie la plus facile et on ne la fait qu'une fois. La configuraton. Celle-ce se fait dans un fichier de config. Avec un plugin qui va bien dans Octoprint, on peut éditer ce fichier directement dans Octoprint. 2) Prérequis Avant d'installer Klipper, il vous faut: Une imprimante 3D. Ben oui, c'est pas pour les machines à laver. Il faut pouvoir flasher le firmware, donc on évitera les machines avec un hardware propriétaire. En principe, tout ce qui tourne avec Marlin peut tourner avec Klipper. Un firmware basé sur Marlin. C'est plus simple, parce qu'on pourra récupérer un certain nombre de paramètres. Il est possible de se débrouiller autrement, mais il faudra connaître ou calculer les mm/step etc... Un ordinateur hote sous Linux. Ici, on parlera de Raspberry, mais en théorie ça pourrait fonctionner avec n'importe quel PC sous Linux et Octoprint. Attention, il faut un Raspberry Pi 3 au minimum. Un Raspberry Zero ou un vieux Raspberry 1 vont trop ramer. Octoprint. Je ne vais pas détailler ici l'installation d'Octoprint. Il y a plein de tutos là dessus. On y installer un plugin OctoKlipper qui facilite la configuration de Klipper. Des connaissances (basiques) en Linux. On va utiliser une ligne de commande SSH pour télécharger et installer Klipper. Note importante: Avant de procéder à l'installation de Klipper, assurez-vous bien que tout l'ensemble Imprimante 3D + Octoprint Raspberry fonctionne correctement et est parfaitement maîtrisé. Sinon, si un truc ne marche pas après, on ne pourra pas savoir si ça vient de Klipper ou de la configuration matérielle. 2ème note: Je vous conseille d'avoir toujours une stratégie de repli, autrement dit les moyens de pouvoir reflasher Marlin avec une configuration qui marche si pour une raison ou une autre Klipper ne vous convient pas.
  2. Bonjour tout le monde ! Bon comme j'ai enfin reçu mes mosfets, j'ai donc entrepris hier le montage de la MKS SGEN sur ma petite U20. Pour accompagner cette très belle carte mère, j'ai opté pour un écran MKS TFT32, des drivers MKS TMC2208 ainsi que d'une paire de mosfets. Notez que je n'ai jamais reçu les mosfets en question, d'ailleurs ils ne sont plus dispo sur Ali, j'ai du en recommander une paire chez Amazon en express... Tout ce petit monde à la maison, il m'a fallu imprimer des adaptateurs pour l'écran, la carte et un support pour les mosfets, tous ces éléments sont facilement trouvables sur Thingiverse, je vous laisse le soin de choisir les modèles qui vous conviennent ! A savoir que de mon côté je n'avais pas la place de mettre les mosfets dans le boitier, il sont donc fixés à l'extérieur provisoirement, comme ça ils prennent l'air...! Une fois fait, ben il fallait bien se lancer...! Je précise pour ceux qui l'ignoreraient encore que je suis notoirement une superbe quiche en électronique (@CacaoTor peut en témoigner...!) et que je n'ai absolument aucunes compétences particulières en programmation, tout ça pour dire que c'est vraiment pas si compliqué qu'il n'y parait, il suffit d'être attentif et méthodique. La première chose à faire est de parcourir tous les menus de réglages de l'U20 pour noter tous les paramètres afin de pouvoir les recopier dans votre nouveau firmware (dans mon cas, SmoothiWare, qui est très simple à configurer tout en étant très performant et donc tout à fait indiqué pour un débutant). Quand tout est bien noté, on peut rentrer dans le vif du sujet, on éteint donc la machine et on débranche tous les câbles, surtout le secteur on s'installe confortablement avec tous nos outils à portée de main et on y va ! On commence donc par ouvrir le boitier de l'U20 en retirant toutes les vis qui jonchent le pourtour, quand c'est fait, on retourne le boitier pour avoir accès à la carte et à l'écran d'origine. Personnellement, j'ai commencé par enlever l'écran, pour cela il suffit de débrancher la nappe en soulevant le petit clip noir de son connecteur, puis de retirer les 4 vis qui le maintiennent. On met l'écran de côté, il ne nous sera plus utile. Ensuite, on prend sa petite MKS (qui en fait est presque deux fois plus grosse que la carte d'origine...!) ainsi que sa notice d'utilisation. On se munit également de ses drivers sur lesquels on colle les dissipateurs fournis (important, ne pas oublier !) et on place tout de suite les drivers sur la carte, c'est très simple, on ne peut pas se tromper de sens avec le code couleur, le coté vert va sur le connecteur vert, et le noir sur le noir ( si je tenais le con qu'a fait sauter le pont...!) . Si comme moi vous n'avez qu'un extrudeur il vous faudra brancher vos drivers en face des connecteurs moteurs X Y Z et E0, il vous restera donc un driver puisqu'ils sont vendus par 5, c'est bien, ça en fait un de secours, on sait jamais ! Maintenant on passe au câblage, moi j'ai du réfléchir un peu, mais c'est pas compliqué, et puis vous, de toutes façon maintenant vous aurez le super guide détaillé que voici, et en Français SVP...! ( Oui parce que j'ai hésité à le rédiger en Klingon, puis je me suis souvenu que de toute façon, j'aivais jamais regardé Star Trek...) Bref, commençons par le plus simple : Les moteurs. Leurs emplacements sont écrits clairement sur la carte, on branche donc bêtement sans réfléchir. Ensuite les Endstops, pas très difficile non plus car ils répondent au même code couleur que les moteurs et sont aussi repérés X+, X-, Y+, Y- Z+ et Z-, pour l'U20 nous n'auront pas besoin des connecteurs endstop +, seulement des -. En revanche une petite subtilité fait que sur la carte nous avons des connecteurs trois pins alors que nos endstops fonctionnent avec deux. Si vous regardez devant le connecteur rouge, vous verrez que les pins sont repérés S, G et 5V, il faudra prendre soin de brancher les endstops sur les pins S et G. C'est à ce moment là que vous remarquerez que les connecteurs des endstop ne rentrent pas dans les connecteurs de la carte, pour y remédier, un bon coup de cutter bien placé pour supprimer le détrompeur fera l'affaire. Pour la suite, inutile de détailler, une image sera bien plus parlante : Alors, en regardant attentivement cette image, vous remarquerez qu'il manque deux choses : Le ventilateur du hotend, ce dernier n'à aucune prise dédiée mais comme de toutes manières il tourne tout le temps, branchez le directement sur l'alimentation. Le capteur de fin de filament, je n'avais pas trouvé ou le brancher, mais d’après @pascal_lb, il se branche directement sur l'écran, je n'ai pas encore eu le temps de le faire. Pour le branchement du bed et du hotend, il faut passer par les mosfets qui se branchent de la manière suivante : Tout ce petit monde étant branché, on vire la carte mère d'origine et on le met en place dans le boitier. Nous pourrons donc passer ensuite à la partie firmware. Je ne détaillerais pas la configuration de SmoothieWare, d'une part parce qu'il est facile de trouver tout ce qu'il faut savoir dessus, notamment sur http://smoothieware.org/ et aussi parce que la mienne étant toute fraîche, elle n'est pas encore tout à fait au point, mais sachez qu'il n'y a rien de sorcier, je parlerais donc simplement de leur installation et pour cela il vous faudra 2 cartes SD : La première carte SD sera pour la carte mère, le firmware se trouve >>>ICI<<<, dedans vous trouverez plusieurs dossiers. Dans le dossier "config", copiez le fichier "config.txt" sur votre carte SD (c'est lui que vous éditerez pour paramétrer votre imprimante). Dans le dossier "firmware", copiez le fichier "frimware.bin" sur votre SD. Dans le dossier "drivers" double cliquez sur "smoothieware-usb-driver-v1.1" pour installer les pilotes de la MKS sur votre PC. ATTENTION, la carte SD de la carte mère doit être présente A CHAQUE DÉMARRAGE de cette dernière car le fichier config est lu à chaque fois. En revanche une fois la machine en route vous pouvez retirer la carte sans risque. Pour éditer le fichier config, vous pouvez utiliser le bloc notes Windows, il fait très bien le job. En revanche n'utilisez pas notepad++, il lui arrive de modifier de manière invisible le format du texte et par là même, le rendre illisible pour votre machine. La seconde carte SD sera pour l'écran, qui possède son propre firmware téléchargeable >>>ICI<<<. Comme pour la carte mère, plusieurs dossiers s'y trouvent et il faudra paramétrer via le fichier config. Dans le dossier "Config file", copiez le fichier "mks_config_EN" sur votre carte SD et renomez le en "mks_config". Dans le dossier "Firmware" allez dans "TFT28 32 firmware", puis dans le dossier du style graphique que vous voulez (classic, retro ou simple) et copiez le fichier "mkstft28" sur la carte SD. Dans le dossier "font", copiez le fichier "mks_font" sur la carte SD Dans le dossier "images", allez dans le dossier correspondant au couleurs d’icônes que vous souhaitez (blue, red ou win8) et copiez le dossier "mks_pic" sur votre carte SD. Pour cette carte en revanche, une fois l'installation terminée, les paramètres restent en mémoire, vous pouvez donc la retirer sans risque pour les prochains démarrages. Ensuite, il n'y a que quatre paramètres importants qu'il faut vérifier/modifier absolument avant de démarrer la machine : Dans le fichier config de la carte mère : vérifier que la valeur est bien 115200 à la ligne suivante : uart0.baud_rate 115200 # Baud rate for the default hardware serial port Et modifier à false la ligne suivante (car nos drivers ne sont pas pilotés électroniquement par le firmware mais physiquement par un potentiomètre ) : currentcontrol_module_enable true # Control stepper motor current via the configuration file Dans le fichier config de l'écran : Vérifier que le Baud rate est lui aussi bien sur 115200 : #baud rate (9600:1; 57600:2; 115200:3; 250000:4) >cfg_baud_rate:3 Et vérifier que l'écran est bien en anglais : #multi-language(enable:1, disable:0) >cfg_multiple_language:1 #languages setting #(simplified Chinese:1; traditional Chinese:2; English:3; Russian:4; Spanish:5). This configuration is valid when "cfg_multiple_language" is disabled. >cfg_language_type:3 Quand c'est fait, mettez les cartes SD dans leurs emplacements respectifs. Félicitation ! Votre machine est maintenant prête pour sa première mise sous tension ! Mais ne refermez pas le boitier pour autant, vous aurez besoin d’accéder aux drivers pour régler la Vref, donc dans un premier temps il vous faudra laisser vos moteurs débranchés, puis, en faisant bien attention ou traînent vos doigts brancher l'alimentation sur le secteur et mettre la machine en marche. Sur l'écran, vous aurez droit à une (ou deux ?) barres de progressions ainsi qu'au chargement de tout un tas de fichiers, laissez bien faire la machine jusqu’à ce que les icônes s'affichent, ce n'est pas très long. Après cela il faut donc régler les Vref, pour cela avec votre multimètre et un tout petit tournevis il faudra régler vos drivers à 1.06v. Ensuite éteignez la machine, branchez vos moteurs et refermez le boitier sans oublier de brancher votre câble usb auparavant car selon le placement de votre carte, vous n'aurez pas forcément accès à la prise par l’extérieur ! Et voilà, c'est terminé pour l'installation, z'avez vu c'était facile finalement ! Pour ce qui est de mes premières impressions (dans tous les sens du terme !) sur cette MKS, je dirais que... C'est énorme ! Rien que le passage aux TMC2208 vaut à lui tout seul son pesant de cacahuètes, les moteurs sont quasiment inaudibles à moins de 80mm/s et même au delà on reste très en dessous du bruit d'origine, même avec des TL-smoothers. Les déplacements sont très fluides et très doux, c'est un véritable bonheur, fini les home qui font trembler la moitié du bâtiment. Pour ce qui est du print en lui même, j'ai à peine commencé, j'ai imprimé en tout et pour tout deux cubes XYZ jusque là, le premier assez moyen car aucun réglage de débit et steps/mm fait, vraiment un test brut pour voir si tout fonctionnait. Le second en revanche laisse présager du meilleur, les parois sont parfaitement lisses, sans aucun défaut, les angles sont propres et nets, quasiment aucun ghosting et juste un débit à affiner un peu. Du côté programmation, jusque là je n'ai rencontré aucun réel problème, , il n'y a aucun réglage particulier à faire dans les slicers puisque Smoothie comprend les mêmes commandes que Marlin, le fichier config est plutôt clair et le site http://smoothieware.org/ est très riche en infos et conseils en tous genres. Bref pour le moment, que du positif, je pense que Smoothie à un très bon potentiel et la carte MKS SGEN fait vraiment du super boulot, et en prime c'est un réel plaisir de pouvoir enfin piloter son U20 en USB sans le moindre problème, pouvoir tout surveiller et changer les paramètres à la volée, à distance sans avoir constamment le nez sur l'écran de la machine ! Voilà, c'est tout pour moi ! Un grand merci à @CacaoTor et à @pascal_lb pour leur aide et conseils, en espérant que tout ça vous soit utile ! Kev.
  3. Aujourd’hui nous allons voir l’installation de Marlin sur la CR-10 S via la connexion USB. L’objectif est de faire un tutoriel qui soit compréhensible de tous les maker y compris ceux qui ne maîtrisent pas l’Arduino ou qui ne veulent tous simplement pas s’y mettre. Pour être honnête, maîtriser l’Arduino est loin d’être indispensable lorsque il est question de faire de l’impression 3D. Dans notre cas précis, c’est un environnement de développement qui va simplement vous permettre de transférer un fichier de votre ordinateur vers votre imprimante 3D, ni plus ni moins. C’est donc à peu près aussi indispensable de maîtriser l’Arduino pour l'impression 3D que d’apprendre le suédois pour pouvoir monter son meuble de cuisine Ikea. Pourquoi Marlin ? Marlin est un micro-logiciel spécifique aux machines-outils comme les CNC ou les imprimantes 3D. Il a été conçu spécialement pour eux et ne fonctionne qu’avec ce genre de hardware bien spécifique. C’est le Windows ou Linux de votre imprimante 3D, ou plutôt son Bios. En vérité il est déjà présent sur la CR-10(S) de façon native. Il a juste été bridé, appauvris et reconfigurez par Creality pour pouvoir fournir un logiciel prêt à l’emploi sans tout un tas d’option qui ne leur semblait pas pertinente. C’est une sorte de version demo du logiciel. L’intérêt d’installer Marlin sera donc d’avoir accès à tout un tas d’option non disponible dans l’imprimante 3D de base. Une fois l’installation de cette version complète du logiciel effectué, vous aurez la possibilité de modifier absolument toute les caractéristiques de votre imprimante 3D (logo d’accueil, mesh bed levelling, musique à l’allumage, etc…). Enfin sachez que Creality a mis récemment à disposition le firmware original sur son site et donc en cas de soucis vous pourrais restaurer les paramètres d’usine. Pourquoi Arduino ? Alors sans trop se prendre la tête on va juste dire que votre ordinateur et votre imprimante ne parlent pas le même dialecte. Vous avez donc besoin d’un traducteur qui va faire l’interface entre un langage que vous pouvez écrire avec votre PC et un langage compréhensible par l’imprimante 3D. Le logiciel Arduino est ce traducteur. Par quoi on commence ? Tout d’abord télécharger le nouveau logiciel de votre imprimante 3D. Je veux parler de Marlin évidemment ! Disponible à cette adresse : http://marlinfw.org/meta/download/ La dernière mise à jour est la 1.1.9, c’est sur cette version que nous allons travailler. Le but de la manœuvre, et l’objectif de ce tutoriel consiste simplement à mettre ce logiciel dans votre imprimante 3D. Pour parler à l’imprimante comme nous l’avons dit plus haut, nous allons utilisez un logiciel capable de traduire le langage de votre PC en langage Imprimante 3D. Pour cela c’est assez simple, vous aurez juste besoin du logiciel gratuit Arduino IDE disponible à cette adresse : https://www.arduino.cc/en/Main/Software La dernière version disponible est l’Arduino IDE 1.8.6. Une fois téléchargé il ne vous reste plus qu’à l’installer comme n’importe quel logiciel. Bienvenue dans Arduinoland À présent ouvrez votre logiciel Arduino IDE. Alors, pour que les choses soient claires, ce logiciel c’est un bloc note amélioré. On tape du texte selon une certaine syntaxe et c’est le logiciel qui se charge ensuite de le traduire en langage d’imprimante 3D. En somme votre boulot consiste à tapez du texte comme sur un traitement de texte classique et rien d’autre. À partir de cette simple page de traitement de texte et si vous êtes un programmateur, vous êtes en capacité d’écrire vous-même votre propre programme d’imprimante 3D. Heureusement ce n’est pas ce qu’on va vous demandez. On vous a en réalité déjà fait le travail. C’est le logiciel Marlin que vous avez téléchargé. La seul chose que vous aurez à faire sera de copier-coller le logiciel Marlin dans votre logiciel Arduino IDE. Pour cela commencé par décompressé le fichier « Marlin-1.1.x » que vous avez téléchargé et souvenez-vous dans quel dossier vous l’avez laissé. Ensuite dans la fenêtre du logiciel Arduino IDE, en haut à gauche cliquez sur Fichier puis Ouvrir… et allez chercher votre logiciel Marlin. Vous le trouverez dans le sous-répertoire Marlin il s’appelle « Marlin.ino ». Tadaaa ! Vous avez sous les yeux en langage de programmation le futur logiciel de votre CR-10 S. Champs à trous Je vous ai dit que le programme été écris. Ce n’est pas totalement vrai. Marlin vous a en fait fournis un modèle, un texte à trous que vous allez devoir remplir. Comme ils sont sympas les informations que vous allez devoir saisir comme la taille de votre plateau par exemple se trouve au même endroit. Il s’agit du 5eme onglet qui s’appelle « configuration.h ». Si vous faite défilez cette page vous verrez tout un tas d’instruction qu’il va falloir adapter à votre imprimante. C’est le cœur de la machine. La page que vous modifierez régulièrement pour améliorer la qualité de vos impressions. Sur cette partie je ne peux rien pour vous. C’est une discussion entre vous et la bête, entre l’homme et la machine. C’est en modifiant les options de cette page que l’impression touche au sublime. Ici encore pas de panique ! Il ne s’agit que de modifier certain mot dans le texte et vous avez de la chance, en fin de paragraphe je vous donnerais le lien vers une page qui vous expliquera étape par étape ce qu’il faut remplir, vous en aurez pour un petit quart d’heure. Avant de vous laisser réaliser cette étape quelques petites choses importantes. Pour pouvoir vous aidez le plus simple est de parler en numéro de ligne. Vu la longueur du texte c’est beaucoup plus simple même pour vous. Donc dans le logiciel Arduino IDE cliquez sur l’onglet en haut à gauche fichier, puis préférences et cochez la case afficher les numéros de lignes . Pour terminer cette partie il reste une dernière manipulation à faire. Pour pouvoir modifiez le menu de l’écran LCD de notre imprimante nous allons avoir besoin de la librairie U8glib. Téléchargez là à cette adresse : bibliotheque U8glib. Ne la décompressez surtout pas. Dans le logiciel Arduino IDE allez sur l’onglet croquis en haut à gauche puis inclure une bibliothèque, puis ajoutez une bibliothèque ZIP et cliquez sur la librairie U8glib que vous venez de télécharger. Si la bibliothèque a été correctement intégrée vous devriez voir apparaître tout en haut de la page : #include <U8glib.h> Voilà, à présent je vous laisse avec ce très bon tutoriel sur la façon de remplir cette page et qui se trouve ici : http://www.cr10.fr/le-guide-malin-de-marlin/ C’est la version 1.1.8 dont il est question et certain numéro de ligne seront diffèrent mais vous devriez pouvoir retrouver les éléments à modifier. On se revoit donc une fois que vous avez terminez de modifier ce fichier pour la suite de ce tutoriel. Phase final Bon vous avez pris le temps nécessaire pour configurer un Marlin personnalisé, c’est le moment de l’envoyer à votre Imprimante 3D. Avant de téléverser le logiciel vous devez spécifiez à Arduino IDE quelle processeur utilise votre imprimante 3D. Donc allez sur votre logiciel Arduino IDE, en haut allez sur l’onglet Outil puis type de carte arduino/genuino/uno et sélectionnez la carte ARDUINO MEGA ADK. Une fois que c’est fait lancer une vérification du code en cliquant sur le bouton en forme de V en haut à gauche de votre écran. Une fois la compilation réalisée, s’il n’y a pas d’erreur le rectangle en bas devrait rester vert et indiquer quelque chose comme ça : Le croquis utilise 54820 octets (21%) de l'espace de stockage de programmes. Le maximum est de 253952 octets. Les variables globales utilisent 2538 octets (30%) de mémoire dynamique, ce qui laisse 5654 octets pour les variables locales. Le maximum est de 8192 octets. Si le rectangle vire au orange c’est qu’il y’a une erreur et vous aurez une explication de ce qui ne va pas ainsi que le numéro de ligne. Si tout est OK reliez votre imprimante a votre PC via un cordon USB A/mini B et appuyez sur le bouton avec une flèche en haut à gauche (téléversement). Une fois le téléversement effectué s’il n’y a pas de message d’erreur c’est que votre logiciel Marlin est dans l’Imprimante 3D. Vous venez de flashé votre CR-10 S
  4. Bonjour, Etant nouveau dans le monde de l'impression 3D, je découvre ce monde avec surprise. Je m'attendais à des outils beaucoup plus rôder que ça ne l'est actuellement. Devoir aller chercher sur les forums dans la 1ere heure du déballage de l'imprimante pour comprendre son fonctionnement, n'est pas normal, a mon sens. Mais bref, pour le moment avec CREALITY c'est comme ça, faisons avec. Je souhaite donc mettre en place un post recensant les différentes informations concernant la CREALITY CR10 S PRO pour m'aider, et aussi aider les prochains nouveaux. J'ai besoin de votre aide pour corriger / compléter ce post. Merci d'avance. - PROCEDURE - Fonctionnement d'une imprimante 3D : Vidéo qui explique bien son fonctionnement Montage : Pour cela rien de plus simple suivre la notice. ( Ici le manuel en PDF ) Réglage de l'axe X : Pour le réglage de l'axe X, il faut utiliser la cale de 10cm fourni, la caler bien droite sous la courroie, et regler en fesans tourner la vis sans fin derriere. (Penser a tenir l'autre vis sans fin pour pas qu'elle ne tourne en même temps) Réglage de l'axe Z : Visser toutes les vis du plateau a fond sans forcer et desserrer de 1 tour. Allumer l'imprimante et chauffer le plateau à 60° et la buse à 200° (MENU : Temp > Manual > Nozzle 200° et Hot-Bed 60°) Une fois les températures atteintes, cliquer sur MENU : Settings > Level mode, la buse va se placer sur la position du milieu et avec les touches Z+ et Z- ajuster la hauteur avec une feuille de papier A4, il faut que la buse frotte le papier sans l’accrocher. On va régler le détecteur de leveling : dévisser la vis du dessus jusqu'à ce que la led rouge soit éteinte, et revisser jusqu’à ce qu'elle se rallume. Appuyer sur Z Home, la buse va se placer sur la position du milieu et ajuster de nouveau la buse avec une feuille de papier avec les touches Z+ et Z- et recliquer sur Z Home. Réglage de l'axe Y (Le Plateau) : 2 méthodes existe, le faire manuellement sans les moteurs et sans le mode AUX LEVELING, ou en automatique avec le mode AUX LEVELING. MANUEL : Désactiver les moteurs , cliquer sur MENU : Settings >Motor Off Déplacer manuellement la buse dans les 4 coins du plateau et régler la hauteur de plateau avec les vis en dessous. Avec une feuille de papier A4, il faut que la buse frotte le papier sans l’accrocher. Ne pas hésiter a le refaire 2x. A la fin valider le point du milieu. Automatique : Cliquer dans MENU : Settings > Level mode > AUX LEVELING Cliquer ensuite sur chaque coin, pour que la buse se déplace et ensuite régler la hauteur de plateau avec les vis en dessous. Avec une feuille de papier A4, il faut que la buse frotte le papier sans l’accrocher. Ne pas hésiter a le refaire 2x. A la fin valider le point du milieu (1). Une fois que c'est fait, cliquer sur Z Home, une fois que la buse s'est déplacé , cliquer sur Check level. La buse fera le chec kde 16 points. Ne touchez plus a ce menu ensuite. Les paramètres sont enregistré dans l'imprimante. Tester l'impression : Pour la première impression, utiliser le fichier Dog_Test contenu sur la carte SD. Au début d'une impression, regarder bien le départ, et ajuster la hauteur de buse avec le bouton Adjust > Z- et Z+ Ensuite vous pouvez essayer le Test Bed Calibration ici pour valider votre configuration : https://www.thingiverse.com/thing:3409848?fbclid=IwAR2Q3_BtI3UeNdZvZAobStS9_dGBbsSYJObGzkPBRsEdqdG9zqN2ktt7e3k Mise à jour du firmware : Télécharger le firmware ici : https://fr.creality3d.cn/creality3d-cr-10s-pro-p00253p1.html Tuto ici : https://www.youtube.com/watch?v=SBX30GmM3Qo Problèmes d'impression et solution : https://cults3d.com/fr/blog/articles/identifier-corriger-defauts-problemes-impression-3D
  5. imprimante 3D tevo banggood
  6. Bonjour à tous, comme prévu petit tuto pour régler les drivers de la U20. Déjà les avertissements !!! Bien débrancher le câble d alimentation pendant le démontage du boitier Le réglage des drivers se fait moteur correspondant débranché il est conseillé de faire les réglages avec un tournevis embout plastique ou céramique pour éviter les court circuit Lors de ce réglage, en cas de problème, vous pouvez cramé votre carte Alors on y va ! Démontage des 10 vis pour ouvrir le boitier : Suite à cela on a accès sous le capot supérieur a la CM de l imprimante. Mettre le multimètre en position Voltmètre avec calibrage à 2v (si nécessaire) Mettre la pointe de touche - (noire) directement sur l alimentation sur le 0V (2 fils partent de l alim vers la CM, se mettre sur le fils noirs). Perso j ai même vissé directement ma pointe de touche sur le bornier. Rebrancher le 220V et mettre l interrupteur sur 1 Petite photo encore du qui fait quoi : il faudra, débrancher le moteur du drivers à régler systématiquement et le faire un par un pour éviter d inverser les câbles La pointe de touche + (rouge) se mettra a cet endroit du potentiomètre : on met la valeur désirer puis on rebranche me moteur et on passe au suivant. Maintenant chose importante les valeurs à y mettre : Les 4 moteurs sont des références 42BYGH40H-2-19D. Apres de multiple recherche et information, l’Ampérage de ces moteurs est de 1.5A et 1.7A en crête. SOURCE Le drivers U20 : A4988 et résistances R100 (source tableau le tuto du forum) Les réglages usines observés chez plusieurs personnes sont : 0.82V à 0.86V sur X, Y, Z et 1.1V sur l extrudeur. Les reglages qu'il faut : 0.85V sur X,Y, Z et 1.1 sur sur l extrudeur (lui ne force pas, cette valeur est confirmé par longer3D voir source ci dessus, pourtant au dessus des données qu'ils nous fournissent) Maintenant à titre perso, j ai reglé le Z a une Vref de 0.96, cela fonctionne très bien et le moteur ne chauffe pas plus que ça. Voila vs savez tous, mais attention quand même au passage, cette intervention n'est pas sans risque. un grand merci à @CacaoTor, @deamoncrack, @Phoquounet pour les infos dans de tuto
  7. Voici un petit Tuto pour bien démarrer avec son Alfawise U20 Une vidéo vaut mieux que de long discours, et la plus simple et mieux faite que j'ai trouvé est celle-ci : La réception et le montage En résumé Déballage Réglage des excentriques de l'axe Y du plateau (avant le montage, c'est plus facile) montage du portique Réglage des excentriques de l'axe X et Z Câblage Conseils Pour le réglage des excentriques, c'est très bien expliqué dans la vidéo, il faut que toutes les roues profilées touchent bien les profilés en aluminium. Sans pour autant que ce soit trop serré. Si c'est trop serré, les déplacements seront plus difficiles et feront forcer les moteurs en provoquant potentiellement des décalages (cela arrive souvent sur la partie sans moteur, à droite, de l'axe Z) Si ce n'est pas assez serré, vos éléments auront du jeu et ne seront pas maintenu correctement provoquant des défauts d'impressions N’hésitez pas à vérifier pendant le montage toutes les vis que vous trouverez pour leur redonner un petit serrage si elles sont trop "lâches" N'hésitez pas à vérifier aussi l'alignement des courroies ainsi que leur tension. Tout doit être bien "droit" (vous pouvez pour cela desserrer les roues crantées pour réajuster et resserrer) et ni trop tendu, ni pas assez (si c'est trop tendu, les moteurs forceront, si c'est pas assez tendu les courroies ne transmettrons pas correctement les mouvements) il faut vraiment trouver le juste milieu. Si vous avez un niveau et/ou une équerre, n’hésitez pas à vérifier que tout est bien droit (attention à la surface sur laquelle vous mettez l'imprimante, il faut aussi qu'elle soit droite) et que les angles soient correct. Vous pouvez faire des ajustements en jouant sur le serrage ou en modifiant certains éléments si vraiment les écarts sont trop important : Méthode temporaire pour régler les problèmes d'angles droits : https://bit.ly/2J6leZl Méthode plus pérenne nécessitant l'achat d’équerres Méthode grand luxe pour rigidifier la structure Warning Sur certaine version, il y a des vis de sécurité sur l'axe Z à retirer Le T de fixation de gauche (avec le capteur de fin de course de l'axe Z) doit être monté dans le bon sens (avec le capteur devant le profilé) Premier démarrage et Mise à jour Vous trouverez ici une vidéo de @Motard Geek décrivant la procédure. En résumé Vous téléchargez le dernier firmware sur le dropbox officiel de GearBest Vous copiez les 2 fichiers Longer3D.UI et project.bin sur votre carte SD Vous insérez la carte dans le lecteur de l'Alfawise Il ne vous reste plus qu'à démarrer Et attendre que la barre de progression vous indique que la MàJ est terminée. Une fois la MàJ effectuez, vous aurez le calibrage de l'écran à réaliser : Il suffit d'appuyer sur la croix rouge la ou elle apparaît (Sinon la partie Tactile de votre écran ne fonctionnera pas correctement) Conseils n'oubliez pas de retirer les 2 fichiers de votre carte SD, sinon votre imprimante fera la mise à jour à chaque démarrage. Warning Déjà il faut savoir que la carte SD livré avec l'imprimante et souvent (toujours ?) corrompue La première chose à faire est donc de récupérer son contenu (que vous pouvez télécharger ici au cas ou) puis de reformater la carte proprement. Le mieux étant même d'utiliser une autre carte SD fraîchement formaté en FAT32. Si celle-ci reste bloquée trop longtemps (plusieurs minutes), recommencez l’opération en reformatant la carte. Charger le filament dans l'imprimante Il va vous falloir charger votre imprimante en consommable maintenant, pour cela installez la bobine livrée avec l'imprimante sur son support avec la pince coupante, coupez le bout du filament bien droit (pas de biseau) insérez le fil dans le capteur de présence de filament puis poussez le jusqu'à la roue crantée de l'extrudeur appuyez sur le débrayage pour pousser le filament jusque dans le tube transparent (PTFE) toujours en appuyant sur le débrayage poussez le filament jusqu'à la tête d'impression (si ça devient dur ne forcez pas) Préchauffe et test d'extrusion Maintenant on va mettre en chauffe et tester l’écoulement : Si votre tête d'impression est au raz du plateau, remontez la grâce au menu "Move Head" en appuyant plusieurs fois sur Z+ Rendez vous maintenant dans le menu "Extrude" et appuyez autant de fois que nécessaire sur le + au dessus du thermomètre indiquant la température de la tête pour atteindre 205° (vous pouvez changer le pas d’incrémentation en appuyant sur le chiffre en haut à droite au dessus de la Règle : 1 -> 5 -> 10) Tant que vous y êtes vous pouvez aussi lancer le préchauffage du plateau en appuyant sur le thermomètre vous basculez entre les températures du plateau et de la tête d'impression. Montez donc votre plateau à 50° Quand votre buse sera à température (205/205) vous pourrez appuyer sur la flèche qui monte entre 2 engrenages au dessus du mot "Auto", le filament devrait sortir de la buse de manière uniforme et régulière. Pour arrêter l'écoulement, appuyez simplement sur "Stop" Vous pouvez "rétracter" un peu le filament pour éviter qu'il coule par gravité en appuyant sur -E en dessous du mot "Jog" (entre 5 et 10) Enlevez le filament qui à coulez avec une petite pince ou directement vos doigts mais ATTENTION, c'est chaud Leveling Votre tête est chaude et votre plateau aussi, il est donc temps de passer au "leveling du Bed" autrement appelé "calibrage de la hauteur de plateau chauffant à l'aide des mollettes de réglages" (c'est quand même plus simple en anglais non ? ) (Vidéo) : Retournez au menu principal avec la flèche de retour puis appuyez sur "Leveling" Il y a 4 boutons correspondant au 4 coins du plateau appuyez sur le premier pour que votre tête d'impression viennent se positionner correctement à l'aide d'une feuille de papier, vous allez régler l'espacement entre la tête et le plateau, il faut que la feuille "glisse" entre les 2 sans frottement excessif. Vous devez sentir la feuille frotter mais sans résistance. Et on recommence pour les 3 autres coins Warning Normalement, c'est à ce moment que vous allez constater que votre plateau est bombé. En déplaçant manuellement la tête au centre, il y a de forte chance que votre réglage des angles ne fonctionne pas au centre. Ajustez au mieux pour que le centre soit régler comme il faut avec une feuille de papier. Nous reviendrons plus tard sur le changement du plateau. Première impression Votre imprimante est prête pour faire le premier test (et je sais que tout comme moi, vous êtes pressé d'avoir votre première impression ) Pour avoir un petit quelque chose rapide, je vous conseil de prendre le plus petit fichier comme la branche d'ADN qui se trouve sur la carte SD d'origine. L'impression est rapide et vous pourrez déjà confirmer que votre imprimante fonctionne. Pour cela : Cliquez sur le menu "Files" Choisissez le fichier à imprimer Cliquez sur "Open" Validez l'impression Voila, nous avons maintenant imprimé notre première pièce Félicitation
  8. Hello, Suite à mes malheureuses aventures du mois de Janvier et un planning perso me laissant aucun temps... J'ai enfin réparé mon imprimante ! J'avais il y a quelque temps imprimer des plaquettes avec des textes divers en Multicolor : (Oui, Agile) Elles ont ensuite étaient fixés avec du double face. C'est pas pratique, car on change de support régulièrement avec les plaquettes. Je me suis donc lancé dans l'idée de mettre des aimants dedans, afin de pouvoir les déplacer. J'ai acheté ça sur Amazon : https://www.amazon.fr/gp/product/B008UABHQ8/ref=oh_aui_detailpage_o00_s00?ie=UTF8&psc=1 Faire attention aux aimants que vous prenez, ça dépend de la taille et du poids de votre objets. Première idée, faire un trou au dos de la taille de l'aimant et les coller. Mauvaise idée, ça ne va pas tenir dans le temps... J'ai donc modifié mes modèles, pour faire un un logement dans la plaque : Mon trou se ferme à la couche 17, j'ai donc cuisiné une petite commande à insérer dans les scripts de S3D : {REPLACE "; layer 17,"; "G28 Y0 X0\nM300\nM0\n; layer 17,"} Ou Si vous avez toujours Répetier (Désolé pour vous), ouvrir le Gcode manuellement et ajouter les lignes suivantes avant le "layer 17, Z=..." [...] G28 Y0 X0 M300 M0 ; layer 17, Z = 1.76 [...] Ou En gros quand la couche 16 se termine : on revient au home on sonne pour prévenir on passe en pause on insère les aimants on relance l'impression on reprend à la couche 17 Ensuite un petit M600 plus loin dans l'impression et ça me donne des plaques magnétiques bicolore. Oui, je laisse le logo du frigo sur la photo ! Preuve que c'est sur une surface vertical Dans l'exemple c'est des aimants, mais c'est applicable pour des roulements, des écrous ou tout objets que vous souhaitez prendre dans la masse du plastique. Je vais surement refaire le serrage de mes bobines avec cette méthode, l'écrou part tout le temps. J'ai un autre truc qui est en cours d'impression, je rajoute les photos après pour un deuxième exemple. Edit :
  9. Hop, petit tuto rapido : Ci-dessous le change log :
  10. Bonjour à tous ! Comme cela m'a été suggéré, voici un petit tutoriel illustré pour le démontage/nettoyage/remontage des hotends type MK8 de nos Alfawises, soyez indulgents, c'est ma première fois. Tout d'abord, le démontage et remontage du hotend se font toujours à chaud, au démontage ça aide à ramollir les résidus de plastique qui ont pu s'infiltrer dans les filetages et éviter de forcer et au remontage ça permet de bien ajuster les pièces en fonction de leur dilatation thermique. Cela implique donc que la cartouche de chauffe et la thermistance doivent bien rester en leurs lieux et places dans le corps de chauffe tout au long de l'opération, soyez très prudent d'une part pour ne pas vous brûler (utilisation d'outils et de gants indispensable) et d'autre part pour ne pas endommager votre machine. Si la thermistance ou la cartouche de chauffe sort de son logement, la machine recevra une information de température erronée et cherchera à la corriger par une chauffe excessive avec tous les risques et conséquences que cela comporte. Cela étant bien clair, entrons dans le vif du sujet. -1) Retirer le filament : Pour commencer il faut retirer le filament de la tête, pour cela faites chauffer à plus ou moins 200°, une fois cette température atteinte, débrayez le pignon de l'extrudeur et retirez le filament. Le filament retiré, il faut laisser refroidir le hotend avant de passer à l'étape suivante. -2) Retirer le hotend du chariot : Pour cela tout dépend de votre montage (d'origine, modifié avec un fang ou autre), il faut que vous ayez un accès confortable à tous les éléments du hotend. Vous devriez vous retrouver avec quelque chose qui ressemble à ça dans les mains : Notez que je n'ai pas représenté la cartouche de chauffe et la thermistance sur mes dessins et ce dans un souci de clarté visuelle, mais n'oubliez pas le premier paragraphe ! -3) Démonter le pneufit et le PTFE : Retirez le raccord pneumatique et le tube PTFE avant de mettre en chauffe pour éviter que ce dernier ne brûle dans le heatbreak à cause de l'absence de ventilateur de radiateur (je vous conseille de laisser le tube PTFE clipsé dans le pneufit et de juste dévisser celui ci pour tout sortir d'un coup, ça évite d'endommager le tube PTFE) -4) Retirer le radiateur (facultatif) : Pour retirer le radiateur du heatbreak il suffit de dévisser la vis hexagonale placée à la base du radiateur. Cette étape n'est pas obligatoire pour nettoyer le hotend, déjà parce qu'il est rare que des saletés vienne se loger entre le radiateur et le heatbreak et ensuite parce que le radiateur offre une bonne prise (évitant notamment de rayer le heatbreak avec sa pince, ce qui pourrait nuire au bon refroidissement) ainsi qu'un bon repère pour le remontage. -5) Retirer la buse : A partir de là, il faut chauffer le hotend à une température suffisante pour bien ramollir le plastique logé un peu partout. Une fois la température souhaitée atteinte et POUR EVITER TOUT RISQUE DE COURT CIRCUIT, COUPEZ L'ALIMENTATION ELECTRIQUE DE L'IMPRIMANTE, saisissez le bloc de chauffe avec une pince (par les faces avant et arrière pour ne pas abîmer la thermistance et la cartouche de chauffe) et profitez de la chaleur résiduelle pour dévissez la buse, en principe pas besoin de forcer, ça doit venir assez facilement. Une fois la buse retirée, mettez la de coté en prenant soin de la poser sur une surface qui ne craint pas la chaleur... -6) Retirer le heatbreak : Il est conseillé par moi même de nettoyer l’intérieur du heatbreak avant de le démonter pour profiter de la chauffe de la machine. Procédez comme pour la buse en attrapant le heatbreak (ou le radiateur si vous les avez laissé assemblés) délicatement avec une pince ou mieux, à la main avec des gants adaptés. Ici aucune résistance normalement puisque c'est la buse qui fait contre écrou pour le heatbreak. -7) Nettoyage : Félicitation, vous avez démonté votre hotend ! Maintenant il faut nettoyer tout ça. Commencez par le bloc chauffant, pour le filetage je vous conseille l'utilisation d'un écouvillon en laiton de 6mm, c'est top ! Une fois le bloc propre, vous pouvez couper la chauffe de la machine si vous le souhaitez pour pouvoir lâcher le bloc chauffant sans risquer qu'il aille brûler quoi que ce soit... Attaquons nous au filetages de la buse et du heatbreak, pour ce faire personnellement je chauffe avec un briquet en tenant la pièce dans une pince, puis un petit coup de brosse à dent dans les filets et ça roule ! Une fois que tout est propre, on peut passer au remontage. -8) Remontage du hotend : Chauffez votre bloc chauffant si vous l'aviez laissé refroidir à l'étape précédente. Ensuite suivez les instructions précédentes en sens inverse, commencez par remettre le heatbreak et le radiateur dans le bloc chauffant, le heatbreak doit être vissé de façon à ce que que le haut de son filetage soit au raz de la surface supérieure du bloc chauffant. Si vous aviez laissé le radiateur sur le heatbreak en sautant l'étape 4, vous pourrez ajuster le heatbreak exactement comme il était avant en faisant en sorte que les faces avant et arrières du radiateur soient parallèles à celles du bloc chauffant. Ensuite remettez la buse dans son emplacement, laissez lui le temps de chauffer avant de serrer cette dernière contre le heatbreak puis bloquez juste la buse contre le heatbreak sans forcer outre mesure ENCORE UNE FOIS, PENSEZ A COUPER L'ALIMENTATION ELECTRIQUE AVANT D'UTILISER DES OUTILS METALIQUES SUR LA TETE... -9) Remontage du PTFE : Comme au démontage, il est fortement conseillé de remonter le PTFE à froid pour ne pas le cramer, donc laissez bien refroidir le hotend puis procédez à la remise en place du tube et du pneufit, veillez à ce que le tube PTFE soit coupé bien droit au bout et à ce qu'il soit bien enfoncé à fond dans le heatbreak. -10) Remise en place du hotend sur la machine : Comme pour l'étape 2, cela dépend de votre montage, procédez de façon inverse à cette dernière. -11) Réglage et essai : Une fois tout remis en place, la première chose à faire est un leveling du lit pour éviter que la buse ne vienne lui faire un gros bisou au premier home venu. Ensuite remettez du filament dans la machine et lancez un print de test de votre choix, en théorie et si vous avez bien suivi toutes les étapes et conseils, il sera nickel et vous n'aurez aucune fuite de plastique sur le hotend. Voilà, vous avez un hotend comme neuf, enjoy ! Je vous joint une petite vue éclatée du hotend en passant : J'espère que mon tuto est assez clair, si quelque chose ne l'est pas ou si vous avez une meilleure méthode pour une des étapes, n’hésitez pas à le dire et je modifierais (je compte sur un modérateur pour me donner les droits sur ce post) ! Kev.
  11. Bonjour à tous, Voici quelques informations pour ceux qui seraient tentés de vouloir accéder à Octoprint et surveiller une impression en cours depuis n'importe où ! Ce tuto est destiné aux clients de chez Orange, mais de nombreux fournisseurs proposent la même chose sur leurs box. Le problèmes : octoprint travail en local une grande partie d'entre nous n'ont pas d'adresse IP fixe et celle-ci change de façon régulière (tous les 24 ou 48h) Pour contourner ces problème et accéder à Octoprint depuis n'importe quel accès internet, nous allons utiliser un service de DNS dynamique gratuit. DynDNS étant passé payant depuis quelques temps, je vous conseil d'utiliser No-IP qui est devenu la nouvelle référence en service gratuit. Il existe d'autres service, vous en trouverez une liste chez Korben. Etape 1 : inscription chez No-IP Je ne vais pas réinventer l'eau chaude, ils ont une excellente vidéo et une page très bien détaillée sur le sujet : http://www.noip.com/support/knowledgebase/getting-started-with-no-ip-com/ Créez votre compte et votre nom de domaine . Etape 2 : configuration de la Livebox Si votre livebox est un peu ancienne, il est temps d'appeler leur service client en prétextant que vous perdez la connexion ou qu'elle redémarre tout le temps... bref d'obtenir une livebox de dernière génération. Vous payez tous les mois pour cette box, c'est votre droit ! Une fois dans l'interface de configuration de la livebox, passez en mode avancé (liste déroulante en haut à droite), puis allez dans le menu "Ma configuration Wifi et Livebox" / "DynDNS" Sélectionnez le service par lequel vous passez, saisissez les informations de connexion et validez. Ne vous inquiétez pas si l'association est en erreur, il faut que le service se synchronise. Ça ne prends que quelques minutes. Par sécurité, je vous conseil d'attribuer une adresse IP fixe à votre Octoprint. pour cela, un passage dans DHCP et DNS s'impose. Si vous n'avez rien changé et que votre octoprint est en marche et connecté au réseau, vous retrouverez son nom dans la liste de vos équipements. Copiez son adresse MAC, elle est obligatoire. Il vous reste donc à le retrouver dans la liste ci dessus, lui affecter l'adresse IP de votre choix et coller l'adresse MAC. Que ce soit en Wifi ou par cable, votre octoprint aura toujours la même adresse. Dernière étape : on redirige tout ce qui rentre vers octoprint. Pour cela, il faut créer une règle dans NAT - PAT Le schéma est assez explicite pour se passer de commentaires ... La règle la plus simple est de renvoyer tout ce qui rentre sur le port 80 vers le port 80 de votre octoprint. Par défaut, tout le reste sera bloqué de façon systématique (ça limite les attaques) et ce qui passe ne sera renvoyé que sur octoprint, sans autres possibilités ! Et voilà, c'est terminé ! Pour tester, n'essayez pas depuis votre ordinateur, vous auriez un message d'erreur car vous allez boucler ! Passez par votre téléphone ou votre tablette mais surtout sans le wifi ! Utilisez le réseau 3 ou 4G. Si vous souhaitez y accéder en interne, il faut utiliser l'adresse IP ou le octopi.local
  12. Update 13/03/2017 : Mise à jour du Tutoriel pour corriger les problèmes à l'installation des dernières version de Raspbian et d'Octoprint. ### Modération ### Si votre objectif est simplement d'avoir Octoprint, le tuto de Gisclace est plus simple à mettre en oeuvre. Si votre objectif est d'installer Octoprint sur votre distribution actuelle, vous êtes sur la bonne page. ###/Modération ### Ce sujet explique en détail (Noob compliant ) comment installer Octoprint sur une Raspbian vierge sur un Rasberry 3 avec Wifi et une Camera de la même marque. Télécharger Raspbian : https://downloads.raspberrypi.org/raspbian_lite_latest Télécharger Win32DiskImager : https://sourceforge.net/projects/win32diskimager/ Procédure pour copier l'image sur la SD : Windows : https://www.raspberrypi.org/documentation/installation/installing-images/windows.md Mac : https://www.raspberrypi.org/documentation/installation/installing-images/mac.md Linux : https://www.raspberrypi.org/documentation/installation/installing-images/linux.md Décompresser le fichier : 201y-xx-yy-raspbian-jessie-lite.zip Vous devez obtenir un fichier : 201y-xx-yy-raspbian-jessie-lite.img Lancer Win32DiskImager : a- Sélectionner votre fichier *.img et le lecteur de votre carte SD. b- Cliquer sur 'Write'. c- Dire "Yes" pour le message d'avertissement. Votre carte SD va être effacé. d- Deux minutes plus tard, vous avez un message qui vous dit que c'est OK. Pour finir insérer votre carte SD dans votre Raspberry Dans les dernières release de Raspbian pour des raisons de sécurité le SSH n'est pas activé. Connecter le Pi à un écran/Clavier. Les informations de connections par défaut : login : pi password : raspberry Attention vous êtes en clavier UK, pour la lettre A taper sur la touche Q. Le reste est identique. Vous aurez ce jolie prompt : Last login: Fri May 27 11:50:56 2016 pi@raspberrypi:~$ Nous allons passer le clavier en AZERTY : pi@raspberrypi:~ $ sudo raspi-config Choisir l'option 4 : Choisir I3 : Laisser par défaut et faire "Enter" Sélectionner "Other" et valider Dans la liste choisir "French" et valider Sélectionner juste "French" et valider Laisser le choix par défaut et valider Laisser le choix par défaut et valider Laisser le choix par défaut et valider Sélectionner "Finish" Maintenant il faut reboot votre Pi pour prise en compte : pi@raspberrypi:~ $ sudo reboot Il est plus simple de se connecter depuis votre PC à votre Pi. Cela permet de faire du copier/coller. Il va falloir faire deux choses, activer le SSH sur le Pi et télécharger un client SSH pour vous connecter dessus. Télécharger Putty : http://www.chiark.greenend.org.uk/~sgtatham/putty/latest.html Si vous ne savez pas utiliser putty : https://www.it-connect.fr/chapitres/apprendre-a-manier-putty-les-options-de-connexion/ Pour activer le SSH, taper les commandes suivantes : pi@raspberrypi:~ $ sudo service ssh start pi@raspberrypi:~ $ sudo update-rc.d ssh defaults Pour récupérer votre IP pour vous connecter avec Putty : pi@raspberrypi:~ $ sudo ifconfig | grep "inet addr" inet addr:192.168.1.14 Bcast:192.168.1.255 Mask:255.255.255.0 Une fois connecté avec Putty ou autre poursuivons 1- Se connecter à votre wifi : pi@raspberrypi:~$ sudo nano /etc/wpa_supplicant/wpa_supplicant.conf Vous allez à la fin du fichier et vous rajoutez ceci : network={ ssid="Le nom de votre reseau wifi" psk="Le mot de passe de votre wifi" } Vous devriez avoir un fichier qui ressemble à ça : country=FR ctrl_interface=DIR=/var/run/wpa_supplicant GROUP=netdev update_config=1 network={ ssid="Le nom de votre reseau wifi" psk="Le mot de passe de votre wifi" } Nota : Les champs entre "blabla wifi" sont à remplacer par votre SSID Wifi et votre mot de passer wifi. Sauvegarder le fichier avec la combinaison de touche CTRL + X On reboot et on débranche le câble Ethernet : pi@raspberrypi:~$ sudo reboot Si vous êtes avec un écran/clavier faire également un reboot, et lors de l'affichage du prompt taper la commande suivante pour trouver l'IP : pi@raspberrypi:~ $ sudo ifconfig wlan0 wlan0 Link encap:Ethernet HWaddr b8:27:eb:24:99:8a inet addr:192.168.1.244 Bcast:192.168.1.255 Mask:255.255.255.0 inet6 addr: fe80::8ae4:c012:91c4:9f65/64 Scope:Link UP BROADCAST RUNNING MULTICAST MTU:1500 Metric:1 RX packets:460 errors:0 dropped:204 overruns:0 frame:0 TX packets:114 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0 collisions:0 txqueuelen:1000 RX bytes:89232 (87.1 KiB) TX bytes:22578 (22.0 KiB) Sinon, retourner sur votre Box/Routeur/Firewall pour trouver l'IP associé au Baud DHCP. Je vous recommande vivement de fixer l'adresse du boitier pour pas qu'il change d'IP à chaque reboot. Si vous avez un DNS interne chez vous, pensez également à rentrer un FQDN c'est plus simple à retenir. Vérifier que vous avez bien accès à Internet depuis votre Pi : pi@raspberrypi:~ $ ping www.google.fr PING www.google.fr (216.58.208.227) 56(84) bytes of data. 64 bytes from par10s22-in-f227.1e100.net (216.58.208.227): icmp_seq=1 ttl=56 time=5.65 ms 64 bytes from par10s22-in-f227.1e100.net (216.58.208.227): icmp_seq=2 ttl=56 time=7.12 ms 64 bytes from par10s22-in-f227.1e100.net (216.58.208.227): icmp_seq=3 ttl=56 time=8.44 ms 2- Changer le mot de passe Taper la commande passwd Indiquer le mot de passe actuel : raspberry Taper deux fois de suite votre nouveau mot de passe pi@raspberrypi:~ $ passwd Changing password for pi. (current) UNIX password: Enter new UNIX password: Retype new UNIX password: passwd: password updated successfully 3- Mettre à jour le systéme et le firmware pi@raspberrypi:~ $ sudo apt-get -y update && sudo apt-get -y dist-upgrade && sudo apt-get -y autoremove && sudo apt-get -y autoclean pi@raspberrypi:~ $ sudo apt-get -y install rpi-update pi@raspberrypi:~ $ sudo rpi-update [...] *** Relaunching after update *** Raspberry Pi firmware updater by Hexxeh, enhanced by AndrewS and Dom *** We're running for the first time *** Backing up files (this will take a few minutes) *** Backing up firmware *** Backing up modules 4.4.50-v7+ [...] *** Updating firmware *** Updating kernel modules *** depmod 4.9.13-v7+ *** depmod 4.9.13+ *** Updating VideoCore libraries *** Using HardFP libraries *** Updating SDK *** Running ldconfig *** Storing current firmware revision *** Deleting downloaded files *** Syncing changes to disk *** If no errors appeared, your firmware was successfully updated to d8803bc3b369b087450e636beb0cb30857e3215e *** A reboot is needed to activate the new firmware pi@raspberrypi:~ $ sudo reboot 5- Mettre le Pi à l'heure pi@raspberrypi:~ $ sudo dpkg-reconfigure tzdata Choisir votre continent : Choisir la Capital de votre Pays : Vous devriez obtenir l'output suivant : Current default time zone: 'Europe/Paris' Local time is now: Mon Aug 15 18:09:00 CEST 2016. Universal Time is now: Mon Aug 15 16:09:00 UTC 2016. Si l'heure est fausse, c'est que votre Pi ne se synchronise pas sur un serveur NTP. Deux solutions : Vous n'avez pas accès à l'internet, faite en sorte d'avoir accès à Internet. Reprendre le début du tuto. http://framboisepi.fr/synchronisation-sur-un-serveur-de-temps/ 6- Finir de configurer son Pi Lancer le raspi-config pi@raspberrypi:~ $ sudo raspi-config Aller dans les "Advanced Options" Lancer la première ligne : "Expand Filesystem" Lancer l'option 5 pour activer la camera : Et valider l'option "P1 Camera" Naviguer vers "Finish" avec la touche TAB et lancer le reboot du Pi (encore oui je sais... ) 7- Installer (enfin) Octoprint Installer les paquets nécessaire pour Octoprint : pi@raspberrypi:~ $ sudo apt-get -y install python-pip python-dev python-setuptools python-virtualenv git libyaml-dev build-essential Aller dans le répertoire /home/pi : pi@raspberrypi:~ $ cd /home/pi Vérifier : pi@raspberrypi:~ $ pwd /home/pi Lancer le téléchargement des Binaires d'Octoprint : pi@raspberrypi:~ $ git clone --depth 1 https://github.com/foosel/OctoPrint.git Cloning into 'OctoPrint'... remote: Counting objects: 690, done. remote: Compressing objects: 100% (638/638), done. remote: Total 690 (delta 38), reused 328 (delta 9), pack-reused 0 Receiving objects: 100% (690/690), 3.53 MiB | 1.06 MiB/s, done. Resolving deltas: 100% (38/38), done. Checking connectivity... done. Naviguer vers le répertoire nouvellement créé : pi@raspberrypi:~ $ cd OctoPrint/ pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ Lancer l'installation : pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ virtualenv venv Running virtualenv with interpreter /usr/bin/python2 New python executable in venv/bin/python2 Also creating executable in venv/bin/python Installing setuptools, pip...done. pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ ./venv/bin/pip install pip --upgrade Downloading/unpacking pip from https://pypi.python.org/packages/b6/ac/7015eb97dc749283ffdec1c3a88ddb8ae03b8fad0f0e611408f196358da3/pip-9.0.1-py2.py3-none-any.whl#md5=297dbd16ef53bcef0447d245815f5144 Downloading pip-9.0.1-py2.py3-none-any.whl (1.3MB): 1.3MB downloaded Installing collected packages: pip Found existing installation: pip 1.5.6 Uninstalling pip: Successfully uninstalled pip Successfully installed pip Cleaning up... pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ ./venv/bin/python setup.py install [...] Installed /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/pytz-2016.10-py2.7.egg Finished processing dependencies for OctoPrint==1.3.1 On créé le répertoire de config : pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ mkdir ~/.octoprint On rajoute le user 'pi' au groupe 'tty' : pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ sudo usermod -a -G tty pi On rajoute le user 'pi' au groupe 'dialup' : pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ sudo usermod -a -G dialout pi Maintenant on test si ça marche : pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ cd /home/pi pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ ~/OctoPrint/venv/bin/octoprint Starting the server via "octoprint" is deprecated, please use "octoprint serve" from now on. 2017-03-13 21:31:30,471 - octoprint.server - INFO - Starting OctoPrint 1.3.1 (master branch) 2017-03-13 21:31:30,548 - octoprint.plugin.core - INFO - Loading plugins from /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins, /home/pi/.octoprint/plugins and installed plugin packages... 2017-03-13 21:31:31,954 - octoprint.plugins.discovery - INFO - pybonjour is not installed, Zeroconf Discovery won't be available 2017-03-13 21:31:31,957 - octoprint.plugin.core - INFO - Found 7 plugin(s) providing 7 mixin implementations, 4 hook handlers 2017-03-13 21:31:31,992 - octoprint.plugin.core - INFO - Loading plugins from /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins, /home/pi/.octoprint/plugins and installed plugin packages... 2017-03-13 21:31:32,289 - octoprint.plugin.core - INFO - Found 7 plugin(s) providing 7 mixin implementations, 4 hook handlers 2017-03-13 21:31:32,295 - octoprint.filemanager.storage - INFO - Initializing the file metadata for /home/pi/.octoprint/uploads... 2017-03-13 21:31:32,296 - octoprint.filemanager.storage - INFO - ... file metadata for /home/pi/.octoprint/uploads initialized successfully. 2017-03-13 21:31:34,505 - octoprint.util.pip - INFO - Using "/home/pi/OctoPrint/venv/bin/python -m pip" as command to invoke pip 2017-03-13 21:31:36,668 - octoprint.util.pip - INFO - Version of pip is 9.0.1 2017-03-13 21:31:36,669 - octoprint.util.pip - INFO - pip installs to /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages, --user flag needed => no, virtual env => yes 2017-03-13 21:31:36,671 - octoprint.plugin.core - INFO - Initialized 7 plugin implementation(s) 2017-03-13 21:31:36,677 - octoprint.plugin.core - INFO - 7 plugin(s) registered with the system: | Announcement Plugin (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/announcements | Core Wizard (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/corewizard | CuraEngine (<= 15.04) (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/cura | Discovery (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/discovery | Plugin Manager (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/pluginmanager | Software Update (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/softwareupdate | Virtual Printer (bundled) = /home/pi/OctoPrint/venv/lib/python2.7/site-packages/OctoPrint-1.3.1-py2.7.egg/octoprint/plugins/virtual_printer 2017-03-13 21:31:36,683 - octoprint.filemanager - INFO - Adding backlog items from all storage types to analysis queue... 2017-03-13 21:31:36,686 - octoprint.filemanager - INFO - Added 0 items from storage type "local" to analysis queue 2017-03-13 21:31:36,686 - octoprint.server - INFO - Reset webasset folder /home/pi/.octoprint/generated/webassets... 2017-03-13 21:31:36,687 - octoprint.server - INFO - Reset webasset folder /home/pi/.octoprint/generated/.webassets-cache... 2017-03-13 21:31:37,023 - octoprint.plugins.discovery - INFO - Registered OctoPrint instance on raspberrypi for SSDP 2017-03-13 21:31:37,127 - octoprint.plugins.pluginmanager - INFO - Loaded plugin repository data from http://plugins.octoprint.org/plugins.json 2017-03-13 21:31:37,169 - octoprint.server - INFO - Listening on http://0.0.0.0:5000 2017-03-13 21:31:37,415 - octoprint.plugins.announcements - INFO - Loaded channel _important from http://octoprint.org/feeds/important.xml in 0.24s Si pas de gros message d'erreur ou de gros warning à l'écran vous devriez pouvoir accéder à Octoprint depuis votre PC : Ouvrez un navigateur et taper l'URL : http://votreip:5000 Vous devriez arriver sur le popup suivant : Bonne nouvelle, votre installation d'Octoprint fonctionne. Faire CTRL + C dans le terminal putty pour tuer le proccess. Maintenant nous allons voir pour démarrer automatiquement Octoprint au démarrage du Pi. 8- Démarrer Octoprint automatiquement Editer le fichier suivant : pi@raspberrypi:~ $ nano ~/OctoPrint/scripts/octoprint.default Retirer le # devant la ligne : #DAEMON=/home/pi/OctoPrint/venv/bin/octoprint Ce qui donne : DAEMON=/home/pi/OctoPrint/venv/bin/octoprint Copier le fichier init dans le init.d pour un autostart au boot du Pi pi@raspberrypi:~ $ sudo cp ~/OctoPrint/scripts/octoprint.init /etc/init.d/octoprint Lui donner les droits d'exécution : pi@raspberrypi:~ $ sudo chmod +x /etc/init.d/octoprint Copier le fichier Default dans le bon répertoire : pi@raspberrypi:~ $ sudo cp ~/OctoPrint/scripts/octoprint.default /etc/default/octoprint Ajouter Octoprint en démarrage automatique. pi@raspberrypi:~ $ sudo update-rc.d octoprint defaults Vérifier que ça fonctionne : pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ sudo service octoprint start pi@raspberrypi:~/OctoPrint $ sudo service octoprint status ● octoprint.service - LSB: OctoPrint daemon Loaded: loaded (/etc/init.d/octoprint) Active: active (running) since Mon 2017-03-13 21:39:50 CET; 1s ago Process: 9869 ExecStart=/etc/init.d/octoprint start (code=exited, status=0/SUCCESS) CGroup: /system.slice/octoprint.service └─9875 /home/pi/OctoPrint/venv/bin/python /home/pi/OctoPrint/venv/bin/octoprint serve --port=5000 Mar 13 21:39:50 raspberrypi octoprint[9869]: Starting OctoPrint Daemon: OctoPrint. Mar 13 21:39:50 raspberrypi systemd[1]: Started LSB: OctoPrint daemon. Le service est "running" tout va bien, on reboot (encore ) pour vérifier : pi@raspberrypi:~ $ sudo reboot Une fois qu'il a reboot, normalement vous avez accès depuis votre navigateur. http://votreip:5000/ 9- Configurer Octoprint Lors de la première connexion, Octoprint vous demande si vous voulez indiquez un mot de passe pour l'interface web. C'est à votre convenance, si c'est juste en local "why not". Si vous voulez y accéder de l'extérieur "OBLIGATOIRE". Vous arrivez maintenant sur l'interface principal : Il faut configurer votre imprimante. Aller dans 'Settings' en haut à droite. Et vous rendre dans 'Printer profile' pour cliquer sur 'Add Profile' Indiquer les paramètres de votre imprimante, dans mon cas une SmartCub3D : De retour sur la page des imprimantes, cliquer sur l'étoile à droite de la ligne de votre imprimante. Ceci pour passer en imprimante par défaut. Faire "Save" en bas à droite. De retour sur la page principal, connecter votre imprimante. Toujours avec vos paramètres, ici encore pour la SmartCub3D : Et appuyer sur "Connect" Une fois connecter, les températures de votre imprimante devrais s'afficher sur l'interface et vous devriez voir un "Machine State: Operational" On va maintenant tester que l'imprimante répond au contrôle d'Octoprint. Vous rendre dans l'onglet "Control" : Tester les différents mouvement... Si c'est ok vous êtes prêt à imprimer, mais installons la Camera avant. 10- Installer la camera Installer les paquets nécessaires : pi@raspberrypi:~ $ sudo apt-get -y install subversion libjpeg8-dev imagemagick libav-tools cmake Revenir dans le répertoire du user pi : pi@raspberrypi:~ $ cd /home/pi/ Télécharger Mjpg Streamer : pi@raspberrypi:~ $ git clone https://github.com/jacksonliam/mjpg-streamer.git Cloning into 'mjpg-streamer'... remote: Counting objects: 2543, done. remote: Total 2543 (delta 0), reused 0 (delta 0), pack-reused 2543 Receiving objects: 100% (2543/2543), 3.41 MiB | 2.60 MiB/s, done. Resolving deltas: 100% (1578/1578), done. Checking connectivity... done. Aller dans son répertoire : pi@raspberrypi:~ $ cd mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental Paramétrer les 'Path' par défaut : pi@raspberrypi:~/mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental $ export LD_LIBRARY_PATH=. On compile : pi@raspberrypi:~/mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental $ make [...] [100%] Built target output_udp make[2]: Leaving directory '/home/pi/mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental/_build' make[1]: Leaving directory '/home/pi/mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental/_build' Si pas d'erreur on passe à la suite. Test de la camera, lancer la commande suivante : pi@raspberrypi:~/mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental $ ./mjpg_streamer -i "./input_raspicam.so -fps 5" -o "./output_http.so" Vous devriez avoir l'Output suivant : MJPG Streamer Version.: 2.0 i: fps.............: 5 i: resolution........: 640 x 480 i: camera parameters..............: Sharpness 0, Contrast 0, Brightness 50 Saturation 0, ISO 0, Video Stabilisation No, Exposure compensation 0 Exposure Mode 'auto', AWB Mode 'auto', Image Effect 'none' Metering Mode 'average', Colour Effect Enabled No with U = 128, V = 128 Rotation 0, hflip No, vflip No ROI x 0.000000, y 0.000000, w 1.000000 h 1.000000 o: www-folder-path...: disabled o: HTTP TCP port.....: 8080 o: username:password.: disabled o: commands..........: enabled i: Starting Camera Encoder Buffer Size 81920 Vous devriez pouvoir accéder à votre camera depuis un navigateur Web : http://votreip:8080/?action=stream Cool non ? Bon par contre c'est chiant si il faut lancer un terminal et le garder ouvert pour la Camera. Pour pouvoir allumer ou éteindre la camera depuis l'interface Web d'Octoprint : Editer le fichier : pi@raspberrypi:~ $ nano /home/pi/.octoprint/config.yaml Remplacer : webcam: {} Par : webcam: stream: http://<your Raspi's IP>:8080/?action=stream snapshot: http://127.0.0.1:8080/?action=snapshot ffmpeg: /usr/bin/avconv Créer le répertoire scripts pi@raspberrypi:~ $ mkdir /home/pi/scripts/ Editer le fichier suivant : pi@raspberrypi:~ $ nano /home/pi/scripts/webcam Et copier dedans : #!/bin/bash # Start / stop streamer daemon case "$1" in start) /home/pi/scripts/webcamDaemon >/dev/null 2>&1 & echo "$0: started" ;; stop) pkill -x webcamDaemon pkill -x mjpg_streamer echo "$0: stopped" ;; *) echo "Usage: $0 {start|stop}" >&2 ;; esac Pour enregister CTRL + X Editer le fichier suivant : pi@raspberrypi:~ $ nano /home/pi/scripts/webcamDaemon Et copier dedans : #!/bin/bash MJPGSTREAMER_HOME=/home/pi/mjpg-streamer/mjpg-streamer-experimental MJPGSTREAMER_INPUT_USB="input_uvc.so" MJPGSTREAMER_INPUT_RASPICAM="input_raspicam.so" # init configuration camera="auto" camera_usb_options="-r 640x480 -f 10" camera_raspi_options="-fps 10" if [ -e "/boot/octopi.txt" ]; then source "/boot/octopi.txt" fi # runs MJPG Streamer, using the provided input plugin + configuration function runMjpgStreamer { input=$1 pushd $MJPGSTREAMER_HOME echo Running ./mjpg_streamer -o "output_http.so -w ./www" -i "$input" LD_LIBRARY_PATH=. $MJPGSTREAMER_HOME popd } # starts up the RasPiCam function startRaspi { logger "Starting Raspberry Pi camera" runMjpgStreamer "$MJPGSTREAMER_INPUT_RASPICAM $camera_raspi_options" } # starts up the USB webcam function startUsb { logger "Starting USB webcam" runMjpgStreamer "$MJPGSTREAMER_INPUT_USB $camera_usb_options" } # we need this to prevent the later calls to vcgencmd from blocking # I have no idea why, but that's how it is... vcgencmd version # echo configuration echo camera: $camera echo usb options: $camera_usb_options echo raspi options: $camera_raspi_options # keep mjpg streamer running if some camera is attached while true; do if [ -e "/dev/video0" ] && { [ "$camera" = "auto" ] || [ "$camera" = "usb" ] ; }; then startUsb elif [ "`vcgencmd get_camera`" = "supported=1 detected=1" ] && { [ "$camera" = "auto" ] || [ "$camera" = "raspi" ] ; }; then startRaspi fi sleep 120 done On rend les deux fichiers exécutable : pi@raspberrypi:~ $ chmod +x /home/pi/scripts/webcam pi@raspberrypi:~ $ chmod +x /home/pi/scripts/webcamDaemon On édite le fichier suivant : pi@raspberrypi:~ $ nano /home/pi/.octoprint/config.yaml Et on remplace : system: {} Par : system: actions: - action: streamon command: /home/pi/scripts/webcam start confirm: false name: Start video stream - action: streamoff command: /home/pi/scripts/webcam stop confirm: false name: Stop video stream On redémarre OctoPrint : pi@raspberrypi:~ $ sudo service octoprint restart Vous devriez voir apparaître dans l'interface le menu suivant : Cliquer sur 'Start' : Vous devriez voir votre Webcam dans l'Onglet 'Control' et l'onglet 'Timelapse' devrait apparaître (Si rien ne s'affiche faire F5 pour rafraîchir la page) 11- Le port 5000 c'est bien... A partir de maintenant vous devez pouvoir accéder à votre installation Octoprint depuis l'URL : http://votreip:5000/ Perso j'aime pas les :xxxx, on va donc le rediriger vers le port 80. On est sur un réseau local, le https ne sert à rien. Par contre si vous souhaitez ouvrir votre Octoprint sur Internet je vous recommande le 443 (https), sauf si vous avez un Reverse Proxy sécurisé en frontal de votre connexion. On install haproxy : pi@raspberrypi ~ $ sudo apt-get -y install haproxy On le configure : pi@raspberrypi:~ $ sudo nano /etc/haproxy/haproxy.cfg Effacer tout ce qui se trouve dans le fichier et le remplacer par : global maxconn 4096 user haproxy group haproxy daemon log 127.0.0.1 local0 debug defaults log global mode http option httplog option dontlognull retries 3 option redispatch option http-server-close option forwardfor maxconn 2000 timeout connect 5s timeout client 15min timeout server 15min frontend public bind *:80 use_backend webcam if { path_beg /webcam/ } default_backend octoprint backend octoprint reqrep ^([^\ :]*)\ /(.*) \1\ /\2 option forwardfor server octoprint1 127.0.0.1:5000 backend webcam reqrep ^([^\ :]*)\ /webcam/(.*) \1\ /\2 server webcam1 127.0.0.1:8080 On redémarre le service haproxy : pi@raspberrypi:~ $ sudo service haproxy restart Vous devriez pouvoir accéder à votre interface web depuis : http://votreip Et la webcam depuis : http://votreip/webcam/?action=stream ---- PS1 : Nano est donné pour exemple pour l'édition de vos fichiers. Vous pouvez utiliser Vim c'est bien aussi PS2 : Je viens de faire une fresh install en écrivant ce tuto, donc normalement vous devriez pas avoir de problème pour l'installation d'Octoprint. Je suis ouvert à tous commentaires. 12- Activer les mises à jour automatique et installer des plugins 13- Régler la caméra et activer les mises à jour système automatique
  13. Voici la procédure d'installation d'un écran type RepRap Discount Full Graphic LCD sur la discovery200. L'écran est fonctionnel à 100% (écran, carte SD, beeper, encodeur et bouton reset) Quelques remarques avant de commencer: - Cette installation fonctionne sur ma disco achetée fin décembre 2015 sans lit chauffant et un palpeur blanc (ces options sont désactivées dans le marlin). si vous êtes dans la même configuration il y a donc de grandes chances que cela fonctionne aussi pour vous. DANS TOUS LES CAS, FAITES TRES ATTENTION LORS DU PREMIER DEMARRAGE ET SOYEZ PRET A COUPER RAPIDEMENT L'IMPRIMANTE EN CAS DE PROBLEME - L'écran occupera l'ensemble des connecteurs de la carte Melzi (il devrait juste vous rester la masse du connecteur ISP) - Le marlin ne laisse que 9ko de disponible donc à priori pas assez pour activer le lit chauffant sans une forte optimisation (suppression du bed leveling?)... mais je peux me tromper - il faut un fichier auto0.g pour que l'impression se lance automatiquement à l'allumage. ce n'est pas forcément important car on a maintenant accès aux différents fichiers stockés sur la SD via les menus et on peut les lancer quelque soit leur nom. Je suis parti du marlin celui qui a été proposé par @Dumnac que je souhaite remercier pour tout le travail qu'il a effectué. Grâce à lui, tout ce qu'il me restait c’était d'activer la bonne option et modifier deux/trois petites choses 1) Installation de l'IDE Arduino - Il faut les étapes indiqués par Dagoma pour la mise à jour du firmware jusqu'à l'étape 4: http://www.dagoma.fr/tutoriels/mise-a-jour-de-la-carte-electronique/ - Télécharger ensuite la dernière version de l'IDE Arduino (1.6.7 dans mon cas) en version ZIP - Dans le ZIP, aller dans le répertoire hardware/tool et copier le dossier AVR dans le dossier hardware/tool de votre votre répertoire d'installation Arduino 1.0.6 - Télécharger la dernière version de U8Glib sur https://code.google.com/archive/p/u8glib/downloads et copier la dans le répertoire Library de votre répertoire d'installation arduino 1.0.6 2) Flashage de la carte melzi - Reprenez les étapes de la procédure de Dagoma (on en était à l'étape 5) mais utiliser mon marlin au lieu de celui de Dagoma. 3) Câblage de l'écran - l'agencement Les connecteurs de l'écran ne sont pas compatible avec les pins de la Melzi - Si vous avez de quoi faire graver des PCB il y a les plans de carte adaptatrice ici (je ne l'ai pas testé mais ça a l'air bon): https://www.thingiverse.com/thing:488884/#files - Si vous n'avez pas de quoi graver il vous reste la solution des fils jumper femelle/femelle de ce type: http://www.taydaelectronics.com/premium-jumper-wires-female-female-300mm-pack-of-40.html (il y a différentes longueurs et différents fournisseurs aussi) Voici le schéma de câblage des connecteurs vue lorsqu'on regarde l'arrière de la carte du LCD et le nom des pins à connecter sur la melzi:
  14. Cette suite de tutos sur Freecad (en francais) me semble claire et pas trop dur à digérer, chaque sujet/thème, bien structuré, étant abordé de façon assez courte. (de 10 à 20 minutes en moyenne) Bien débuter avec Freecad, Tuto FR en 9 "épisodes" Tuto FreeCad [FR] en 16 "épisodes" Merci à ce Youtubeur
  15. Bonjour, Je reconnais volontiers que le titre est provocateur, mais sachez que c'est uniquement pour attirer l'oeil et que je me considère moi même comme un "nul" en modélisation. La preuve, je vais vous parler aujourd'hui de modélisation ou plus exactement personnalisation d'un objet. Certains attendent longuement pendant l'impression ( ne laissez JAMAIS une imprimante sans surveillance et restez à proximité... vous avez tout juste le droit de parler au voisin et au facteur ^^ ). C'est pourquoi nous allons ici apprendre à créer une personnalisation, à partir d'un objet prélevé sur le net ( rien ne vous empêche d'utiliser vos propres objets aussi ). 1°) Tout d'abord prélèvement d'un objet sur un site selon un mot de recherche spécifique : http://www.yeggi.com/ , https://www.thingiverse.com/, https://www.threeding.com/, https://cse.google.com/cse/home?cx=005812304202375195153:4fy5nsen-54, et j'en passe... Vu qu'il y a des intéressés autour de l'Arduino, nous prendrons pour exemple : http://www.thingiverse.com/thing:1386958 ( coffret Arduino ) Depuis quelques semaines, vous pouvez d'ailleurs aperçevoir une fenêtre sur les autorisations ( ou pas ) d'utilisation de ces fichiers à des fins personnelles ou plus... Bref, respectez le travail d'autrui et ne vous amusez pas à revendre des heures de labeur d'un autre. Parfois le fichier téléchargé est compressé, "dézippez" le. 2°) Ouvrez à présent sur internet : https://www.tinkercad.com/ Il n'y a pas d'installation de programme, ce logiciel de modélisation 3D s'utilise uniquement en ligne. Il est gratuit, et n'est pas bridé à 50 objets comme il aurait du l'être; il n'a pas non plus de version payante. Si vous n'avez pas de compte, crée le. Profitez en pour faire les tutoriels de base pour mieux contrôler les différentes possibilités ( oui, c'est en anglais et non on ne peut pas mettre de français à la place). Important ; en cas de mauvaise manipulation, ou d'erreur ; cliquez sur Undo ( flèche à gauche dans la barre du haut ) pour revenir une fois ou plusieurs fois en arrière. Cliquez sur Create a new design ( bouton bleu ) si vous ne voyez pas la grille "workplane". Ensuite, sur la droite de cette grille, vous devez apercevoir une fenêtre avec les onglets suivants : Favorites, Import, Shape Generators, Helpers, Components, Geometric, ... Si vous ne voyez pas cette fenêtre à droite, cliquez sur la flêche à droite ( à mi-hauteur ). Cliquez sur Import, sur File, scale : 100%, unit : mm, et enfin : "Choisissez un fichier" Vous sélectionnez l'emplacement du fichier : ArduinoBoxLid.stl dans votre ordinateur et enfin cliquez sur Import. Laissez mouliner quelque temps votre ordinateur et voilà, vous avez téléchargé un fichier prélevé sur le net. 3°) Nous allons dans un premier temps, retourner la pièce téléchargée. Attention, n'abusez pas de cette fonction... en effet, les pièces se déforment parfois lors de ces manipulations. Faites un clic gauche sur la pièce, vous apercevez alors trois "double-flèches" autour de l'objet. Clic gauche sur la double flèche MAINTENU, ne relâchez pas ce clic tant que vous n'arrivez pas à 180° pour voir le côté plat de pièce au dessus. Si vous vous trompez, plutôt que de calculer l'angle manquant, cliquez en haut sur Undo et recommencez. Vous devrez alors avoir pour visuel la pièce suivante : https://tinkercad.com/things/aQHgAoYisma 4°) Nous allons indiquer à Tinkercad notre nouveau plan de travail Cliquez sur Helpers ( rappelez vous la fenêtre de droite ) et ensuite sur Workplane. Effectuez un second clic gauche sur la boite. Le plan de travail se situe à présent juste au dessus de la boite et le workplane perd sa couleur bleue, devient marron ( pour nous rappeller que nous ne sommes plus sur le plan d'origine ). Visuel de la pièce : https://tinkercad.com/things/68OLxar8tcn 5°) Nous allons importer un modèle du lettrage provenant de la bibliothèque de Tinkercad. Cliquez sur Shape Generators ( rappelez vous la fenêtre à droite ), ensuite sur Community juste en dessous ( entre Tinkercad et Your Shape Generators ). Cliquez sur 5,7,9, et enfin 10 : pour afficher la 10ème page et cliquez sur Text ( le premier icône orange, marqué Text ). Effectuez un second clic gauche après avoir rapproché le pointeur de souris au dessus de la boite. Ne vous inquiétez pas pour le centrage, nous verrons cela par la suite. Une fenêtre Inspector apparaît, nous allons l'utiliser pour changer les paramètres. Visuel de la pièce et du texte en brut : https://tinkercad.com/things/7h7RK1cKfGF 6°) Modifions à présent l'intitulé, la taille et la police du texte Si vous ne voyez plus la fenêtre Inspector, cliquez à nouveau sur le texte bleu. Dans l'Inspector, tapez dans la fenêtre grisée sous Text : LesImprimantes3D.FR Comme vous pouvez le voir, le texte dépasse de la boite et cette police ne nous convient pas forcément. Tout d'abord, choisissons une police de caractères. Toujours dans l'Inspector, cliquons dans la fenêtre sous Font et prenons Bebas. Cliquez en maintenu sur le carré noir ( celui qui est plein entre les deux noir-blanc ) à côté du L au dessus de la boite, glissez sur la droite pour obtenir la longueur désirée. Cliquez aussi en maintenu sur le mot pour le glisser à peu près à l'endroit voulu... et recommencez à l'étape précédente si la llongueur ne vous satisfait pas encore. Nous allons ensuite réduire la hauteur d'origine de 10 mm vers 0.5 mm. Cliquez en maintenu sur le carré noir et blanc au centre du mot ( qui est sous la pointe noire ) , la dimension de la hauteur apparait : 10 mm. Glissez jusqu'à réduire cette valeur à 1,0 mm en hauteur ( attention, de ne pas passer en négatif ). ((( Vous pouvez faire des valeurs plus fines en changeant l'échelle en bas à droite de la fenêtre d'objet : snap grid ... 0.1 à la place de 1.0 par exemple ( mais evitez au début de l'apprentissage ) ))). Visuel de l'objet et LesImprimantes3D.FR : https://tinkercad.com/things/hkxLxC5RtNZ 7°) Nous allons centrer le texte sur la longueur et la largeur. Clic gauche sur la boite. Ensuite touche Shift maintenue et clic gauche sur le texte. Nous avons ainsi sélectionnés la boîte et le texte. ( vous pouvez également sélectionner les objets par "zone, clic maintenu en haut à gauche et relaché en bas à droite de notre fenêtre virtuelle... mais évitez au début ). Cliquez dans la barre du haut sur Adjust ( icône d'un crayon et d'une règle en forme de croix ), puis sur Align. Cliquez à nouveau une fois sur la boite pour indiquer que les centrages se feront à partir de l'emplacement de la boite. Enfin, cliquez sur les cercles noirs du milieu de la longueur et de la largeur ( pas la hauteur, sinon, le texte disparaitra sous la boite ). Visuel : https://tinkercad.com/things/0zSPkTm1lAI 8°) Si vous voulez garder du texte qui dépasse de la boite, passez à l'étape 9... mais attention, à l'impression... les couches suivant le lettrage n'auront pas de support... Nous allons ici mettre les lettres en transparent et descendre les lettres dans la boite pour imiter une "gravure" Cliquez sur le texte : LesImprimantes3D.FR. Dans la fenêtre Inspector, changez la couleur orange par du transparent en cliquant sur le rectangle Hole ( à côté de Color, le rectangle orange ). Cliquez ensuite en maintenu sur la pointe noire au milieu du texte, glissez et relâchez quand vous verrez -1.00 mm. VIsuel : https://tinkercad.com/things/gKUbtUUumFf 9°) Nous allons fusionner les deux pièces Il faut sélectionner les deux pièces : boite + texte , rappelez vous le début de la phase 7. Dans la fenêtre du haut, cliquez sur Group ( en forme de montagne = deux triangles ) à gauche de Adjust. Dans la fenêtre de droite, cliquez sur Helpers, puis Workplane et enfin dernier clic en dehors de l'objet : le workplane redevient bleu. Visuel : https://tinkercad.com/things/bAotcnexT7x 10°) Nous allons retourner la pièce ( encore une fois, évitez au maximum de tourner les pièces dans Tinkercad, car risque de déformation ). Bien entendu, vous savez que l'on peut également pivoter les objets dans Cura by Dagoma, Cura et tous les autres ( et là, aucun risque de déformation ). Clic gauche sur l'objet, puis clic maintenu sur la double flèche et relâché à 180° ( ou -180°). Visuel : https://tinkercad.com/things/58axr9rl1tU Pour terminer, en haut à gauche ( sur la droite du logo Tinkercad ), cliquez sur Design, ensuite sur : Download for 3D Printing. Dans la fenêtre qui apparait, cliquez sur le rectange .STL Voilà, vous avez récupéré l'objet "personnalisé" sur votre ordinateur ( section Mes Téléchargements )... Vous connaissez la suite... Cura ( ou CdB, ... ) et votre imprimante. Allez hop, au boulot ... vous n'avez plus d'excuses ^^
  16. Hello, Comme annoncé, voici un sujet sur Simplify3D avec la SmartCub3D, faisant suite à ce sujet : https://www.simplify3d.com/ Il est fait pour remplacer Repetier et slic3r, voici un article listant certain de ses avantages : http://www.makershop.fr/accessoires/611-simplify-3d.html A noter qu'il est payant, 149$ (~134€) sur le site de l'éditeur. Mais la qualité à un prix Même si il est compatible avec beaucoup d'imprimante FDM, les spécificités de notre imprimante font qu'il faut un profil spécial Profil officiel et Plateau à télécharger ici : > https://smartcub3d.com/guide/telechargement > Pour l'installer le plateau : [Tools] [Option] puis onglet [Machine]. Dans Printer Model, [Add] puis sélectionner le model "plateau.stl" ) Le profil qui est en téléchargement est configuré pour être utilisé avec de la colle sur le plateau chauffant. Pour ceux utilisant du scotch ou du BuildTak, voir plus bas. Voici comment ajouter ce profil dans S3D : Au démarrage, il va vous demander de configurer une imprimante : Choisir Other en fin de liste Remplir les champs, comme ci-dessous : Etape 1, terminé : Vous arrivez sur la fenetre, principal de S3D : Aller dans "File" et "Import FFF Profile" Naviguer vers le dossier ou vous avez téléchargé le profil et valider En bas de la fenêtre, appuyer le bouton "Add" Vous avez une nouvelle fenêtre qui apparaît : Sélectionner le profil "SmartCub3D", vous pouvez normalement maintenant imprimer. Pour imprimer : Dans le bloc en haut à gauche,clique sur "Import" ou bien glisser le STL dans la fenêtre Notre ami la grenouille, est maintenant sur le plateau : Pour configurer la qualité de l'impression, cliquer sur "Edit Process Settings" : Le profil "Fast" est identique au profil "Normal" de Repetier Le profil "Medium" donne des couches de 0.15mm. Je me sert que de celui là pour mes besoins. Le profil "High" donne des couches de 0.4mm. Mais il faut le revoir, car c'est pas terrible. Bouger le curseur de "Infill Percentage" pour changer le remplissage Cocher "Include Raft" si vous voulez un Raft" Cliquer sur "Generate Support" si vous voulez des supports automatique. Valider et il ne vous reste plus qu'a appuyer sur Pour adapter les paramètres : Régler la température : Les tutoriels pour utiliser le produit : https://www.simplify3d.com/support/tutorials/ Pour régler d'éventuel problème de qualité : https://www.simplify3d.com/support/print-quality-troubleshooting/ Et comme indiqué sur le site de @biostrike, de mauvais paramétrage peuvent endommager l'imprimante. Je ne serrais en aucun cas responsable de l'utilisation que vous faites de ce profil et de ce logiciel. Ne pas utiliser ces profils sur d'autre type de machine. ATTENTION ! Ne pas utiliser la fonction Tools -> "BED LEVELLING WIZARD" qui est inutile et non compatible avec la SmartCub3D.
  17. NOUVEAU TUTO : A partir du Firmware 2.24 le contrôle est encore plus simple ! Câblez suivant le schéma le relais 5V : Ne pas oublier de rajouter un cavalier. Brancher le fil de phase (de préférence) (+) de vos LEDs sur le relais. Pour des leds allumées dès la mise sous tension de la machine : COM et NC (préconisé), Pour des leds éteintes à la mise sous tension : COM et NO. Comment contrôler les LEDs avec un G-CODE ? Pour allumer vos LEDs : M355 S1 Pour éteindre vos LEDs : M355 S0 Attention selon votre branchement (COM/NC/NO) ça allumera ou éteindra. Insérez votre commande dans le trancheur (End Gcode) pour par exemple éteindre vos LEDs à la fin de l'impression. Vous pouvez aussi allumer ou éteindre avec l'écran LCD -> Menu >PREPARER Je préconise de brancher du 12V sur le relais, bien qu'il soit possible de mettre du 220V - MAX 10A.
  18. Bonjour, j'ai préalablement rechercher sur le forum mais je n'ai pas trouvé de réponse à ma question. Pourtant elle est très bête, je viens d'avoir la cr-10 et concernant l'installation du plateau. J'ai recu le plaque en verre et deux especes d'autocollants pour conduire la chaleur, faut-il les mettre entre le plateau et la plaque de verre. En fait je n'arrive pas à trouver ce que c'est et comment l'installer. Je sais c'est une question bête mais je bloque. Cordialement,
  19. Voici un petit tuto sans prétention qui permet de couper un fichier STL suivant les besoins .... Découper un fichier STL en plusieurs parties , présente trois avantages . Le premier c'est quand l'imprimante est trop petite , découper en plusieur partie un fichier STL cela permet d'avoir aucune limite dans la grandeur de la piece finie . Et comme je dois avoir l'imprimante la plus petite du forum et que je fais aussi parti de ceux qui font les plus grandes pieces, vous vous doutez bien que je fais beaucoup de découpes Le deuxieme avantage c'est que parfois les pieces sont faites de telle sorte qu'il faut mettre plein de support partout . Et une piece avec plein de support c'est pas terrible , quand on enlève les support il reste des traces . Et franchement c'est plus chiant de faire une post production que de faire une belle découpe . Enfin le dernier avantage , c'est que quand vous faites des découpes , vous pouvez variez les couleurs des differentes parties que vous avez découpées. Allez trêve de bavardage, on télécharge Netfabb sur https://www.autodesk.com/education/free-software/netfabb# quand vous avez telecharger Netfabb, lancez le et cliquez sur "projet" et "new" , chargez vote fichier stl Alors pour ce tuto on va commencer avec le Tie-Fighter , que voila : Comme vous pouvez le voir, vous pouvez mettre dans n'importe quelle sens le Tie-Fighter , il vous faudra un tas de supports. on va donc le couper en 2. Sur votre droite vous allez voir ce petit tableau , c'est la que tout ce passe : Donc la fonction Cuts avec les 3 axes X Y Z. Vous avez un curseur (le petit carré gris) que vous pouvez déplacer suivant la coupe que vous voulez , une ligne bleu pour l'axe Z , verte pour l'axe Y ou rouge pour l'axe X va se deplacer sur la piece . Dans notre cas nous allons déplacer l'axe Z et cela donne ceci : maintenant il suffit de valider la coupe en cliquant sur execute Cuts : ca donne ceci Vous pouvez voir que la coupe est pas top au milieu, on peu donc mieux faire , (a ce niveau la , la coupe est pas encore effective) . vous allez changer la valeur de deplacement du curseur , vous allez mettre 0.1 a la place de 1 . Vous allez pouvoir bouger la coupe plus precisement. déplacez la coupe en cliquant sur + ou - pour la mettre exactement ou vous le désirez. Ensuite nous allons confirmer la coupe définitivement en cliquant sur Cuts et cela va donner ca : Il suffit maintenant de cliqué sur l'un des deux parties pour selectionner une partie : La partie selectionnée est en vert , maintenant il faut l'exporter Cliquez sur part, export part , et "as STL" refaite la même operation pour la 2eme partie, cliquiez dessus pour quelle apparaisse en vert . Netfabb renome automatiquement les fichiers coupés en ajoutant au nom du fichier (cut1) (cut2) ce qui peut aider parfois. Voila vos deux fichiers sont prêt a être imprimé et sans support . un tit coup de colle et c'est fini : Voici donc ce premier tuto, j'essayerai de faire un autre tuto avec des coupes un peu plus compliquées .
  20. Salut. En me baladant sur les sites des différents fournisseurs, outre les blocs en aluminium, on peut voir du laiton ou du cuivre nickelé. Quel est l'intérêt d'utiliser ces matériaux et lequel privilégier ? Il y a forcément la conduction thermique qui change. Mais quoi de plus ? Sébastien
  21. Ce sujet complète celui de @sebdomme (https://www.lesimprimantes3d.fr/forum/topic/1244-piloter-sa-dagoma-discovery-200-en-wifi-avec-octoprint/#comment-11373). Il synthétise / complète les informations des différents messages, mais surtout il propose une méthode d'installation, sans clavier, sans écran HDMI / composite ni télévision, et sans brancher le raspberry pi en ethernet (à condition d'avoir un dongle wifi). Une nouvelle fois, merci à lui d'avoir présenter OctoPrint, testé et décrit pour nous les étapes essentielles. Ce tutorial est de type "out-of-the-box". En effet, nous allons installer une distribution spécifique pour le pilotage d'impression 3D, sur une carte mémoire vierge par exemple, à partir de 0. Prenez le temps de lire tout cet article avant de commencer. 0/ Matériel nécessaire un raspberry Pi 1 modèle B ou supérieur une carte mémoire (8 Go) de quoi alimenter le raspberry pi (cable micro USB) un dongle wifi, éventuellement 1/ Télécharger la dernière version d'Octoprint Sur le site officiel : http://docstech.net/OctoPiMirror/ J'ai choisi la version suivante : 2015-07-02_2015-05-05-octopi-wheezy-0.12.0.zip Compter 1.1 Go zippé, 3.2 Go pour l'image dézippée 2/ L'installer sur la carte SD J'ai utilisé "Win32 disk imager" (http://sourceforge.net/projects/win32diskimager/) sous Windows : Insérer la carte mémoire Lancer le logiciel Choisir le fichier ".img" Choisir la carte mémoire Cliquer sur "write" 3/ Pré-configurer le wifi Une fois la distribution copiée sur la carte mémoire, et avant d'allumer le raspberry, on va configurer le wifi : Ouvrir le fichier "octopi-network.txt" à la racine de la carte mémoire Décommenter les lignes, par exemple WPA/WPA2 pour une connexion wifi WPA Indiquer le nom du réseau + le mot de passe 4/ Premier démarrage Insérer la carte mémoire dans le raspberry Le brancher à l'alimentation USB Attendre un peu... Le raspberry va se connecter automatiquement au réseau wifi. Sous Windows, voici un méthode facile pour récupérer l'adresse IP du raspberry (à condition que la découverte du réseau soit autorisée). Afficher le "Réseau" dans l'explorateur de fichier Puis faire un clic droit sur "OctoPrint instance on octopi" et choisir "Propriétés" : 5/ Accès distant (SSH) Nous allons finaliser la configuration. Avec un client SSH (putty par exemple, http://www.chiark.greenend.org.uk/~sgtatham/putty/download.html) : Indiquer l'adresse IP, puis cliquer sur "Open" Valider l'avertissement de sécurité... Saisir le login : pi Et le mot de passe : raspberry 5.1 - On commence par changer le mot de passe par défaut, à l'aide de la commande "passwd". Il faut alors saisir le mot de passe actuel (raspberry) puis 2 fois le nouveau mot de passe. 5.2 - Suite de la configuration Exécuter l'instruction suivante : sudo raspi-config L'écran suivant va s'afficher. Sélectionner l'item 1 et valider avec la touche "Entrée". On indique au raspberry qu'il peut prendre toute la place disponible sur la carte mémoire.. Un message indique que tout sera ok au prochain reboot. Si vous avez une webcam : choisir l'item 5 et valider, puis choisir "Enable" et valider de nouveau. Pour terminer : sélectionner "Finish" en bas à droite et valider. Le raspberry va redémarrer. Putty perd alors la connexion. 6/ Site web OctoPrint Une fois le raspberry démarré : ouvrir un navigateur internet aller à l'adresse IP du raspberry le site OctoPrint s'affiche saisir un login et un mot de passe pour l'utilisateur "administrateur" du site puis cliquer sur le bouton bleu le centre de contrôle s'affiche alors Aucune information ! Le raspberry n'est pas connecté à l'imprimante Il est possible d'éteindre proprement le raspberry depuis le site web OctoPrint. Pour cela, se connecter avec le compte créé juste avant et dans le menu "System", cliquer sur "Shutdown". 7/ Branchement à l'imprimante Connecter le raspberry pi en USB à l'imprimante Alimenter le raspberry pi Allumer l'imprimante Se connecter de nouveau au site internet OctoPrint Aller dans les réglages ("Settings", en haut à droite) 7.1 - Profil d'imprimante Choisir "Printer profiles" dans le menu de gauche Cliquer sur "Add Profile" Je n'ai renseigné que le nom et le modèle : Name = Dagoma Discovery 200 Model = Discovery 200 Puis cliquer sur "Confirm" Cliquer ensuite sur l'étoile, sous "Action", correspondant à la ligne de la Discovery 200. Elle deviendra l'imprimante par défaut. 7.2 - Connexion USB Choisir maintenant "Serial Connection" dans le menu de gauche Serial Port = /dev/ttyUSB0 Baudrate = 250000 7.3 - Profils de température Choisir enfin "Temperatures" dans le menu de gauche Voici mes sélections : Pensez à cliquer sur "Save" ! 8/ Connexion De retour à l'accueil du site web OctoPrint, cliquez sur "Connect". La température doit alors afficher la température actuelle de la hotend. Le graphique affiche l'historique de temperature (30 min max, par défaut). 9/ Une première impression Pour cette première impression, je n'ai pas pris de risques. J'ai utilisé Cura-By-Dagoma pour calculer le fichier GCODE (le "dagoma0.g"). Il faut ensuite l'envoyer vers le raspberry : Faire chauffer : Puis cliquer sur "Imprimer". L'impression va commencer après vérification de la température et calibration. Les différents onglets permettent de suivre l'avancement de l'impression. On voit même sur l'onglet "GCode Viewer" le filament déposé, couche par couche, en temps réel (même si ce n'est qu'une simulation). Pour le live, la webcam est là
  22. Bonjour à tous ! On est nombreux à être très, extrêmement déçu de l'upgrade plateau chauffant proposé (à moitié) par Dagoma ! Voici donc venu le temps de mettre les mains dans le cambouis et de faire vous même votre upgrade ! Et tout comme Dagoma j'annonce ce Tuto mais il ne viendra que dans 6 mois et incomplet (nan en vrai demain j'edit pour tout vous mettre ainsi que des photos et tout et tout) Là c'était juste pour vous mettre l'eau à la bouche :') Bon allez, une petite photo quand même, j'suis pas sadique à ce point PS : Je n'ai pas attendu 20min pour que le plateau arrive à 45,4°C Ah que voila le tuto: A que voila la liste de course:
  23. Bonjour à tous, je voulais vous faire part de ma petite expérience avec ma première imprimante, la wanhao duplicator i3 plus. Quand c'est neuf ... ça fonctionne .... mais après quelques heures de print ... les problèmes ont commencer. - bouchage de buse - blocage du filament avant de rentrer dans le corps de chauffe - soucis ventilation - sous plateau tordu Ce que j'ai modifier après quelques semaines : - ajout d'un fanduct ( https://www.thingiverse.com/thing:2262701 ) - Suppression du bulpack par une plaque de verre 3mm, j'utilise de la lac marque Leclerc premier prix à 0.93euros et aucuns soucis niveau accroche - remplacement ventilateur extruder par un noctua, depuis le moteur reste froid avant il était bouillant, je cherche un bon ventil mais en 24v car le noctua est en 12v au cas ou si quelqu'un à cela - remplacement du sous plateau d'origine, en effet Wanhao à fait des économies en remplaçant son sous plateau dans les nouvelles version i3+ par un sous plateau d'1mm... voici ma vidéo pour son remplacement : https://www.youtube.com/watch?v=Q-QeyWYnDeg Depuis la machine tourne 24/24h et j'ai plus aucuns soucis. Un vrai Tank Je m'oriente sur la construction d'une seconde machine, l'hypercube evolution avec des potes. Bonne journée à tous.
  24. Bonjour, Chose promise chose dû, voici un tuto pour la mise en place d'un ventilateur dans l'alimentation. Suite a mon problème d'alimentation causant un blackout, j'ai constaté une chauffe importante de l'alimentation. Le problème étant que dans le châssis l'alimentation est fixé a l'envers ce qui empêche la dissipation de la chaleur, d'autant plus que la carcasse de l'alimentation fais office de dissipateur, les transistor étant fixé dessus. J'ai fait quelque recherche sur les transistor utilisé, ce sont des transistor a commutation rapide afin de répondre au sollicitation des moteur pas a pas (pic de consommation). Il s'avère que le rendement de ses transistor est lié a la température ambiante et leurs rendement chute grandement a partir de 50°. Température que l'on atteint rapidement sur cette alim compte tenu de son installation. Ventiler correctement l'alimentation augmentera considérablement la durée de vie de votre alimentation !!! A la réception de ma nouvelle alimentation, en ouvrant celle-ci j'ai constaté qu'elle possédait un connecteur FAN pour y connecter un ventilateur. ATTENTION, AVANT TOUTES OPERATION SUR L'ALIMENTATION, ETEINDRE L'IMPRIMANTE, ET DEBRANCHER LA PRISE. FAIRE UNE VERIFICATION D'ABSENCE DE TENSION AVANT DE TOUCHER LES BORNES. REPERER CORRECTEMENT LES FILS AVANT DE LES DEBRANCHER. VERIFIEZ BIEN LES BORNES LORSQUE VOUS REBRANCHER; C'EST UNE OPERATION SUR UN ORGANE ELECTRIQUE AVEC UNE ALIMENTATION 220V A REALISER PAR UNE PERSONNE QUALIFIEE; SI VOUS N'ETES PAS SUR DE SAVOIR LE FAIRE, NE LE FAITE PAS OU FAITES VOUS AIDER PAR UN ELECTRICIEN / ELECTRONICIEN !!!!!!!! 1- Débrancher l'alimentation, retirer le cordon d'alimentation 2- vérifier l'absence de tension aux bornes de l'alimentation par un appareil adapté 3- débrancher les fils de l'alimentation et reperant bien l'endroit ou ils sont branchés (attention aux inversion de fils lors du rebranchement) 4- retirer l'alimentation du chassis 5: Démontage de l'alim : Pour ouvrir l'alim il faut devisser les 2 vis (cercle rouge) et faire glisser la grille dans le sens de la fleche Une fois ouverte le connecteur fan se situe entre le radiateur et le transfo du milieu: J'y ai donc branché un ventilateur de 40*40 (ceux que l'on utilise pour la ventilation des moteurs vont bien Il faut forcer un peut pour y mettre le connecteur du ventilo (pas les même entraxes) mais en forçant avec parcimonie, ça passe . Le connecteur délivre 12 v au démarrage. Le ventilateur est fixé par 2 vis sur la grille : le mettre dans le bon sens c'est a dire soufflant vers l’intérieur il faut mettre le ventilo pour qu'il passe a coté du radiateur et a coté du petit transfo (il ne passe pas et la ventilation serait inefficace au dessus du transfo et self a droite) Manager les fils pour qu'ils ne touchent pas le radiateur. puis refermer en faisant la manip inverse du démontage en faisant attention que la rainure de la grille soit entre l'isolant et la carcasse lors du coulissement de la grille : Ensuite au final ça donne ça : 6- remettre l'alimentation dans le chassis 7-rebrancher les fils, attention a bien rebrancher les fils a leurs bon emplacement, une inversion de fils, phase neutre terre peut etre tres dangereux pour vous et pour la machine. Idem pour les fils 12V et c'est fini l'alim reste froide et ça vous évitera bien des soucis
  25. Salut à tous, Je crée ce post pour partager l'un de mes premier tests via Cura 15.04.6, imprimer un vase mais aussi les premiers "soucis" liés à ce type d'impression. J'éditerais pour insérer les diverses solutions ou explications proposées par la communauté de Maker aguerris. -> Désolé pour la mise en page mais que ce soit avec Safari ou Google Chrome impossible d'utiliser l'indentation, gras, souligné, etc... Au cas ou vous souhaitez faire des tests, voici le modèle utilisé : https://www.thingiverse.com/thing:18672 Version 1 : -> Paramètres : Epaisseur de couche : 0.2 / Epaisseur de coque : 0.8 / Epaisseur dessous : 1.2 / Taux de remplissage : 0% / Vitesse d'impression : 50mm/s / Température impression : 200° / Température plateau : 60° / Black Magic Spiraliser le contour extérieur Désactivé / Epaisseur première couche 0.3 / Epaisseur de ligne première couche 140% -> Résultat d'impression : A l'extérieur les seuls défauts apparents sont les effets "coutures" lorsque l'axe change. A l'intérieur c'est un peu le bordel avec des trainées de fils partout, lorsque l'axe change de position il génère un fil et au fur et à mesure ça crée une toile d'araignée. On le voit très peu car j'ai essayer de le bricoler pour enlever ces fils avant la photo. -> Utilisation : Lorsqu'on met de l'eau dedans il y a des micro fuites sur les côtés, le fond lui est bien étanche. Version 2 : -> Paramètres d'impression : Epaisseur de couche : 0.1 / Epaisseur de coque : 0.8 / Epaisseur dessous : 0.8 / Taux de remplissage : 0% / Vitesse d'impression : 50mm/s / Température impression : 200° / Température plateau : 60° / Black Magic Spiraliser le contour extérieur Activé / Epaisseur première couche 0.3 / Epaisseur de ligne première couche 140% -> Résultat : A l'extérieur fini les effets de "coutures" par contre il y a des "strilles" ou "vergetures" apparentes et je ne sait pas d'ou elle proviennent, peut être de l'épaisseur passée à 0.1mm. A l'intérieur le résultat est juste indiscutable, c'est parfait. -> Utilisation : A l'inverse de la V1 les côtés sont parfaitement étanches mais le fond est une vraie passoire. Version 3 : -> Paramètres : Epaisseur de couche : 0.2 / Epaisseur de coque : 1.2 / Epaisseur dessous : 1.2 / Taux de remplissage : 0% / Vitesse d'impression : 50mm/s / Température impression : 200° / Température plateau : 60° / Black Magic Spiraliser le contour extérieur Activé -> Résultat : L'impression est pas mauvaise, mais impossible de se débarrasser totalement des "vergetures" il y en a moins mais il y en a. A l'intérieur idem que la V2 c'est parfait. -> Utilisation : Idem que la V2 le fond est une vraie passoire, les côtés sont étanches. Comparaison du dessous V1, V2 et V3 : -> Résultat : Alors la sachant que je n'ai pas toucher aux réglages je ne comprend pas pourquoi la V1 a des lignes plus précises que la V2 qui a des lignes plus précises que la V3. Je suppose que cela provient du mode "spirale" de Cura qui change la surface du bas en fonction de mon épaisseur de coque choisie. Qu'en pensez vous ? -> Comment pouvons nous obtenir un intérieur parfait, sans les "vergetures" ou défauts "coutures" extérieurs ? -> Et bien sûr l'objectif d'un vase c'est de le rendre étanche... Version 4 : Voici les réglages proposés par @Murdock : -> Paramètres : Si tu as une bonne adhésion au lit mets 100% (mais même à 130% ca devrait être bon), épaisseur de coque 0.4, épaisseurs de couche 0.2, épaisseur du dessous 0.2, vitesse d'impression 40mm/s, vitesse première couche 20mm/sec, vitesse coque externe 30mm/sec, vitesse positionnement 120mm/s, et tous les param de vitesse de l'onglet avançé à 0.0. (Ajout Z4phyr : Mode spirale toujours actif) -> Résultat & Utilisation : Parfait, le vase est étanche et très beau. Seul problème la solidité car l'épaisseur de couche est assez fine donc attention.
  26. Bonjour, Je crée ce sujet, en espérant être dans la bonne section afin d'aider toutes celles et ceux qui souhaiterais débuter dans l'impression 3D avec les mêmes critères que moi : Monter son imprimante sois même de A à Z, avoir une imprimante entièrement paramétrable, upgradable (allez voir sur youtube les améliorations que certains ont fait, c'est fou), et de qualité (structure acier, plateau chauffant, lcd, etc...), Avoir une "grande" surface d'impression 300 x 200 Je vous propose donc la Prusa i3 steel ! Avantages : Tous les avantages de la Prusa i3 steel à moindre coût Inconvénients : Risques d'oublier certaines pièces (je crée ce sujet justement pour éviter cela) Pas de garantie comme sur une imprimante complète Pièces venant de plusieurs sites différents, donc on s'y perds vite Pas de manuel Assez fastidieux de chercher toutes les pièces (mais bon ça fait économiser plus de 100€) Voici une petite liste des pièces que j'ai acheté. Je n'ai pas encore reçu mon imprimante, elle arrivera d'ici vendredi je pense. Je vous tiens au courant pour le montage et la mise en route. La liste en jaune provient d'aliexpress. Pour le bleu/rouge, volontairement, je ne détaillerais pas les fournisseurs chez qui j'achète, je ne veux pas créer de concurrence ou quoique ce soit, tous les fournisseurs se valent (ou presque ) Bonne soirée
×
×
  • Créer...